Accueil Chronique de concert Dee Lorelei + Playdoh + Kafka + Rien (Les Volcaniques de Mars 2004)
Samedi 28 mars 2020 : 10032 concerts, 25960 chroniques de concert, 5290 critiques d'album.

Chronique de Concert

Dee Lorelei + Playdoh + Kafka + Rien (Les Volcaniques de Mars 2004)

La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand 3 mars 2004

Critique écrite le par



Dee Lorelei, Playdoh, Kafka et Rien avaient été conviés à la première soirée des Volcaniques de Mars 2004 dans le club de la Coopérative de Mai. Comme chaque année lors de ce festival, le public a pu découvrir sur scène des artistes débutants, peu commerciaux voire carrément expérimentaux dans leurs démarches.

Déjà en bonne forme sur la grande scène de la Coopé pour les découvertes du Printemps de Bourges, le jeune groupe clermontois Dee Lorelei a donné un brillant concert en interprétant les morceaux de son premier album éponyme. Le public - plutôt nombreux - a donc eu tout le loisir de découvrir les multiples facettes du trio... Après une intro inquiétante sur le morceau Got any Porno (à base de sample de film), la set list a permis de pénétrer le mystérieux univers de Dee Lorelei. Les troublants My Love et My Slave, l'arabisant My Lover, les bouleversants et épurés Lone et Another home, les glaçants Hide & seek et Controversial talking ou encore le puissant U Want me ont impressionné par leur côté aventureux et original...

Dans un style évoquant les grandes heures de Sonic Youth, Playdoh a produit un effet saisissant sur son auditoire. Après quelques passages post rock, l'arrivée d'un chanteur dont la voix rappelle Marc A. Huyghens de Venus a propulsé la prestation de Playdoh dans une autre dimension, le chant - grave et inquiétant - arrivant à point nommé pour surfer violemment sur des guitares acérées. Quand une voix féminine vient participer aux débats soniques peu après, on croit un instant à la présence de Kim Gordon sur scène. Agrémentées par de bonnes projections, la prestation concise et percutante de Playdoh a séduit...

On ne pourra pas dire la même chose de celle du groupe clermontois Kafka déjà aperçu sur cette même scène aux côtés de Chokebore et Las Vegas Dead Brides. Lors de ces deux concerts, on avait passé son temps à se demander comment la musique de ce jeune trio pouvait faire autant d'effet sur une grande partie du public... Morceaux interminables évoquant des jams sessions entre musiciens virtuoses dans les années 70, solos de guitare interminables et démonstratifs, batterie reproduisant les tics de Nick Mason sur les albums de Pink Floyd, basse pseudo jazz exaspérante, n'en jetez plus ! Tout ceci provoque un profond ennui. Parfois, quand la virtuosité gratuite s'estompe, Kafka réussit à envoyer des décharges sonores puisasntes puis à créer des montées psychédéliques assez fascinantes... mais immédiatement ruinées par ce qui suit, toujours aussi stérile. Pourtant, une assez forte proportion de l'assistance semble captivée par la musique du jeune trio et réclame un... rappel ! Encore un grand moment de solitude où l'on se surprend même à souhaiter une panne de courant pour abréger nos souffrances.

Forcément, c'est avec des capacités un peu entamées qu'on découvre sur scène le groupe Rien dont le disque n'avait pas bouleversé à la première écoute... avant de révéler au fil du temps de captivantes qualités. L'enchaînement de deux groupes comme Kafka et Rien était sans doute une manière de tester la patience du public...
Immédiatement, ce Requiem pour des baroqueux plonge dans la perplexité ; on nous ressert le coup du groupe post rock avec guitariste assis devant son multi effets infligeant des "expérimentations" entendues mille fois. Au moment où l'on se dit que ces gens tirent des gueules aussi sinistres que leur musique, deux joyeux lurons viennent interpréter un sketch anti consumériste avec en fond les effigies en carton de Prince et Pepito, les "amis" des enfants à l'heure du goûter. Assez drôles et plutôt bien tournées, ces diatribes anti "grand capital" requinquent un peu. Un peu plus tard, le temps du passage sur les planches d'un chanteur récitant une litanie bizarroïde avec une voix saisissante, un morceau fait resurgir le fantôme du groupe Diabologum. Rien de franchement original là encore, mais sur ce titre les musiciens trublions semblent jouer pour le public au lieu de regarder leurs nombrils comme s'ils étaient dans leur local de répétition. Par la suite, le groupe continue à vider inexorablement la salle même si on apprécie de plus en plus son travail sur le son, finalement plutôt pertinent. Rapidement, les musiciens regagnent leurs loges avec, semble-t-il, un goût amer au fond de la bouche. Il faudra revoir Rien dans d'autres conditions...

Sites Internet : www.deelorelei.com, www.undimanche.fr.st.

A lire également sur ConcertAndCo.com : une interview de Dee Lorelei.

Dee Lorelei : les dernières chroniques concerts

Dee Lorelei (Interview à l'occasion du concert à la Coopé pour les Volcaniques de Mars, le 3 mars 2004) par Pierre Andrieu
Clermont-Ferrand, le 01/03/2004
Même s'il n'a pas été retenu par le jury des découvertes du Printemps de Bourges 2004, le jeune groupe clermontois Dee Lorelei fournit des prestations scéniques plutôt réussies. Le trio - qui a publié fin 2003 un album de rock tourmenté assez fascinant - s'apprête d'ailleurs à donner un concert dans le cadre du festival Les Volcaniques de mars le... La suite

Dee Lorelei + Eedio + 12 Baz Ton System + Arelano + Electro_chok (+ Loto Punk) (Découvertes du Printemps de Bourges 2004 région Auvergne) par Pierre Andrieu
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 13/12/2003
C'est dans une grande salle de La Coopérative de Mai bien remplie que les cinq jeunes groupes sélectionnés pour les Découvertes du Printemps de Bourges 2004 région Auvergne ont pu faire leurs preuves pendant une demi-heure chacun. Le trio clermontois Dee Lorelei avait la lourde tache de débuter la soirée à 20 h 30 précises... Malgré le... La suite

Kafka : les dernières chroniques concerts

Kafka par pierre
Tamanoir, le 2004
1ere partie de nosfell, qui s'est transformée en 1ere moitié... Et ils le meritent! Des longues montées puissantes, des effets impressionant, des melodies variées, et plein de technique! Special bravo au batteur qui nous a vraiment impressioné! Bravo a vous! longue route! La suite

PLAYDOH : les dernières chroniques concerts

PLAYDOH + Astrid + John en concert

PLAYDOH + Astrid + John par Hum !
Poste à Galène - Marseille, le 11/03/2000
JohnQuand je suis arrivé, John avait déjà joué 3 morceaux ... zut ! en version acoustique. Rien à voir avec le John que j'avais vu avant a plusieurs reprises (voir ici , la, ou... La suite

Rien : les dernières chroniques concerts

(mes) Eurockéennes 2010 3/3 : Rien, Gallows, Julian Casablancas, LCD Soundsystem, Wovenhand & Muzsikas, Empire of the Sun, Massive Attack en concert

(mes) Eurockéennes 2010 3/3 : Rien, Gallows, Julian Casablancas, LCD Soundsystem, Wovenhand & Muzsikas, Empire of the Sun, Massive Attack par Philippe
Presqu'île du Malsaucy, Evette Salbert, le 04/07/2010
Le samedi, c'est par ici ! Se remotiver pour le dimanche est toujours une petite épreuve. Outre le sentiment de satiété qui finit généralement par apparaître après deux... La suite

RiEN par Sylvain
Bistroy (Lyon), le 24/03/2004
Rendez-vous à 22h au Bistroy. Ouais, tu parles, ça va encore être encore la galère pour se garer et puis de toutes façons le concert commencera à la bourre et on sera 12 dans la salle. Tout ça pour voir quoi ? Rien en plus (Notez le jeu de mots subtil). Mauvaise langue que je suis. Après seulement 2 tours du quartier, on a finalement posé la... La suite

Rien + L'Amicale Underground par TOMA
L'Entre-Pot, Grenoble, le 30/04/2003
Tout pour Rien ! Rien est le groupe que l'on a pu découvrir ce soir pluvieux de printemps à l'Entrepot, presque unique salle Rock de Grenoble. Et paradoxalement, comme cette pluie après tant de soleil, Rien est beaucoup. On pourrait les classer hativement formation "post rock" mais leur musique est plus avant-gardiste que "post". Rien refuse le... La suite

RIEN par Jean
L'Entre-Pot à Grenoble, le 28/11/2002
Rien > L'Entre-Pot (Grenoble) > mercredi 28 novembre 2002 J'avais déjà eu l'occasion de voir Rien (tout un programme) au festival "Magic Bus" à Fontaine (38) en octobre 2001. J'attendais de les revoir tant leur set bizarroïdes et théâtral m'avait alors charmé. Et quelle surprise ! Le groupe a beaucoup appris et le tout (de Rien, ah-ah) a... La suite

La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand : les dernières chroniques concerts

Bertrand Belin + Elliott Murphy + Red (20ème anniversaire de La Coopé) en concert

Bertrand Belin + Elliott Murphy + Red (20ème anniversaire de La Coopé) par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 03/03/2020
Dans le cadre des festivités pour le 20ème anniversaire de La Coopé (dont le "point d'orgue" était la venue des dramatiques Indochine quatre jours plus tard, il est bon de... La suite

Indochine (20ème anniversaire de la Coopérative de Mai) en concert

Indochine (20ème anniversaire de la Coopérative de Mai) par Didlou
Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 07/03/2020
Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de la Coopérative de Mai, vingt ans ça se fête et la salle clermontoise sait le faire avec plein de concerts à l'affiche (IAM, Mustang, Iggy Pop,... La suite

Pomme (Les Failles Tour) en concert

Pomme (Les Failles Tour) par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 20/02/2020
Grande Coopé quasi complète pour la pétillante et mélancolique Pomme, venue présenter de manière touchante, drôle et assurée son très beau deuxième album d'obédience chanson folk,... La suite

The Mystery Lights + Rod Hamdallah (Les Nuits de l'Alligator 2020) en concert

The Mystery Lights + Rod Hamdallah (Les Nuits de l'Alligator 2020) par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 13/02/2020
Animée chaque année par les efforts de moult cadors rock 'n roll blues, la caravane du festival itinérant Les Nuits de l'Alligator passe une nouvelle fois par La Coopé en ce... La suite