Accueil Chronique de concert Les Grys-Grys
Lundi 15 octobre 2018 : 13857 concerts, 25194 chroniques de concert, 5229 critiques d'album.

Chronique de Concert

Les Grys-Grys

Les Grys-Grys en concert

Bombshell, Clermont-Ferrand 17 mai 2018

Critique écrite le par

Le groupe de Wild Rhythm & Blues originaire de Montpellier et signé sur le label anglais Dirty Water Records Les Grys-Grys attire des commentaire flatteurs qui ont de quoi émoustiller le public : "Meilleur groupe de garage français !", "Le groupe français que toute la scène rock and roll européenne nous envie..." Il passait au Bombshell, le temple du garage clermontois, en ce jeudi 17 mai de l'an de grâce 2018, on y a fait un saut, et... on a pris une magistrale baffe !



Clairement, les commentaires élogieux sont en deçà de la vérité, car cette bande de gentils tarés enchaîne avec voracité et à la vitesse de l'éclair (façon Ramones) des titres que n'auraient pas reniés les Rolling Stones des débuts, les Pretty Things, les Yardbirds et les Kinks, rien que ça mesdames et messieurs ! C'est joué de manière hystérique, bien chanté à la sauvage et ça dégage une furieuse envie de vivre (coucou James Dean). Contrairement à certains groupes de garage composés de vieux croulants fatigués qui "excitent" des vétérans nostalgiques, Les Grys-Grys sont animés par une juvénile frénésie qui ferait presque croire que l'on est encore dans les années 60 ! Et qui attire et fait danser un public plutôt jeune, alléluia ! Le fringuant combo a plusieurs bottes secrètes et autres joujous extras pour ensorceler ses fans : un chanteur bassiste démoniaque ayant la particularité de ressembler à Roger Daltrey des Who, un batteur mexicain qui frappe comme un authentique malade sur ses fûts (à la Keith Moon des... Who), deux guitaristes (dont un sosie d'Elvis jeune) qui font fumer leurs cordes et qui défoncent tout et, last but not least, un harmoniciste/joueur de maracas, qui semble être l'incarnation 2018 du "couple" Brian Jones/Mick Jagger de 1964 en train de jouer Not Fade Away de Buddy Holly (cris stridents de joie)...

Lors d'un concert des Grys-Grys, tout se passe très vite, il faut donc arriver bien à l'heure, et on monte très vite en température, il ne faut donc pas sortir trop couvert... Après avoir défouraillé compositions et reprises pendant ce qui semble être une grosse demi-heure, la troupe quitte les planches après un unique rappel. A signaler, une reprise mirifique et séminale du jouissif Roll Over Beethoven du génie Chuck Berry. Bref, si tu aimes le rock 'n roll et si t'as pas vu les Grys-Grys sur scène, t'as raté ta vie, mec !








Bombshell, Clermont-Ferrand : les dernières chroniques concerts

Cockpit en concert

Cockpit par Pierre Andrieu
Bombshell, Clermont-Ferrand, le 24/05/2018
Idéal pour finir avec des acouphènes irréversibles (à force de prendre des décibels dans la tronche), les cervicales en lambeaux (à force de headbanguer) et un mal au crane... La suite

Escobar + The Scaners + Thee Watched Voyeurs en concert

Escobar + The Scaners + Thee Watched Voyeurs par Pierre Andrieu
Le Bombshell, Clermont-Ferrand, le 17/01/2018
Réjouissant premier concert de l'année 2018 au Bombshell, à Clermont-Ferrand, avec par ordre d'apparition à l'écran le trio clermonto-moulinois de rock garage joyeusement... La suite

Destination Lonely + Lenz-Faraday en concert

Destination Lonely + Lenz-Faraday par Pierre Andrieu
Bombshell, Clermont-Ferrand, le 14/10/2017
Bien introduit par une prestation virulente et punk des locaux de Lenz-Faraday - qui envoient une belle série de titres stoogiens et bruitistes -, le concert du trio bordelais... La suite

Jim Jones and the Righteous Mind + The Marshals en concert

Jim Jones and the Righteous Mind + The Marshals par Pierre Andrieu
Bombshell, Clermont-Ferrand, le 07/04/2017
Jusque-là on n'avait jamais vu un mauvais concert de Jim Jones, pourtant croisé à de multiples reprises et dans des contextes différents (club dans les environs, salle... La suite