Accueil Chronique de concert Bror Gunnar Jansson
Dimanche 25 février 2018 : 11848 concerts, 24869 chroniques de concert, 5197 critiques d'album.

Chronique de Concert

Bror Gunnar Jansson

Bror Gunnar Jansson en concert

Le Poste à Galène, Marseille 9 mai 2017

Critique écrite le par

Deuxième passage par Marseille (nous étions déjà là pour le premier, bien sûr) du "bluesmoine" suédois Bror Gunnar Jansson. Cette fois-ci, c'est au Poste et la salle est pratiquement pleine (ce qui est toujours une jolie surprise, quand ça arrive, rarement, en pleine semaine...). Le personnage, toujours costumé façon pasteur mormon pisse-froid (mais en chaussettes à pois... cherchez pas, c'est sa tenue de travail), s'avance évidemment seul pour s'asseoir devant 3 éléments de batterie, 2 guitares Danelectro et quelques pédales cachées, coiffé d'un chapeau très élégant dont il nous salue aimablement.


Si on l'avait trouvé, sans jeu de mots, un peu froid lors de son premier passage (ce qui comme toujours nous avait valu un déchaînement de haters de passage, à qui l'on pisse à la raie au passage), il sera un poil plus détendu et décoincé cette fois-ci, parsemant son show de petites blagues et échanges avec le public. Le départ est quand même glaçant, du genre d'un mec qui aurait soudain décidé de ne plus jamais sourire, façon cold turkey. Ses mimiques et son regard, appuyés par un éclairage orange sanguin du plus bel effet, en font une crédible apparition diabolique. You think you're safe, when you sleep ?, nous interroge-t-il plusieurs fois, menaçant... ouvrant soudain de possibles abimes d'angoisses et de nuits blanches... Surtout enchaînés avec des hurlements éraillés : ce mec est à lui tout seul bien plus effrayant que tous les guignols de Ghost... Moan Snake Moan est néanmoins cool et aussi groovy que peut l'être un blues joué par un scandinave.


Quel que soit le rythme de départ des morceaux, de la balade désespérée au boogie woogie inattendu, il a vocation à s'accélérer à la fin. Quel que soit le murmure de départ (comme ce morceau qui commence par de simples inspirations), il a vocation à se transformer en cris de détresse, avec un timbre de voix à la fois éraillé et coupant, assez fascinant. On dirait qu'il y a dans ce corps presque marmoréen par moments, une autre personne enfermée vivante façon chat noir d'Edgar Poe, et qui hurle pour en sortir. Certes son blues guitaristique, assez référencé, ne fait pas sauter au plafond comme celui, par exemple, joyeusement basique de Seasick Steve (annoncé bientôt et pour la première fois à Marseille, yeeha, don't miss him folks !)... Notre chouchou en la matière est de toutes façons l'indépassable Legendary Tigerman qui, comme une comète, passe heureusement dans cette salle tous les 3 ou 4 ans...


Mais le rythme aidant, on se surprend quand même à danser du menton, voire du haut du corps. Lui-même, n'y tenant plus (une chemise, une cravate, un veston et un chapeau, est-ce bien raisonnable dans un club marseillais en mai ?), il finira quand même par enlever son chapeau. Le côté Buster Keaton disparu, les filles se rendent compte que malgré sa machoire carrée, il est furieusement beau gosse. N'ayant pas révisé ses vinyles, avouons qu'on a pas forcément reconnu plus de la moitié des titres, ce qui est normal en sachant qu'il vient de sortir un album en deux parties... Et que le Lonely Preacher affiche sa set-list dans un petit carnet qu'il garde jalousement comme un missel, ce qui ne facilite pas la mission du chroniqueur mais contribue efficacement à son image d'évangélisateur mystérieux.


Si le concert connaît quelques coups de mous sans conséquence (certains morceaux étant étirés au delà du raisonnable, sur une seule corde ou une seule phrase répétée - ce mec a du écrire le blues le plus lent du monde et en plus, il nous l'a joué !), on passe à nouveau un très bon moment avec lui, surtout pendant Ain't No Grave, jouée en rappel et climax attendu du concert. Il est vrai que ce titre remixant Johnny Cash et Bo Diddley reste sa réussite majeure ! Suivie par un heavy blues quand même moins speed, et par une balade tranquille et joliment reverbée. Atterrissage en douceur - en voilà, une courbe d'ambiance maîtrisée ! Il salue une dernière fois, après quelques 75 minutes de concert, juste avant d'aller regagner le van-cercueil dans lequel il dort probablement pendant la journée. On l'aura compris, un artiste attachant et un mec probablement sympa au final, qui doit surement rigoler très volontiers quand il se brûle.

Merci à Lourdes & Lola la Poulpa pour les photos !

Bror Gunnar Jansson : les dernières chroniques concerts

Bror Gunnar Jansson + Yannick Owen en concert

Bror Gunnar Jansson + Yannick Owen par Nino
Le Périscope à Lyon, le 18/11/2017
Une soirée sans fioritures se profile ce soir au Périscope, jolie salle lyonnaise dont la taille et la configuration favorisent la proximité et l'intimité d'une écoute... La suite

Bror Gunnar Jansson + Whitney + Frank Carter & The Rattlesnackes  + Pond + Black Angels + Teenage Fanclub (This is Not a Love Song - J3) en concert

Bror Gunnar Jansson + Whitney + Frank Carter & The Rattlesnackes + Pond + Black Angels + Teenage Fanclub (This is Not a Love Song - J3) par g
Nimes, le 11/06/2017
THIS IS NOT A LOVE SONG. ... But This a (good) live song. Dimanche, 11 juin 2017. Nous avons raté les jours un et deux mais les retours, glanés de ci, de là sur le site sont... La suite

(My) This Is Not A Love Song (TINALS) Festival 2017 : Bror Gunnar Jansson, Frank Carter & the Rattlesnakes, Slaves (+ Whitney, Kokoko, Laura Sauvage) en concert

(My) This Is Not A Love Song (TINALS) Festival 2017 : Bror Gunnar Jansson, Frank Carter & the Rattlesnakes, Slaves (+ Whitney, Kokoko, Laura Sauvage) par Philippe
La Paloma, Nîmes, le 11/06/2017
This Is Not A Love Song ! Ou plutôt TINALS, puisqu'on est désormais presque intimes, avec cette troisième édition pour nous (la deuxième en famille), où l'on est comme toujours... La suite

Bror Gunnar Jansson en concert

Bror Gunnar Jansson par Prakash
Poste à Galène, Marseille, le 09/05/2017
C'est mon grand retour aux chroniques ce soir...après trois mois d'absence à cause d'un empêchement de 51 cm et 3 kg 6 ! Et ce come-back se fera au Poste à galène ce mardi pour le... La suite

Le Poste à Galène, Marseille : les dernières chroniques concerts

Wilko & Ndy + Africa Twin + Andreas + Bone (Inouis 2018) en concert

Wilko & Ndy + Africa Twin + Andreas + Bone (Inouis 2018) par Sami
Poste A Galène, Marseille, le 25/01/2018
Comme chaque début d'année les Auditions Paca/Corse propose sur deux soirs d'écouter des artistes de la région, avec la clé pour l'un d'entre eux de jouer au Printemps De... La suite

La Kamba en concert

La Kamba par pirlouiiiit
Poste à Galène, Marseille, le 06/10/2017
Dernière chronique d'une longue soirée qui a donc eu lieu il y a maintenant 3 semaines. Longue soirée qui avait commencé avec le concert de Stoo Odom's Odomiseurs à la Casa... La suite

The Bootleggers - Franka (Cops&Robbers) - Leeroy Stanner (Wild Child) - Nitrate. en concert

The Bootleggers - Franka (Cops&Robbers) - Leeroy Stanner (Wild Child) - Nitrate. par g
Marseille, le Poste à Galène, le 29/09/2017
LA (BONNE) NOSTALGIE CAMARADE. Tout a commencé avec le livre de Robert "Rock" Rossi (sorti en mai, tout frais donc). Le co-fondateur et co-leader de Quartiers Nord a eu l'idée... La suite

Page Hamilton + Rescue Rangers en concert

Page Hamilton + Rescue Rangers par Pirlouiiiit
Poste à Galène, Marseille, le 06/06/2017
Mais c'est que j'ai une chronique de concert en retard depuis un moment moi ! A vrai dire je comptais profiter d'un déplacement en train à Tours pour la faire mais je n'ai eu le... La suite