Accueil Chronique de concert Eels
Jeudi 19 juillet 2018 : 11983 concerts, 25099 chroniques de concert, 5220 critiques d'album.

Chronique de Concert

Eels

Eels en concert

L'Olympia, Paris 9 Juillet 2018

Critique écrite le par

Mark Oliver Everett, ce génie méconnu et incompris... Hier soir, E. et sa bande de joyeux lurons ont déroulé un set à la fois barré et carré devant un Olympia sold-out et souriant en ce chaud mois de juillet.



Commençant le concert par deux reprises (The Who et Prince, qui sera à nouveau mis à l'honneur lors du premier rappel), le groupe commence par décontenancer son public, pris quelque peu au dépourvu. Mais c'est pour mieux dérouler ensuite une set-liste de 23 chansons supplémentaires tirées de presque tous les efforts studio du combo, les deux albums les plus représentés étant sans surprise l'excellent petit dernier, "The Deconstruction" et le sublime "Daisies of the Galaxy". Les titres les plus anciens sont revisités, à l'instar de "My Beloved Monster" et "Novocaine for the Soul", quasi méconnaissable, mais on sent que leur compositeur prend encore plaisir à les (ré)interpréter, pour notre plus grand bonheur. Il faut reconnaître que les compositions du groupe ne sont pas particulièrement variées mais elles sont toujours sacrément efficaces. Les chansons les plus enlevées donnent instantanément le sourire et l'envie de remuer en rythme et les ballades, elles, forcent systématiquement l'introspection et pourraient aller jusqu'à arracher quelques larmes aux plus sensibles d'entre nous.

Au début assez discret, E. se lâche un peu plus au fur et à mesure que le set avance pour mieux finir en roue libre totale. Il danse, se trémousse, se frotte à The Chet, le guitariste du groupe, et dans un anglais pas toujours facile à suivre, il enchaîne les conneries à faire mourir de rire son auditoire. Ainsi, on en apprend un peu plus sur les membres du groupe (vous vous doutiez, vous, que The Chet avait un jour perdu sa virginité ?) et, toute blague à part, E. nous promet de ne plus attendre quatre ans avant de revenir dans la Ville Lumière. Et il a plutôt intérêt à tenir sa promesse.

Après une heure vingt de concert, le groupe quitte la scène pour mieux revenir interpréter "When You Were Mine", de Prince et après une deuxième sortie, on se dit qu'ils ne peuvent nous quitter comme ça. Heureusement, E. revient rapidement sur scène et y convoque ses musiciens, d'abord grâce à une petite clochette puis, devant leur absence de réaction, à l'aide d'une corne de brume. Normal. Nous voilà donc reparti pour presque 20 minutes de show supplémentaire devant un Olympia qui ne se lasse pas. E. nous dit qu'il pourrait faire ça toute la soirée car n'a rien de mieux à faire et surtout, car il n'y a rien au monde de plus agréable que ça, et on le croit.

Malheureusement, la troisième sortie de scène est la bonne, même si je reste persuadée qu'avec un peu plus d'insistance de la part du public, le groupe serait revenu pour nous offrir quelques minutes de bonheur supplémentaire. Comme l'avait dit Olivier Assayas lors du passage du groupe sur France Inter, j'envie les gens qui ne connaissent pas encore Eels et qui pourraient le découvrir au hasard d'un concert. Quelle joie ils ressentiraient !

Photo : Titouan Massé www.facebook.com/titouanmassephoto, titouanmasse.tumblr.com, www.flickr.com/photos/titouanbzh, twitter.com/titouanbzh


Eels : les dernières chroniques concerts

Festival Rock En Seine : The Black Angels + Beirut + Eels en concert

Festival Rock En Seine : The Black Angels + Beirut + Eels par lebonair
Domaine National de Saint Cloud , le 29/08/2010
Dernière partie : Rock En Seine avec 105 000 spectateurs en 3 jours a battu son record de fréquentation. Ce fut donc un véritable succès populaire et une réussite à tous les... La suite

Arcade Fire + Roxy Music + Beirut + Eels + Wave Machines (Rock en Seine 2010) en concert

Arcade Fire + Roxy Music + Beirut + Eels + Wave Machines (Rock en Seine 2010) par Pierre Andrieu
Parc de Saint-Cloud, le 29/08/2010
En ce dimanche 29 août, l'édition 2010 du festival Rock en Seine touche à sa fin après déjà deux jours chargés en concerts - l'on se souviendra en particulier de ceux de... La suite

Eels par Pirlouiiiit
Irving Plaza - New York, le 31/07/2003
Arrivés un peu en retard du concert de Tindersticks a Summerstage, nous pénétrons dans un Irving Plaza (sans difficulté, cette fois ils ne m'ont pas oublié chez BigHassle) bien bien plein. On se faufile par le coté droit. Je ne connais pas les premières chansons (a vrai dire je n'ai que le tout premier album ...) mais c'est beaucoup plus... La suite

Eels par BébéOurs
Café de la Danse, Paris, le 05/09/2001
Les quelques chanceux à avoir pu assister à ce concert (500 personnes) n'ont pas été décus. Des extraits de tous les albums et surtout du dernier à sortir (Souljacker). 1h30 de folie, 2 rappels et 1 dernier après le rallumage des lumières pour la centaine de personnes qui étaient restées. J'ai particulièrement apprécié "Climbing to the moon", "3... La suite

L'Olympia, Paris : les dernières chroniques concerts

Jack White en concert

Jack White par Samuel C
L'Olympia - Paris, le 04/07/2018
Jack White s'affichait en lettres rouges sur le fronton de l'Olympia pour deux soirées (comme en 2012 et 2014). Ces dates ont été sold out en quelques minutes, l'une après... La suite

A Perfect Circle + Black Peaks en concert

A Perfect Circle + Black Peaks par Samuel C
Olympia - Paris, le 26/06/2018
Invité sur quelques dates au début de la tournée européenne d'A Perfect Circle, Black Peaks ne cachait pas sa joie d'assurer de nouveau sa première partie à Paris. Le public... La suite

A Perfect Circle en concert

A Perfect Circle par Coline Magaud
L'Olympia, Paris, le 26/06/2018
Après une prestation classieuse au Hellfest (si, si, je vous jure que ces deux mots vont ensemble), A Perfect Circle, le groupe créé par le guitariste Billy Howerdel et porté... La suite

At The Drive-In en concert

At The Drive-In par Ludmilla
Olympia, Paris, le 28/02/2018
Grand (deuxième) retour des Texans d'At The Drive-In pour mon plus grand plaisir ! Après la sortie du merveilleux "Relationship Of Comman " en 2000 et deux concerts mémorables... La suite