Accueil Chronique de concert Brendan Perry
Dimanche 21 juillet 2019 : 11403 concerts, 25586 chroniques de concert, 5260 critiques d'album.

Chronique de Concert

Brendan Perry

Brendan Perry en concert

Ninkasi Kao - Lyon 13 Février 2019

Critique écrite le par

Mercredi soir sur Lyon, Direction Gerland pour une date soulignée et surlignée dans l'agenda : Brendan Perry au Ninkasi Kao. Arrivée à 20h lorsque je me rends au guichet, peu d'agitation vers la billetterie : tout le monde vient de s'engouffrer à l'intérieur de la salle. Lorsque je pénètre dans la fosse, noire de monde, je ne peux que réaffirmer cette intuition depuis longtemps vérifier : date à ne pas manquer ! Il est presque vain de tenter de retrouver un visage connu.

Le grand monsieur qui s'apprête sous peu à arriver sur scène est l'un des membres phare du groupe notoire : Dead Can Dance qu'il a créé en 1981 avec Lisa Gerrard, chanteuse à la voix envoutante. Si ce soir, la prêtresse des morts qui peuvent danser n'est pas présente sur scène, on peut toutefois noter trois concerts à venir : passages plus qu'attendus à Rennes au Liberté et au Grand Rex à Paris.

Toujours est-il que ce soir, Brendan Perry, bien qu'en l'absence de sa fidèle partenaire, remplit une salle qui s'impatiente de plonger son écoute dans l'oeuvre à la fois transcendante et intemporelle du baryton anglais. Il est accompagné de deux excellents musiciens Astrid Williamson et Richard Yale. Le groupe, faisant son apparition vers les alentours de 20h30 ouvre les festivités avec un morceau de Dead Can Dance : "Labour of Love". Pas de négociations possible, avec cette introduction, on s'embarque pour la soirée, la musique ne permet pas de retour et la voix du Monsieur, une fois vibrant dans nos oreilles, ne peut que nous entraîner de l'avant à mesure battante de ce "Labour of Love". Les trois titres suivants sont des reprises de Tim Buckley, "Happy Time", "Buzzin' Fly" et le très beau "Chase the Blues". Merveilleusement interprétés, ces covers n'ont pas à pâlir devant les originales car si les morceaux d'origines sont des chefs-d'oeuvres, Tim Buckley ne s'en retournera pas dans sa tombe. Brendan Perry et ses deux excellents musiciens ajoutent quelque chose en plus à ces chansons, grâce à l'une aura très particulière propre au chanteur : on aura une fois de plus l'impression de basculer dans une dimension éloignée de notre quotidien, quelque part comme en plein vol, une contemplation aérienne ouverte sur le monde.



Défilent "Berimbau" et "Canto de Ossanha" (cover de Baden Powell). Au contact de ces notes Dépaysantes et ressourçantes, l'imagination se lève et explore des contrées tour à tour ensoleillées, assombries et colorées par des nuances musicales et sonorités entremêlées de cultures différentes. L'ouïe se délecte de voyager autant dans la pénombre du Kao.

"The Carnival is over"... gros crush musical. Comme une retraite dans le temps, ce titre commence avec des notes de piano empreintes de gravité, comme une ritournelle solennelle qui semblent esquisser des pas s'éloignant sous le crépuscule. Viennent ensuite s'ajouter quelques subtilités lumineuses, comme une flopée d'étoiles, des notes de pianos aiguës pareilles à des lumières un peu fugitives surgissent, inconnues, de la nuit pour chaperonner une mélancolie évanescente. Puis la voix de Brendan Perry rejoint cette promenade mystérieuse... Profonde, harmonieuse et pleine de suavité, elle nous transporte jusqu'aux confins de souvenirs que l'on croyait oublier...

Le concert se poursuit avec "Song To The Siren", "Killing the Dream", "The Rising Tide" et "Severance", un morceau aux frontières de l'incantation digne d'annoncer la fin du songe musical... Et pourtant, les trois artistes reviendront par deux fois, ardemment réclamés par le public lyonnais pour jouer "Don't Fade Away" et "Medusa"... Et ce dernier morceau... ahhh en live, voilà que des frissons parcourent le corps tout entier, le paysage sonore dévoile un décors semblable à certains longs-métrages de Theo Angelopoulos qui questionnent la mémoire... Ce morceau qui se greffe à la fois dans l'espace, convoque un temps qui semble reculé... La mélodie qui s'éloigne et reparaît ressemble à une valse des souvenirs qui flottent, des images émergent dans ces mouvements gracieux mais fantomatiques, puis s'effacent pour ne laisser qu'un reflet vague... La poussière du temps embrasse chacun de ces mots... Sur place, j'ai la tête qui tourne et qui voudrait que jamais ne s'arrête ce morceau. L'impression de flotter, ou de voguer, d'errer quelque part perdue dans le temps. L'impression de se rapprocher d'un adieu pourtant, la mélodie, majestueuse finit par toucher à sa fin...

Puis la soirée prend fin, et le coeur bercé de nostalgie et parallèlement de joie, je regarde une dernière fois ce qui vient d'être très certainement l'un de mes meilleurs souvenirs des concerts de l'année ondoyer et s'estomper poétiquement derrière un rideau trop rapidement tombé à mon goût... Une soirée musicale enchanteresse, Merci beaucoup pour cette programmation le Ninkasi Kao !


Brendan Perry : les dernières chroniques concerts

Dead Can Dance en concert

Dead Can Dance par Kx Santos
Liberté, Rennes, le 02/05/2019
Ce jeudi 2 mars, c'est au Liberté que l'on se donne rendez-vous pour assister au deuxième concert préambule (le premier avait lieu le 30 avril au Lieu Unique, à Nantes) de la... La suite

Brendan Perry (Dead Can Dance) en concert

Brendan Perry (Dead Can Dance) par Pierre Andrieu
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 19/02/2019
Quel privilège d'assister au concert - à la fois envoûtant et surprenant - de Brendan Perry dans le cadre idéal pour communier avec un artiste du club de La Coopé ! En ce mardi... La suite

Brendan Perry en concert

Brendan Perry par Phil2guy
Espace Julien, Marseille, le 12/02/2019
La venue ce soir à l'Espace Julien de Brendan Perry moitié masculine de Dead Can Dance est un petit événement tant les prestations de l'homme et de son groupe, qui vient de sortir... La suite

Brendan Perry  en concert

Brendan Perry par lol
Petit Bain, Paris, le 06/02/2019
Pour les non-initiés, Brendan Perry est le leader et la voix masculine du groupe iconique du courant Cold Wave, Dead Can Dance. Pour les fans de DCD, la perspective de pouvoir voir... La suite

Ninkasi Kao - Lyon : les dernières chroniques concerts

Sick Of It All en concert

Sick Of It All par Vinogradov
Ninkasi Kao, Lyon, le 14/04/2019
Un grand jour que ce dimanche illuminé par un concert de Sick Of It All ! Le mythique groupe américain a sorti un nouvel album il y a un an, ce qui permet à de nouvelles et... La suite

Jello Biafra And the Guantanamo School of Medicine + Sharked en concert

Jello Biafra And the Guantanamo School of Medicine + Sharked par Jef VILLE
Ninkasi Kao - Lyon, le 18/08/2016
Bon voilà je vais enfin voir Jello Biafra (oh what a name!) en concert, malheureusement sans les membres emblématiques des Dead Kennedys. Après avoir découvert le mouvement... La suite

Crest Of Darkness + Sterbhaus + Shining  en concert

Crest Of Darkness + Sterbhaus + Shining par Ylxao
Le Ninkasi Kao à Lyon, le 28/11/2013
Ce soir-là, j'incarne la joie car c'est une date qui ne peut que me ravir : Shining est de passage dans le comté lyonnais ! Ayant découvert un ou deux ans auparavant je n'attendais... La suite

Biga Ranx en concert

Biga Ranx par A.Ville
Ninkasi Kao - Lyon, le 22/11/2013
Le 22 novembre 2013 a donc eu lieu le concert de Biga*Ranx, au Ninkasi Kao de Lyon. Biga Ranx n'en est pas à sa première, car, malgré son jeune âge, le chanteur de 25 ans... La suite