Accueil Chronique de concert Benjamin Biolay + Mathis Gardel
Mercredi 23 octobre 2019 : 13381 concerts, 25732 chroniques de concert, 5269 critiques d'album.

Chronique de Concert

Benjamin Biolay + Mathis Gardel

Benjamin Biolay + Mathis Gardel en concert

Pasino - Aix en Provence 18 Avril 2013

Critique écrite le par

Un début de soirée pas comme les autres au Pasino avec pour commencer, ce soir n'est pas coutume, un petit dîner sushis dans la galerie du casino ... Le top et ce n'est qu'un début ! Lorsque nous entrons dans la salle et pour bien continuer, on est également hyper bien placés (juste au 1er rang). Alors que dire, sinon : Que le spectacle commence !



La première partie de Benjamin Biolay va être assurée par Mathis Gardel ... Que je ne connais pas encore. Seule info que j'ai sur lui, c'est que les deux musiciens qui l'accompagnent ont une formation parallèle, nommée La Bestiole. Côté scène, c'est une batterie qui semble avoir rencontré un zèbre. Une seconde un peu plus grande en arrière plan (certainement pour la seconde partie). Et c'est une fille qui prend place derrière les drums (j'adore les filles batteuses !!), hyper féminine en plus avec sa petite robe à carreaux blancs et noirs (assortie ... quelle classe !) et jouant debout.



La musique qui démarre a un sympathique petit côté Vintage. Légère brume de fumée du soir. Un chanteur avec guitare plutôt beau gosse (en polo Lacoste, s'il vous plait) et accompagné d'un second guitariste, pour un Rock un peu Rétro servi par une voix qui joue sur le monocorde.



Second morceau et il tombe la guitare. Toujours cette voix qui oscille entre le quasi parlé des couplets et le chanté des refrains, avec un univers pas si éloigné que ça de Benjamin Biolay ... Tout cela se tient très bien, ma foi. Il part même à l'assaut de la scène micro en main. Jeux d'allers et retours, avec une petite présentation très sympa. Les lumières sont très diffuses, pour une scénographie dans la pénombre. Des tranches d'histoires sur fond d'histoire d'amour et petit show avec le guitariste, dans une imagerie bien Rock.



On reste toujours dans les lumières franches. Donc après le jaune, le bleu ... Voilà le rouge pour Jolie Conne, qui prend des airs de BB Brunes en plus Pop, avec une petite reprise de volée du plus bel effet. Mais il nous manquait le vert ... Et le voici pour la dernière, qui s'annonce comme la plus Rock. Il ne ménage d'ailleurs pas sa peine, gouttes de sueur sur le visage, ce qui rend cette musique hachée et pleine un d'à-coups encore plus impressionnante. J'aime beaucoup et il est clair que nous sortons des sentiers battus ... Avec même une corde qui se casse dans la tourmente !



Mathis Gardel : Chant & Guitare
Olivier Azzano : Guitare
Delphine Labey : Batterie


Setlist
1 - Dans Tes Limbes
2 - Dans L'air Du Soir
3 - Reste Encore
4 - Jolie Conne
5 - Le Moral Au Bas Fixe

***************************************************************************

La drôle de batterie zébrée de Mathis Gardel partie, on passe aux choses sérieuses avec, semble-t-il, un timing assez serré ... Décompte sur le fond de scène en chiffres de lumière ... Plus que 500 secondes à attendre !



La fumée se distille gentiment dans la salle, sur une musique plutôt Rap (et je ne saurais pas dire si le choix musical fait partie du concept). Le Pasino est rempli (ou presque) et lorsque le décompte arrive à 120, le noir se fait dans la salle, mais avec toujours une musique pas forcément propice au suspens ... Ceci n'empêchant pas le public de commencer une clappe qui monte de plus en plus fort. A 40, cinq musiciens montent sur scène et les derniers chiffres sont décomptés à haute voix, accompagnés de cris !

Et, dès le départ, la couleur décalage est annoncée, avec une voix off de femme qui déclare que "Benjamin Biolay est nul à chier [...] La Pop française singe la Pop anglaise [...] nulle, avec Benjamin Biolay en tête" Culotté comme intro quand même !! Puis il entre, une main en l'air et l'autre tenant son micro. Il nous salue et nous remercie déjà. Lui aussi se met à parler, ou à répondre plus exactement ... "Peu m'importe". Avec cette voix si particulière et cette indéfinissable façon de faire : comme s'il me parlait à moi, rien qu'à moi.



Il prend place de dos, dans le triangle des claviers et s'amuse à nous sortir une voix de diable. Drôle de fond de scène, fait de tous ces petits carrés de lumières bleues ... Il ne se passe pas grand chose physiquement parlant et pourtant, il fait preuve d'une incroyable présence, avec ce regard simple et sincère qui parcourt le public. Le noir se fait, avec juste des tubes de lumière sur eux. Voix off chantée de femme et encore un détours par le trio de claviers (marrant d'ailleurs cette disposition qui le met dos à nous) ... Et ces amours mortes Sous Le Lac Gelé qui vous donnent un goût amère de solitude.

Il semble écouter les intros. Les textes ont toujours beaucoup de langueur et apportent une forme de romantisme sombre aux morceaux (sensation encore renforcée par ses cheveux en bataille à la Chateaubriand). Le tout donnant envie de l'écouter seul, en face à face. Une impression unique de tête à tête. Beaucoup de mélancolie et de tendresse à la fois, comme dans le très beau Carpe Diem de Profite.



Premières notes de La Superbe. Cris du public. Lumière de nuit. Violons ... Son jeu de mains sur le pied du micro. Son poing qui vibre et son regard qui plonge dans le fond de nos yeux ... Ça le fait hyper bien quand même ! On est ainsi immergés dans son univers et tout se fait naturellement. Même le petit loupé qu'il s'amuse à commenter : "On appel ça un blanc dans la profession ... Il fallait que ça arrive ;) !"

Filets de lumière, comme une toile. Textes entre poème et chanson, entre parlé et chanté, mais avec toujours sa voix chaude ... Et "Le jour se lève" effectivement, simple et beau. Il remercie et applaudit la salle à chaque fois. Il y a d'ailleurs un véritable Fan Club au premier rang et celui-ci se lève, n'y tenant plus, pour Dans La Merco Benz (ce qui n'est pas pour lui déplaire!) Et même dans ses chansons aux rythmes enlevés, il reste toujours une pointe de nostalgie ... Mais une belle nostalgie. Une atmosphère de roman noir même parfois, avec ces textes qui t'embarquent où bon leur semble, avec des mélodies à la fois puissantes et douces.



"Est-ce que ça va bien ?!? C'est réciproque !" Son univers oscille dans le plus ou moins Rock selon les moments et, dans l'intensité, il se met à parcourir la scène de part en part, pied de micro en main. Et lui de nous dire "Merci Merci Merci ... Je ne sais dire que ça !". Une voix de femme lui répond "Benji, t'es le meilleur !!" et lui "Je ne suis pas sûr, mais merci beaucoup !"

Chère Inconnue distille un petit parfum de Bossa, pleine de subtilité dans le maniement du langage et qui n'est pas sans rappeler un certain Serge Gainsbourg (si, si ... J'assume la comparaison). Et puis on bascule une nouvelle fois dans une ambiance Electro, avec douches de lumières roses et rouges. C'est assez incroyable de garder ainsi un véritable fil conducteur avec une aussi grande diversité musicale. Alors toutes celles qui dansaient vivent plutôt mal le fait de devoirs rester assises (toujours bizarre ces consignes ... Ce n'est pourtant pas planplan comme concert !) Et justement, ironie du sort, il chante Qu'est-ce Que Ça Peut Faire ! Bien Rock encore celle-ci, avec une zenitude des musiciens, tout sourire, assez désarmante et détonante.



Avec Ton Héritage, on repart dans un piano/voix. Une balade très douce, emplie de tendresse, d'une extrême poésie, sans l'ombre d'une lourdeur ou un soupçon de guimauve. Une chanson, j'imagine, écrite pour sa fille Anna. Elle est magnifique. Juste les mots qu'on aurait voulu trouver pour la prunelle de nos yeux ... Toutes les mélodies sont magnifiques. Les paroles saisissantes. Le refrain de Ne Regrette Rien est rugissant, entêtant, emportant tout sur son passage dans des lumières saccadées qui décomposent sa silhouette et soufflant le chaud et le froid. Wahou !! Moi non plus, je ne regrette rien, surtout pas d'être venue. Avec ce violoncelle qui sait aussi donner une rondeur et une douceur à laquelle se mêle la force des guitares ... C'en devient même bouleversant par moment.

"Cette chanson là est parfaite pour vous dire ce que je ressens, je crois ..." Confettis nous parle, en effet, avec son petit côté slow 60's revisité. Mais le Rock reprend bien vite possession de la scène, à grand renfort de riffs de guitares, de flash de lumières et de tête à tête (et même tête contre tête) avec le bassiste. Ils ne tiennent bientôt plus en place. Benjamin Biolay, lui, nous bouleversent, nous embarque et nous fait passer par le même parcours inégal et semé d'embûches que l'amour. Avec des chansons qui sont vraiment à tomber.



La fin du Set va être très très intense. Très longue intro avec beaucoup de fumée et une scène totalement à contre jour. Plus ça va et plus on monte en puissance, en revers et en intensité. Avec un son comme venu de partout à la fois, dans une ambiance irréelle. C'est définitivement un concert déroutant et d'une richesse incroyable. Il se met à hurler, presque irréel. Une putain de claque, poing levé pour la fin de A L'origine. La salle termine les mains en l'air et il s'amuse "Du monde entier qui l'acclame !" On dévie sur Gorillaz et on a même droit à des baisers envoyés, avant que la salle ne se mette à crier des Oh Oh Oh !!

Quand il s'en va, c'est avec un Pasino debout sur fond d'Electro. Un premier, puis un second rappel. Intro sur La Rivière Sans Retour. La salle chante. Marilyn Monroe aussi. Et BB a tellement l'air à fleur de peu que s'en est troublant. Il nous quitte comme un amis : "Soyez prudents si vous allez loin et si vous allez près aussi en fait !"

Benjamin Biolay : Chant & Clavier
Pierre Jaconelli : Guitare
Nicolas Fizsman : Basse
Marc Chouarain : Clavier
Thomas Cœuriot : Guitare - Violoncelle & Clavier
Denis Benarrosh : Batterie


Setlist
Intro : Cactus Concerto
1 - Sous Le Lac Gelé
2 - Profite
3 - La Superbe
4 - La Pénombre Des Pays-Bas
5 - Dans La Merco Benz
6 - Laisse Aboyer Les Chiens
7 - Aime Mon Amour
8 - Chère Inconnue
9 - Rendez-vous Qui Sait
10 - Qu'est-ce Que Ça Peut Faire
11 - Ton Héritage
12 - Ne Regrette Rien
13 - Dans Mon Dos
14 - Confettis
15 - Ground Zéro Bar
16 - Quinze Septembre
17 - Personne Dans Mon Lit
18 - A L'origine
19 - Padam
--------------------------------------
20 - Marlène Déconne
21 - Les Cerfs Volants

Chronique réalisée par l'équipe de Concerts en Boîte

Benjamin Biolay : les dernières chroniques concerts

Benjamin Biolay et Melvil Poupaud - Songbook (Festival Sémaphore en Chanson) en concert

Benjamin Biolay et Melvil Poupaud - Songbook (Festival Sémaphore en Chanson) par Pierre Andrieu
Sémaphore, Cébazat, le 15/11/2018
Joli cadeau pour les fans de Benjamin Biolay, la tournée Songbook permet de voir à l'œuvre en live dans un cadre intimiste le songwriter et acteur français en compagnie de... La suite

Benjamin Biolay (Nuits de Fourvière 2017) en concert

Benjamin Biolay (Nuits de Fourvière 2017) par Agathe Martin
Théâtre antique de Fourvière, Lyon, le 19/06/2017
L'émotion était au rendez-vous pour ce nouveau concert de Benjamin Biolay aux Nuits de Fourvière ! De retour à Lyon, où son histoire a commencé, le rebelle inspiré a immédiatement... La suite

Benjamin Biolay en concert

Benjamin Biolay par Fred B
Le Silo, Marseille, le 02/02/2017
En ce début du mois de février, Benjamin Biolay était donc de retour à Marseille pour la tournée "Palermo Hollywood", du nom de son album aux influences latine (argentines... La suite

Benjamin Biolay en concert

Benjamin Biolay par Xavier Averlant
Salle Pleyel, Paris, le 25/09/2016
Après le concert du mois de juin à Lyon, c'est dans une Salle Pleyel toute rénovée que Benjamin Biolay est venu présenter son nouvel album "Palermo Hollywood". Depuis sa... La suite

Mathis Gardel : les dernières chroniques concerts

Benjamin Biolay + Mathis Gardel en concert

Benjamin Biolay + Mathis Gardel par Lionel Degiovanni
le Silo - Marseille, le 19/04/2013
Le Silo est enfumé. L'ambiance est déjà un peu imprécise et cette brume artificielle pique les yeux. Mais tout le monde attend placidement en observant les lieux. La grande salle... La suite

Mathis Gardel + Benjamin Biolay en concert

Mathis Gardel + Benjamin Biolay par flag
Pasino - Aix en Provence, le 18/04/2013
Un concert assis, les gens placés comme au cinéma ou au théâtre, cela donne un petit côté solennel qui sied bien à la salle presque sans vie du Pasino d'Aix en Provence. Le... La suite

Pasino - Aix en Provence : les dernières chroniques concerts

Gérald de Palmas + Arno Santamaria en concert

Gérald de Palmas + Arno Santamaria par Ysabel
Pasino - Aix en Provence, le 21/03/2014
Le Pasino est annoncé complet, pour ce rendez-vous avec Gérald De Palmas qui semble annuel. Et, petite surprise de dernière minute : La première partie n'était pas prévue, mais... La suite

Rose + Margaux Avril en concert

Rose + Margaux Avril par Ysabel
Pasino - Aix en Provence, le 11/10/2013
Un concert au Pasino d'Aix, y'a pas à dire, c'est l'occasion parfaite pour passer un très bon moment. Et, ce soir encore, il ne va pas faire mentir sa réputation ... Un petit dîner... La suite

Pink Martini en concert

Pink Martini par Ysabel
Pasino - Aix en Provence, le 19/04/2013
La scène du Pasino est hyper optimisée niveau occupation de l'espace, avec déjà tous les instruments en place (sans doute la raison de l'absence de première partie ... certainement... La suite

Mathis Gardel + Benjamin Biolay en concert

Mathis Gardel + Benjamin Biolay par flag
Pasino - Aix en Provence, le 18/04/2013
Un concert assis, les gens placés comme au cinéma ou au théâtre, cela donne un petit côté solennel qui sied bien à la salle presque sans vie du Pasino d'Aix en Provence. Le... La suite