Accueil Chronique de concert Depeche Mode, Black Rebel Motorcycle Club, Kasabian, Portugal. the Man (Festival Lollapalooza Paris 2018 - Jour 1)
Jeudi 16 août 2018 : 11787 concerts, 25128 chroniques de concert, 5221 critiques d'album.

Chronique de Concert

Depeche Mode, Black Rebel Motorcycle Club, Kasabian, Portugal. the Man (Festival Lollapalooza Paris 2018 - Jour 1)

Depeche Mode, Black Rebel Motorcycle Club, Kasabian, Portugal. the Man (Festival Lollapalooza Paris 2018 - Jour 1) en concert

Hippodrome de Longchamp, Paris 21 Juillet 2018

Critique écrite le par



La deuxième édition de la version française du grand festival américain lollapalooza se déroulait le week-end des 21 et 22 juillet à l'Hippodrome de Longchamp à Paris. Une chose est sûre, les organisateurs n'ont pas lésiné sur les moyens pour accueillir la foule (venue moins nombreuse que prévu, au vu des différents dispositifs mis en place) et le site, sans être extraordinaire, est agréable pour les festivaliers qui ne se marchent pas dessus. Les déplacements de foule sont fluides et les files d'attentes pour se ravitailler en boisson / nourriture / aller aux toilettes sont loin d'être interminables (coucou We Love Green, pardon, c'était trop tentant !). La foule majoritairement composée de Britanniques en grande forme (soleil + boisson = combo gagnant pour nos amis d'outre-Manche) est bon enfant et même si certains hipsters ersatz de Californiens (me) donnent quelques envie de violence, c'est finalement satisfait qu'on fait le bilan de cette édition 2018 du Lolla-Paris.



Black Rebel Motorcycle Club

Arrivée au cours du set du BRMC, c'est un soulagement de voir que ces derniers savent aller à l'essentiel en festival. En effet, les derniers albums studio du trio sont plus que dispensables et on peine à les imaginer mettre l'ambiance en plein jour sur une scène aussi grande que la Main Stage 2 avec des titres tirés de ces galettes. C'est donc grâce à "Berlin", "Conscience Killer", "Stop" ou encore "Six Barrel Shotgun" que Robert Levon Been, Peter Hayes et Leah Shapiro font bouger un public moyennement nombreux mais clairement acquis à leur cause.



Ils vont droit au but, ne perdent pas de temps en paroles inutiles et déroulent leur rock crasse des débuts avec tout le flegme qu'on leur connaît. C'est plaisant, poussiéreux et dansant, surtout lorsqu'après une très réussie "Spread Your Love" que l'on pensait la dernière, les musiciens décident d'empiéter un peu sur la tranche horaire de l'artiste suivant et nous sortent un "Whatever Happen to My Rock'n'Roll" fort à propos. R.L. Been, bassiste toujours à la recherche de contact et de communion avec ses fans, terminera d'ailleurs le titre debout sur les barrières face à la foule. Le BRMC en live, ya pas, ça fonctionne toujours aussi bien !



En attendant les Anglais de Kasabian, on s'imprègne de l'ambiance du site en en découvrant les divers stands partenaires avec une mention spéciale aux "boites à musique" Greenroom où six DJ ambiançaient 25 à 30 personnes entassées dans des préfabriqués de 10m². Vision surréaliste mais fort amusante ! En patientant avec une bière, on écoute d'une oreille distraite l'électro colombienne de Bomba Estero. La balance fait un peu mal aux oreilles sur la voix très claire et très forte mais l'impression générale est des plus plaisantes, un peu comme un soleil face au soleil. C'est l'été, l'humeur est bonne, sans prise de tête et la musique du combo donne envie de danser les pieds dans le sable, un cocktail bien frais à la main. Place ensuite au temps calme devant Bastille. Selon moi, pas de quoi casser trois pattes à un canard, le BRMC aurait dû avoir droit à cette plage horaire qui aurait un peu plus rendu justice à leur carrière et leur musique. Quoi qu'il en soit, la pop du groupe londonien est déroulée sans accroc (et sans point notable) mais c'est parfait pour fermer les yeux au soleil et prendre des forces pour la suite de la soirée, qui s'annonce encore longue.



Kasabian

Dire que j'ai adoré Kasabian serait faire une insulte à la réalité tant les trois premiers albums du groupe ont tourné dans ma platine CD entre 2005 et 2010. Malheureusement, eux aussi ont ensuite baissé dans mon estime d'une façon que je pensais irrémédiable mais c'est tout de même pleine de bonne volonté que j'ai appréhendé ce concert et j'ai rudement bien fait. Suite au boom énorme de notoriété depuis leur concert à la Coopérative de Mai de Clermont-Ferrand en janvier 2005, la bande à Tom Meighan et Sergio Pizzorno n'a pas réellement pu prendre la grosse tête puisqu'ils l'avaient comme qui dirait déjà. Auto-proclamé meilleur groupe du monde après Oasis, le combo n'a pas son pareil pour mettre l'ambiance. Sergio, le compositeur génial, et Tom, le frontman infatigable, forment une hydre à deux têtes qui porte le groupe à bout de bras. Leur répertoire rock teinté de beats électro et de pop est un véritable réservoir à tubes dansants à souhait et leur attitude d'Anglais débonnaires ne peut que les rendre sympathiques (si tant est qu'on apprécie nos cousins de la Perfide Albion). L'heure de show se déroule sans temps mort, la communication passe bien, le public danse et saute comme un seul homme, reprend en chœur ravi les la-la-la les plus célèbres du groupe sur "L.S.F." et le final en apothéose sur la bien nommée "Fire" met le feu aux derniers récalcitrants à l'arrière de la foule. Les musiciens ont le sourire jusqu'aux oreilles, clairement, ils ne boudent pas leur plaisir. Dans la foule, pas de drapeaux bretons mais d'équipes de foot diverses et variées, ce qui poussera Meighan à féliciter les Français pour cette Coupe du Monde fraichement reprise aux Allemands tout en nous promettant de nous la prendre dans quatre ans. D'ailleurs, presque tous les groupes britanniques programmés sur le festival tiendront le même discours au cours du week-end... Bref, Kasabian sur scène, c'est un concentré d'énergie, de lignes de basse rondes et groovy, de partitions de batterie implacables et impeccables et d'attitudes nonchalantes et arrogantes. C'est peut-être évident mais franchement, on en redemande !

Portugal. the Man

Après une pause ravitaillement, direction Portugal. the Man. Rien de bien transcendant mais en même temps, le groupe découvert en première partie des Black Keys au Zénith de Paris en janvier 2012 fait le job et enchaîne les titres sans pause. Le bassiste donne tout ce qu'il a d'énergie en réserve et la lumière déclinante offre à leur musique une aura presque mystique qui donne envie d'aller jeter une nouvelle oreille aux enregistrements. Mais bon, c'est pas tout, y'a Depeche Mode, maintenant...



Depeche Mode

En toute honnêteté, Depeche Mode n'a jamais réellement intégré mes playlists et c'est sans attente d'aucune sorte que j'assiste à ce concert. Et que dire à part : la claque ! Presque quarante ans de carrière mais en 2018, tout est là. La présence scénique, les qualités musicales et vocales, les messages... Dave Gahan est impressionnant de virevoltage et maniérisme, ses chorégraphies armé de son pied de micro et vêtu d'un simple veston de costume rappelant immédiatement un autre monstre britannique, le géant Freddy Mercury. Mais musicalement, la comparaison s'arrête là. La new-wave des Anglais prend aux tripes grâce à ses basses profondes, aux compositions complexes de Martin Gore et à la voix assez incroyable du frontman.



Malgré le poids de cette musique qui provoque des sentiments opposés (on est quelque part entre le suicide imminent et l'envie de danser jusqu'à la fin des temps), on sent là-encore les musiciens heureux de se produire sur scène et l'heure et demi de show passe à une vitesse folle. Les plus grands classiques sont joués, de "Precious" à "Personal Jesus" en passant bien évidemment par "Enjoy the Silence" avant un final qui donne le sourire à toutes les personnes présentes grâce à cet ovni qu'est "I Just Can't Get Enough". Avant de la lancer, Gahan s'amuse à pointer du doigt dans la foule ceux qui étaient déjà là à l'époque où cette chanson est sortie (1981) et ceux qui clairement, n'y étaient pas.



En effet, leurs quatre décennies de présence dans le paysage musical mondial leur permettent d'avoir un public des plus variés et il est amusant de noter le nombre d'enfant en bas âges sur les épaules de leurs parents. Équipés de casques anti-bruit, c'est au moins 3 bambins de 5-6 ans que j'ai vu autour de moi, les parents à fond, débordant de cette envie de partager l'expérience scénique que représente un concert de Depeche Mode. Lorsque le groupe quitte la scène, c'est une véritable impression de ravissement qui domine et surtout, l'envie de revoir ces monstres sacrés sur scène. Carton plein et chapeau bas pour eux !

C'est la fin de la première soirée et la sortie du site du Lollapalooza est elle-aussi relativement fluide. En conclusion, c'est plutôt enchantée qu'on rentre se coucher pour mieux se reposer avant de retrouver d'autres Anglais de génie le lendemain, j'ai nommé Noel Gallagher et Damon Albarn avec Gorillaz.

Photos : Manu Wino manuwino.com www.facebook.com/manuwino


Lollapalooza Paris : les dernières chroniques concerts

Gorillaz, Noel Gallagher, The Killers, Rag'n'Bone Man, Stereophonics (Festival Lollapalooza Paris 2018 - Jour 2) en concert

Gorillaz, Noel Gallagher, The Killers, Rag'n'Bone Man, Stereophonics (Festival Lollapalooza Paris 2018 - Jour 2) par Coline Magaud
Hippodrome de Longchamp, Paris, le 22/07/2018
Deuxième et dernier jour au Lollapalooza Festival. La faune n'a pas changé, la poussière est toujours là et le soleil, même s'il joue à cache-cache avec les nuages, nous promet... La suite

Depeche Mode, Kasabian, BRMC, Fidlar, Kaleo... (Festival Lollapalooza Paris 2018) en concert

Depeche Mode, Kasabian, BRMC, Fidlar, Kaleo... (Festival Lollapalooza Paris 2018) par Samuel C
Hippodrome de Longchamp - Paris, le 21/07/2018
Le festival Samedi 21 juillet débutait la seconde édition de la version française du Lollapalooza. Cet événement est porté par le tourneur Live Nation et accueille des... La suite

Red Hot Chili Peppers, Liam Gallagher, IAM, Lana Del Rey, Pixies, La Femme, The Hives, London Grammar,  Seasick Steve, The Weeknd, Editors, Tess, Rival Sons, Charli XCX, DJ Snake (Festival Lollapalooza Paris 2017) en concert

Red Hot Chili Peppers, Liam Gallagher, IAM, Lana Del Rey, Pixies, La Femme, The Hives, London Grammar, Seasick Steve, The Weeknd, Editors, Tess, Rival Sons, Charli XCX, DJ Snake (Festival Lollapalooza Paris 2017) par Samuel C
Hippodrome de Longchamp - Paris, le 23/07/2017
Live Nation avait assuré ne pas gagner d'argent en organisant le premier Lollapalooza parisien. Le cachet des artistes devait en effet être conséquent pour réunir sur 48 heures... La suite

Festival Lollapalooza Paris 2017 : Red Hot Chili Peppers, La Femme, London Grammar, The Hives, Seasick Steve, Tess, Lana Del Rey, Rival Sons...  en concert

Festival Lollapalooza Paris 2017 : Red Hot Chili Peppers, La Femme, London Grammar, The Hives, Seasick Steve, Tess, Lana Del Rey, Rival Sons... par Samuel C
Hippodrome de Longchamp - Paris, le 23/07/2017
Caravane itinérante imaginée par Perry Farrell (fondateur et leader du groupe Jane's Addiction) au début des années 90, Lollapalooza était alors une vitrine du rock sonique et... La suite

Black Rebel Motorcycle Club BRMC : les dernières chroniques concerts

Depeche Mode, Kasabian, BRMC, Fidlar, Kaleo... (Festival Lollapalooza Paris 2018) en concert

Depeche Mode, Kasabian, BRMC, Fidlar, Kaleo... (Festival Lollapalooza Paris 2018) par Samuel C
Hippodrome de Longchamp - Paris, le 21/07/2018
Le festival Samedi 21 juillet débutait la seconde édition de la version française du Lollapalooza. Cet événement est porté par le tourneur Live Nation et accueille des... La suite

Black Rebel Motorcycle Club en concert

Black Rebel Motorcycle Club par Samuel C
Élysée Montmartre - Paris, le 22/11/2017
En sortant du concert de Black Rebel Motorcycle Club du 2 novembre 2005 à l'Elysée Montmartre, j'écrivai notamment ceci : "[...] Comparé depuis ses débuts à The Jesus & Mary... La suite

Black Rebel Motorcycle Club en concert

Black Rebel Motorcycle Club par Ludmilla
La Sirène, La Rochelle, le 18/11/2017
Et si on commençait par la fin ? Le rappel : "Red Eyes and Tears", la chanson que j'attends depuis le début, et sans doute ma préférée du groupe, hyper intense et sexuelle,... La suite

Black Rebel Motorcycle Club (Festival Musiques en Stock 2015) en concert

Black Rebel Motorcycle Club (Festival Musiques en Stock 2015) par Pauline Duval
Cluses, le 02/07/2015
Jeudi 2 juillet, départ de Clermont pour Cluses, direction le festival gratuit Musiques en Stock. Une très belle affiche cette année avec Hanni El Katib et Black Rebel... La suite

Depeche Mode : les dernières chroniques concerts

Depeche Mode, Kasabian, BRMC, Fidlar, Kaleo... (Festival Lollapalooza Paris 2018) en concert

Depeche Mode, Kasabian, BRMC, Fidlar, Kaleo... (Festival Lollapalooza Paris 2018) par Samuel C
Hippodrome de Longchamp - Paris, le 21/07/2018
Le festival Samedi 21 juillet débutait la seconde édition de la version française du Lollapalooza. Cet événement est porté par le tourneur Live Nation et accueille des... La suite

Depeche Mode (Global Spirit Tour 2017) en concert

Depeche Mode (Global Spirit Tour 2017) par lol
Paris, AccorHotels Arena (Bercy), le 03/12/2017
Dans bon nombre de médias, on présente toujours Depeche Mode comme un groupe de New Wave. Fort de 35 ans de carrière et d'un succès mondial constant, cela fait des années,... La suite

Depeche Mode + The Horrors en concert

Depeche Mode + The Horrors par Xavier Averlant
Stade Pierre Mauroy, Villeneuve d'Ascq, le 29/05/2017
Lundi soir a eu lieu le grand retour de Depeche Mode dans le nord après le rendez vous manqué de 2013. En effet à l'époque, le concert de la tournée "Delta Machine" avait été... La suite

Depeche Mode en concert

Depeche Mode par Yann B
Stade Charles Ehrmann, Nice , le 12/05/2017
Vendredi dernier, j'étais à Nice pour le concert de Depeche Mode qu'on ne présente plus, au stade Charles Ehrmann. Autant dire que mon copain est un acharné et donc nous étions... La suite

Kasabian : les dernières chroniques concerts

Depeche Mode, Kasabian, BRMC, Fidlar, Kaleo... (Festival Lollapalooza Paris 2018) en concert

Depeche Mode, Kasabian, BRMC, Fidlar, Kaleo... (Festival Lollapalooza Paris 2018) par Samuel C
Hippodrome de Longchamp - Paris, le 21/07/2018
Le festival Samedi 21 juillet débutait la seconde édition de la version française du Lollapalooza. Cet événement est porté par le tourneur Live Nation et accueille des... La suite

Kasabian en concert

Kasabian par Samuel C
Zénith - Paris, le 11/11/2017
Parfois, on néglige un groupe ou un artiste, pleinement reconnu par ses pairs, sans raison réelle : Arctic Monkeys par exemple (vus très tardivement à l'occasion de l'édition... La suite

Kasabian  en concert

Kasabian par Lebonair
Le Zénith, Paris, le 07/11/2014
Exactement trois années après, je retrouve Kasabian en live à Paris et toujours dans cette même salle du Zénith. Cette année, juste avant à la sortie de leur 5ème et dernier... La suite

Kasabian  en concert

Kasabian par Lebonair
Le Zénith - Paris, le 22/11/2011
Quelques heures avant le concert des Anglais de Kasabian, j'aurai pu flipper un peu. Parce qu'ils sont potes d'Oasis (je n'aime pas ce groupe et le cerveau du pauvre Liam surtout)... La suite

Portugal. The Man : les dernières chroniques concerts

The Black Keys + Portugal. The Man en concert

The Black Keys + Portugal. The Man par Coline Magaud
Zénith de Paris, le 25/01/2012
Les Black Keys ont livré au Zénith de Paris, le mercredi 25 janvier 2012, un concert millimétré, d'une rare intensité rock'n'roll malgré une salle peu propice à la chaleur... La suite