Accueil Chronique de concert Grizzly Bear + Dirty Projectors
Jeudi 25 mai 2017 : 9738 concerts, 24451 chroniques de concert, 5160 critiques d'album.

Chronique de Concert

Grizzly Bear + Dirty Projectors

Grizzly Bear + Dirty Projectors en concert

Olympia, Paris 29 juin 2010

Critique écrite le 05 juillet 2010 par Pierre Andrieu




Soirée très classe à l'Olympia de Paris, le mardi 29 juin, avec le passage en tête d'affiche de la comète pop de Grizzly Bear, juste après les étoiles montantes de la pop ' n world, Dirty Projectors, en première partie. Et ce devant un très nombreux public - enthousiaste et chaleureux, qui plus est ! - , dans une salle toujours aussi adaptée à la communion lors de ce genre de grand messe stellaire...





Dirty Projectors

Ravis d'être conviés à la fête par leurs amis new-yorkais de Grizzly Bear (ils le diront plusieurs fois... ), les Dirty Projectors se lancent dès leur arrivée sur scène - un peu timide, le groupe semble impressionné par le mythe de l'Olympia -, dans un set virevoltant, très pop 'n world blues et particulièrement versatile. Clairement, ces gens-là sont restés bloqués sur la période hippie folk rock, sur les harmonies vocales des Beach Boys et de Crosby Stills Nash & Young et sur les mélanges osés par David Byrne et ses Talking Heads... Le son de Dirty Projectors est tour à tout expérimental, polyphonique, marqués au fer rouge par le blues du désert (ces caractéristiques petits solis de guitare aigus et joyeusement aigrelets), très pop et éhontément psychédélique... Le combo mixte évolue dans un univers aérien et hyper léger, les instruments et les micros passent de mains en mains, sans temps morts et sans que la notion de leader ne saute aux yeux... Bien sûr, quand on tente beaucoup, il y a parfois de petits dérapages, comme un titre un peu trop brouillon ou des envolées vocales trop travaillées à la Mariah Carey (oui, c'est un gros mot !) mais globalement le résultat est réjouissant, pittoresque et roboratif. Un groupe sans œillères et aux idées stimulantes, à suivre !







Grizzly Bear

En fin de tournée promotionnelle pour leur excellent album Veckatimest, les Américains de Grizzly Bear réussissent à recréer la magie qui est à l'œuvre sur leurs disques géniaux dès qu'ils foulent les planches de l'Olympia Bruno Coquatrix... Malgré une relative fatigue et quelques chœurs pas tout à fait aussi beaux que sur les enregistrements - il est vrai divins ! -, Grizzly Bear est toujours un combo impérial en live.

Les quatre musiciens - proprets, discrets, affables et contents d'être là - arrivent à donner une version très convaincante de leurs titres en direct live. Les voix sont superbement travaillées, les harmonies font planer le public, la puissance évocatrice du songwriting éclate au grand jour, les jeux de lumières sont magnifiques, la discrète émotion devant l'accueil du public paraît sincère et la cohésion affichée par le groupe est quasi palpable. En un mot comme en cent, Grizzly Bear est animé par un feu sacré pop qui transporte de joie et d'allégresse l'assistance. Dès les premiers morceaux (Southern Point, Cheerleader, Little Brother, Lullabye... ), l'Olympia est en apesanteur, et la salle du Boulevard des Capucines le restera jusqu'à la dernière note jouée. Car la troupe ne manque pas une occasion d'appuyer sur le bouton " décollage " de sa fusée émotionnelle intégrée : quand Grizzly Bear enchaine avec foi et désir de viser haut, très haut ses tubes (le langoureux Knife, le gracile Fine For Now, le débridé Two Weeks, l'élégiaque While You Wait For the Others ou la folk song inspirée On A Neck, On A Spit... ) on est tout simplement au paradis ! Et ce n'est pas le très beau dernier titre All We Ask qui va modifier notre état !

En grands artistes, les Grizzly Bear arrivent à être pop et accessibles dans la lignée des Beach Boys et de Crosby Stills Nash & Young (décidément, c'est la soirée !) tout en regardant plus loin, vers les frontières de l'avant garde et de l'expérimental. Difficile donc de ne pas applaudir à deux mains devant ce tour de force créatif !




Liens : www.myspace.com/dirtyprojectors, www.deezer.com/fr/music/dirty-projectors, www.myspace.com/grizzlybear, www.deezer.com/fr/music/grizzly-bear, www.radical-production.fr, www.olympiahall.com...

Grizzly Bear : les dernières chroniques concerts

Grizzly Bear + Dominique A + Andrew Bird + Bill Callahan + That Summer (la Route du Rock 2009) en concert

Grizzly Bear + Dominique A + Andrew Bird + Bill Callahan + That Summer (la Route du Rock 2009) par Pierre Andrieu
Fort de Saint-Père, Saint-Malo, le 16/08/2009
Après deux premiers jours riches en bons moments (Deerhunter, Camera Obscura, Papercuts, My Bloody Valentine... ), la dernière étape de la Route du Rock promet également son... La suite

Olympia, Paris : les dernières chroniques concerts

Gojira en concert

Gojira par Lebonair
Olympia, Paris, le 01/04/2017
Le groupe de metal français Gojira est passé deux fois à l'Olympia à Paris les 1er et 2 avril dernier et cerise sur le gâteau, celui de ce soir affichait complet et le second... La suite

Charles Bradley and His Extroardinaires en concert

Charles Bradley and His Extroardinaires par lol
Olympia, Paris, le 01/04/2016
Si l'on aime la Soul d'Otis Redding, du James Brown des 60's ou d'Al green, on ne pouvait pas être ailleurs qu'à L'Olympia en ce vendredi 1er Avril 2016... Les célèbres... La suite

The Last Shadow Puppets en concert

The Last Shadow Puppets par manuwino
Olympia, Paris, le 30/03/2016
C'est peu de dire que 8 ans après leur dernier passage parisien, les Last Shadow Puppets étaient très attendus. L'ambiance dans la salle après le passage (relativement... La suite

The Libertines en concert

The Libertines par Pierre Andrieu
Olympia, Paris, le 07/03/2016
Après une prestation honorable à Rock en Seine cet été, les Libertines poursuivaient leur tournée de reformation pour assurer le service après vente de leur inespéré troisième... La suite