Accueil Chronique de concert Charles Bradley And His Extraordinaires + David Louis
Mercredi 20 septembre 2017 : 14256 concerts, 24614 chroniques de concert, 5170 critiques d'album.

Chronique de Concert

Charles Bradley And His Extraordinaires + David Louis

Charles Bradley And His Extraordinaires + David Louis en concert

La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand 4 Novembre 2013

Critique écrite le 04 décembre 2013 par Pierre Andrieu




Un rendez-vous avec le charismatique Charles Bradley, même un lundi soir, ça ne se manque pas, c'est ce qu'a dû se dire le nombreux public réuni dans la grande salle de la Coopérative de mai, à Clermont-Ferrand, en ce 4 novembre 2013... Bonne idée de sortir ce soir-là, car même à presque 65 ans (il les fêtera le lendemain de ce show... ) et un peu fatigué par les tournées à répétition, le gars vaut plus que jamais le détour en live. Après une bonne première partie assurée par le DJ David Louis avec plein de disques estampillés " soul music " et quelques morceaux de " chauffage " de la salle exécutés par le groupe The Extraordinaires, le fameux Screaming eagle of soul, comme le présentera son musicien/chauffeur de salle, arrive enfin sur scène... Pour brûler les planches avec ses chorégraphies vintage, son chant gorgé d'âme et sa présence si chaleureuse et touchante.



Bien sûr, il en fait un peu des caisses le Charles, il vit ses morceaux comme si sa vie en dépendait et parle sans cesse d'amour, de VRAI amour, de paix, de racisme etc. Cela pourrait être un tantinet chiant si c'était un groupe de reggae français... Mais c'est Charles Bradley, un mec normal qui a traversé moult turbulences dans sa vie, et qui arrive à émouvoir avec ses histoires authentiques mises en musique façon James Brown. Même si l'on sourit à ses frasques (sa tenue de scène est assez osée, ses danses sont un peu too much, il baratine pas mal... ), Mister Bradley possède un secret, un joujou extra qui fait crac boom hue : son organe vocal, capable de se faire velouté genre lover ou sauvage comme un cri de lion. Ajoutez à cela une présence à nulle autre pareille et un répertoire en acier trempé, et vous obtenez un show du tonnerre de Dieu ! Bien accompagné par ses Extraordinaires, le grand Charles peut tout à loisir enflammer la salle avec ses superbes titres originaux. Qu'ils soient extraits de ses deux albums studios publiés sur le prestigieux label Daptones Records - No Time For Dreaming et Victim Of Love - ou que ce soient des reprises, comme le tarte à la crème mais toujours émouvant Heart of Gold de Neil Young... On ne voit pas passer le temps, on tortille gentiment du cul, bref on passe un moment hyper agréable. Moment qui passe trop vite, car le temps de boire un coupe de Champagne offerte par le directeur de la salle et de faire un joli rappel et l'étoile filante de la soul s'en est allée. Sans oublier de se plier de bonne grâce à une sympathique séance de dédicaces dans le hall de la salle... Plus que jamais , on doit dire MONSIEUR Charles Bradley !




Liens : thecharlesbradley.com, www.facebook.com/thecharlesbradley, www.daptonerecords.com, http://www.dunhamrecords.com, www.differant.fr.


Photos : Stéphane Pinguet

Charles Bradley : les dernières chroniques concerts

Charles Bradley and His Extroardinaires en concert

Charles Bradley and His Extroardinaires par lol
Olympia, Paris, le 01/04/2016
Si l'on aime la Soul d'Otis Redding, du James Brown des 60's ou d'Al green, on ne pouvait pas être ailleurs qu'à L'Olympia en ce vendredi 1er Avril 2016... Les célèbres... La suite

Entretien avec Charles Bradley à l'occasion de sa tournée française pour présenter l'album Victim Of Love (2013 - Daptone Records) en concert

Entretien avec Charles Bradley à l'occasion de sa tournée française pour présenter l'album Victim Of Love (2013 - Daptone Records) par Pierre Andrieu
01/11/2013
Découverte en 2011 avec l'excellent l'album No Time For Dreaming paru sur le label Daptone Records (Sharon Jones, Naomi Shelton etc), la soul 'n blues hyper vintage de... La suite

Charles Bradley  en concert

Charles Bradley par Chandleur
La Cigale, Paris, le 26/04/2012
Conte de fées ce soir, La Cigale se transforme en petit Apollo Theater (le public de Harlem en moins..). Imaginez Charles Bradley la soixante sonnée, revenu de la rue, de la... La suite

Nice Jazz Festival : Charles Bradley + Macy Gray + Seal en concert

Nice Jazz Festival : Charles Bradley + Macy Gray + Seal par Mardal
Nice Jazz Festival, le 11/07/2011
Pour cette édition 2011, le plus ancien festival de jazz en France effectue un retour aux sources : après de longues années dans la banlieue de Cimiez, c'est le très central jardin... La suite

La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand : les dernières chroniques concerts

Agnes Obel (Festival Europavox 2017) en concert

Agnes Obel (Festival Europavox 2017) par Pierre Andrieu
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 30/06/2017
Concert magique d'Agnes Obel dans la grande salle de La Coopé à Clermont-Ferrand à l'occasion du festival Europavox. Avec au programme : tubes aux saveurs romantiques, voix... La suite

Shame + Frustration + The Noise Figures (Festival Europavox 2017) en concert

Shame + Frustration + The Noise Figures (Festival Europavox 2017) par Pierre Andrieu
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 01/07/2017
Excellente soirée dans le club de La Coopé à Clermont-Fd dans le cadre du festival Europavox, avec par ordre de passage le sympathique grunge 'n roll des Grecs de The Noise... La suite

Condor Live avec Bertrand Cantat, Marc Sens et Manusound, une lecture musicale basée sur un texte de Caryl Férey  en concert

Condor Live avec Bertrand Cantat, Marc Sens et Manusound, une lecture musicale basée sur un texte de Caryl Férey par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 03/06/2017
Très beau moment passé en compagnie de Bertrand Cantat, Marc Sens et Manusound à l'occasion de la lecture/concert organisée à La Coopé pour présenter le projet Condor Live, une... La suite

Shellac + Décibelles en concert

Shellac + Décibelles par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 31/05/2017
Rhaaaaaaaaa, le groupe de Steve Albini, Shellac, à La Coopé ! Le saint Graal du noise rock à domicile, un an à peine après la monumentale gifle au This is Not A Love Song... La suite