Accueil Chronique de concert La Deferlante : Ko Ko Mo, Colours in the street
Samedi 25 janvier 2020 : 11416 concerts, 25889 chroniques de concert, 5285 critiques d'album.

Chronique de Concert

La Deferlante : Ko Ko Mo, Colours in the street

La Deferlante : Ko Ko Mo, Colours in the street en concert

Quai Garcie Ferrande Saint Gilles Croix de Vie 13 Aout 2019

Critique écrite le par

C'est en cette fin de cette journée d'Août que la Déferlante vient frapper au bord de la Vie.
Ce rendez vous incontournable estival (et de printemps) sillonne durant toute la saison la côte entre Saint-Nazaire et La Tranche sur Mer, proposant depuis 26 ans des spectacles culturels variés (musiques, arts de la rue), gratuits et des qualités pour les vacanciers et les locaux.

La scène est bien orientée pour apprécier la vue sur le clocher de Croix de Vie et d'un coucher de soleil avec un ciel aux couleurs magnifiques.



Justement le groupe de Niort qui ouvre la soirée se nomme Colours in the street !
Une discographie florissante avec les albums : EP Paperchild en 2012, Royaume en 2015, l' EP Tell the world en 2018, et récemment le titre Aux étoiles, tourné au Futuroscope.
Fort d'une tournée asiatique (Chine, Corée), ils jouent ce soir pour le public gillocrucien.



Avec un pop rock planant, Alexandre, du haut de ces 2 mètres, à la voix claire, fragile et sensible pousse parfois les aigus façon Chris Martin de Coldplay.



Il n'hésite pas à interpeller le public, comme à des potes. C'est pas évident à faire, et donc ça peut sembler maladroit par moments, mais ça a le mérite de détendre et de mettre en confiance le public qui grossit au fur et à mesure que le concert se déroule.
Il ira même faire un tour avec eux descendant de scène pour échanger directement.



Un soucis de pop dans son micro sera l'occasion de voir que LR Evenement, acteurs récurrents de la musique locale, sont aussi discret qu'efficace pour le changer. Le chanteur ne manquera pas de le noter par un big up aux techos à la fin de la chanson.



Le set est varié, allant de ballades piano / voix très Aaron à des sonorités pop electro ensoleillée à la manière de Pony Pony Run Run. L'apport de pads digitaux amène de l'electro au rock plus gras des riffs de guitares.



Le quatuor échange des sourires complices, heureux de faire partager leurs compos en live.
Malgré leur âge, il font preuve d'une maturité qui s'exprime en musique, et sont de bon augure pour les années à venir...



C'est à la nuit tombée, après une long rappel qu'il clôturent leur set en faisant chanter la Déferlante après une bonne heure de set.



Puis c'est l'interlude, changement de plateau avec fond musical.
Un titre de Sly and the family Stone fait monter la sauce et les 2 phénomènes sur scène : Ko ko Mo



Le groupe nantais, relativement jeune(7ans), montre sa bouille sur beaucoup de festivals, plébiscité par son énergie incontestable sur scène. Ils ont eux aussi eu l'occasion de tourner à l'international (Australie, Japon, Asie).
Ils nous présentent ce soir leurs deux albums : Lemon Twins sorti en 2019, après Technicolor Life en 2017.
Les 2 ébouriffés décoiffent avec un rock incisif et particulièrement entraînant à s'étirer les cervicales...



La voix stridente de Warren en live sonne très AC/DC avec les petits lancés de pieds en rappel pour la gestuelle aussi, avec une touche Mick Jagger spontanée, habité par le son.

Niveau instrument, je ressens une grosse influence Zed Zeppelin.
Idem vestimentairement parlant, avec pattes d'eph, chemise à motif très psychédélique pour Warren, le guitariste et rock brut - torse nu pour K20, le batteur.
Un petit retour vers le futur dans les années fertiles du rock 'n roll, où l'essence même de la musique était de ne pas se conformer à des normes.



Des morceaux très déstructurés, aérés de breaks, de silences parfois déroutants, faisant croire à la fin de titres. L'occasion de sortir des repères de concerts avec applaudissements formatés.
Ils martèlent le tempo sans trop de fioritures, battant la mesure (parfois non sans rappeler les Artic Monkeys).



On aura droit à une version blues façon Ko Ko Mo de Depeche Mode (Personal Jesus)déjà beaucoup repris, entre autre par la légende Johnny Cash. Leur cuisine maison trouve preneurs !
De manière générale, le rock prône. La formation guitare batterie, sans basse ici, mais le guitariste joue de manière non académique et pallie sans problème à son absence.
C'est une batterie modulable, de profil (à la White Stripes), avec un batteur debout la plupart du temps.
Ça tape avant tout, et les 2 sont synchronisés parfaitement sur leurs rythmiques alternatives.



A noter que le groupe continue sa longue tournée avec de nombreuses dates dans la région en passant aussi par la Hollande et une bien belle destination qui ne m'est pas inconnue...
Nouméa pour le Blackwoodstock ! Une île prolifique au niveau musical, très fréquemment hôte de grosses pointures. De quoi prendre un peu des couleurs, et pourquoi pas inspirer Ko Ko Mo pour un 3eme opus.



Devant me lever très tôt le lendemain, et enviant les vacanciers, je dois me résoudre à partir avant le 3eme groupe, au son atypique abstract, ambiant avec guimbarde / synthétiseur pourtant vivement conseillé autour de moi...
Telecoma jouant à 23h15, je devrais attendre que le groupe nantais repasse dans le coin !

Bravo à la Déferlante et aux 11 municipalités s'accordant pour programmer ces artistes gratuitement pour le plaisir de la culture pour tous sur la côte Sud Loire.

Colours in the Street : les dernières chroniques concerts

Festival Aluna 2013 : -M-, Tryo, Cali, Olivia Ruiz, Mika, Christophe Maé, BB Brunes, Lilly Wood And The Prick, Breakbot, Colours in the Street, Olivia Dorato, Gribz, La Ruelle en chantier, Camping de Luxe en concert

Festival Aluna 2013 : -M-, Tryo, Cali, Olivia Ruiz, Mika, Christophe Maé, BB Brunes, Lilly Wood And The Prick, Breakbot, Colours in the Street, Olivia Dorato, Gribz, La Ruelle en chantier, Camping de Luxe par Lionel Degiovanni
Ruoms, le 15/06/2013
Le festival Aluna se veut un savant mélange entre programmation d'artistes locaux et artistes à la hauteur nationale, et même internationale. Cette année est la 6ième édition et... La suite

Ko Ko Mo : les dernières chroniques concerts

KO KO MO en concert

KO KO MO par Didlou
Le Tremplin, Beaumont, le 06/06/2019
Le concert de Ko Ko Mo au Tremplin (salle de concerts à Beaumont) était à ne pas manquer ! Il fallait vraiment avoir la grippe, une gastro et être cloué au lit avec 41 de... La suite

Ko Ko Mo + Make-Overs par Samuel C
FGO - Barbara - Paris, le 30/05/2018
"Merci beaucoup de sortir dans des soirées comme celle-ci" précise Kevin "K20" Grosmolard, moitié de Ko Ko Mo, au cours de son set époustouflant. Comment ne pas en être avec cette double affiche d'un soir dédiée au rock brut ? L'album "Technicolor life" est une réussite (le double vinyle orange est sublime avec une pochette à l'esthétisme... La suite