Accueil Chronique de concert (ma) Fête de la Musique 2017 : Catherine Vincent + Poisson Rouille + Chouquette Voodoo + Bird in Shell + Insomniacs + ...
Jeudi 24 mai 2018 : 9867 concerts, 24991 chroniques de concert, 5217 critiques d'album.

Chronique de Concert

(ma) Fête de la Musique 2017 : Catherine Vincent + Poisson Rouille + Chouquette Voodoo + Bird in Shell + Insomniacs + ...

(ma) Fête de la Musique 2017 : Catherine Vincent + Poisson Rouille + Chouquette Voodoo + Bird in Shell + Insomniacs + ... en concert

Eglise de l'Estaque and more, Marseille 21 juin 2017

Critique écrite le par

A Marseille la Fête de la Musique est souvent surtout la Fête à Neuneu : merguez à gogo, sonos atroces et groupes très amateurs (ou plus souvent, aux goûts douteux, ce qui est pire), peuvent facilement vous faire regretter votre canapé. Echapper au vieux kéké qui passe du Rose Laurens à fond la caisse sur les baffles vieillissantes de son bar PMU, en traversant un nuage d'acroléine cancérogène (l'odeur typique d'un barbecue en feu), en ressortir les yeux piquants pour mieux tomber sur un groupe qui ose encore jouer Sunday Bloody Sunday (avec la batterie qui noie tout), voilà des épreuves qui ne sont pas à la portée de tous les mélomanes - il faut avoir la peau dure, dans sa prospection ! Pour ma part je me suis toujours dit que j'arrêterais de sortir le 21 juin le jour où je n'entendrai absolument rien d'intéressant, et à ce jour ça ne s'est jamais produit...


Par ailleurs quand on a des minots, il est de bon ton d'essayer de les emmener écouter/voir quelque chose ce jour-là, et si possible justement pas ce qui vient d'être décrit précédemment. On a donc commencé dans l'après-midi en allant écouter Catherine Vincent, duo mixte pour enfants, bien connu à Malmousque et ailleurs, qui donnait une sorte de best-of de ses différents spectacles dans la salle des contes de l'Alcazar. Je mentirais en disant que ça a passionné toute la famille, mais c'était joliment interprété, avec pas mal d'instruments (dont un harmonium et un toy piano), quoique sans interactions excessive avec les marmots de Belsunce et de la Plaine... J'ajoute que j'ai pas trop aimé la façon dont on expurgeait plusieurs minots venus seuls, un peu agités mais pas au delà des limites - mais là les artistes n'y sont pour rien, bien sûr.


Plus tard, reparti seul le nez au vent, j'ai choisi l'option la plus lointaine mais potentiellement la plus exotique : monter à l'Estaque (vélo dans le train) sur invitation de mon ami Mathieu, Ingé'son sur place, pour découvrir le spot, renommé en ce jour-là, de la place de l'Eglise de l'Estaque. Effectivement j'ai trouvé là un endroit agréable, familial, vue splendide. Pas trop dépaysant, il y avait quand même des merguez et de la bière et même quelques têtes connues du centre-ville avec qui tailler le bout de gras, parmi les familles en goguette. Pas de bagnoles en vue, ambiance familiale et amicale, en gros la Fête comme à Marseille mais en plus petit et sans ce qu'elle a de chiant : presque le paradis en somme !


J'ai quand même commencé par les passages immanquables pour les touristes du sud de la ville, quand ils montent à ce lointain quartier : une déambulation sur le Port, avec entraînement en cours des fines lances estaquéennes (les joutes nautiques quoi), et panisses brûlantes dégustées sur le pouce. Yummy ! Ca et diverses sous-aventures (un futur appartement à découvrir, quelques autochtones à rencontrer etc), m'ont hélas permis de voir seulement la fin du groupe Poisson Rouille (dont j'avais heureusement vu les balances), groupe de blues cajun vétéran, détendu voire rigolard mais de fort bon niveau. Agréable et avec de l'expérience, un son super bien réglé : excellent début de soirée donc !


A suivi une petite chanteuse super rigolote (mais douée et à jolie voix, aussi), Chouquette Voodoo, qui s'est livrée à une poignée de reprises (mais bien choisies et bien interprétées les reprises, ce qui change tout !), la plupart du temps seule à l'ukulele, à un moment aidée par un guitariste. Le tout parsemé de blagounettes sympa. Mention spéciale pour son hommage à la Complainte de la butte de Montmartre - je me suis demandé un moment pourquoi elle m'émouvait, avant de me souvenir que Daniel Darc l'a chantée aussi. Plus joyeuse, la mythique Love is All, suivie de la non moins culte Don't worry, be happy. Connu et inattendu à la fois, le combo gagnant : peut-être mon meilleur set de la soirée ! Gagné par une légère angoisse existentielle alors que le jour baisse (j'ai quand même 12 bornes à faire sur des routes peu sympathiques en bord de port autonome, les locaux les visualiseront sans peine), je décide de regagner le centre-ville.


Après cette expérience une fois de plus initiatique, comme chaque fois qu'on va loin à vélo dans le nord de Marseille, j'arrive vivant à ma grande surprise au centre-ville de Marseille. J'attrape un kebab dans une adresse pas fameuse mais vite servie sur la Canebière avant de foncer au spot où La Provence a annoncé 4 groupes de metal. 4 metal bands in a row, on the Boulevard Longchamp, j'ai bien envie de voir ça ! Mais comme d'habitude, la Provence et la culture non institutionnelle, comment dire, il y a comme un gap... A la réflexion j'avais d'ailleurs du y passer, la bonne année... Pourtant on entend à ce carrefour un super son rock old school qui sort du Longchamp Palace. Mais comme c'est une sono, ça compte pas, hélas, je ne peux pas rester : ma religion me l'interdit !


Ce sera donc devant un petit local que je découvre, l'Atelier Tarente (rue d'Anvers), que j'irai manger mon urban food log (comme on dit ... ailleurs), en écoutant les tout à fait cool Bird in Shell effectuer leur set, devant une jolie petite foule (vu le coin un peu planqué). Pop rock gentiment musclé, marqué nineties, parfois un peu velvétien, chanteur à la dégaine sympa, avec un petit frènche axante sans gravité, tout ça est très maîtrisé - il est vrai que ce ne sont pas des amateurs, ça fait un moment qu'ils tournent (première chronique par Hum!, en 1999 quand même !), mais il me semble bien que c'est la première fois que je les vois ! Comme souvent dans des concerts, je croise la maîtresse de mon fils, qui n'est donc pas en train de dormir pour gérer mon gniard et ses 24 autres minuscules demain matin, mais au moins d'enrichir sa culture musicale pour la leur transmettre... Je me disperse donc quelque peu vers la fin du concert, mais les applaudissements chaleureux montrent que le groupe, agréable à l'oreille, a bien tenu son rang !


Et enfin, comme à chaque Fête de la Musique que je fais, je converge vers la Maison Hantée, cernée d'un moulon de gens heureux et un peu bourrés parmi lesquels flânent plusieurs camarades éminents de Phocéa Rocks, certains punk et d'autres blonde. Le temps de raconter mes aventures véloportées et de débriefer les concerts (chouettes a priori) déjà passés ici ce soir, et ce groupe emmené par une vraie créature rousse a hélas déjà terminé son set. Qu'à cela ne tienne, je verrai au moins une partie des Insomniacs (plusieurs têtes grisonnantes connues de vue), paraît-il programmés à la Rue du Rock cette année (un gage de qualité évidemment). Rock punk, psyché, surf, toutes les bonnes armes sont convoquées les unes après les autres et ça sonne fort et chouette, même lors d'un rock'n'roll en français qui cartonne (l'équivalent d'un bon crash-test en somme !) : je valide, c'est à revoir indéniablement !


Mais insomniaque, moi, point ne me sens, plutôt crevé après mes 20 bornes de vélo dans la journée (au fait, je ne suis absolument pas sportif, si quelqu'un se posait la question, c'est juste un moyen de déplacement plus rapide et moins fatigant que la marche...). Laissant les heureux fêtards ricaner dans mon dos, je rentre dignement me coucher, ignorant leurs quolibets, oui, avant minuit, parfaitement. Evidemment un grand raffut de batucada Noire (et jaune fluo) m'obligera encore à un petit détour par la Plaine (où je croise un autre Phocéa Rocks). Du rythme pur (avec un joueur de coquillage tout de même), orchestration carrée à mort et qui rend les gens heureux sur la place, là aussi c'est du beau boulot. Bonne nouvelle, je les entendrai jusqu'à la maison et même, jusqu'à ce que j'aie fermé la fenêtre de ma chambre. Encore une belle Fête de la Musique donc, au final !


Bird In Shell : les dernières chroniques concerts

Bird in Shell (soirée hommage à David Bowie) en concert

Bird in Shell (soirée hommage à David Bowie) par Pirlouiiiit
Poste à Galène, Marseille, le 19/02/2016
Ce soir parmi les nombreux concerts que j'aurais aimé voir j'avais décidé de faire un tour au Poste à Galène et à la Machine à Coudre. Si au Poste il s'agissait de la soirée... La suite

Bird in Shell + Le Monde Futur en concert

Bird in Shell + Le Monde Futur par Pirlouiiiit
Le Lounge, Marseille, le 31/01/2014
Autant la semaine dernière j'avais vu beaucoup de trucs, autant cette semaine j'y suis allé plus cool (et de toute façon étant seul avec Cyril et Lucie pendant 4 jours ...), ce... La suite

Festival Phocea Rocks : Bird in Shell + Loving Dead en concert

Festival Phocea Rocks : Bird in Shell + Loving Dead par Pirlouiiiit
L'Intermédiaire - Marseille , le 12/07/2013
Depuis la réouverture de la scène de l'Intermédiaire aux concerts, je ne suis finalement venu qu'une fois (pour la fin du set des très sympathiques Divine Paiste) ; cette... La suite

Bird in Shell en concert

Bird in Shell par pirlouiiiit
Machine à Coudre - Marseille, le 16/11/2012
Ce soir après avoir hésité entre entre l'Embobineuse (Ulan Bator + Acid Mothers Temple, tous deux déjà vus par le passé) et le Moulin ( Mina Tindle à peine entendu le nom) et... La suite

Catherine Vincent : les dernières chroniques concerts

Rue du Rock #4 (Festival Phocea Rocks) : Shiloh, x25x, Who s Mike, Da Leada, Run Run Run, Le Détail, Catherine Vincent, la Krorale, Lady Flint, Kaao, Kim Jong Hun, Canine, Mr Vertigo, No Exit Only, Jack Face, Laydown, Mon Vier, Swan Ink, Bankalos, Diplomacy Parker, The H.O.S.T. en concert

Rue du Rock #4 (Festival Phocea Rocks) : Shiloh, x25x, Who s Mike, Da Leada, Run Run Run, Le Détail, Catherine Vincent, la Krorale, Lady Flint, Kaao, Kim Jong Hun, Canine, Mr Vertigo, No Exit Only, Jack Face, Laydown, Mon Vier, Swan Ink, Bankalos, Diplomacy Parker, The H.O.S.T. par pirlouiiiit
rue Consolat, Marseille, le 18/09/2016
Chronique bouche trou pour ce qui aura été à ce jour ma plus chouette édition de la Rue du Rock (la première avec la rue ouverte à la circulation, la deuxième avec l'autorisation... La suite

(ma) Rue du Rock #4 (Festival Phocea Rocks) : Catherine Vincent, la Krorale, Lady Flint, Kaao, Kim Jong Hun, Canine, Mr Vertigo, No Exit Only, Jack Face, 25, Laydown, The H.O.S.T. en concert

(ma) Rue du Rock #4 (Festival Phocea Rocks) : Catherine Vincent, la Krorale, Lady Flint, Kaao, Kim Jong Hun, Canine, Mr Vertigo, No Exit Only, Jack Face, 25, Laydown, The H.O.S.T. par Philippe
Rue Consolat, Marseille, le 17/09/2016
Hail hail, Rock'n'roll ! Une merveilleuse après-midi en rock à la rue Consolat ! Encore une Rue du Rock, c'est déjà l'édition #4 ! Et ce pour la troisième année depuis que la... La suite

Catherine Vincent en concert

Catherine Vincent par Pirlouiiiit
place de la Tourette - Marseille, le 22/06/2013
Petit retour sur ce mini concert qui a eu lieu il y'a plus d'un mois dans un lieu inhabituel puisque en plein air sur la place de la tourette juste devant l'église Saint Laurent... La suite

Catherine Vincent en concert

Catherine Vincent par Pirlouiiiit
la Boîte à Histoires - Marseille, le 11/12/2010
Petit passage samedi matin par la Boite à Histoire pour le showcase de Catherine Vincent venus présenter leur conte pour enfant mis en musique et chanson Hansel et Gretel devant... La suite

Eglise de l'Estaque and more, Marseille : les dernières chroniques concerts

Chants de Noël : Noëls Nomades en concert

Chants de Noël : Noëls Nomades par Rita
Eglise de l'Estaque - Marseille, le 19/12/2011
Une longue file patientait dans le froid en attendant que l'Eglise de l'Estaque ouvre ses portes. Enfin, nous pûmes entrer. Une bonne surprise nous attendait : Toute pimpante et... La suite