Accueil Chronique de concert Dupain + David Walters + Original'Occitana
Samedi 29 février 2020 : 10656 concerts, 25934 chroniques de concert, 5286 critiques d'album.

Chronique de Concert

Dupain + David Walters + Original'Occitana

Dupain + David Walters + Original'Occitana en concert

Le Moulin, Marseille 25 février 2006

Critique écrite le par

Original Occitana : à guichets fermés...

Alors d'abord un carton rouge à l'organisation ! C'est très louable de programmer finalement les demoiselles d'Original Occitana de façon inopinée. Mais avec un billet sur lequel il est écrit 20 h 30, être là à 20 h (au Moulin quand même) c'est tout à fait au delà des forces du marseillais normalement constitué !! Dire qu'on s'est grouillé pour être à l'heure et les revoir ! Décision complètement stupide donc, on a pourtant pas l'habitude de ça de la part du Moulin ? Bon, sans rancune mais erreur à éviter à l'avenir !

Elles sont donc passées à 20 h pétantes et comme je les connais déjà, j'affirme que c'était super sympa ! Partie intégrante de la galaxie de l'Oustau dou Pais Marselhes, ces gadjies remettent à la mode des chants traditionnels occitans, rythmés éventuellement de tambourins ; ça sonne dansant comme un choeur de gitanes, émouvant comme une chorale de bulgares, ni triste ni chiant ; c'est au contraire chaleureux et enthousiasmant, même pas besoin de savoir de quoi ça parle puisque c'est beau. D'ailleurs une collègue qui y chante confie avoir bien aimé, même si elles ont littéralement commencé à guichets fermés, devant une salle vide. (comme quoi, on a pas besoin d'aller voir un concert pour le raconter... ça explique pas mal de choses sur certains papiers de Rock&Folk... !). Ce n'est que partie remise, rendez-vous au Balthazar comme d'hab' pour la prochaine ?

David Walters : a star is born ?


Bref on arrive donc pour retrouver David Walters dont je viens de chroniquer le disque Awa (avec un sens du timing assez foudroyant, on en conviendra). Il commence tout seul à la guitare, un peu esseulé mais il a l'habitude (au moins c'est plus petit que le chapiteau de Marsatac !). Je reconnais la belle et triste Coumbite Mési bon Dyé, qui s'égaye sur la fin de percussions buccales tout à fait dansantes. Suit un dub étrange non identifié, toujours avec force bruits de bouche (il y en aura plus que du didebeliouphone, ce soir) et puis du cristal Baschet, cet étrange instrument qu'on caresse avec les doigts mouillés pour le faire vibrer.


Le public un peu dissipé au début du concert (c'est vrai qu'ils ne sont pas venus pour lui) finit par prêter à David Walters une oreille plutôt attentive, avec l'Eau de chez toi (la lumière rouge mettant une ambiance un peu magique). Elle aussi monte en puissance au fur et à mesure (puisque l'artiste enregistre les boucles les unes sur les autres avec une précision par moments hallucinante - un seul poum-tchak dans le micro devient la rythmique de toute une chanson !). D'ailleurs une sorte de mambo diabolique fait monter le température d'un cran, avant la funky Tchékoko, chantée mi-anglais mi-créole. Puis l'Entre vous et moi (où il utilise une clameur du public en boucle) qui parle un peu naïvement d'une histoire d'amour avec le public, mais ce reggae acoustique est chanté avec une telle ferveur qu'on ne peut y être insensible - il manque quand même la voix de fille (faut pas me la faire, j'ai le CD moi maintenant !!). On chante avec lui et l'échange s'installe...


Retour aux morceaux zarbis mi-caraïbe mi-dub qui caractérisent DW et le rendent si original : SouleyMan part 2. et une autre non identifiée en anglais (il a un je-ne sais quoi, une fêlure dans la voix à la Keziah Jones quand il sonne en anglais). Une reprise très classe du The Harder they come de Jimmy Cliff confirme cette bonne impression. Et en finish, l'attendue Awa au rythme syncopé et entraînant qui se termine par, j'allais dire un solo, un pétage de plomb de massacre en règle des drums. Le contact est donc très bien passé avec ce public de gacha empeg' du quartier, venus voir Dupain, donc sûrement pas le public le plus facile : le test du feu est donc réussi !


Artiste à suivre : beaucoup trop doué et charismatique pour échapper encore longtemps à la notoriété (d'autant qu'il a déjà ouvert pour Morcheeba et Kravitz)! Je pronostique un "ffff" Télérama d'ici 3 à 6 mois sur son disque...


Un petit écran publicitaire à la mémoire d'un crime d'Etat qui se trame actuellement : la mise à mort indirecte par perpétuité des 3 membres enfermés d'Action Directe, dont on pourrait pourtant penser que 20 ans après, ils ont eu le temps de réfléchir à l'intérêt et aux limites de l'assassinat politique. Pour mémoire, l'un d'eux donne régulièrement des nouvelles en tant que chroniqueur envoyé spécial en prison dans CQFD. Le temps pour un gros con à côté de nous de s'indigner qu'on vienne le déranger en plein concert pour si peu (les droits de l'homme, pis quoi encore), et arrivent les Port de Bocan all Stars, qui jouent à domicile.

Dupain : des retrouvailles très plaisantes !


Entre Dupain et moi, c'est une vieille histoire, comme des vagues potes perdus de vue mais pas oubliés. J'ai déjà partagé avec eux : un train qui revenait des Eurockéennes (ils avaient joué au village pro), une première partie de Goran Bregovic au théatre Antique d'Arles (mon meilleur souvenir d'eux à ce jour, absolument magique), au moins deux concerts gratuits à Marseille (ils avaient fait une tournée gratuite "au quartier" pour lancer Camina, démarche tout à fait remarquable je trouve). Fan absolu de l'album L'Usina, coup d'essai et pur chef d'oeuvre de quand ils étaient trois (que si vous l'avez pas, vous êtes pas d'ici, et réciproquement), j'ai bien aimé aussi Camina... par contre j'ai zéro écoutes du dernier album Les vivants, chronique sans filet donc (mais enfin il y en aura d'autres, j'espère !).


Dupain fonctionnne donc à présent à cinq, une basse et une mandoline en plus. Sur certains morceaux ça le fait grave, comme cette chanson au son oriental, puis celle dédicacée aux libertaires (Sam Karpiena a toujours été un grand dédicaceur). Autre nouveauté, du chant en français comme pour Tout le monde à faim... se pointe alors sur scène Bijan Chemirani, musicien iranien talentueux et ... mon voisin (ça s'invente pas) qui vient les appuyer de son délicat touché de percu (parfois un peu noyé derrière les futs adverses de Sam de Agostini).


A certains moments par contre, on est loin du son originel et proche du rock-français-du-sud, ça le fait un peu moins (J'ai pensé à Kanjaroc, voire à l'inénarrable J_ C_______ que je ne cite pas, car je ne suis pas certain de faire plaisir aux fans du groupe). Où à certains moments comme dans Alchimie je crois, quand des nappes de synthé et trop de reverb sur le vielle à roue de Pierlo Bertolino donnent un son presque ... Tri Yann, ce qui n'est pas péjoratif en soi à condition d'aimer, m'enfin moi j'aime pô... J'en reste là pour les amabilités et comparaisons hasardeuses.


Car Camina remet heureusement les pendules à l'heure, où l'on se déchire les mains à force de les frapper en rythme rital. La fin du concert retourne vers ce son plus fondamental, enrichi de la mandoline qui rappelle les duos avec Mascarimini. Le chanteur fait la preuve qu'il est capable de slammer ses paroles et de mettre le feu à la chorale de groupies déchaînées au premier rang. La chanson que j'attendais, L'Usina, la première et ma préférée, achève d'enflammer la salle.


Les Dupain jouent donc la fin sur du velours et servent la chanson qui squatte paraît-il pas mal Radio Grenouille en ce moment, mais révélation pour moi : Les Vivants, pas mal du tout. Je redécouvre Les Prisonniers que j'ai trouvée splendide ! J'y aurais bien ajouté Sensa Relambi qui se finissait en techno-ccitane hystérique, mais ils finissent avec une dernière chanson bien speed, Tacheta. Un très bon concert de ces artistes, restés frais et intègres : je ne suis pas fan de leur évolution musicale mais leurs compositions sont toujours aussi bonnes, leur interprétation impeccable et leur enthousiasme intact. A la prochaine, donc !


A ne pas manquer sur Concertandco : une interview des Dupaing pour la sortie de leur disque 'Les Vivants' !



Photos Pirlouiiiit

David Walters : les dernières chroniques concerts

Dionysos + Watlers / Benhamou en concert

Dionysos + Watlers / Benhamou par Prakash
Théâtre Sylvain, Marseille, le 24/06/2015
Point de salle de concert fermée ce soir, ce sera à l'extérieur et au théâtre Sylvain que Dionysos nous accueille. On a l'impression d'être à un festival dans ce cadre magnifique... La suite

Arthur H & David Walters + Mellow Mark (festival Avec le temps) en concert

Arthur H & David Walters + Mellow Mark (festival Avec le temps) par Aureza
Espace Julien - Marseille, le 20/03/2013
Mellow Mark en première partie impose son style dans une salle déjà surpeuplée. La queue à l'entrée annonçait la couleur. Du monde partout. Le bonhomme vit en Allemagne, assez... La suite

Samenakoa + David Walters + la Mini Fanfare (les Portes Ouvertes Consolat - POC) en concert

Samenakoa + David Walters + la Mini Fanfare (les Portes Ouvertes Consolat - POC) par Pirlouiiiit
cours Joseph Thierry - Marseille, le 09/10/2010
Voyant que McYavell n'a finalement pas réussi à convaincre un de ses collègues de raconter cette soirée c'est donc à nouveau moi (et avec pas mal de retard sur la dite date) qui... La suite

Oaï Star + David Walters  en concert

Oaï Star + David Walters par
Espace Julien - Marseille, le 15/12/2009
Oaï Star et David Walters à l'Espace Julien, pour le compte de Virgin17 et son émission "Virgin17 part en live !", ne faisons pas la fine bouche, ça ne se refuse pas. Du tout. On... La suite

Dupain : les dernières chroniques concerts

Dupain en concert

Dupain par Pirlouiiiit
Studio de l'Ermitage, Paris, le 14/04/2015
Mon boulot m'amenant de temps en temps à Paris pour un ou deux jours je regarde souvent si je ne peux pas en profiter pour aller voir un concert le soir. En dehors de la première... La suite

Dupain en concert

Dupain par pirlouiiiit
Molotov, Marseille, le 21/02/2014
Après un début de soirée au Lollipop Music Store pour le showcase de Benoit Dettori, j'ai foncé au Black Unicorn pour voir le XV de France tenter en vain de percer la défense du... La suite

Dupain + QWX (festival des langues et cultures minorisées) en concert

Dupain + QWX (festival des langues et cultures minorisées) par Pirlouiiiit
Poste à Galène, Marseille, le 05/11/2013
Ce soir ne pouvant choisir entre musique kurde et occitane et rock bruyant j'ai décidé de faire le yoyo entre le Poste à Galène où se tient une des soirées phare du festival des... La suite

Dupain en concert

Dupain par Celine
la gare Maubec, le 09/03/2013
"Dupain se reforme et propose un concert à la Gare le 9 mars?!!! OUHAIAIAIAI!! Venez on y va!!" Et nous voilà parties à Maubec voir Dupain à la Gare, autant dire : nous voilà... La suite

Original Occitana : les dernières chroniques concerts

Original Occitana en concert

Original Occitana par Pirlouiiiit
Bar de la Plaine - Marseille, le 27/05/2009
Après la tornade Lightning Bolt à l' Espace Montévidéo je suis passé voir si les filles de Original Occitana avaient fini leur soirée au Bar de la Plaine pour la sortie de leur... La suite

Original'Occitana (& chorales amies) en concert

Original'Occitana (& chorales amies) par Philippe
Balthazar, Marseille, le 31/03/2007
Grosse affluence ce soir au Balthazar, pour la sortie après une longue attente (le groupe chantant depuis plusieurs années et la souscription ayant été lancée il y a plus de 6 mois... La suite

Original'Occitana - Interview en concert

Original'Occitana - Interview par LiveinMarseille
15/01/2007
Un petit moment déjà que nous l'avons dans le viseur, à LiveinMarseille, ce chœur à la fois atypique et typique de gadjies chantantes... Depuis cette préhistorique chorale... La suite

Rit, Original'Occitana, Sam K and friends (Traditionau Dub Baleti) en concert

Rit, Original'Occitana, Sam K and friends (Traditionau Dub Baleti) par Philippe
Le Balthazar, Marseille, le 26/11/2006
Non vraiment, le chroniqueur Concertandco anonyme n'avait pas l'intention de raconter ce concert, qu'il croyait de lancement du disque auto-produit par souscription des... La suite

Le Moulin, Marseille : les dernières chroniques concerts

Camélia Jordana + Siem Folknomade en concert

Camélia Jordana + Siem Folknomade par Sami
Moulin, Marseille, le 09/11/2019
Les voix féminines et la Méditerranée sont à l'honneur au Moulin, qui, contrairement à ce qui était annoncé, est en configuration "petite salle" ce soir. Siêm Folknomade Pour... La suite

La Maison Tellier +  Blind Cinema en concert

La Maison Tellier + Blind Cinema par Sami
Le Moulin, Marseille, le 24/05/2019
Le Moulin a toujours été une des salles les plus ponctuelles de Marseille, beaucoup plus que les transports en commun en tout cas. Du coup comme souvent on aura juste le temps... La suite

Bukowski + Ultra Vomit en concert

Bukowski + Ultra Vomit par Philippe
Le Moulin, Marseille, le 10/05/2019
Soirée (évier) metal potentiellement débile et bien régressive, avec les quasi-mascottes du Hellfest : les fameux Ultra Vomit de Nantes ! Le public devant l'entrée semble... La suite

No One Is Innocent + Tagada Jones en concert

No One Is Innocent + Tagada Jones par Aulie
Le Moulin, Marseille, le 24/11/2018
Samedi 24 novembre 2018, direction le Moulin à Marseille pour assister à une soirée 100 % rock engagé avec les groupes Tagada Jones et No One In Innocent pour leur "Bruit dans... La suite