Accueil Chronique de concert Dour Festival : General Elektriks + High Tone + Fun Lovin' Criminals + Atari Teenage Riot + Melissa Auf Der Maur + The Sonics + Monotonix
Samedi 14 décembre 2019 : 10231 concerts, 25840 chroniques de concert, 5280 critiques d'album.

Chronique de Concert

Dour Festival : General Elektriks + High Tone + Fun Lovin' Criminals + Atari Teenage Riot + Melissa Auf Der Maur + The Sonics + Monotonix

Dour Festival : General Elektriks + High Tone + Fun Lovin' Criminals + Atari Teenage Riot + Melissa Auf Der Maur + The Sonics + Monotonix en concert

Dour - Belgique 15-18 Juillet 2010

Critique écrite le par

Dour, c'est fantastique. Surtout son fléchage. Après avoir donc suivi le fléchage vert à travers toute la ville, le comté et la campagne avoisinante, déniché le stade local où étaient distribués les précieux sésames par du personnel local serré contre un aquarium rempli de billets de banque ( !), nous trouvons par miracle notre parking plus ou moins attribué, en mode tranchée de teknival. Shit, on a loupé Peter Pan Speedrock .
C'est parti pour des heures de randonnée entre les différents postes de douane, bip-bip, un coup d'œil sur le terril en haut à droite, bip-bip, une première cantine Jupiler, bip-bip ; enfin le site du festival et ses kilomètres carrés, ses innombrables stands de hippie genre "Au bonheur des bolas" ou "la ganja c'est sympa", ses 5 chapiteaux auréolés de sponsors liquides pour tous les styles de soif (Jupiler, Bacardi, Coca Cola et Jack Daniel's), son Carrefour market, ses jeux de piste. L'espace presse, joli living cosy, vaguement décalé (lino aquatique et bibelots peints en bleu) est périodiquement assailli par des concurrents au m'as-tu-vu, regarde mon objectif comme il est gros, attend faut que j'i-phone mon boss, tout ça. Nous on nous a un peu regardé comme des ovnis avec notre petit numérique et nos naïves questions de français ( "euh, c'est possible d'avoir du café ou juste de l'eau ?..." - réponse : "Du café ? bah non, pas ici. De l'eau, en bouteille, oui." . Bon. Autant prendre une bière.



Premier groupe entraperçu, Dog Eat Dog et son show de festival. Interlude sur une musique de Rocky, auto-gargarisme entre chaque mélodie à la sous- Sublime , la foule préfère vite aller voir ailleurs si elle y est. Pas contrariant, on la suit.
Direction General Electriks , ce curieux mélange de heavy indie trafiqué avec des solos de guitare à n'en plus finir, et Jessie Chaton, le chanteur de Fancy à la basse, toujours aussi glam dans sa combinaison moulante. En même temps, l'été n'est pas encore arrivé à Dour, alors je suis à deux doigts de la lui envier, sa combi. Le groove survolté est tenu de main de maître par un hyperactif du rythme et de la sonorité, sautillant entre sa batterie, son xylophone et un triangle pas du tout ringard, prolongeant l'écho électrique des machines et du clavier assaillis sans relâche par le chanteur, petit génie du clavier avec dans son CV, musicien de Femi Kuti , DJ Mehdi ou encore M , et Friscain d'adoption. Ça joue grave, tant et si bien que les parties instrumentales se prolongent en vrai symbiose expérimentale, et c'est la première bonne surprise de cette journée festivalière.



Hop, on re-twiste de chapiteau, tentant de se frayer un passage pour voir High Tone et son show impeccablement huilé, enrobant comme une parenthèse ses nouvelles pièces electro boum boum au palpitant jungle de plus rassurants riddims reggae-dub. Treize ans d'existence et 7 albums au compteur dont le nouveau-né Out Back , les High Tone sont des piliers de festival, ces valeurs sûres qui, même si l'on est nostalgique des premiers albums, possèdent une machinerie tellement impressionnante qu'elles nous font inexorablement voyager.



High Tone m'a donné faim, bizarrement, et c'est devant une fricadelle sur assiette en plastique que je m'attable, en bonne touriste que je suis, et même si j'ai regardé un bon cinq fois le jouissif Dikkenek , j'ai tenté l'aventure de la fricadelle, noyée dans la mayo au cas où. Coût de l'opération, une Jupiler cul sec pour faire passer le goût, damnit! C'est donc avec le ventre gonflé que je titube vers le chapiteau au loin tout là-bas, sous la lumière dorée et une demie lune géante projetant des feu follets sur le public paisible des Fun Lovin Criminals .



Le groupe rock hip hop jazzy des années 90 qui avait fait fureur avec son Scooby Snack intronisé par un sample de Pulp Fiction . Ils ont un peu vieilli, ils utilisent parfois un peu trop leurs claviers et leur sax, ils balancent du "God bless you, Belgium, my friends, blabla" à tour de bras, mais quelque chose comme cette force tranquille du ‘je plane sur plusieurs styles' fonctionne pas mal du tout. Leurs ballades rock voire rockab, voire cowboy à l'harmonica fédèrent et donnent une nouvelle ouverture au groupe américain.



Quant à l'anthologique Atari Teenage Riot et son electro anglais à l'ancienne avec une énergie 200% punk, les mouvements de foule sont tellement impressionnants que j'ai dû me contenter de suivre le concert de loin. Mais d'après mon envoyé spécial, Alec Empire et ses deux comparses se déchaînent, hein bon d'accord on s'en doute, merci l'envoyé spécial ;), trois voix et deux machines, corps électrifiés, transe contagieuse et lumières bleues floutées ; il est déjà minuit ou presque. En tout cas, de là où je suis, j'entends leurs trois voix mêlées, masculines et féminine s'entrechoquer et prolonger leur écho furieux. Même de loin, je participe à la contagion.



Demain c'est hardcore et reggae, alors demain on fait du tourisme.

D'heureux-tour dimanche après une balade chaotique et enthousiaste du côté de Mons et autre Belgique de western, accueillis par un soleil en diable et toujours pas d'eau potable, des milliers de corps en tenue de plagiste, amassés, un peu désinvoltes, devant la scène qui s'affaire à être présentable pour Melissa Aud Der Maur . Melissa Auf Der Maur , belle rousse flamboyante, anciennement bassiste de Hole , puis des Smashing Pumpkins , et qui poursuit en solo depuis 2004.



Québécoise essentiellement anglophone, elle fait tout de même l'honneur au public francophone de lui parler sa langue, regrettant de jouer en pleine journée, et de ne pouvoir ainsi allumer les lights. C'est vrai que c'est bizarre d'écouter du rock en pleine journée, qui plus est avec un soleil atomique sur la tronche. À l'écouter jouer, on voit bien que son hyperactivité pendant les 90's a laissé ses stigmates ; elle plus son groupe de bonshommes joue un rock indé entre Veruca Salt avec une voix un peu plus aérienne, et quelque chose de beaucoup plus heavy, viking même, d'après Melissa elle-même qui évoque ses origines ‘barbares' avec une ballade metal en hommage à la neige et une série d'incantations de prêtresse nordique. Viking, on veut bien la croire quand on regarde son jeu de basse de metalleuse, qu'elle tient au niveau des cuisses à la verticale, et son headbanging digne des plus poilus. Par contre, pour une viking, elle aurait pu s'abstenir de ce petit côté Céline Dion, terrifiant, comparant la Belgique au Québec: "deux langues, mais un seul cœur" . Heureusement sa reprise de Iron Man de Black Sabbath nous fait oublier ce fantôme impromptu dans un pogo apéritif.



Sur le chemin pour aller se taper encore une joyeuseté culinaire belge, on passe devant du ska festif, qui semble toujours faire recette en 2010, avec ses ambassadeurs belges et son fabuleux jeu de mots : Skarbone 14 . Ah je l'avais pas encore entendu, celui là, chapeau.

On se réserve pour Monotonix , ce groupe de Tel Aviv à la réputation sulfureuse, qui transforment chaque scène où ils se produisent en terrain de jeu. On voulait pas manquer ça à l'un des plus gros festivals européens. En dire qu'on n'a pas été déçus relève de l'euphémisme. Une heure de gros riffs bluesy-boogie mais surtout heavy, et d'une batterie fabuleusement primaire, tambourinant, saccadant, enfonçant le couteau dans les tympans, et par dessus, une voix dans le plus pure style 70's, puissante et sexy, qui trashe et couine, portant aux nues la transe collective. Rajoutons à ce portrait déjà engageant qu'ils ont à eux trois terrorisés toute la sécurité de Dour et les gentils commerçants des baraques à frites avoisinantes. Débutant leur show en pleine fosse, le chanteur hyperactif -et en slip- passe les trois quarts du show à se suspendre aux pylônes, slammer sur la foule déchaînée armée d'une ombrelle ornée de néons, pendant que d'abord le staff, puis peu à peu la foule envahissant la scène, regardent médusés les trois hommes en slip et cheveux longs mettre le feu au public, scandant des paroles incompréhensibles, avant d'ordonner à la foule de s'asseoir et d'écouter la musique de mariage qui accueille un improbable match de boxe entre le batteur "The Caveman" et un type du public, un toulousain hilare, quoiqu'un peu inquiet.



Le chanteur arbitre "I wanna see real fucking blood" à 3m du sol, avant de se jeter une énième fois sur des kilomètres de bras transpirants et de se faire porter, ainsi que le batteur fuyant son match avec son tom basse jusqu'à la sortie du chapiteau où là notre ami chanteur-GO décide d'aller à l'abordage d'une cabane à frites, ce qui n'était pas du tout du goût de la gérante qui l'a envoyé aller se faire voir ailleurs si elle y était, la tête la première dans la fosse. Le cortège n'insiste pas et déambule en sens inverse, retrouvant le guitariste tout seul sur scène, dégueulant des riffs hard rock déglingués. "Open your arm" éructe le chanteur. À prendre au sens propre comme au sens figuré. Whaw, on en ressort aussi déglingué que la guitare, une véritable tuerie _moins propre que figurée, mais quand même.



Décidément, aujourd'hui dernier jour, y'a du monde au portillon, deux heures après la fin des Monotonix et leur interview déjantée, on se retrouve sous un chapiteau aux trois quarts vides devant les Sonics , le gros de la foule bougeant son boule sur les boum boum des Sexy Sushi trois chapiteaux plus loin, mais tant mieux, le concert n'en est que plus intimiste, autant qu'un concert peut l'être dans un festival. On ne perdra pas notre temps à dire que leur son s'est un peu heavisé, faute à la batterie de compèt qu'ils ont maintenant sur scène, l'important c'est le reste. Et le reste, c'était vachement bien. Les types se pointent, humbles, souriants, dynamités comme on peut l'être à 60 barreaux. Un sobre "good evening" introduit leurs vieux tubes, principalement de leurs deux plus connus LP "Here are The Sonics" et de "Sonics Boom" , saupoudrant plusieurs reprises de Little Richard .



Ils enchaînent furieusement, autant mélodique que rythmique, et pour Lucille , le nouveau bassiste avec sa touche de Little Bob (officiant auparavant chez les Kingsmen ) prend le micro avec une voix plus AC/DCienne que Sonicsienne , mais ça n'enlève rien au spectacle, au contraire, ça donne un certain grain. Dommage peut-être les sempiternelles introductions de solos de guitare que les groupes avec un peu de bouteille (au sens figuré) ont tendance à faire fleurir dans leurs nouveaux sets. Psycho en a souffert, et même le fabuleux Louie Louie , la meilleure reprise du hit de Richard Berry (pas l'acteur, l'autre : http://www.youtube.com/watch?v=GF_bM8JU57w), avec laquelle ils ont bien évidemment entamé leur rappel, enchaînant avec un The Witch diabolique comme il se doit, au rythme rockab et aux dernières notes sax + clavier répétées à l'infini, comme pour nous accompagner dans notre onirique chemin du retour...



20 minutes à zigzaguer à travers les zombies d'un festival de nuit, à trouver la petite porte cochère qui nous chicanera vers les champs de maïs, de là monter deux petites buttes, passer quelques portiques et groupements de staffiens en rouge, et récupérer d'un clin d'œil rassuré la vision de notre camion bien sage sur un parking surpeuplé.

Atari Teenage Riot : les dernières chroniques concerts

Atari Teenage Riot par Gizmoon
Festival Aucard de Tours, Tours, le 10/06/2010
Je suis venu en touriste, peu connaisseur de ce groupe, Atari Teenage Riot, juste j'avais appris que ce groupe avait réussi à déclencher de véritables émeutes en Allemagne. Pas de quoi m'émoustiller non plus. ATR est un groupe de techno, partant clairement parfois en hardtek. Et en concert, le constat est simple : c'est énorme. La musique est... La suite

Fun Lovin' Criminals : les dernières chroniques concerts

Fun Lovin' Criminals en concert

Fun Lovin' Criminals par Samuel
Alhambra - Paris, le 12/03/2016
A l'Alhambra, on aura quasiment autant entendu Fun Lovin' Criminals que Bob Marley et ZZ Top ! La raison, un ampli qui se crashe peu après l'entracte. Car on avait eu droit... La suite

Frank Black And The Catholics + Fun Lovin' Criminals + Eagle Eye Cherry (Free Wheels 2001) par Pierre Andrieu
Free Wheels Cunlhat (63), le 17/08/2001
Le Free Wheels est un "Bike show-rock festival" qui a lieu depuis 14 ans dans un petit village auvergnat : Cunlhat. Il est organisé par les délicats Hell's Angels. Souvenez-vous, Altamont en 1969, le noir poignardé devant la scène où jouaient les Rolling Stones, c'était eux. Des gens charmants appréciés principalement en Auvergne pour les... La suite

General Elektriks : les dernières chroniques concerts

General Elektriks, Hyphen Hyphen, Siska (Fiesta des suds 2018) en concert

General Elektriks, Hyphen Hyphen, Siska (Fiesta des suds 2018) par Lumak
Esplanade J4, Marseille, le 13/10/2018
Pour ce samedi soir à la Fiesta des Suds, encore beaucoup de monde grâce à la belle programmation du jour ! J'arrive sur la scène Mer pour le début des français de General... La suite

General Elektriks + Juniore en concert

General Elektriks + Juniore par Lebonair
La Cigale - Paris, le 11/04/2018
Après une tournée de plus de 100 dates à travers le monde en 2016, pour défendre l'excellent "To be A Stranger", General Elektriks est vite revenu sur le devant de la scène et... La suite

General Elektriks en concert

General Elektriks par olivier
L'Espace Julien Marseille, le 17/03/2016
Ce soir General Elektriks investit l'espace Julien. Ils sont en tournée pour la sortie de leur dernier album " To be a stranger ". Je ne pourrais pas vous parler de la 1ere... La suite

General Elektriks en concert

General Elektriks par Ysabel
Usine - Istres, le 09/11/2012
Grosse surprise en arrivant à L'Usine pour le concert de General Elektriks : Personne devant et à peine une trentaine à l'intérieur, alors qu'on arrive à 20h30 ! Bon, ce sera donc... La suite

High Tone : les dernières chroniques concerts

High Tone meets Oddateee en concert

High Tone meets Oddateee par Vilay
Metronum, Toulouse, le 04/06/2015
L'équipe du Metronum accueillait le projet High Tone meets Oddateee, jeudi 4 juin. Jerkov organisait cet événement et avait invité la compagnie de tribal fusion Trium Parcae... La suite

Ezza + Hightone feat. Oddateee + Nikoll + Suprem Clem & Cyril B + .... (Global Local #2) en concert

Ezza + Hightone feat. Oddateee + Nikoll + Suprem Clem & Cyril B + .... (Global Local #2) par pirlouiiiit
Dock des Suds - Marseille, le 25/10/2014
Deuxième édition de ce festival qui nous avait déjà ravi l'année dernière avec entre autres Balkan Beat Box et Big Butt Foundation, cette fois si l'affiche est encore plus... La suite

Brain Damage + Hightone = HighDamage en concert

Brain Damage + Hightone = HighDamage par roohakim
Cabaret aléatoire - Marseille, le 18/11/2011
Ce soir on se fait enfumé et dubbé le cerveau du côté de la belle de Mai. La soirée commence avec le(s) stéphanois de Brain Damage. A l'origine c'était un duo basse/machines,... La suite

High Damage en concert

High Damage par Vilay
Victoire 2 - Saint Jean De Vedas, le 17/10/2011
L'an dernier on avait eu le plaisir d'entendre l'énorme son de Jahcoozi lorsque l'organisation de du Telerama Dub Festival avait fait étape à Saint Jean de Vedas. Cette année,... La suite

Melissa Auf Der Maur : les dernières chroniques concerts

Buck 65 + Radio 4 + Hoggboy + Auf Der Maur + Colour of Fire + Muse (Rock en Seine 2004) par Pierre Andrieu
Domaine de Saint-Cloud, Paris, le 28/08/2004
Après une première journée très réussie, c'est le cœur léger et avec impatience qu'on rejoint le Domaine National de Saint-Cloud en métro... Malheureusement, après l'annonce du forfait du Black Rebel Motorcycle Club, une deuxième douche froide, bien réelle celle-là, nous surprend à la sortie de la station Porte de Saint-Cloud, ça commence... La suite

muse /auf der maur/nosfell/Mr vegas/zero7/radio4/kaolin/buck65/hoggboy/et plin d'autres... par chloe
paris parc de st cloud, le 28/08/2004
excellent genial vraiment muse a tout dechirer melissa auf der maur etai trop belle meme si normaleùent c'etait les BRMc qui devaient y aller a sa place .Nosfell etai scotchant de bizarerieet MR vegas a bien mmi l'ambiance en plus les seances massages etaient divines et jai vraiment ADORER je revien l'année prochaine et je vous vous conseille... La suite

Electrelane + Sonic Youth + The White Stripes + Chemical Brother + Kaolin +Colour of fire + Buck 65 + Radio 4 + Melissa Auf Der Maur par Nicolas
St cloud , le 27/08/2004
Electrelane : 4 filles les cheveux aux vents. Rockeuses dans l'ame. Vraiment bien, un fantasme masculin sur scene. Sonic Youth : Papi Mami du rock. On se serait cru revenu aux temps des stooges. The Whites Stripes : Quel phénomène decidemment ! Sur scene Jack set mettre sa guitare en rythme et Meg Battre la mesure ! Exceptionnelement... La suite

Melissa Auf Der Maur + Living Things par Captain Cavern
Transbordeur ( Lyon ), le 06/04/2004
6ième date de la 1ere tournée de Melissa en headline, je n'attendais pas spécialement grand chose de ce concert malgré ma grande sympathie ( pour ne pas dire plus ) pour Melissa. Et mon entrée dans le Transbo ne me rassure pas vraiment, la salle est en petite configuration, et la 1ere partie commence son set devant un publique d'une 60aine de... La suite

Monotonix : les dernières chroniques concerts

(mes) Eurockéennes 2009 1/3 : Les Wampas, King Khan & the Shrines, Ghinzu, Noisettes, Yeah Yeah Yeahs, Sefyu, Alela Diane, The Kills, The Prodigy, The Ting Tings en concert

(mes) Eurockéennes 2009 1/3 : Les Wampas, King Khan & the Shrines, Ghinzu, Noisettes, Yeah Yeah Yeahs, Sefyu, Alela Diane, The Kills, The Prodigy, The Ting Tings par Philippe
Presqu'Ile du Malsaucy, Evette Salbert, le 03/07/2009
21ième édition des Eurockéennes de Belfort, 16ième participation d'affilée pour moi, cette fois on peut dire qu'une partie du public de 2009 n'était pas encore née, ou pas encore... La suite

The Sonics : les dernières chroniques concerts

The Sonics en concert

The Sonics par lol
La Maroquinerie, Paris, le 25/02/2018
A l'heure où le rap et l'electro semblent avoir définitivement pris l'ascendant du paysage musical contemporain, la Maroquinerie, en ce dimanche 25 février 2018, faisait figure de... La suite

The Sonics en concert

The Sonics par Samuel C
Fuzz'Yon - La Roche-sur-Yon, le 24/02/2018
Il était inimaginable il y a une décennie de voir le nom des Sonics s'afficher le temps d'une soirée sur le perron d'une salle de concert européenne. Et pourtant, la formation... La suite

The Devils + The Sonics en concert

The Devils + The Sonics par Gilles Borgogno
EspaceJulien, Marseille , le 18/02/2018
GARAGE-ROCK SONIQUE. - The Devils qui ouvrent le bal, sont un duo italien : batterie / guitare. Comme The White Stripes... Avec une fille (Erica) à la batterie et un garçon à... La suite

The Sonics +The Devils en concert

The Sonics +The Devils par Lb Photographie
Espace Julien, Marseille, le 18/02/2018
Comment ne pas être là ce soir ? Le groupe The Sonics est en concert à l'Espace Julien. Oui, les Sonics. Inventeurs du garage rock, précurseurs du punk, sans eux pas de Stooges et... La suite