Accueil Chronique de concert David BOWIE + The Dandy Warhols
Mardi 28 mars 2017 : 11777 concerts, 24353 chroniques de concert, 5150 critiques d'album.

Chronique de Concert

David BOWIE + The Dandy Warhols

Halle Tony Garnier; Lyon 15 novembre 2003

Critique écrite le 20 novembre 2003 par FLO

Dernier concert d'une semaine musicale essentielle à la Halle puisque après MUSE lundi et BEN HARPER vendredi, voici l'endroit investi par une légende vivante du rock : DAVID BOWIE pour la dernière date française de son "Reality Tour" accompagné des DANDY WARHOLS. Autrement dit, du très lourd...

THE DANDY WARHOLS

La bande à Courtney TAYLOR, qui a largement de quoi occuper une tête d'affiche, nous a sorti ce soir un set très épuré, dans l'obligation de jouer la carte tube, logique au vu des 45min qui leur étaient allouées. TAYLOR arrive le premier, magnifique guitare de blues à la main, "casqueté" à la gavroche, flanqué du 2eme guitariste déguisé en Renaud, du batteur et de la fille préposée au clavier, tambourin et effets. Ces 2 derniers sont des sosies des enfants Ozborne, la ressemblance est criante ! Entamé avec un"Not If You Were The Last Junkie On Earth" joué sur un rythme très lent, leur set se poursuit avec "We Used To Be Friends" et "You Were The Last High" avec l'instru à la trompette, assez réussi. Ils osèrent tout de même un morceau beaucoup plus expérimental basé sur des percus de TAYLOR devant une fosse très garnie mais complètement hermétique voire interloquée. Le tout était plutôt sympa, très cadré, mélodieux, mais franchement mou, on aurait apprécié un peu moins de réserve, plus de nerfs et que TAYLOR se lâche un peu plus vocalement. Les Dandy se serraient-ils assagis ou étaient-ils simplement intimidés de précéder le monstre sacré qui allait prendre la suite ?

PS : Fuck au beauf derrière nous qui téléphonait en hurlant pendant "You Were The Last High" !!

DAVID BOWIE

Non, monstre sacré, le terme n'est pas exagéré, car Mister BOWIE est un mythe vivant, une espèce en voie de disparition et les 19000 personnes qu'il a drainé ce soir ne s'y sont pas trompées. Tribunes archi combles, la fosse est remplie d'un public hétéroclite de 20 à 55ans en moyenne, témoin évident de la musique trans-générationnelle de BOWIE.
21h15, les écrans de fond de scène se mettent à diffuser des images de New York, ville à laquelle le dernier album "Reality" rend hommage. Puis ce sont des personnages de BD représentant la star et ses musiciens qui apparaissent puis s'effacent, progressivement remplacés par les ombres des véritables acteurs de ce soir. Le temps de descendre et de s'installer et la silhouette de BOWIE apparaît en plein contre-jour. Bref, une entrée à la mesure de la vedette qui, en toute décontraction devant le triomphe du public, entame la première chanson. Enfin éclairé de face, on découvre un BOWIE tout sourire, blouson et pantalon moulant noir, ceinture taille basse en peau marron, mèche rebelle et... bouteille de Vittel à la main (clin d'œil à la pub) dont il engloutira une gorgée rageuse. Il tombera un peu plus tard la veste, laissant apparaître un T-shirt noir accessoirisé d'un foulard à plume. Et force est de constater qu'à 58 ans, le bonhomme est rudement affûté, svelte, semblant en parfaite condition physique. On peut en dire de même de sa voix, le timbre est impeccable, limpide, il restera tout en fluidité tout au long du set. Et ô surprise, le son est presque à la hauteur pour une fois ici, comme quoi en jouant moins fort et en calculant bien sa balance, rien n'est impossible...

La classe donc. Dès le 2ème morceau, il s'empare d'une gratte pour nous proposer le récent single "New Killer Star", très emballant, il est tout à fait crédible dans le rôle de l'éternel jeune homme. Il faut dire qu'il est sacrément bien entouré et porté par des musiciens de haut rang : six en tout, on compte en devant de scène la formidable bassiste qui l'accompagne aussi sur les chœurs, 2 guitaristes dont l'excellent Jerry LEONARD (je crois) en guitare principale, et, derrière eux, le batteur, un clavier et une autre choriste-percu. Cela donne à BOWIE une dimension beaucoup moins individualiste, plus humaine car il intègre parfaitement ses musiciens au show.

Impossible de donner une setlist détaillée (ne connaissant pas assez les anciens morceaux) mais les extraits de "Reality" comme "Never get Old" ou "Bring Me The Disco King" s'intègrent parfaitement parmis les grands classiques : "Heroes", "The Man Who Sold The World", "China Girl" qui emportèrent facilement l'adhésion d'un public très enthousiaste. On aura également apprécié avec beaucoup de délectation deux reprises très réussies : "Cactus" des PIXIES et "Under Pressure" de QUEEN, sur laquelle la bassiste est surprenante dans le timbre de voix de MERCURY.

Le light-show était classique, mettant néanmoins bien en valeur l'ensemble des protagonistes, avec en particulier ce mur de projecteurs dirigé vers la fosse qui assurait de superbes contre-jour enfumés...

Ce qui frappe le plus, c'est que Mister BOWIE donne vraiment l'impression de s'amuser comme un fou. Tranquille, serein, constamment souriant, il ne se prend pas au sérieux et ca fait plaisir à voir. De plus, il met un joli peps à des chansons comme "I'm Afraid Of Americans" et sait se faire délicat sur des morceaux lents comme "Bring Me The Disco King" où sa voix est simplement soutenue par le piano. On a tout loisir de constater qu'il a encore un joli déhanché, il s'adonne à de multiples mimiques et clins d'œil, se dandine, recèle d'expressions suggestives, joue avec son micro, s'en va haranguer la foule sur la jetée surplombant la scène, court, rampe à genoux sans jamais être ridicule. De la même façon, il a su garder un contact chaleureux avec le public qu'il questionne régulièrement en franglais et fait preuve d'humour ("Les chansons vos" comme il le dit pour désigner ses tubes), le tout sans jamais être démago.

23h, l'artiste et ses acolytes saluent théâtralement l'assistance et quittent la scène. Ils reviendront tous pour un rappel évident composé de 3 morceaux de "Ziggy Stardust" dont l'inévitable et indispensable"Ziggy", joué magistralement. 23h15, après un set de pratiquement 2h, sieur BOWIE tire définitivement sa référence, non sans avoir encore longuement salué un public sous le charme. "B-O-W-I-E" se met à scintiller sur les écrans, il est temps de se retourner pour quitter la halle tout sourire, simplement heureux d'avoir vu un tel monument.

En conclusion, une certitude s'impose: ce type a décidément une classe immense. Bien sûr, 43 euros c'est un peu cher mais très franchement, ca vaut le coup, ne serrait-ce que pour entendre une fois dans sa vie "Heroes", "The Man Who Sold The World" et "Ziggy Stardust" chantés par cet artiste majeur qui a su éviter les écueils de la suffisance et de l'arrogance malgré son statut de mythe planètaire. Chapeau bas Sieur BOWIE et revenez quand vous voulez !


`FLO

 Critique écrite le 20 novembre 2003 par FLO


David Bowie : les dernières chroniques concerts

Concert hommage à David Bowie (avec Michael Stipe de R.E.M, Karen Elson, TV On The Radio, The Flaming Lips, Debbie Harry, Robyn Hitchcock, Pixies, Tony Visconti, Amanda Palmer, Anna Calvi, Kronos Quartet, Joseph Arthur etc)  en concert

Concert hommage à David Bowie (avec Michael Stipe de R.E.M, Karen Elson, TV On The Radio, The Flaming Lips, Debbie Harry, Robyn Hitchcock, Pixies, Tony Visconti, Amanda Palmer, Anna Calvi, Kronos Quartet, Joseph Arthur etc) par Demi Playmobil
Carnegie Hall, New York, le 01/04/2016
Soirée hommage à David Bowie au Radio City Hall, à New York, hier soir... Le groupe de Mc Caslin qui joue sur le dernier album de du Thin White Duke Blackstar a composé une... La suite

Nous avons décidément une chance incroyable (ou une petite épitaphe pour Lemmy & David)           <i>[Bowie / Motörhead]</i> en concert

Nous avons décidément une chance incroyable (ou une petite épitaphe pour Lemmy & David) [Bowie / Motörhead] par Philippe
11/01/2016
Nous avons décidément une chance incroyable ! Et d'ailleurs des milliards de gens pourraient, non, devraient nous envier, à s'en rouler par terre de dépit et de jalousie !...... La suite

David Bowie en concert

David Bowie par Clement Chevrier
Maison des Sports de Clermont-Ferrand, le 19/06/1997
Ce compte-rendu de concert et ce qui l'entoure sont sortis le lendemain de l'annonce de la mort de David Bowie, d'où les circonstances précisées et les circonvolutions... La suite

David Bowie en concert

David Bowie par Vince-O-Matic
Maison des Sports, Clermont-Ferrand, le 19/06/1997
Bowie et Low-vergne : l'improbable rencontre Différent. Il le fut. Il le sera. Toujours. Chanté par Adjani, repris par à peu près tout le monde - et dans nombre d'idiomes.... La suite

The Dandy Warhols : les dernières chroniques concerts

Tess Parks, Cannibale, You Said Strange, The Dandy Warhols (Paris International Festival Of Psychedelic Music 2017) en concert

Tess Parks, Cannibale, You Said Strange, The Dandy Warhols (Paris International Festival Of Psychedelic Music 2017) par Paskal Larsen
La Cigale, Paris, le 05/03/2017
Une petite convention de disques (hors festival) Paris Loves Vinyl le matin à l'Espace Reuilly, histoire de dépenser un peu d'argent (investi dans une édition vinyle originale... La suite

The Dandy Warhols (Paris International Festival Of Psychedelic Music 2017) en concert

The Dandy Warhols (Paris International Festival Of Psychedelic Music 2017) par Samuel C
La Cigale, Paris, le 05/03/2017
Certains artistes sont trop rares dans nos contrées, d'autres n'hésitent pas à franchir nos frontières avec régularité : c'était ainsi dimanche 5 mars 2017 le 55ème concert des... La suite

The Dandy Warhols + Telegram en concert

The Dandy Warhols + Telegram par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 13/02/2017
Pour l'énième tournée française des désormais peu énergiques Dandy Warhols, un groupe qu'on adore depuis longtemps mais qui sort désormais des albums peu enthousiasmants, le public... La suite

The Dandy Warhols en concert

The Dandy Warhols par Samuel Charon
Le Trianon, Paris, le 14/03/2015
D'après l'impressionnante gigography figurant sur leur site officiel, les Dandy Warhols semblent entretenir une relation toute particulière avec la France. On comptabilise en... La suite

Halle Tony Garnier; Lyon : les dernières chroniques concerts

The XX en concert

The XX par Coline Magaud
Halle Tony Garnier, Lyon, le 21/02/2017
La Halle Tony Garnier à Lyon, lieu peu réputé pour un son de qualité et des concerts intimistes a pourtant été hier soir le théâtre d'un show intéressant livré par le groupe... La suite

The Cure en concert

The Cure par Pierre Andrieu
Halle Tony Garnier, Lyon, le 17/11/2016
Grand moment de communion extatique en compagnie de The Cure à la Halle Tony Garnier de Lyon : une set list de rêve marquée au fer rouge par l'inoxydable album Disintegration... La suite

System of a Down en concert

System of a Down par Philippe
Halle Tony Garnier, Lyon, le 14/04/2015
Avec le recul je dois admettre que, une fois n'est pas coutume, je me suis un peu comporté en touriste à ce concert, même si SOAD est un des derniers grands groupes de metal que... La suite

Band Of Skulls + Queens of the Stone Age en concert

Band Of Skulls + Queens of the Stone Age par Ylxao
Halle Tony Garnier, Lyon, le 12/11/2013
Mardi 12 Novembre 2013, devant la Halle Tony Garnier à Lyon, c'est du "délire"... J'avais presque oublié à quel point cette salle était grande. Et ce soir, c'est peu de le dire :... La suite