Accueil Chronique de concert Festival de Nimes : Editors + Gossip + Vampire Weekend + Yuksek
Dimanche 29 mars 2020 : 9784 concerts, 25960 chroniques de concert, 5290 critiques d'album.

Chronique de Concert

Festival de Nimes : Editors + Gossip + Vampire Weekend + Yuksek

Festival de Nimes : Editors + Gossip + Vampire Weekend + Yuksek en concert

Arènes - Nîmes 15 Juillet 2010

Critique écrite le par

Cette soirée attaque dès 19h30 dans des arènes ensoleillées avec les anglais d'Editors, sympathiques revivalistes coldwave, lorgnant volontiers de manière décomplexée du côté de Joy Division et autres mythes mancuniens. L'entrée en matière est puissante, leurs riffs tendus mettent rapidement tout le monde d'accord, tandis que le son agressif et froid de la batterie imprime de belle manière la cadence : les festivités ont bel et bien débuté.



S'en suivent quelques plages d'avantage électroniques en arrière plan, ce qui flirtait précédemment avec le post-punk destiné aux caves sombres de Birmingham se transforme en une synthpop efficace qui avec des vocaux à la Paul Banks est désormais capable de faire se mouvoir des foules entières. Même si le chanteur pousse parfois un peu trop loin son jeu de scène, le spectacle est au rendez-vous, les tubes comme Munich ou All Sparks achevant de convaincre les sceptiques.



Certes, ces gens-là n'amènent rien de nouveau, ils ne font que tripatouiller un passé dont chacun est bien sûr nostalgique, mais ils le font de belle manière, sans jamais saccager leurs classiques, leur répertoire demeure tout de même imposant et diablement efficace, la faute à de très bonnes influences sans doute. Editors relève donc avec brio le défi d'ouvrir cette soirée aux nombreuses promesses.



Aujourd'hui, plus personne ne croit aux utopies où tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, et à vrai dire nous avons raison, aucune histoire n'est parfaite, il y a toujours un bémol à noter et ce soir là le bémol fut notre remixeur national attitré Yuksek. Certes le faire passer à 20h30 alors qu'il faisait encore jour n'était pas forcément la meilleure idée qu'eurent dans leur vie les programmateurs nîmois, bien sûr on pourra dire que c'était sympa à une époque où toutes ces feignasses de DJs se cachent derrières leurs ordinateurs de faire un set analogique mais tout de même le bilan reste dur.
Son set démarra pourtant de manière rythmée, avec des beats tranchants et ces voix robotiques qui lui sont caractéristiques, le garçon n'était visiblement pas venu ici pour rire mais rapidement ses effets peu variés lassent et l'alchimie ne prend pas, le public hoche poussivement la tête.



Soudain l'espoir renait, l'imparable Tonight, hymne électronique au refrain ravageur, retourne littéralement la fosse tandis que le garçon s'acharne de plus belle suivi par le leitmotiv TAKE MY HAND qui clignote en arrière plan. On pourrait alors songer à une suite sympathique et bien non cet hurluberlu a la charmante idée de critiquer les spectateurs pour leur manque d'implication, congratulant au passage sa propre production : une grande leçon d'humilité signée Yuksek. Alors que le chenapan cache encore ses brillants remixes dans sa besace, il juge préférable de longuement nous bassiner avec ses idioties tentant de réveiller en vain le spectre du sublime album Discovery de Daft Punk avant de virer à une grande boucherie techno.



L'inconstance de ce set est frustrante, car c'est seulement dans les dernières minutes que l'ambiance semble enfin décoller avec des vocaux effrénés proches de ceux du terrible Danger, alternant avec des sonorités d'avantage imprégnées de la culture hip-hop, le public s'agite enfin. Mais une question reste sur toutes les lèvres ou tout au moins sur les miennes, pourquoi ne méritions nous pas ses splendides remixes de M83, Booba et consorts ou encore ses productions nées de sa collaboration avec l'intéressant Brodinsky, mon interrogation demeure entière, ma rancœur également, Pierre-Alexandre Busson, je t'en veux.



C'est alors que le groupe le plus bichon de New-York s'apprête à faire son apparition, derrière cette périphrase se cache bien entendu Vampire Weekend, qui cherche de nouveau à convaincre avec cet opus réfléchi et abouti réitérant l'alchimie miraculeuse du premier et ultra médiatisé album, véritable boîte à hits. Sans la moindre présentation superflue et hypocrite, le chanteur jaillit des coulisses et démarre un set dynamique et joyeux aux sons d'arpèges rebondissant sur les arrières fonds de flûte traditionnelle. Dès le second morceau, les influences africaines de leur pop ressortent pour créer une certaine communion du groupe avec la foule charmée.



N'hésitant pas à distiller des envolées vocales aigues dignes de chants tyrolliens perdus dans la jungle éthiopienne, le groupe nous subjugue par ses percussions détendues mais sûres inspirées des lignes du reggae, le tout pour mieux rebondir sur des arrières fonds de flûte traditionnelle classique. Viennent ensuite des morceaux du premier album comme le très bon I stand corrected, qui ne laisse personne indifférent dans le public tant l'harmonie sonore des plus improbables est superbe. Le tour du monde musical se poursuit en beauté, on se retrouve propulsé au milieu des Cornouailles dans une de ces fêtes de village euphoriques et éthyliques avant de retourner vers une fragilité tout simplement jolie avec Taxi Cab.



L'ambiance demeure étonnamment, les new-yorkais deviennent pour quelques instants texans avec quelques riffs tendus enniomorriconesques, un pur truc de cowboys. Ils ne restent plus à ces gentils génies, véritables équilibristes entre pop et world music, qu'à enfiler les tubes tels des perles lançant les célèbres Oxford Coma ou encore A-Punk, alors que toutes les collégiennes gesticulent, s'écrasent et s'époumonent dans la fosse. Et pour une fois je dois bien le reconnaitre, la collégienne lambda a raison, car ces musiciens là méritent vraiment que l'on hurle leur nom à s'arracher les cordes vocales. Une leçon magistrale de maîtrise, d'originalité mais aussi de courage.



Et c'est enfin au tour de Gossip de s'aventurer dans des arènes pleines à craquer, afin de clôturer cette chouette soirée, et c'est après une longue attente qu'apparaissent les musiciens et en particulier la tant attendue Beth Ditto, véritable icône de cette fin des années 2000. Fidèle à sa réputation de guerrière sur scène, elle joue d'entrée de jeu la pièce maîtresse de son répertoire, le génial Standing in the way of control, ravageant dès les premières notes un public hystérique, le ton est donné. La suite se révèle plus périlleuse, le quartet choisit de nous proposer quelques chansons plus intimistes du second album comme Pop goes to world ou Four letter word, aux plages électroniques tant décriées par la critique et pourtant cela prend de belle manière, l'ambiance ne retombe pas un instant.



Chacun est rapidement séduit par la voix envoutante de la chanteuse, capable d'envolées puissantes et miraculeuses tout en sachant par moments se faire fragile et douce. Leur prestation se poursuit avec vigueur et application, on notera d'ailleurs un jeu de batterie intelligent et des plus justes, tandis que Beth Ditto en véritable gladiateur n'a de cesse d'haranguer une foule émerveillée, l'énergie déployée est simplement incroyable. Ils parviennent continuellement à nous surprendre avec des covers inattendues comme celle du splendide Psycho Killer des Talking Heads ou encore de Bad Romance de Lady GaGa avant de virer vers le pendant plus soul du groupe qui n'en est pas moins intéressant. S'en suit le très apprécié Heavy Cross, single issu du second album, qui ne manque pas d'enflammer un public resté debout depuis le premier morceau. Encore quelques morceaux puis les héros du jour se retirent sous les acclamations avant de revenir pour un rappel des plus incroyables débutant par une parfaite reprise jubilatoire du mythique What's love got to with de Tina Turner, chacun crie de plus belle au son de ce refrain universel. La surprise est encore plus grande lorsque Beth choisit de revisiter a cappella One more time de Daft Punk, ou encore We are the champions de Queen. Leur prestation s'achève avec Love long distance, ballade sensible et troublante, concluant de la meilleure des manières un concert tout bonnement incroyable, qui aura marqué les esprits. Qu'on se le dise, Gossip est une incroyable machine de guerre sur scène !

> Réponse le 28 août 2010, par Pierre

[Arènes de Nimes - 15 juillet 2010] Assez bizarre cette soirée Nîmoise. Alors qu'Editors est tête d'affiche au Werchter ou en Angleterre, ici ils ouvrent la soirée dans une indifférence poli et un public clairesemé. Dommage. S'en suit un dj bling bling et totalement inintéressant mais qui trouve ici un écho favorable, notamment pour la carré d'or VIP (oui parce qu'à Nîmes, il n'y a pas de place pour la presse, mais un carré d'or VIP). L'ensemble est consternant et donne envie de vomir. Vampire Weekend poursuit livrant son deuxième disque (un des meilleurs de l'année écoulé, parfait pour accompagner l'été). Le concert est très sympa mais la majorité du public s'impatiente de voir Gossip. Si Beth Ditto est formidable j'avoue avoir du mal à comprendre leur succès HENORME en France qui leur permet de faire Bercy en...  La suite | Réagir


Festival de Nîmes : les dernières chroniques concerts

Mark Knopfler (Festival de Nîmes 2019) en concert

Mark Knopfler (Festival de Nîmes 2019) par Billduvaucluse
Festival de Nîmes, le 15/07/2019
Un très bon concert de deux heures. Peu de titres de Dire Straits, mais joués à la perfection. Sinon, le reste de la setlist était constituée par des morceaux de ses albums solos... La suite

 Status Quo + ZZTOP (Festival de Nîmes 2019) en concert

Status Quo + ZZTOP (Festival de Nîmes 2019) par G Borgogno
Arènes de Nîmes, le 04/07/2019
Status Quo / ZZTOP. Je m'étais RE-mis à écouter ZZTOP ces temps-ci.. Et leurs opus jusqu'à "Eliminator" sont, sommes toutes, des plus corrects. Mieux, ce sont de juteux... La suite

Shaka Ponk + Vitalic + Greg Delon (Festival de Nîmes) en concert

Shaka Ponk + Vitalic + Greg Delon (Festival de Nîmes) par Aulie
Arènes de Nîmes , le 22/07/2018
Dimanche 22 juillet 2018, direction le festival des arènes de Nîmes pour la soirée de clôture du festival avec, en tête d'affiche le groupe Shaka Ponk et Vitalic, et en première... La suite

Sting et Shaggy + James Walsh (Festival de Nîmes 2018) en concert

Sting et Shaggy + James Walsh (Festival de Nîmes 2018) par Kris Tian
Arènes de Nimes, le 17/07/2018
Sting et Shaggy sur la même scène avec un album en commun ? Improbable ? Ben en fait non et tant mieux car les styles se marient bien et annoncent une très bonne soirée. Je... La suite

Editors : les dernières chroniques concerts

Editors + Whispering Sons en concert

Editors + Whispering Sons par Lebonair
Salle Pleyel - Paris, le 30/01/2020
Le groupe de rock britannique Editors, qui s'est formé en 2002, affiche à ce jour 6 albums studios au compteur. Le dernier, " Violence ", a été publié il y bientôt deux ans. Il y a... La suite

Editors en concert

Editors par Didlou
Salle Pleyel, Paris, le 30/01/2020
On monte sur Paris, ce qui est toujours une souffrance, mais c'est pour la bonne cause : un bon concert, celui d'Editors, et une découverte de la salle Pleyel, qui était dédiée au... La suite

Editors + October Drift en concert

Editors + October Drift par Cathy VIILLE
Transbordeur - Villeurbanne, le 25/04/2018
Initialement planifié à Lyon le dimanche 15 novembre 2015, le concert du groupe Editors fut annulé suite aux attentats du Bataclan le 13 novembre. C'est donc avec un certain... La suite

Red Hot Chili Peppers, Liam Gallagher, IAM, Lana Del Rey, Pixies, La Femme, The Hives, London Grammar,  Seasick Steve, The Weeknd, Editors, Tess, Rival Sons, Charli XCX, DJ Snake (Festival Lollapalooza Paris 2017) en concert

Red Hot Chili Peppers, Liam Gallagher, IAM, Lana Del Rey, Pixies, La Femme, The Hives, London Grammar, Seasick Steve, The Weeknd, Editors, Tess, Rival Sons, Charli XCX, DJ Snake (Festival Lollapalooza Paris 2017) par Samuel C
Hippodrome de Longchamp - Paris, le 23/07/2017
Live Nation avait assuré ne pas gagner d'argent en organisant le premier Lollapalooza parisien. Le cachet des artistes devait en effet être conséquent pour réunir sur 48 heures... La suite

Gossip : les dernières chroniques concerts

Gossip en concert

Gossip par Samuel C
Salle Pleyel / Bataclan - Paris, le 09/07/2019
"Music for men" figure parmi les disques les plus réussis de la première décennie de ce siècle. 10 ans après sa publication, Gossip a décidé de le célébrer d'abord à Pleyel lundi 8... La suite

Beth Ditto en concert

Beth Ditto par Lionel Degiovanni
Usine d'Istres, le 22/04/2018
Ce soir, départ pour voir un concert d'une artiste que je ne connais que de nom : Beth Ditto, la fameuse chanteuse du groupe Gossip mondialement célèbre grâce aux titres Standing... La suite

Gossip en concert

Gossip par Tiziana Annesi
Zénith - Montpellier, le 26/11/2012
Une fois n'est pas coutume, je ne m'étendrai pas sur la première partie du concert de Gossip qui a eu lieu au Zénith de Montpellier : trop peu d'informations divulguées et surtout... La suite

Mina May + Band of Skulls + Gossip (Voix du Gaou 2012) en concert

Mina May + Band of Skulls + Gossip (Voix du Gaou 2012) par Philippe
Ile du Gaou, Six-Fours-Les-Plages, le 16/07/2012
Quelques jours après le Festival du Pont du Gard, nouvelle affiche un poil plus modeste mais alléchante pour les aficionados de rock, avec 3 groupes programmés pour l'ouverture... La suite

Vampire Weekend : les dernières chroniques concerts

Vampire Weekend + Sizaar en concert

Vampire Weekend + Sizaar par Stéphane Pinguet
Zénith de Paris, le 21/11/2013
Une bien belle semaine de concert pour le Zénith de Paris qui accueille - quelques jours à peine après les poids lourds Nick Cave & The Bad Seeds et The National - Vampire... La suite

Vampire Weekend en concert

Vampire Weekend par FL
Zénith, Paris, le 17/11/2010
Quelle idée ?!? Quelle idée en effet d'aller voir Vampire Weekend au Zénith alors qu'ils sont passés dans la prestigieuse salle de l'Olympia quelques temps auparavant ? Et... La suite

Yeah Yeah Yeahs + Vampire Weekend + Passion Pit + Gush + The Tatianas + Keane + Asher Roth (Rock en Seine 2009) en concert

Yeah Yeah Yeahs + Vampire Weekend + Passion Pit + Gush + The Tatianas + Keane + Asher Roth (Rock en Seine 2009) par Pierre Andrieu
Domaine National De Saint-Cloud, Paris, le 28/08/2009
La première journée du festival Rock en Seine 2009 a été décapitée à la dernière minute par l'annulation d'Oasis à cause d'une énième altercation entre les incorrigibles... La suite

(mes) Eurockéennes 2008 2/3 : Daniel Darc, Vampire Week-end, (Silent Disco), Sharon Jones, Midnight Juggernauts, Cavalera Conspiracy, Santogold, Grinderman, Red Sparowes, Wombats, Sebastien Tellier en concert

(mes) Eurockéennes 2008 2/3 : Daniel Darc, Vampire Week-end, (Silent Disco), Sharon Jones, Midnight Juggernauts, Cavalera Conspiracy, Santogold, Grinderman, Red Sparowes, Wombats, Sebastien Tellier par Philippe
Presqu'Ile du Malsaucy, Evette-Salbert, le 05/07/2008
Pour le vendredi c'est par ici ! Après une bonne nuit de sommeil et un copieux repas chez nos hôtes, notre fine équipe de 8 personnes arrive sur le site où il fait toujours... La suite

Yuksek : les dernières chroniques concerts

Festival Reevox : Yuksek + Arnaud Rebotini & Christian Zanessi + Chapelier Fou + MXCT en concert

Festival Reevox : Yuksek + Arnaud Rebotini & Christian Zanessi + Chapelier Fou + MXCT par Sami
Cabaret Aléatoire - Marseille, le 09/02/2013
Un Cabaret aléatoire très bien rempli, malgré le froid et une grosse affiche electro au Dock des suds, pour cette soirée de clôture de la deuxième édition du festival de musiques... La suite

Yuksek, Digitalism, NZCA/Lines, Andromakers (Festival Rock Island) en concert

Yuksek, Digitalism, NZCA/Lines, Andromakers (Festival Rock Island) par Sami
Fort d'Entrecasteaux, le 30/06/2012
Première édition pour Rock Island, nouveau venu dans la famille des festivals de musiques electro et pop. Plutôt une bonne nouvelle pour les amateurs du genre, avec une affiche... La suite

The Rapture + WhoMadeWho + Yuksek + Dope D.O.D. + Skip The Use + The Pack AD (Rock 'n' Beat Party, Printemps de Bourges 2012) en concert

The Rapture + WhoMadeWho + Yuksek + Dope D.O.D. + Skip The Use + The Pack AD (Rock 'n' Beat Party, Printemps de Bourges 2012) par Pierre Andrieu
Le Phénix, Bourges, le 28/04/2012
Dernier jour du Printemps de Bourges 2012, le samedi 28 avril 2012, avec une soirée Rock 'n' Beat Party riche en promesses... Au programme, de 20 heures jusqu'au petit matin,... La suite

Interview avec Yuksek en concert

Interview avec Yuksek par fredc
Paris, le 17/11/2011
Est-il encore besoin de présenter Yuksek ? Jeune trentenaire, Pierre-Antoine Busson commence à se faire un nom dans le petit milieu de l'électro française avec de nombreux remixes... La suite

Arènes - Nîmes : les dernières chroniques concerts

 Status Quo + ZZTOP (Festival de Nîmes 2019) en concert

Status Quo + ZZTOP (Festival de Nîmes 2019) par G Borgogno
Arènes de Nîmes, le 04/07/2019
Status Quo / ZZTOP. Je m'étais RE-mis à écouter ZZTOP ces temps-ci.. Et leurs opus jusqu'à "Eliminator" sont, sommes toutes, des plus corrects. Mieux, ce sont de juteux... La suite

Mark Knopfler (Festival de Nîmes 2019) en concert

Mark Knopfler (Festival de Nîmes 2019) par Billduvaucluse
Festival de Nîmes, le 15/07/2019
Un très bon concert de deux heures. Peu de titres de Dire Straits, mais joués à la perfection. Sinon, le reste de la setlist était constituée par des morceaux de ses albums solos... La suite

Slash featuring Myles Kennedy and the Conspirators + Rival Sons en concert

Slash featuring Myles Kennedy and the Conspirators + Rival Sons par exxo7
Les Arènes de Nîmes, le 03/07/2019
C'est toujours un bonheur immense que de se retrouver dans les arènes de Nîmes... Ce lieu aura toujours quelque chose qui me fascine. Ce soir c'est pour voir et écouter Slash... La suite

Elton John (Farewell Yellow Brick Road Tour) en concert

Elton John (Farewell Yellow Brick Road Tour) par Fred Boyer
Arènes de Nimes, le 23/06/2019
J'ai des questionnements sur le temps qui passe auxquels j'ai du mal à trouver des réponses. Par exemple, je me demandais l'autre jour à quel moment il est devenu acceptable de... La suite