Accueil Chronique de concert Beechwood, Death Valley Girls, Prettiest Eyes, Mod Con, Listener, Moody Beaches, Saba Lou, Draught Dodgers, Guadal Tejaz, The Kill Devil Hills, Knuckle Head (Binic Folks Blues Festival 2019)
Samedi 24 août 2019 : 11646 concerts, 25625 chroniques de concert, 5262 critiques d'album.

Chronique de Concert

Beechwood, Death Valley Girls, Prettiest Eyes, Mod Con, Listener, Moody Beaches, Saba Lou, Draught Dodgers, Guadal Tejaz, The Kill Devil Hills, Knuckle Head (Binic Folks Blues Festival 2019)

Beechwood, Death Valley Girls, Prettiest Eyes, Mod Con, Listener, Moody Beaches, Saba Lou, Draught Dodgers, Guadal Tejaz, The Kill Devil Hills, Knuckle Head (Binic Folks Blues Festival 2019) en concert

Ville de Binic 27 juillet 2019

Critique écrite le par





Après une première journée de fort bon aloi (c'est un euphémisme, c'était gé - nial comme entrée en matière !) au Binic Folks Blues Festival 2019, on poursuit nos pérégrinations entre les trois scènes de La Cloche, de Pommelec et de La Banche le samedi 27 juillet. Même si les têtes d'affiches de Sleaford Mods sont attendues pour le lendemain, c'est aujourd'hui que l'affluence sera la plus forte, avec pas moins de 35 000 personnes sur le site, au bord de l'asphyxie en fin de soirée. Mais pas vraiment de désagréments pour autant, que du bonheur d'être là au milieu d'une foule aussi à fond pour le rock 'n roll !


Knuckle Head

On se réveille de manière brutale avec les énervés de Knuckle Head, un duo de heavy blues limite metal qui déboîte sa mère (si je puis m'exprimer ainsi... ). Le batteur tatoué cogne comme un véritable taré, son acolyte à la guitare et au chant hurle comme un loup garou pas très commode, ce spectacle est donc réservé aux amateurs de plaisirs violents. La preuve : il y a une tête de bouc sur le pied de micro... A 16 heures et à jeun, c'est un peu dur pour nous. Ceci dit, le public de Pommelec est déjà à fond, lui. Quelle santé !


Draught Dodgers

L'heure du véritable réveil sonne avec l'électrisante fin de set des Australiens de Draught Dodgers, des mecs pas nés de la dernière pluie qui savent ce que c'est que balancer la purée punk garage. Le chanteur et le guitariste sont intenables, la section rythmique tabasse, les morceaux pètent, ça y est, on est dans le truc ! Cerise sur le gâteau, le combo high voltage choisit de jouer "New Rose" des Damned à la fin de son set. Il est à peine 16 heures 15 et tout le monde est déjà en forme olympique devant la scène de La Cloche ! Ça promet pour ce soir et pour demain à La Banche lors du deuxième show de Draught Dodgers.


Mod Con

Auteures d'un joli marathon à Binic (elles ont joué ici à l'Estran le jeudi, 3 fois pendant le festival et en after le lundi au Chaland qui Passe, une tournée de 5 dates, donc !), le très tranchant trio australien de punk rock Mod Con est à classer dans la catégorie "bêtes de scène qu'on n'oublie pas de sitôt" ! En live, Erica Dunn (guitare/voix, fait également partie de Tropical Fuck Storm), Sara Retallick (basse, joue aussi avec Civic, en concert le lendemain à Binic) et Raquel Solier (batterie) produisent un son sec comme un coup de trique, une sorte de gifle extrémiste lardée d'interventions hurlées évoquant une PJ Harvey ultra punk et très riot girl.



Sur la grande scène de la Banche en plein après-midi, les trois punkettes démontrent l'étendue de leur classe et leur force de percussion, c'est assez imparable. Petit plus : l'affriolante mini jupe en vinyle moulant turquoise de la chanteuse/guitariste. No comment. Mod Con est l'une des belles révélations du festival 2019, un combo qu'on reverra avec grand plaisir le lundi soir en concert au Chaland Qui Passe, LE bar rock de Binic, tenu par le programmateur de la précieuse manifestation dont il est question ici  !


Moody Beaches

Sans transition, on se fait administrer une deuxième baffe de suite par un autre trio 100% féminin, Moody Beaches, from Melbourne, Australia. Articulé autour de la très douée frontwoman, chanteuse et guitariste Anna Lienhop, le combo post punk/pop compte également dans ses rangs Julia Watt (à la batterie) et Jessie Dennis (à la basse et aux chœurs). La combinaison de ces trois talents bruts donne quelque chose d'acidulé, sexy, mélodique et très frais. La très belle voix de la détentrice du micro principal et les superbes harmonies vocales font carrément penser aux inestimables Breeders et à Kim Deal, ce qui n'est pas rien ! Bref, tout cela a de quoi rendre fou, ce n'est pas la dame d'un certain age (60, 70 ans ?) qui monte sur scène plusieurs pour slammer et faire n'importe quoi qui dira le contraire...


Saba Lou

Belle découverte ensuite en la personne de Saba Lou, la fille de King Khan, déjà vue en live à Rock en Seine en plein après-midi en compagnie de son père, ici présent sur le côté de la scène. On avait déjà remarqué à cette occasion qu'elle était dotée d'une très belle voix et qu'elle était outrageusement sexy (aujourd'hui sa robe fendue a de quoi faire tourner quelques têtes !), elle confirme cela lors de son court show solo guitare/voix de 45 minutes à Binic, prouvant en plus qu'elle sait tenir seule une scène et composer des morceaux qui tiennent la route. La folk soul pop sixties qu'elle propose est aussi classieuse et douce que captivante, tout en permettant de révéler des facettes plus enlevées quelle dévoile lors d'un joli duo avec sa jeune sœur puis lors de ses titres en compagnie de deux membres de The Kitschenette's (au ukulélé et à la guitare, Saba Lou passant à la basse). En confiance et à l'aise, la jeune femme bien née s'autorise même une reprise des "Demoiselles de Rochefort" et une cover d'un titre vintage d'une suavité bluffante. A suivre !


Death Valley Girls

Comme on a adoré le passage des Death Valley Girls la veille sur la scène de La Cloche, on s'en paye une nouvelle tranche le lendemain à Pommelec, quand on aime on ne compte pas les concerts ! C'est une des particularités du festival de Binic : offrir un trip de plusieurs jours aux artistes et double ou triple ration de live ! Et donc, rebelote le samedi, la troupe nous refait le coup du rock 'n roll stoogien chanté par une meuf contente d'être là et complètement hystérique. Yeahhhhh ! Tous les titres sont agressifs à souhait et bien branlés, le petit plus étant les petites touches d'orgue vrillant sur certains titres. Le groupe est à fond, le public aussi, tant et si bien que les déclarations d'amour se multiplient de part et d'autre... La chanteuse y va de son petit discours : "Merci d'avoir choisi le rock 'n roll, regardez ce que sont devenus ceux qui ont fait un autre choix : ils se font chier en regardant Netflix !" Un peu plus tard, lors d'une pose à la Kiss de la bassiste et de la guitariste, qui saluent à genoux et tout sourire, un généreux donateur envoie son caleçon sur scène. Ce qui semble aller droit aux cœurs des deux pétroleuses de la vallée de la mort !


Listener

Totalement inconnu de nos services, le groupe Listener nous fait très forte impression juste après, et ce même si l'on ne voit que la fin de son set sur la grande scène de La Banche. Le mélange entre la scansion rap/spoken word de Dan Smith et le post hardcore fonctionne à merveille, on est happé en quelques instants. La force de Listener réside dans la conviction avec laquelle le chanteur/rappeur crache ses textes dans le micro et dans l'intensité des morceaux qui monte, qui monte au fur et à mesure. Calé avec des potes sur la passerelle qui surplombe l'esplanade de La Banche en sirotant une bière, le panorama est magnifique : un groupe en état de grâce joue devant un public conquis réuni sous le soleil, non loin de la plage et du port de Binic. Le paradis sur Terre ! Quand sur un morceau bouleversant nommé "Falling in love with glaciers", Dan Smith y va de son petit coup de trompette, le bonheur est total. Rendez-vous demain scène de La Cloche pour le dernier concert du festival !


Guadal Tejaz

Basé à Rennes, le jeune et prometteur groupe Guadal Tejaz n'a pas fait le déplacement pour rien sur la scène Pommelec à Binic, Corentin, Hugo, Morgan et Théo mettant un point d'honneur à tout casser lors de leur concert... Ce krautrock lardé de psychédélisme et de punk est du genre sauvage, provoquant moult éclairs dans la tête à force d'appuyer sur les bons boutons quand il le faut : rythmiques motoriques, guitares thermonucléaires, voix grinçante, montées sinueuses, descentes dangereuses, décollage tonitruant vers la voix lactée. Capable d'être trippant tout en démontrant une agressivité notoire, Guadal Tejaz est parfaitement armé pour faire péter les plombs, le public de Binic, qui hurle et slamme à tout va, l'a bien saisi.


Prettiest Eyes

Vu en méga forme au This Is Not A Love Song Festival de Nîmes début juin, le groupe Prettiest Eyes a une nouvelle fois fait le job lors de son concert à Binic, provoquant des scènes de quasi émeute devant le scène avec son krautrock de l'espace servi brûlant... Le trio mexicano portoricain est introduit sur scène par un monsieur loyal du nom de King Khan - il est visiblement bien ici ! - qui ne lésine pas, comme avec son Louder Than Death : "C'est le même esprit que les gilets jaunes, ils sont de Porto Rico, la jeunesse emmerde le Front National !" Et instantanément, c'est le feu sur la place de La Cloche, Prettiest Eyes déroule son set démoniaque avec une envie de jouer et de tout envoyer balader qui fait plaisir à entendre. Les roadies/mecs de sécu bénévoles gèrent avec bienveillance (pas comme Macron, hein) l'afflux de slammeurs sur scène, c'est le bordel général, la grande fête rock and roll prévue a bel et bien lieu ! Petit détail jubilatoire, ce groupe coloré et à voir absolument en live est un monumental doigt d'honneur à Trump et à ses amis suprémacistes blancs qui veulent rester entre eux et ériger un mur sur la frontière avec le Mexique. Inutile de préciser que l'écoute du récent tube de Prettiest Eyes, "Mr. President", est de nature à redonner foi en l'espèce humaine...


Beechwood

Comme hier, mais cette fois sur un concert complet, le groupe new-yorkais Beechwood a encore une fois démontré qu'il avait de la ressource pour bombarder le public de hits punk garage glam de niveau international... Lookés comme des maquereaux louches et bagarreurs, les trois mecs patibulaires (mais presque) ne donnent pas forcément envie d'entrer en contact rapproché avec eux, leur sauvagerie scénique et leurs tirages de gueules incitant plutôt à rester à distance raisonnable. Mais leur musique en forme de mur du son punk 'n pop est une ode maléfique idéale pour provoquer la fusion des corps. Car, sous les virulents coups de boutoirs guitare/basse/batterie, il y a toujours des mélodies qui tuent.



Et puis, outre l'irréprochable reprise des Kinks, "I'm not like everybody else", Beechwood a dans son répertoire composé et chanté tour à tour par les deux frontmen, Gordon Lawrence et Sid Simmons, moult titres forts évoquant une rencontre explosive et décadente entre le Gun Club, les Stooges, Television et Jesus And Mary Chain. Pour résumer le propos, ça donne tout simplement envie de baiser intensivement dans un hôtel mal famé avec une sex friend n'ayant pas froid aux yeux. Et maîtrisant le "sex beat" cher à Jeffrey Lee Pierce...


The Kill Devil Hills

Après cette journée à haute teneur en émotions fortes, on échoue en piteux état sur la scène de La Banche pour "se finir" en beauté au son du country blues rock racé et intranquille des Australiens de The Kill Devil Hills... Impossible de ne pas constater rapidement que le groupe de Brendon Humphries sait créer des ambiances prenantes pouvant s'avérer violemment lancinantes ou calmement musclées. Les deux bottes secrètes de ce combo culte sont la voix de vieux matou du chanteur et le violon barré, réminiscence des grandes heures de John Cale avec le Velvet Underground. The Kill Devil Hills clôture magistralement cette copieuse journée du samedi au Binic Folks Blues Festival. Et ce n'est pas fini !







Photos : Titouan Massé www.facebook.com/titouanmassephoto, twitter.com/titouanbzh, www.instagram.com/tmphotograph, titouanmasse.tumblr.com, www.flickr.com/photos/titouanbzh et Cyrille Bellec www.facebook.com/cyrille.bellec (Draught Dodgers, Mod Con photo 2, Moody Beaches, Beechwood photo 2 et Prettiest Eyes)...





Liens : www.binic-folks-blues-festival.com, www.facebook.com/BinicFolksBluesFestival, twitter.com/LaNefDFous, www.instagram.com/binicfolksbluesfestival






Binic Folks Blues Festival : les dernières chroniques concerts

Sleaford Mods, Civic, Shifting Sands, Prettiest Eyes, Dewaere, Listener, St. Morris Sinners, Moody Beaches, Cathédrale, Draught Dodgers (Binic Folks Blues Festival 2019) en concert

Sleaford Mods, Civic, Shifting Sands, Prettiest Eyes, Dewaere, Listener, St. Morris Sinners, Moody Beaches, Cathédrale, Draught Dodgers (Binic Folks Blues Festival 2019) par Pierre Andrieu
Ville de Binic, le 28/07/2019
Après deux jours absolument parfaits (chroniques ici), le Binic Folks Blues Festival 2019 prend fin le dimanche 28 juillet avec une dernière salve de concerts tout à fait... La suite

King Khan LTD, Cannibale, Beechwood, The Schizophonics, Death Valley Girls, Steal Shit Do Drugs, Go!Zilla, Baby Shakes, Grindhouse, Henry's Funeral Shoe, Red, Kepa (Binic Folks Blues Festival 2019) en concert

King Khan LTD, Cannibale, Beechwood, The Schizophonics, Death Valley Girls, Steal Shit Do Drugs, Go!Zilla, Baby Shakes, Grindhouse, Henry's Funeral Shoe, Red, Kepa (Binic Folks Blues Festival 2019) par Pierre Andrieu
Ville de Binic, le 26/07/2019
Excellente première journée au Binic Folks Blues Festival 2019 le vendredi 26 juillet avec moult artistes de rock 'n roll, blues, garage, punk à voir en live sous le... La suite

Kid Congo & The Pink Monkey Birds, Flat Worms, Bench Press, Omni, XYZ, The Druids Of The Gué Charette, Ben Salter, Escape-Ism, Digger & The Pussycats (Binic Folks Blues Festival 2018) en concert

Kid Congo & The Pink Monkey Birds, Flat Worms, Bench Press, Omni, XYZ, The Druids Of The Gué Charette, Ben Salter, Escape-Ism, Digger & The Pussycats (Binic Folks Blues Festival 2018) par Pierre Andrieu
Sur les quais, Binic, le 29/07/2018
L'édition 2018 de l'incontournable (si l'on aime le rock, le roll et caetera) Binic Folks Blues Festival a pris fin le dimanche 29 juillet avec une dernière tournée de shows... La suite

Escape-Ism, Magnetix, Big Mountain County, Digger & The Pussycats, Les Lullies, Catl, Black Boys On Moped, White Cowbell Oklahoma (Binic Folks Blues Festival 2018) en concert

Escape-Ism, Magnetix, Big Mountain County, Digger & The Pussycats, Les Lullies, Catl, Black Boys On Moped, White Cowbell Oklahoma (Binic Folks Blues Festival 2018) par Pierre Andrieu
Sur les quais, Binic, le 28/07/2018
Toujours vivant après le déluge d'émoustillants concerts du premier jour au Binic Folks Blues Festival (Digger & The Pussycats, XYZ, Les Lullies, Rhyece O'Neill & The... La suite

Beechwood : les dernières chroniques concerts

King Khan LTD, Cannibale, Beechwood, The Schizophonics, Death Valley Girls, Steal Shit Do Drugs, Go!Zilla, Baby Shakes, Grindhouse, Henry's Funeral Shoe, Red, Kepa (Binic Folks Blues Festival 2019) en concert

King Khan LTD, Cannibale, Beechwood, The Schizophonics, Death Valley Girls, Steal Shit Do Drugs, Go!Zilla, Baby Shakes, Grindhouse, Henry's Funeral Shoe, Red, Kepa (Binic Folks Blues Festival 2019) par Pierre Andrieu
Ville de Binic, le 26/07/2019
Excellente première journée au Binic Folks Blues Festival 2019 le vendredi 26 juillet avec moult artistes de rock 'n roll, blues, garage, punk à voir en live sous le... La suite

Death Valley Girls : les dernières chroniques concerts

King Khan LTD, Cannibale, Beechwood, The Schizophonics, Death Valley Girls, Steal Shit Do Drugs, Go!Zilla, Baby Shakes, Grindhouse, Henry's Funeral Shoe, Red, Kepa (Binic Folks Blues Festival 2019) en concert

King Khan LTD, Cannibale, Beechwood, The Schizophonics, Death Valley Girls, Steal Shit Do Drugs, Go!Zilla, Baby Shakes, Grindhouse, Henry's Funeral Shoe, Red, Kepa (Binic Folks Blues Festival 2019) par Pierre Andrieu
Ville de Binic, le 26/07/2019
Excellente première journée au Binic Folks Blues Festival 2019 le vendredi 26 juillet avec moult artistes de rock 'n roll, blues, garage, punk à voir en live sous le... La suite

Prettiest Eyes : les dernières chroniques concerts

Sleaford Mods, Civic, Shifting Sands, Prettiest Eyes, Dewaere, Listener, St. Morris Sinners, Moody Beaches, Cathédrale, Draught Dodgers (Binic Folks Blues Festival 2019) en concert

Sleaford Mods, Civic, Shifting Sands, Prettiest Eyes, Dewaere, Listener, St. Morris Sinners, Moody Beaches, Cathédrale, Draught Dodgers (Binic Folks Blues Festival 2019) par Pierre Andrieu
Ville de Binic, le 28/07/2019
Après deux jours absolument parfaits (chroniques ici), le Binic Folks Blues Festival 2019 prend fin le dimanche 28 juillet avec une dernière salve de concerts tout à fait... La suite

Prettiest Eyes (This Is Not A Love Song Festival - TINALS 2019) en concert

Prettiest Eyes (This Is Not A Love Song Festival - TINALS 2019) par Pierre Andrieu
Paloma, Nîmes, le 01/06/2019
Samedi 1er juin, minuit, Nîmes, la dernière journée de TINALS 2019 touche à sa fin et l'on commence à être passablement chaud (on vient de s'enquiller cul sec Fontaines... La suite

(my) This Is Not a Love Song (TINALS) Festival 2019, 3-3 : Rocky Controlo, Shonen Knife, Wednesday Campanella, Mormor, Fontaines D.C., Mick Strauss, Warm Drag, Rendez-vous, Shame, Prettiest Eyes, Johnny Mafia  en concert

(my) This Is Not a Love Song (TINALS) Festival 2019, 3-3 : Rocky Controlo, Shonen Knife, Wednesday Campanella, Mormor, Fontaines D.C., Mick Strauss, Warm Drag, Rendez-vous, Shame, Prettiest Eyes, Johnny Mafia par Philippe
Paloma, Nîmes, le 01/06/2019
C'est déjà le troisième jour du This Is Not a Love Song Festival #7, et ni la météo (superbe - tempête de ciel bleu pour tous les Tinaliers), ni l'ambiance (délicieuse - festival... La suite

The Brian Jonestown Massacre, The Soft Moon, JC Satan, Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs, Prettiest Eyes, Holy Wave, Wild Fox, La Luz (Levitation France 2018) en concert

The Brian Jonestown Massacre, The Soft Moon, JC Satan, Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs Pigs, Prettiest Eyes, Holy Wave, Wild Fox, La Luz (Levitation France 2018) par Pierre Andrieu
Le Quai, Angers, le 21/09/2018
Encore un week-end bien rempli à Angers pour le festival Levitation France, déclinaison française du rassemblement organisé à Austin par les Black Angels et leurs potes... Les... La suite

Ville de Binic : les dernières chroniques concerts

Sleaford Mods, Civic, Shifting Sands, Prettiest Eyes, Dewaere, Listener, St. Morris Sinners, Moody Beaches, Cathédrale, Draught Dodgers (Binic Folks Blues Festival 2019) en concert

Sleaford Mods, Civic, Shifting Sands, Prettiest Eyes, Dewaere, Listener, St. Morris Sinners, Moody Beaches, Cathédrale, Draught Dodgers (Binic Folks Blues Festival 2019) par Pierre Andrieu
Ville de Binic, le 28/07/2019
Après deux jours absolument parfaits (chroniques ici), le Binic Folks Blues Festival 2019 prend fin le dimanche 28 juillet avec une dernière salve de concerts tout à fait... La suite

King Khan LTD, Cannibale, Beechwood, The Schizophonics, Death Valley Girls, Steal Shit Do Drugs, Go!Zilla, Baby Shakes, Grindhouse, Henry's Funeral Shoe, Red, Kepa (Binic Folks Blues Festival 2019) en concert

King Khan LTD, Cannibale, Beechwood, The Schizophonics, Death Valley Girls, Steal Shit Do Drugs, Go!Zilla, Baby Shakes, Grindhouse, Henry's Funeral Shoe, Red, Kepa (Binic Folks Blues Festival 2019) par Pierre Andrieu
Ville de Binic, le 26/07/2019
Excellente première journée au Binic Folks Blues Festival 2019 le vendredi 26 juillet avec moult artistes de rock 'n roll, blues, garage, punk à voir en live sous le... La suite

Kid Congo & The Pink Monkey Birds, Flat Worms, Bench Press, Omni, XYZ, The Druids Of The Gué Charette, Ben Salter, Escape-Ism, Digger & The Pussycats (Binic Folks Blues Festival 2018) en concert

Kid Congo & The Pink Monkey Birds, Flat Worms, Bench Press, Omni, XYZ, The Druids Of The Gué Charette, Ben Salter, Escape-Ism, Digger & The Pussycats (Binic Folks Blues Festival 2018) par Pierre Andrieu
Sur les quais, Binic, le 29/07/2018
L'édition 2018 de l'incontournable (si l'on aime le rock, le roll et caetera) Binic Folks Blues Festival a pris fin le dimanche 29 juillet avec une dernière tournée de shows... La suite

Escape-Ism, Magnetix, Big Mountain County, Digger & The Pussycats, Les Lullies, Catl, Black Boys On Moped, White Cowbell Oklahoma (Binic Folks Blues Festival 2018) en concert

Escape-Ism, Magnetix, Big Mountain County, Digger & The Pussycats, Les Lullies, Catl, Black Boys On Moped, White Cowbell Oklahoma (Binic Folks Blues Festival 2018) par Pierre Andrieu
Sur les quais, Binic, le 28/07/2018
Toujours vivant après le déluge d'émoustillants concerts du premier jour au Binic Folks Blues Festival (Digger & The Pussycats, XYZ, Les Lullies, Rhyece O'Neill & The... La suite