Accueil Chronique de concert Fidlar
Samedi 25 novembre 2017 : 11349 concerts, 24731 chroniques de concert, 5187 critiques d'album.

Chronique de Concert

Fidlar

Fidlar en concert

Le Trabendo, Paris 16 Juin 2015

Critique écrite le par




Belle séance de pogo / stage diving / slam / jets de gobelets sur les musiciens au concert 100% punk rock garage débraillé des Californiens de Fidlar au Trabendo, complet pour l'occasion... Les quatre sauvageons en culottes courtes (ou pas) n'ont rencontré aucun problème pour faire sauvagement péter les plombs à leur public, qui n'attendait que ça visiblement.



Dès la première seconde du show donné par Fidlar, la fosse est en totale furie, ce qui semble réjouir les Ricains et leur petit leader très enjoué, qui en veut toujours plus dans le registre "bordel total". Il faut dire que cette sorte de pop gonflée aux excitants punk constitue un cocktail idéal pour donner instantanément des fourmis dans les jambes, faire headbanguer comme un débile à l'insu de son plein gré et sauter comme un petit agité en échec scolaire. Avec une section rythmique basse/batterie très énervée et deux guitaristes/chanteurs particulièrement remontés, ce combo est une version plus juvénile et punk des tarés de Black Lips.



Et comme les bad kids d'Atlanta, les têtes brûlées de Los Angeles ont pas mal d'arguments à faire valoir en termes de tubes en live : No Waves avec son gimmick de guitare entêtant, l'infernal Cheap Beer, le démentiel 40 Oz On Repeat, l'hyper fédérateur West Coast, le décérébrant Wait For The Man et, bien sûr, le très éducatif et complètement fou Cocaine en final de rêve...



Chaque titre est accueilli avec hystérie par un public de feu, qui donne pas mal de fil à retordre aux vigiles : ils ont pas mal de boulot pour éviter l'envahissement total de la scène. Ce qui ne semble pas gêner les petits garnements qui sont l'attraction de la soirée, ravis de jeter de l'huile sur le feu de l'excitation de leurs fans, en pleine montée d'hormones... Signe d'une classe bordélique ultime, entre deux gobelets en plastique dur pris sur le coin de la gueule, les très décontractés mecs qui sont sur les planches arrivent à placer une méchante reprise d'une influence assez claire, Weezer : l'inoxydable Undone - The Sweater Song, proposée en version "Miaou Miaou", c'est à dire avec des miaulements à la place de certaines paroles... Comme dirait l'autre, pas la peine d'en rajouter : les dangereux malades de Fidlar sur scène, c'est une authentique tuerie, qui mérite d'être vécue au moins une fois en live ! Voire plus si affinités...




Le Trabendo, Paris : les dernières chroniques concerts

Thee Oh Sees en concert

Thee Oh Sees par Coline Magaud
Le Trabendo, Paris, le 14/05/2017
John Dwyer fait partie de ces musiciens qui sortent album sur album, fidèles à eux-mêmes et toujours sur la route pour défendre lesdites galettes. Huit mois jour pour jour... La suite

Pvris + Major+Pride en concert

Pvris + Major+Pride par Zulone
Trabendo - Paris, le 08/05/2017
Trabendo rempli pour le retour du groupe Pvris en France. Cela fait un an que le groupe au nom de la capitale était attendu par ses fans. C'est à l'occasion de leur tournée... La suite

L.A. Witch, Tess Parks, Le Villejuif Underground, Fai Baba, Gong (Paris International Festival Of Psychedelic Music 2017) en concert

L.A. Witch, Tess Parks, Le Villejuif Underground, Fai Baba, Gong (Paris International Festival Of Psychedelic Music 2017) par Paskal Larsen
Le Trabendo, Paris, le 04/03/2017
Une bonne journée de pluie, et hop on enchaîne avec la deuxième soirée du Paris International Festival Of Psychedelic Music au Trabendo. Le Villejuif... La suite

Traams, The KVB, Jacco Gardner, Tess Parks, Noir Boy George, Bryan's Magic Tears (Paris International Festival Of Psychedelic Music 2017) en concert

Traams, The KVB, Jacco Gardner, Tess Parks, Noir Boy George, Bryan's Magic Tears (Paris International Festival Of Psychedelic Music 2017) par paskal
Trabendo, Paris, le 03/03/2017
En raccourci, le nom du festival est "Paris Psych Festival"... Si en effet ce festival se passe bien à Paris, voire en proche banlieue, par contre le psyché n'est qu'un élément... La suite