Accueil Chronique de concert Dragonforce + Huntress + Kissin' Dynamite
Jeudi 20 février 2020 : 10849 concerts, 25925 chroniques de concert, 5287 critiques d'album.

Chronique de Concert

Dragonforce + Huntress + Kissin' Dynamite

Dragonforce + Huntress + Kissin' Dynamite en concert

Le Moulin - Marseille 13 novembre 2012

Critique écrite le par

Alors tout d'abord, quel plaisir de revenir -enfin !- au Moulin! Certainement la meilleure salle de Marseille pour moi (juste devant le Poste), qui y ai des souvenirs énormes de concerts tout aussi énormes, dans un peu tous les styles, mais surtout dans le Hard. Car dans les 90s les programmateurs nous ont fait bander avec des lives dont on reparle encore 20 ans plus tard ! Rammstein 98, Machine Head 98, Angra 97, Strato/Angra 99, Paradise Lost 95 et 97, Anthrax 93, Malmsteen/Skyclad 94, etc etc... Ca doit parler à certains qui commencent à se faire vieux... et qui étaient également présents ce mardi soir, pour de bonnes retrouvailles.



Et c'était un peu inattendu, car cette date a été annoncé il y a même pas deux mois pile, alors que la tournée était bookée depuis fin avril ! Bon, c'est pas que je sois toujours un ultra fan de Dragonforce, leur album ultime remontant maintenant facilement à 8 ans, et après la semi déception du 3eme opus qui a suivi, j'ai décroché. Mais pour le fun, pour le lieu, et aussi pour une des premières parties, j'étais bien motivé.

Et putain que j'ai eu raison ! Car j'ai rarement autant eu de crises de rire pendant un live, du fait de tous les amis et connaissances présents, ainsi que de l'excellentissime ambiance régnante, dans la salle comme sur les planches. Pas besoin d'être des milliers pour ça, une petite deux centaines de fans suffit pour qu'il y ait le petit truc en plus qui fait passer une soirée mémorable dont on reparlera encore dans plusieurs années.

Au vu de l'assistance assez réduite, le concert avait lieu au Café Moulin, qui fonctionne un peu comme la petite salle de l'Usine (en plus petit) ou le Café Julien (en plus grand). La découverte de la grande salle, ce sera pour une autre fois, mais je suis déjà ravi de ce Café Moulin, qui propose une bonne alternative club. Une fosse devant la scène, un petit balcon avec le merch, un bar bien calé sur la gauche, avec derrière le comptoir un gars et une fille au top de l'amabilité, de la déconne et du bon contact... bref du tout bon !



Du coup, si vous rajoutez à tout ça, que, chose assez rare pour être soulignée, toutes les premières parties étaient assez excellentes pour être elles même headliners dans un petit club de ce calibre, et bénéficiant, de la première à la dernière note d'un très très bon son, vous pigerez que tout était réuni pour faire de ces retrouvailles Moulinesque un très grand moment.



Quand je dis que les openers valaient franchement le coup, c'est que ça rigolait pas, vu mon habitude à les ignorer au mieux, à les trouver mauvaises au pire, et ce depuis des lustres. Là c'était du tout bon, et ce malgré l'hétérogénéité de styles proposés.
Car si j'etais curieux de voir les glammeux de Kissin' Dynamite, dont j'avais écouté un album y a quelques temps, je n'étais pas préparé au heavy burné de Huntress !



Ce sont les Kissin' qui ouvrent le bal, en arrivant du fond de la salle avec leurs instrus, c'est à dire juste à coté de nous qui étions au bout du bar, à deux mètres de l'entrée. Et ca fait bizarre de voir tout à coup le chanteur qui est un mix entre le Axl Rose de 87, le gars de Tokyo Hotel et Motley 83 ! Les autres zicos ne sont pas en reste, et une fois les amplis branchés, ca donne du bon glam pas too much avec un brin de sleaze mais surtout pas trop ! Parce que le glam trop punk à la Crashdiet je suis pas grand fan, mais là c'était un juste milieu plein de pêche, d'envie, d'enthousiasme communicatif.
Le bon son nous a permis d'apprécier leurs bonnes compos sans grandes prétentions novatrices, et les efforts du chanteur pour parler français étaient sympathiques ! Public réceptif et combo content, tout baigne !



Peu de temps après, on voit débouler sur scène des mecs... et une gonzesse avec manteau et capuche sur ses cheveux blonds... Bon... Et puis les mecs font vrombir leurs instruments, paf un gros son en pleine figure... Et puis la gonzesse ouvre les yeux qui font peur... et ouvre sa bouche qui fait encore plus peur lorsqu'elle prononce ses premiers mots. Enfin, qu'elle éructe plutôt ! J'ai eu la même impression que quand j'avais vu Arch Enemy et aussi Sinister la première fois, à savoir un très joli brin de femme, mais dès qu'elle se met à chanter, j'ai pris peur ! Sauf que dans le cas de Huntress, le chant est suraigu. Et venimeux.



Une fois la surprise passée, force est de constater que, comme dirait l'ami Theli, ça envoie des copeaux par wagons de douze ! Un pur son heavy, avec des grattes-mur de son aux riffs acérés, une basse grondante, et un batteur qui cogne dur.
Au fil du set, je trouve que ca sonne, en bien, comme un mélange de Mercyful Fate/Judas Priest/Slayer. Parfois l'un plus que l'autre, parfois les trois en parfait équilibre. Ça peut paraitre étrange qu'ils soient calés entre un groupe de glam et un groupe de speed mélodique, d'ailleurs il m'a semblé que l'ambiance était moins festive, mais en même temps, le Metal de Huntress ne pousse guère à faire des farandoles guillerettes !

Les premières parties qui me surprennent agréablement sont rares, celles qui me scotchent encore plus. Là c'était entre les deux, mais en tous cas une excellente découverte, car c'est carré, puissant, sans oublier la mélodie, les soli et une chanteuse au charisme certain, qui assure vraiment de bout en bout. Nice !



Du coup, c'est un peu le grand écart avec l'ultra speed ultra mélodique qui suit, mais les gens sont là pour eux, et comme les dernières fois où je les ai vu, et ca remonte à 2005 (!), les zicos sont ultra professionnels tout en s'amusant comme des petits fous ! On aime ou pas ce qu'ils font, mais personne ne pourra leur retirer que ce qu'ils font est techniquement balèze d'une part, et surtout qu'ils parviennent à reproduire live ce qu'ils proposent en studio d'autre part, ce qui représente une sacrée performance !

Le chanteur a changé depuis, mais il n'a pas à pâlir du premier, loin de là. Grosse capacité et bonne présence. Le clavier a changé mais rien n'a été perdu là non plus. Fred Leclercq tient toujours la basse avec son aisance et sa bonne humeur coutumière. Quant aux gratteux, pfiou... Ca taquine toujours autant sa mémé ! Bon, certains diront que c'est de la démonstration, c'est sur. Mais au fond on s'en fout de ceux qui aiment pas ! Ils étaient pas là, nous oui et on a vu un sacré bon show.



Dragonforce fait du Dragonforce, ça changera jamais, et les nombreux tshirts portés dans la salle prouvent qu'ils peuvent renouveler leurs fans, vieux et jeunes se mêlant joyeusement.
Meme si j'aurai aimé plus de morceaux de "Sonic Firestorm", et que le set était un peu court pour un headliner, on peut pas dire qu'on se soit ennuyés !



Avec quelques vieux de la vieille on est même retourné dans les pogos, histoire de voir si on avait pas trop perdu, et non ça va... sauf que trois jours après j'ai encore mal un peu partout, mais ça c'est un détail de gens expérimentés (le premier qui dit qu'on est trop vieux pour ces conneries... aura raison mais chut !)...



L'ambiance etait vraiment au top, aucun mauvais gestes, des sourires, de la bière, du fun... et un fou rire perso quand je suis allé faire le con devant Fred Leclercq, qui, quand il m'a reconnu, a raté ses choeurs pour cause de grosse marrade !



Honnetement, il n'y avait rien a jeter ce soir ! Des soirées comme ca, y en a une par an (genre Maiden 2008, Skyclad 2011...), et je croise les doigts pour que les responsables du Moulin nous proposent régulièrement dans un avenir proche, plein de live Hard et Metal de cette qualité. Revival et forever.


DragonForce : les dernières chroniques concerts

Epica + Dragonforce + Dagoba  en concert

Epica + Dragonforce + Dagoba par Gandalf
Le Moulin à Marseille, le 26/11/2014
Avec l'enchainement de concerts en ce moment sur Marseille et alentours, j'étais pas vraiment motivé pour revoir ces trois combos, mais bon, c'est à coté du boulot, alors autant... La suite

Rock Fest Barcelona 2016 : Impellitteri, Thin Lizzy, Twisted Sister, David Coverdale,Tyketto, Slayer, Iron Maiden, Blind Guardian, Kreator, MSG, Moonspell, Dragonforce, Loudness, Grave Digger, Coroner, Amon Amarth en concert

Rock Fest Barcelona 2016 : Impellitteri, Thin Lizzy, Twisted Sister, David Coverdale,Tyketto, Slayer, Iron Maiden, Blind Guardian, Kreator, MSG, Moonspell, Dragonforce, Loudness, Grave Digger, Coroner, Amon Amarth par Gandalf
Santa Coloma de Gramenet, le 17/07/2016
Nous voici de retour dans la magnifique ville de Barcelone pour assister à notre deuxième édition du RockFest Barcelona, qui nous avait conquis dans les grandes largeurs l'an... La suite

Huntress : les dernières chroniques concerts

Amon Amarth + Huntress + Savage Messiah en concert

Amon Amarth + Huntress + Savage Messiah par jorma
Paloma Nîmes, le 04/02/2015
Si vous pensez qu'utiliser un champs lexical aussi large que "  banane ", "  peignoir ", "  sèche cheveux ", "  kilt " ou encore "  damoiseau " est mission impossible dans une... La suite

Kissin Dynamite : les dernières chroniques concerts

Powerwolf / Amaranthe / Kissin' Dynamite en concert

Powerwolf / Amaranthe / Kissin' Dynamite par Gandalf
Espace Julien à Marseille, le 27/01/2019
Trois jours après le fantastique concert de Uriah Heep au même endroit, changement de style, d'ambiance et de public avec les allemands heavy speed de Powerwolf, plus en ouverture... La suite

Le Moulin - Marseille : les dernières chroniques concerts

Camélia Jordana + Siem Folknomade en concert

Camélia Jordana + Siem Folknomade par Sami
Moulin, Marseille, le 09/11/2019
Les voix féminines et la Méditerranée sont à l'honneur au Moulin, qui, contrairement à ce qui était annoncé, est en configuration "petite salle" ce soir. Siêm Folknomade Pour... La suite

La Maison Tellier +  Blind Cinema en concert

La Maison Tellier + Blind Cinema par Sami
Le Moulin, Marseille, le 24/05/2019
Le Moulin a toujours été une des salles les plus ponctuelles de Marseille, beaucoup plus que les transports en commun en tout cas. Du coup comme souvent on aura juste le temps... La suite

Bukowski + Ultra Vomit en concert

Bukowski + Ultra Vomit par Philippe
Le Moulin, Marseille, le 10/05/2019
Soirée (évier) metal potentiellement débile et bien régressive, avec les quasi-mascottes du Hellfest : les fameux Ultra Vomit de Nantes ! Le public devant l'entrée semble... La suite

No One Is Innocent + Tagada Jones en concert

No One Is Innocent + Tagada Jones par Aulie
Le Moulin, Marseille, le 24/11/2018
Samedi 24 novembre 2018, direction le Moulin à Marseille pour assister à une soirée 100 % rock engagé avec les groupes Tagada Jones et No One In Innocent pour leur "Bruit dans... La suite