Accueil Chronique de concert Grand Blanc + Octobre Novembre
Dimanche 21 avril 2019 : 9564 concerts, 25453 chroniques de concert, 5249 critiques d'album.

Chronique de Concert

Grand Blanc + Octobre Novembre

Grand Blanc + Octobre Novembre en concert

Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand 18 octobre 2018

Critique écrite le par

On attendait cet événement depuis un certain temps. Non, je ne parle pas de la sortie de l'album "pompe à fric" posthume de Jo... pfff, faut pas déconner. Non, ici, on évoque la venue de Grand Blanc à la Petite Coopé. Frissons, de plaisir, garantis.


Octobre/Novembre

On arrive pile au début de la première partie, ça commence à l'heure, comme d'habitude à la Coopérative de Mai. Les Clermontois d'Octobre/Novembre ouvre la soirée, devant, avouons-le, une maigre assemblée. Soit. Ça ne nous empêchera pas de nous mettre en parfaite condition grâce à leur fusion de pop, new wave et post punk synthétique aux nombreuses influences, lorgnant notamment sur les 80's. Le quatuor joue les titres de leur album intitulé Glove Of Pain sorti en début d'année. Le son est très bon, les lumières bien exploitées, avec toutefois une tendance à l'abus de lights clignotantes qui contrarie un peu nos pauvres yeux. Après un premier titre qui nous met "doucement" dans l'ambiance, on se prend en pleine face les lignes de basses fougueuses, du bassiste qui l'est tout autant, dès le second. Du côté vocal, c'est percutant, totalement habité, et emmené avec beaucoup de conviction. Entourant ce duo exalté, le guitariste et claviériste, plus posés, ne sont pas en reste sur l'efficacité de leur instrument, et tout cela est cadencé sèchement par une boite à rythme incisive. Au sujet des influences suggérées plus haut, on retiendra entre autres The Cure, Joy Division, Depeche Mode et même une réminiscence de Sonic Youth sur le tout dernier morceau, ainsi qu'un autre dévoilant des sonorités plus exotiques. On reconnaitra notamment les titres "Glove Of Pain", et le tubesque "Gun And A Whip", qu'on adore, d'une efficacité absolument imparable pour réveiller le démon brûlant de groove qui est en nous.


Grand Blanc

Je l'avoue, j'ai peut-être failli connement passer à côté de l'envoûtement totale ce soir. La sortie du second album "Image au mur" de Grand Blanc, en septembre sur le label Entreprise était restée honteusement loin de mes oreilles. Et puis, je me suis rappelée ces 3 concerts, il y a 2-3 ans, où ils avaient surpassé, de cette efficacité tout en pudeur, les têtes d'affiche Feu! Chatterton à Arles au Cargo de Nuit, et La Femme, à Nîmes (Paloma), et un autre tout aussi réussi à TINALS. 3 concerts, 3 claques merveilleuses. Alors on aurait eu bien tort de ne pas insister un peu plus sur le second opus. Touchée !
Campée au premier rang, on rentre dans le vif du sujet avec "Surprise Party", pénétrant, tout en énergie. Installés un peu en arrière de la scène, le bassiste (Vincent Corbel) et le batteur (Luc Wagner), entourent, sur de hautes estrades tels des piliers porteurs irremplaçables, le duo vocal Camille Delvecchio, au clavier et Benoît David, à la guitare électrique. La setlist présentée ce soir navigue entre les deux albums, oscillant entre électro rock, synthétique et envoutante, cold wave et pop, auxquelles on pourrait rajouter beaucoup de choses tant leur bricolage sonore est varié, et l'on constate que le mélange des univers fonctionne parfaitement. La noirceur métallique de leur premier LP "Mémoires Vives", laisse place à quelque chose de moins brutal, de plus aérien sur le second, reste toutefois cette sorte de mélancolie frénétique qui bouscule nos émotions et fait frissonner nos corps.



Grand Blanc nous fait voyager entre Los Angeles et la pop dansante de "Belleville", en passant par Les Iles, aérien, côtoyant l'onirisme. "Degré Zero" vient ensuite nous réveiller de ses corrosives nappes synthétiques. Un entracte justifié par la casse de deux cordes de guitares (ouch !), se soldera, après quelques soucis techniques, par le prêt d'Octobre/Novembre de l'instrument convoité (ouf !). Le set se poursuit, tantôt planant sur un Ailleurs magique, ou plus stimulant avec l'Amour Fou. Le rythme précis du batteur, assénant des coups secs sur ces fûts, tel un métronome, courtise la basse bien présente, qui se fait parfois ronde et sensuel, parfois acide avec l'emploi du synthbass. Camille pose sa voix légère et affirmée ; la fragilité d'il y a quelques années a laissé place à la maitrise, tout en conservant ce côté touchant des plus agréables. Benoit, quant à lui, a su garder cette sensibilité parée d'un charisme sans prétention.

En guise de rappel, fortement demandé par un public, certes peu nombreux, mais attentif, enthousiaste, et connaisseur, le très attendu Montparnasse nous achève d'une déflagration émotionnelle, presque indécente, où l'on voudrait que ce final puissant de riffs électriques ne finisse jamais. Véritable coup de cœur depuis la découverte de la démo sur Youtube, ce titre est sans aucun doute l'un des plus beaux de la scène française émergente de ces dernières années, la version live décuplant le plaisir grâce à la justesse de l'interprétation. Dans un dernier soupçon de vigueur, Samedi La nuit alerte nos corps de sa déferlante de synthés stridents, et clôture ce set de façon magnifique. La file d'attente au coin merch confirme l'engouement du public, conquis par le quatuor touchant, troublant, excitant et absolument adorable. Quatrième claque au compteur, on peut alors maintenant conclure sur cette affirmation : Grand Blanc ne déçoit jamais en live !

Setlist :

Surprise party
Los Angeles
Belleville
Les îles
Degré zéro
Aurore
Verticool
Image au mur
Ailleurs
Télévision
Dans la peau
L'amour fou

Montparnasse
Samedi la nuit



Grand Blanc : les dernières chroniques concerts

(mon) Rock en Seine 2016, 1/2 : Wolfmother, Casseurs Flowters, Grand Blanc, La Femme, L7, Sigur Ròs, Massive Attack en concert

(mon) Rock en Seine 2016, 1/2 : Wolfmother, Casseurs Flowters, Grand Blanc, La Femme, L7, Sigur Ròs, Massive Attack par Philippe
Saint-Cloud, Parc de Saint-Cloud, le 27/08/2016
Quand l'été est presque enfui, comme chacun sait, il n'y a qu'une seule solution pour le clôturer dignement : Back to Rock en Seine ! Bon, on pourrait nous accuser légitimement... La suite

Muse, The Lumineers, Aaron, Lia, Grand Blanc, Courtney Barnett, Last Train, The Deaf (Paléo Festival 2016) en concert

Muse, The Lumineers, Aaron, Lia, Grand Blanc, Courtney Barnett, Last Train, The Deaf (Paléo Festival 2016) par Lionel Degiovanni
Nyon, le 19/07/2016
Nous voilà ici, de retour en Suisse, pour assister au Paléo 40+1 !!! La barre des 40 est passée, et l'ambiance du Paléo est toujours présente. On y retrouve aussi pas mal de... La suite

Grand Blanc + Zone Libre Polyurbaine + Odezenne (Festival Avec le Temps) en concert

Grand Blanc + Zone Libre Polyurbaine + Odezenne (Festival Avec le Temps) par Philippe
Espace Julien, Marseille, le 04/03/2016
Programmation un poil hétéroclite ce soir pour le Festival Avec le Temps, dont on peut tout de même saluer un petit regain d'audace, malgré qu'ils ont inexplicablement raté les... La suite

Grand Blanc + Zone Libre Polyurbaine + Odezenne (Festival Avec le Temps) en concert

Grand Blanc + Zone Libre Polyurbaine + Odezenne (Festival Avec le Temps) par Vand
Espace Julien, Marseille, le 04/03/2016
Une paye que je n'avais pas foutu les pieds à l'Espace Julien ! Totalement séduit par l'idée de (re)voir Zone Libre sur mes terres (pour rappel, la dernière fois c'était ici), je... La suite

Octobre/Novembre : les dernières chroniques concerts

Sinner Sinners + Octobre Novembre en concert

Sinner Sinners + Octobre Novembre par Pierre Andrieu
Raymond Bar, Clermont-Ferrand, le 26/02/2017
Comme l'année dernière au 101, mais cette fois dans une ambiance moins chaude (dimanche soir oblige... ), le groupe de heavy rock 'n roll Sinner Sinners a offert une prestation... La suite

Frustration + Octobre Novembre (Garage Club) par Pierre Andrieu
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 05/10/2007
Garage club très eighties dans la petite Coopé, prolongement idéal d'une soirée post punk commencée au cinéma Le Rio avec la projection du superbe film d'Anton Corbijn sur la vie de Ian Curtis, Control... Après la séance de 18h et deux heures passées avec la vie infernale du chanteur de Joy Division génialement filmée en noir et blanc,... La suite

Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand : les dernières chroniques concerts

Groundation  en concert

Groundation par Didlou
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 10/04/2019
Un agréable moment ce soir à Clermont-Ferrand avec Groundation ! La Coop de mai a accueilli Harrison Stafford et son groupe comme elle sait si bien le faire... Au... La suite

Strange Bones (God Save Clermont 2019) en concert

Strange Bones (God Save Clermont 2019) par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 06/04/2019
Monumentale fessée déculottée administrée par les Anglais de Strange Bones pour le final du festival God Save Clermont à La Coopé ! Même si leurs clips permettaient de prévoir... La suite

Bill Deraime + J. Aubertin en concert

Bill Deraime + J. Aubertin par Jérôme Justine
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 05/04/2019
Vendredi soir, Clermont-Ferrand. Pas encore tout à fait le printemps. 19 heures, il est temps de fermer la boutique, de mettre hors de ma BU ces quelques irréductibles travailleurs... La suite

Sly & Robbie meet Nils-Petter Molvaer en concert

Sly & Robbie meet Nils-Petter Molvaer par Jérôme Justine
Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 29/03/2019
Il y a eu Roux et Combaluzier pour prendre de la hauteur, Jacob et Delafon pour l'hygiène, Jacquie et Michel pour le cinéma d'auteur, Laurel et Hardy pour se marrer et il y a... La suite