Accueil Chronique de concert (Mon) Art Rock 2008 : The Noisettes, BB Brunes, Daniel Darc, James Chance & The Contorsions, Des Jeunes Gens Mödernes (növö), Poni Hoax
Mercredi 20 juin 2018 : 10553 concerts, 25037 chroniques de concert, 5217 critiques d'album.

Chronique de Concert

(Mon) Art Rock 2008 : The Noisettes, BB Brunes, Daniel Darc, James Chance & The Contorsions, Des Jeunes Gens Mödernes (növö), Poni Hoax

(Mon) Art Rock 2008 : The Noisettes, BB Brunes, Daniel Darc, James Chance & The Contorsions, Des Jeunes Gens Mödernes (növö), Poni Hoax en concert

Place Poulain Corbion / Forum Passerelle, St Brieuc 9 mai 2008

Critique écrite le par


Le tourisme de festival est décidément une bien belle et enviable activité ! Pour changer des grosses Eurocks/Rock en Seine, on est passé récemment aux Artefacts, et nous voici à Art Rock, Saint-Brieuc, 22 ! Cadré au centre-ville, au milieu des rues pavées et des maisons centenaires, galette-saucisse jusqu'à 23 heures (rupture de stock après - un scandale), chapiteaux et installations presque modestes (mettons, pour 5000 spectateurs environ ?) mais de grosses ambitions : de bien jolies têtes d'affiche sont annoncées ce week-end dans la Bretagne armoricaine !


Après un tour rapide des installations de la place centrale, l'après-midi commence avec les The Noisettes. soit un vrai trio de poseurs cuir/lunettes/coiffure en pétard, dans un style power-pop ayant pour principal argument une chanteuse black coiffée comme Grace Jones, avec une jolie voix et un physique ... de Tentatrice des Enfers. Pour la musique par contre, on remarque avec dépit qu'ici les baffles sont encore "à l'ancienne" (c'est-à-dire le mur empilé où il faut tout mettre à fond). Du coup le son n'est pas formidable (et ne le deviendra jamais sur la place Poulain Corbion). Cela s'entend d'autant plus que les compositions du groupe ne sont pas formidables non plus, loin s'en faut - il semblerait même que la créature ne chante pas toujours très juste. Pour un peu, ça nous les casserait, les noi... (hum).


Bref, comparer cela avec insistance aux Bellrays comme le firent le programme et même la presse locale, relève du raccourci très discutable. Rien à voir avec de combo de garage soul enflammé et aux compos souvent dantesques... Si vraiment c'était pour la chanteuse black, ça ressemblait bien davantage au pop-rock standard de Skunk Anansie ... Une jolie balade et un supposé "tube" (autrement dit, leur seul air qu'on ait déjà entendu quelque part), et les voilà partis sans trop de regrets - au moins on a pris nos marques en trouvant les toilettes pour hommes (roots mais conviviales !), ainsi que la seule barmaid qui sert le vin blanc en verres de 33 cl - mademoiselle, si le festival est déficitaire, ce sera un peu votre faute !


Comme à l'accoutumée (on ne quitte plus les BB Brunes qu'on a vu à Strasbourg tout récemment), les jeunes filles à mèche-plastiscine-pantalon-slim sont déjà toutes en place devant - le roadie qui accorde les guitares au son de Téléphone et Louise Attaque se taille un petit succès ! Mais pas tant que la formidable clameur juvénile qui retentit pour l'entrée des 3 ""RR Rebelles, qui envoient toutes leurs compositions fraîches, pêchues et souvent horripilantes à l'énergie : comme en 68, Perdus cette nuit, le Gang (ah cette attitude de révoltés du 16ème arrondissement, inénarrable vraiment...)


Un peu courroucé comme toujours à les écouter, on remarque avec amusement une scène mignonne : une fillette à couettes (10 ans maximum) portée d'un côté par papa, de l'autre par maman, pour voir ce qu'on imagine être son premier vrai concert : les BéBiBruhuhuhunes ! Au moins elle ne sera pas couchée tard grâce à cet horaire bien pensé. Et le festival de tubes générationnels continue, devant les 3 grand B géants et pas du tout mégalo : Ma Brune BB, Blonde comme moi, une chanson pas reconnue, celle qui pompe (toujours) un riff des Queens of the Stone Age (ah si voyiez Josh Homme chanter, mesdemoiselles... ça c'est un mec, un putain de mec, même moi je me sens toute drôle devant lui)...


Dis-moi (arrgh) où le chanteur, réalisant soudain pour qui il chante, demande avec raison "Ca va toujours les enfants ?!", Bang bang Revolver (sympa) et encore une ou deux nouveautés, l'horrible Houna (arrêtez, ça tourne dans ma tête, je vais être malade), J'écoute les Cramps (pas encore assez on dirait) - au fait l'une de vous a-t-elle écouté à quel point c'est une chanson minable et macho, comme la plupart de leurs textes ? Non vraiment, ils jouent à peu près juste et très enthousiastes mais on aime pas, au fond c'est juste ... bof. Bien content de les avoir vus pour, espérons, la dernière fois.


Bref, ce n'est qu'avec plus de bonheur qu'on va réécouter l'un de nos héros, qui nous a mis K.O. debout il y a deux semaines à peine dans une petite salle, le grand (par la stature, pas par la taille), le mythologique Daniel Darc dont le dernier disque nous a aussi enchantés. La pluie menace un peu, la queue aux galettes-saucisse est atroce, alors tant pis : Nuit et brouillard peuvent tomber, nous sommes en place pour Les remords et Daniel aussi, qui a l'air relativement en forme ce soir. Puis La pluie qui tombe, belle et très appropriée, donc.


J'irai au Paradis, nous aussi l'espérons mais pas tout de suite, le son est réglé très fort et très rock ; L.U.V. en duo stylé décadent avec le bel Alice Botté (Alain est excusé, hélas) ; Un peu, c'est tout classe et retenue ; Nijinsky qui arrache et fascine ; une chanson d'amour Rouge Rose où il fait ralentir ses musiciens (et, dirent les mauvaises langues, son prompteur... pfff) ; un rock à l'harmonica (oublié le titre) ; une digression chez les autres comme il les aime (pour changer, un passage de L.A. Woman), la sublimissime et magique Jamais, jamais (note pour plus tard, idéale pour chialer dans sa bière, si un jour elle partait pour toujours...).


Et pour faire bonne mesure (et avec plus d'entrain que la dernière fois), Cherchez le Garçon en version grunge où même l'orgue est rugueux - il présente les musiciens au fur et à mesure qu'il les retrouve (eux et leur nom à la noix), sur la scène dévastée... Et puis, bien sûr, il finit avec le Psaume 23 qui nous fait irrémédiablement penser aux prêches de fin de concert de Johnny Cash. Seul, assis, avec un piano, lu avec le public pendu à ses lèvres et ravagé de bonheur... et qui se finit on ne sait comment en extrait de la Sad Song de Lou Reed... Au final, un tout petit peu moins de communion et de punching ball textuel avec le public - forcément sur une grande scène, mais une dimension sonique supplémentaire et pas déplaisante du tout. Un très beau concert, complément idéal à la version intimiste - manque juste Je me souviens, je me rappelle et, promis, nous aurions vraiment pleuré !


Alors bon, les très périmés Nada Surf après ça ? Très peu pour nous, d'ailleurs on est trop occupés à commenter le concert et à se diriger vers la suite de la soirée... Gagnons donc le forum de la Passerelle après un verre place de la République, voulez-vous ? James Chance & the Contorsions, avec son jazz groovy, est l'exemple même de l'artiste condamné à la confidentialité : trop punk, trop jazz et trop rock pour plaire aux jazzmen, aux rockers et aux punks ! Et pourtant ce petit bonhomme un peu mal fichu et gominé à mort incarne à la fois une certaine idée de Charlie Bird Parker, d'Elvis et de Lux Interior... Il suinte littéralement le rock'n'roll par tous ses pores, son groupe est excellent et il assure comme une bête, même avec ses petites danses rigolotes (comme s'il écrasait des bête sur la scène). Bref c'est une vraie révélation.


L'ambiance s'avère délicieusement cosy dans cette petite salle, au public pas trop serré, dissipé juste ce qu'il faut et divaguant dans les escaliers. Le performer miniature, légende vivante du post-punk 80's et qui fait également penser physiquement à Terry Gilliam, envoie toute la sauce au saxo (appuyé par un compère pas essoufflé non plus), à l'orgue comme au micro... Il croone comme un Elvis détraqué, jamme tel Jerry Lee Lewis sur son Farfisa, danse comme un Travolta sous acide, chante comme un James Brown sous influence... Que les chansons soient lentes ou rapides, c'est énorme, grâce aussi aux 4 musiciens tout à son service. James Chance et son air vaguement terrorisé ? Une certaine vision du groove ! Le concert se finit sur une sorte de techno-jazz infernal, où le petit homme s'en va comme un prince, dans une ovation bien méritée ! Grosse claque.


On le recroisera peu après, tout penaud et trébuchant, cherchant les toilettes ou le bar, pas fier... En attendant le dernier concert de la soirée, une excellente idée que cette carte blanche à la styliste Agnès B., en tant qu'égérie du mouvement post-punk français (certes anecdotique 25 ans après, mais du coup cultissime) : celui qu'on a appelé mouvement Növö avec entre autres, Taxi Girl, Marquis de Sade, Kas Product, Daho, Elli & Jacno, voire les Bérurier Noir et leurs costumes arty... C'est actuellement le sujet d'une expo à Paris dont on a bien voulu nous exposer une parallèle ici. On la découvre avec surprise et joie (la presse nationale l'ayant vantée par ailleurs) !


C'est avec un peu d'amusement, voire d'émotion, qu'on retrouve tous ces gens qu'on a pas réellement connus à l'époque (pour cause, il faut bien l'avouer, de fanatisme avéré d'Albator et de Candy au début des années 80). Les photos sont belles, les pochettes de vinyle font rêver (la moitié pompe en effet celle de Man/Machine de Kraftwerk comme on l'a lu quelque part...), les jeunes gens mödernes "aiment leur maman", Daniel Darc et Mirwais sont beaux comme des dieux, même Lio est encore gracieuse... Et puis, au fond, quand on y pense, les survivants de l'époque ont en effet su rester des Jeunes Gens Mödernes puisqu'ils enflamment pour la plupart toujours les scènes de concert !


C'est encore avec un immense plaisir qu'on retrouve les formidables Poni Hoax, meilleur album pop-rock 2006, devant un public à peine plus dense qu'à Marseille il y a un an et demi, qui commencent par un nouveau titre (on apprend le soir-même qu'ils viennent de faire paraître un deuxième disque, Images of Sigrid). On retrouve nos repères disco-punk avec Involutive Star (la voix du chanteur est toujours reverbée à mort), plaisir qu'ils font durer de longues minutes, puis probablement la terrifique Pretty Tall Girls (que j'ai un peu filmée) - ces musiciens modestes et géniaux sont absolument parfaits. D'ailleurs le beat obsédant de Budapest nous emporte tous dans son tourbillon obsessionnel ; la voix hypnotique du chanteur/playboy remplace la sensualissime voix de femme et donne une autre couleur à la chanson.


On se rend ensuite compte qu'Antibodies écouté trop distraitement sur leur myspace il y a quelque temps, est une pure tuerie, fulgurance électro-pop, tel du New Order revisité 21e siècle... On agite furieusement le bassin, tout comme sur la très méchante L.A. Murder Motel (yeah), elle aussi étirée à l'infini sans qu'on s'ennuie une seconde. Le rappel sera composé d'un nouveau titre calme, pas reconnu après coup (Faces in the water ?), et de la formidable Carrie Ann - si cette chanson ne vous fait pas un peu vibrer, ne lisez plus jamais une chronique de moi par pitié... Toujours dans le "Never Explain / Never complain" (peu de discussion avec le public hormis quelques bêtises du batteur), Poni Hoax est français et chante en anglais, dans des petites salles remplies de français, et ils sont juste d'une classe éblouissante - certainement ce que l'underground peut produire de mieux. Ayons confiance, un jour le Monde saura... En tout cas nous aurons tout fait pour.


C'est déjà la fin de cette décidément magnifique soirée (trois concerts formidables sur 5, excellente moyenne !) et l'on repart tous enchantés. On reviendra en journée compléter notre vision de ce festival pluri-disciplinaire : une paraît-il formidable création produite par Royal de Luxe (pas pu entrer hélas), une très belle et ludique exposition numérique, encore des concerts en plein air et gratuits - c'est à souligner, en plus d'entrées au tarif très raisonnable, le système de ce festival art & rock fait que même le plus paumé des clochards briochains a droit à l'ambiance, au tapis rose et à des concerts : un vrai concept de solidarité culturelle... Alors pour finir, faut-il vraiment souhaiter longue vie à un festival qui a (nous avons vu un ticket d'entrée d'origine à l'expo d'Agnès) ... plus de 25 ans ?! En tout cas si l'on peut, on y reviendra !


Illustrations par Philippe !
Des petites Vidéos (qualité appareil photo) par ici !

Festival Art Rock : les dernières chroniques concerts

Interview du groupe Idles lors de son passage au festival Art Rock en concert

Interview du groupe Idles lors de son passage au festival Art Rock par Ludmilla
Saint-Brieuc, le 05/06/2018
Le furieux combo anglais Idles vient de dévoiler le 29 mai 2018 un premier extrait de son très attendu deuxième album, à venir. Le morceau s'appelle "Colossus" et il est... La suite

The Black Angels (Festival Art Rock 2017) en concert

The Black Angels (Festival Art Rock 2017) par Ludmilla
Saint-Brieuc, le 04/06/2017
Il n'y pas énormément de monde dans le public ce soir, ce qui me permet de me placer bien au milieu devant la scène. Enfin, c'est surtout Tata qui s'avance pour bien voir et... La suite

The Kills (Festival Art Rock 2017) en concert

The Kills (Festival Art Rock 2017) par Ludmilla
Saint-Brieuc, le 03/06/2017
Si j'étais un garçon, je serais définitivement amoureux d'Alison Mosshart... Arrivée des Kills sur scène, grosse excitation dans le public (et dans les slips de mes... La suite

Casseurs Flowters, Alice Cooper, Fauve, Foals, -M-, Joris Delacroix, Gaëtan Roussel, Gesaffelstein, New Politics, Plaza Francia, Salut C'est Cool, Benjamin Clementine, François & The Atlas Mountains, Dakhabrakha, Eli Paperboy Reed (Festival Art Rock 2014) en concert

Casseurs Flowters, Alice Cooper, Fauve, Foals, -M-, Joris Delacroix, Gaëtan Roussel, Gesaffelstein, New Politics, Plaza Francia, Salut C'est Cool, Benjamin Clementine, François & The Atlas Mountains, Dakhabrakha, Eli Paperboy Reed (Festival Art Rock 2014) par Ludmilla A.
Saint-Brieuc, le 24/05/2014
JOUR 1 : AIR SUR LA TERRE Plaza Francia Arrivée à Saint-Brieuc trop tard pour voir The Craftmen Club lancer les festivités au Forum et le concert de TEMPLES, qui... La suite

BB Brunes : les dernières chroniques concerts

BB Brunes + Quai d'Orsay en concert

BB Brunes + Quai d'Orsay par Fred Boyer
Espace Julien Marseille, le 03/02/2018
Le début des années 2000 a vu de l'émergence d'une nouvelle scène rock principalement américaine, dont les têtes de pont étaient The Strokes et the White Stripes. Ces groupes... La suite

Festival Aluna 2013 : -M-, Tryo, Cali, Olivia Ruiz, Mika, Christophe Maé, BB Brunes, Lilly Wood And The Prick, Breakbot, Colours in the Street, Olivia Dorato, Gribz, La Ruelle en chantier, Camping de Luxe en concert

Festival Aluna 2013 : -M-, Tryo, Cali, Olivia Ruiz, Mika, Christophe Maé, BB Brunes, Lilly Wood And The Prick, Breakbot, Colours in the Street, Olivia Dorato, Gribz, La Ruelle en chantier, Camping de Luxe par Lionel Degiovanni
Ruoms, le 15/06/2013
Le festival Aluna se veut un savant mélange entre programmation d'artistes locaux et artistes à la hauteur nationale, et même internationale. Cette année est la 6ième édition et... La suite

Rock En Seine Jour 2 : Arctic Monkeys, The Streets, CocoRosie, Etienne de Crécy, BB Brunes, Keren Ann, Blonde Redhead en concert

Rock En Seine Jour 2 : Arctic Monkeys, The Streets, CocoRosie, Etienne de Crécy, BB Brunes, Keren Ann, Blonde Redhead par Fredc
Domaine National de Saint-Cloud, le 27/08/2011
JOUR 2 - SAMEDI 27 AOÛT 2011 METEO : Averses par ci, averses par là, c'était sauve-qui-peut à l'approche de chaque nuage. Assez désagréable et plus froid qu'Austra en... La suite

BB Brunes/Kaponz & Spinoza en concert

BB Brunes/Kaponz & Spinoza par Gandalf
Espace Julien à Marseille, le 30/11/2010
Allez les potes, défoulez vous sur ma trogne, j'entends d'ici les quolibets moqueurs comme quoi je suis allé voir ce groupe de (très) djeunz... Et non je n'essaye pas de battre... La suite

Daniel Darc : les dernières chroniques concerts

Daniel Darc en concert

Daniel Darc par Philippe
Collège des Bernardins, Paris, le 07/12/2011
Ecrin de choix pour un concert de Daniel Darc, le Collège des Bernardins de Paris (ancien bâtiment religieux, récemment réhabilité) est un lieu à la fois inattendu pour un concert... La suite

(mes) Eurockéennes 2008 1/3 : Keny Arkana, Arno, A Place To Bury Strangers, La Bande Originale, Comets on Fire, Massive Attack, dEUS, Missill, Gossip en concert

(mes) Eurockéennes 2008 1/3 : Keny Arkana, Arno, A Place To Bury Strangers, La Bande Originale, Comets on Fire, Massive Attack, dEUS, Missill, Gossip par Philippe
Presqu'Ile du Malsaucy, Evette-Salbert, le 04/07/2008
Cette année, les Eurockéennes de Belfort ont vingt ans et j'ai eu la chance invraisemblable de pouvoir assister à quinze d'entre elles d'affilée (je peux le prouver !!), les... La suite

Daniel Darc en concert

Daniel Darc par Floribur
Le Cargo de nuit - Arles, le 12/04/2008
Voyage en Mer Noire ce soir pour le Cargo de nuit, le vénérable Capitaine Darc tenant la barre d'une main ferme et expérimentée, même si son équipage était manifestement monté à... La suite

Entretien avec Daniel Darc en concert

Entretien avec Daniel Darc par Pierre Andrieu
Grange du château de Sédières , le 26/08/2004
Lors de l'entretien qui suit, Daniel Darc avoue qu'il se sentait "merdeux" sur scène au festival de Sédières, très tendu qu'il était à l'idée de donner un concert en ayant... La suite

James Chance : les dernières chroniques concerts

Midi Festival : Hifiklub featuring Robert Aaron + Why ? + James Chance & the Contorsions en concert

Midi Festival : Hifiklub featuring Robert Aaron + Why ? + James Chance & the Contorsions par Roo_Ha_Kim
Villa Noailles - Hyères, le 25/07/2008
Direction la Villa Noailles à Hyères pour la soirée d'ouverture de la quatrième édition du Midi Festival. Ce festival que j'ai repéré déjà depuis quelques étés a une programmation... La suite

James Chance & the Contortions par Bob Arctor
Le Montévidéo, Marseille, le 09/05/2007
James Chance passe sous mon nez, ventrou engoncé dans son costard orange, banane Eddymitchellienne posé sur gros crane vieilli. Il porte le poids du rock sur ses épaules. Quel fardeau pour un type qui insultait les gens aux Bains Douches en leur reprochant d'être idiots d'écouter toujours la même merde. Faut le comprendre. James Chance est comme... La suite

Noisettes : les dernières chroniques concerts

Noisettes + Yann Tiersen + Ebony Bones + DANANANANAYKROYD + School Of Seven Bells + Faith No More + Zone Libre VS Casey & B. James + Kitty Daisy And Lewis + The Asteroids Galaxy Tour + The Horrors + Calvin Harris (Rock en Seine 2009) en concert

Noisettes + Yann Tiersen + Ebony Bones + DANANANANAYKROYD + School Of Seven Bells + Faith No More + Zone Libre VS Casey & B. James + Kitty Daisy And Lewis + The Asteroids Galaxy Tour + The Horrors + Calvin Harris (Rock en Seine 2009) par Pierre Andrieu
Domaine National de Saint-Cloud, Paris, le 29/08/2009
L'excellente deuxième journée du festival Rock en Seine a complètement fait oublier l'annulation d'Oasis la veille... A une ou deux exceptions près (Faith No More et les... La suite

(mes) Eurockéennes 2009 1/3 : Les Wampas, King Khan & the Shrines, Ghinzu, Noisettes, Yeah Yeah Yeahs, Sefyu, Alela Diane, The Kills, The Prodigy, The Ting Tings en concert

(mes) Eurockéennes 2009 1/3 : Les Wampas, King Khan & the Shrines, Ghinzu, Noisettes, Yeah Yeah Yeahs, Sefyu, Alela Diane, The Kills, The Prodigy, The Ting Tings par Philippe
Presqu'Ile du Malsaucy, Evette Salbert, le 03/07/2009
21ième édition des Eurockéennes de Belfort, 16ième participation d'affilée pour moi, cette fois on peut dire qu'une partie du public de 2009 n'était pas encore née, ou pas encore... La suite

The Noisettes + Battant + Kap Bambino + Slice & Soda + Telepathe  (Printemps de Bourges 2009) en concert

The Noisettes + Battant + Kap Bambino + Slice & Soda + Telepathe (Printemps de Bourges 2009) par Pierre Andrieu
Le 22 d'Auron, Bourges, le 24/04/2009
Belle soirée entre électronique, pop, soul et rock ‘n roll au 22 d'Auron avec - entre autres - l'électro pop de Telepathe, l'électro rock de Kap Bambino, l'électro house de... La suite

Poni Hoax : les dernières chroniques concerts

Rocky + Poni Hoax en concert

Rocky + Poni Hoax par Karlantier
Marseille - Cabaret Aléatoire, le 25/03/2017
Poni Hoax ... Une longue histoire ! Découverts il y a dix ans, alors qu'ils venaient de sortir leur deuxième album "Images of Sigrid", envoûté par le son, le groupe et tout ce qui... La suite

Interview avec le groupe Poni Hoax pour la sortie de son quatrième album, <i>Tropical Suite</i> en concert

Interview avec le groupe Poni Hoax pour la sortie de son quatrième album, Tropical Suite par Titouan Massé
Rennes, le 05/02/2017
Entretien avec Laurent Bardainne et Nicolas Ker du groupe parisien Poni Hoax à l'occasion de son concert à l'Ubu de Rennes le 2 février 2017, première date de la tournée à... La suite

Pantiero 2010 : The Raveonettes + Poni Hoax + Local Natives +  Errors en concert

Pantiero 2010 : The Raveonettes + Poni Hoax + Local Natives + Errors par Sami
Terrasse du palais des festivals - Cannes, le 11/08/2010
"Cannes, premier jour du festival". Malgré sa promiscuité et ses affiches souvent à mon goût, je ne m'étais pas rendu à Pantiero depuis 2006 et son enchainement fou fou fou dans... La suite

Poni Hoax + Dondolo en concert

Poni Hoax + Dondolo par Vv
Le cabaret aléatoire, Marseille, le 21/05/2010
Si Staline avait été un gars cool et sympa, un gros moustachu débonnaire avec sa bonne trogne de papy Brossard, amateur de vin fin et de musique pointue, la culture aurait passé... La suite

Place Poulain Corbion / Forum Passerelle, St Brieuc : les dernières chroniques concerts

The Kills (Festival Art Rock 2017) en concert

The Kills (Festival Art Rock 2017) par Ludmilla
Saint-Brieuc, le 03/06/2017
Si j'étais un garçon, je serais définitivement amoureux d'Alison Mosshart... Arrivée des Kills sur scène, grosse excitation dans le public (et dans les slips de mes... La suite

The Black Angels (Festival Art Rock 2017) en concert

The Black Angels (Festival Art Rock 2017) par Ludmilla
Saint-Brieuc, le 04/06/2017
Il n'y pas énormément de monde dans le public ce soir, ce qui me permet de me placer bien au milieu devant la scène. Enfin, c'est surtout Tata qui s'avance pour bien voir et... La suite

Casseurs Flowters, Alice Cooper, Fauve, Foals, -M-, Joris Delacroix, Gaëtan Roussel, Gesaffelstein, New Politics, Plaza Francia, Salut C'est Cool, Benjamin Clementine, François & The Atlas Mountains, Dakhabrakha, Eli Paperboy Reed (Festival Art Rock 2014) en concert

Casseurs Flowters, Alice Cooper, Fauve, Foals, -M-, Joris Delacroix, Gaëtan Roussel, Gesaffelstein, New Politics, Plaza Francia, Salut C'est Cool, Benjamin Clementine, François & The Atlas Mountains, Dakhabrakha, Eli Paperboy Reed (Festival Art Rock 2014) par Ludmilla A.
Saint-Brieuc, le 24/05/2014
JOUR 1 : AIR SUR LA TERRE Plaza Francia Arrivée à Saint-Brieuc trop tard pour voir The Craftmen Club lancer les festivités au Forum et le concert de TEMPLES, qui... La suite

(mon) Art rock 2011 2-2 : Florent Marchet, Zaza Fournier, Julian Marley, Anna Calvi en concert

(mon) Art rock 2011 2-2 : Florent Marchet, Zaza Fournier, Julian Marley, Anna Calvi par Philippe
Pl Poulain Corbion, Grd Théatre Passerelle, Saint Brieuc, le 12/06/2011
Notre début de festival (vendredi), c'est par ici ! Aujourd'hui, dernier jour du festival Art Rock, il ne fait pas particulièrement beau mais le chapiteau permet toujours de... La suite