Accueil Chronique de concert Bukowski + Ultra Vomit
Lundi 22 juillet 2019 : 11603 concerts, 25587 chroniques de concert, 5260 critiques d'album.

Chronique de Concert

Bukowski + Ultra Vomit

Bukowski + Ultra Vomit en concert

Le Moulin, Marseille 10 mai 2019

Critique écrite le par

Soirée (évier) metal potentiellement débile et bien régressive, avec les quasi-mascottes du Hellfest : les fameux Ultra Vomit de Nantes ! Le public devant l'entrée semble d'ailleurs rigoureusement le même, t-shirts inclus, qu'à la grand-messe orgiaque de Clisson à laquelle j'ai eu l'immense bonheur de participer l'été dernier. Comme il fallait s'en douter, la salle est bondée et le merch rigolo du groupe semble avoir déjà tourné à fond (mention spéciale à ce t-shirt où quelqu'un a essayé de dessiner un pentagramme, s'est trompé et l'a finalement barré d'un "eh merde !" rageur...). Et comme au Hellfest, on croise pas mal d'heureux minuscules dûment casqués - ceux que leurs parents essayent (à juste titre) d'endoctriner dès leur plus jeune âge, afin de leur permettre si possible d'échapper aux terrifiants Démons de la Variété et du Pop-rock...


En première partie, précisément un groupe également aperçu au Hellfest en 2018, les sympathiques Bukowski qui évoluent à la limite du heavy rock et du metal, avec des touches stoner et punk. Un groupe avec une belle attitude, malgré un son parfois un peu confus et des chansons pas toutes bouleversantes... Leur duo voix gueulée/chant marche bien, leur animation de la salle est au petit poil (il est vrai que ce public ne rechigne généralement pas à s'asseoir, faire des walls of death et autres pitreries). Un titre sort du lot, Easy Target, écrite pour leurs potes victimes du Bataclan (RIP), ainsi que la dernière du set, franchement très cool et punchy. On sent une belle et longue route d'amitié derrière eux - il est vrai qu'en ayant tatoué "BUKO" en très gras et sur l'ensemble de son cou, le bassiste peut difficilement envisager de jouer ailleurs un jour ! Reste à espérer que le groupe ne voudra jamais changer de nom ? ("Euuh, Jean-Claude, faut qu'on parle, on a un truc à te dire, ça va pas te plaire...")

Après un passage totalement masochiste (mais sympa) au très bondé espace fumeur à l'étage, pas question de faire la queue pour la pisse de rat vendue ici depuis toujours (de la "Tigre Beurk", coupée à l'eau, j'en ai quand même bue une plus tard, infecte comme prévue). Et ça tombe bien, des roadies estampillés "UV" arrivent rapidement scène pour faire les balances ! On s'aperçoit vite que ce sont déjà les membres d'Ultra Vomit, ce qui leur donne l'occasion d'ouvrir déjà leur (profonde) boite à conneries, de jouer une morceau entier avec la salle encore allumée, avant de ressortir sans crier gare. En nous laissant avec un message d'attente et une horrible musique 8 bit qui dure des plombes et donne vaguement envie de se cogner la tête dans un mur... Les UV sont à Mar-putain-de-seille !


C'est ensuite parti pour un show admirablement ambiancé par un écran géant, et dans un timing totalement maîtrisé par leur petit mais costaud leader Fetus, à savoir : jouer les chansons les plus débiles (comme Hyper Sexe!) juste assez longtemps pour que ce soit drôle... et s'arrêter chaque fois juste à temps pour que ça ne lasse pas. La liste exhaustive de leurs bouts de parodies et riffs pompés, sketches et autres conneries généralement au stade anal (ou au mieux, digestif) serait un peu longues à établir, sans doute déjà connue des fans et potentiellement spoiler pour les autres... I like to vomit, vomit, ce genre... Mais il faut quand même signaler que les questions du son et de l'interprétation sont prises très au sérieux : le premier est fantastique, la deuxième hyper-précise - le secret d'un pastiche réussi, c'est de sonner aussi bien que son modèle ! Et la baraque est férocement tenue, notamment par la gratteux iroquois (Flokos), mais objectivement les 4 musiciens sont tous parfaits et peuvent même changer de poste à l'occasion.

Par ailleurs une petite moitié du public semble connaître le répertoire par coeur et peut par exemple chanter tout le titre Les Bonnes Manières (imitation transparente et drôle de Lofofora), ou encore Calojira (comme son nom l'indique, remix de la variété la plus naze avec le metal le plus austère - et ça marche !). Il est vrai que ces salopiots d'UV ne respectent rien : même le regretté Lemmy ne sera pas épargné, puisqu'on va nous brailler la comptine "Quand j'étais petit, je n'étais pas grand" en mode Motörhead, position du micro incluse ! Avec leur âge mental de cour de récré, ils se livrent par exemple aussi à une réinterprétation très hard du Tirelipimpon sur le chihuahua du (moins) regretté Carlos, ou à une réincarnation sur scène de Jesus (qui aurait largement de quoi déclencher une descente d'organes à Christine Boutin), sur un riff rappelant vaguement AC/DC...

Tout ne vole certes pas très haut et notamment pas leur historique Je collectionne des canards (vivants) (un peu trop "punk à roulettes" à mon goût) mais au pire, ca reste gentiment consternant. A l'image des blagues systématiquement (mais volontairement) foireuses du batteur Nanard : la banane ne quittera donc jamais complètement nos visages... Par contre, il émerge de ce répertoire inégal, quelques parodies particulièrement frappantes, souvent les plus travaillées, en particulier un titre de black metal (je ne saurais dire de quel groupe, j'en écoute pas), qui parle des menus flippants de la cantine (en projetant une Maïté satanique). Et un super Pink Panthera hurlé par le bassiste et souffre-douleur du groupe, Beausson (tout à fait crédible en Phil Anselmo).


Et bien sûr, en apothéose au rappel, les 2 plus fantastiques reprises qu'ils aient faites, des réinterprétations presque chimiquement pures, respectivement de Rammstein & Iron Maiden : Kammthaar & Evier Metal, totalement jouissives toutes les deux ! Et qui achèvent idéalement un concert qui, lui aussi, a la bonne idée de ne pas être trop long. En ressortant ravis de la salle (pas au point de leur acheter un disque, mais assez pour vouloir leur faire une belle chronique), on a en outre la joie de délester l'ingénieur des lumières d'un papier qui l'encombrait. Car moi, je collectionne ... des setlists (mortes).

(et donc, la) Setlist (quand je n'ai pas compris le titre, retranscrite comme écrite sur le papier...)
Darry
Les bonnes Manières
Chien
E-tron (digital caca)
Chiwawa
Je ne t'es
Maite Ravendark
Calojira
Takoyaki
Jesus
Pipi
Boulangerie, Patisserie (?)
Batman vs Predator
Super sexe
Hyper sexe
Souris
SFR
Ch'nille
Bouillie
Keken
Pink Panthera
I like to Vomit
Anthracte
Je collectionne des canards (vivants)
- Rappel -
Kammthaar
Lemmy
Evier Metal


Bukowski : les dernières chroniques concerts

(mon) Hellfest 2018, 1-3 : Malemort, Bunkum, Bukowski, The Walking Dead Orchestra, Darkenhöld, The Chris Slade Timeline, Sons of Apollo, Celeste, Joan Jett, Meshuggah, Mysticum, Europe, Hollywood Vampires, Bad Religion, Judas Priest, Napalm Death, A Perfect Circle en concert

(mon) Hellfest 2018, 1-3 : Malemort, Bunkum, Bukowski, The Walking Dead Orchestra, Darkenhöld, The Chris Slade Timeline, Sons of Apollo, Celeste, Joan Jett, Meshuggah, Mysticum, Europe, Hollywood Vampires, Bad Religion, Judas Priest, Napalm Death, A Perfect Circle par Philippe
Hellfest, Clisson, le 22/06/2018
"Eh, les copains ! Si on se sortait les doigts avant d'être trop vieux, et si on arrêtait d'aller flâner ici ou là dans des festivals metal, du Sonisphère au Graspop ou au... La suite

Lucio Bukowski & Oster Lapwass + Les Envahysseurs en concert

Lucio Bukowski & Oster Lapwass + Les Envahysseurs par odliz
Le Moulin, Marseille, le 02/02/2018
20h45, perdu entre le centre ville et les quartiers nord, rendez-vous au Moulin , ancien cinéma des années 50 reconverti en SMAC qui embrasse encore par petites touches le charme... La suite

Bukowski + D-A-D en concert

Bukowski + D-A-D par Ylxao
Ninkasi Kao à Lyon, le 28/03/2013
Bukowski et D-A-D ce soir au Ninkasi Kao à Lyon... Ces deux noms ne me sont pas inconnus, et pourtant je n'en sais pas encore bien grand chose. Mais la curiosité, et quelle... La suite

Sonisphere Festival 2011 : Slipknot, Airbourne, Gojira, Mastodon, Dream Theater, Bukowski, Symfonia, Bring Me The Horizon,  en concert

Sonisphere Festival 2011 : Slipknot, Airbourne, Gojira, Mastodon, Dream Theater, Bukowski, Symfonia, Bring Me The Horizon, par Abigail Darktrisha
Snowhall Parc, Amnéville, le 08/07/2011
Après le Hellfest il y a trois semaines, me voici de nouveau sur la route pour un autre festival Français : le fameux festival itinérant Sonisphere dont les affiches varient... La suite

Ultra Vomit : les dernières chroniques concerts

Chaos Fest (premier jour) en concert

Chaos Fest (premier jour) par gandalf
Espace Julien à Marseille, le 03/10/2008
Cette année encore, le Chaos Fest organisé à l'Espace Julien a ramené bon nombre de metalleux habituels du coin, ainsi qu'une jeune génération qu'on ne croise pas trop aux lives... La suite

Tagada Jones + Svinkels + Ultra Vomit + LOpium du Peuple + Not Scientists en concert

Tagada Jones + Svinkels + Ultra Vomit + LOpium du Peuple + Not Scientists par Berclic
Salle des Oudairies / La Roche sur Yon, le 14/04/2018
On se met dans le bain à l'ancienne avec un garage de voiture dans un parking de Leclerc, pris d'assaut par des hordes de jeunes ! Les autochtones ne semblent pas plus... La suite

Ultravomit par Simon
Le Phare Tournefeuille, le 05/03/2009
J'avoue avant d'aller à ce concert je connaissais 5 chansons de ce groupe. Une première partie vraiment géniale (Ccrysis), un groupe très sympa et qui a une bonne patate. Puis vint Ultravomit, les zicos se la pètent pas, sortent leur petites vannes, sont proches du public et ont une mise en scène parfaite, la sono était assez bonne, mais dans les... La suite

Ultra Vomit par Chrystal
Cartonnerie Reims, le 19/12/2008
Franchement, je me suis éclaté grave !!! C'était mon premier concert et j'ai 13 ans. Cela m'a vraiment plus. Je me suis déchainée, j'ai sauté, crié et fait du head-bang. Je suis une grande fan de Ultra Vomit et le groupe a assuré !!!! Ils sont toujours aussi comiques ! Dans la salle, pour moi il y avait le feu, il y avait vraiment de la féte et... La suite

Le Moulin, Marseille : les dernières chroniques concerts

La Maison Tellier +  Blind Cinema en concert

La Maison Tellier + Blind Cinema par Sami
Le Moulin, Marseille, le 24/05/2019
Le Moulin a toujours été une des salles les plus ponctuelles de Marseille, beaucoup plus que les transports en commun en tout cas. Du coup comme souvent on aura juste le temps... La suite

No One Is Innocent + Tagada Jones en concert

No One Is Innocent + Tagada Jones par Aulie
Le Moulin, Marseille, le 24/11/2018
Samedi 24 novembre 2018, direction le Moulin à Marseille pour assister à une soirée 100 % rock engagé avec les groupes Tagada Jones et No One In Innocent pour leur "Bruit dans... La suite

Carpenter Brut + Gost en concert

Carpenter Brut + Gost par fred
Le Moulin - Marseille, le 04/11/2018
Un concert au Moulin une veille de rentrée scolaire, un dimanche pluvieux. Pas le plan le plus engageant à la base. Mais on parle de Carpenter Brut, groupe/artiste solo (les lignes... La suite

Saxon + FM + Raven en concert

Saxon + FM + Raven par Gilles Borgogno
Le Moulin, Marseille, le 06/10/2018
STRONG ARMS OF THE LAW. Ça faisait une paye que nous ne nous étions pas retrouvés au milieu d'un public de "hardos", au sein d' une multitude de fans aux T-Shirts, estampillés... La suite