Accueil Chronique de concert Ich Bin Dead + Plastiscines + HatePinks
Lundi 14 octobre 2019 : 13705 concerts, 25715 chroniques de concert, 5267 critiques d'album.

Chronique de Concert

Ich Bin Dead + Plastiscines + HatePinks

Ich Bin Dead + Plastiscines + HatePinks en concert

Poste à Galène / Machine à Coudre, Marseille 20 avril 2007

Critique écrite le par

Petit dilemme ce soir, pour choisir entre un concert de rock, qu'on espère relevé (Ich bin Dead & Plastiscines) et un concert de punk-rock, qu'on espère dépouillé (Vaginal Liquid - palme d'or du nom le plus abject - & Hatepinks). Mais grâce à la légendaire ponctualité de la Machine à Coud', on peut raisonnablement espérer voir un peu des deux, surtout si le Poste y met de la bonne volonté.

Rendez-vous donc au Poste à Galène (curieusement plein mais pas bondé) pour répondre à trois questions très importantes (pour un chroniqueur rock du moins) :
- Ich bin Dead est-il encore monté en puissance depuis notre précédent et prometteur concert avec eux, quand on avait (naïvement) cru se débarrasser des Ratakans ?
- Plus important encore : les Plastiscines étaient-elles à 100 % de leurs capacités quand elles ont enregistré leur bien nommé L.P. 1 dont une petite moitié des chansons nous a plu, peuvent-elles faire aussi bien - ou même, soyons fous, mieux - en live, ou vont-elles faire "pshitt" ?
- Et du coup la question subsidiaire, peut-on encore faire confiance à Rock'n'Folk qui les a pétées en couv', ce qui par ricochet nous amène à nous demander si vraiment Philippe Manoeuvre is a piece of shit comme ils le prétendent, ou si les ne seraient pas plutôt un peu Sick in the Head, les Hatepinks ?


Acte I / Ich bin Dead : du rock pour swinguer névrotiquement !


Avec une classe devenue innée, le gang de flingueurs polygroupiques bien connus déboule au compte-goutte : Rudy, guitare n° 1 et son pantalon affuté (mon dieu, jusqu'où ira-t-il, il porte des Santiags !) attaque en premier, puis Pascal, guitare n° 2 et son petit chapeau claque, Mat le batteur névrotique et sa chemise noire brillante le rejoignent. Et enfin la pièce maîtresse, Axelle la chanteuse, un bloc de sensualité revêche aux gambettes si longues qu'elles sont déjà dépliées devant le micro avant même qu'elle ne soit sortie du backstage.


Le groupe commence avec The Way I Feel, rythmiquement calme, mais avec un son lourdement garage et une voix énervée, ce qui se confirmera avec un deuxième titre déjà plus saignant, Pussynetta is allright. Il faut dire que la section rythmique sugarmatesque s'applique à tabasser ses fûts avec une belle énergie, sans fioritures inutiles, tandis que le jeu à deux guitares est une bonne idée, qui donne au groupe un son pop/garage et une belle énergie riff/solo (qui permet à Rock'n'Rud de faire valoir des talents un peu occultés dans d'autres groupes de jeunes poseurs où il n'est que bassiste - idem pour Pachuco d'ailleurs - ben merde tiens, je crois que je viens de découvrir fortuitement la raison de la création d'Ich Bin Dead...).


L'énergie de la voix, sensuelle et agressive tout à la fois, rappelle tour à tour celle de la Courtney Love des débuts (les cheveux y sont sans doute pour quelque chose), celle de ce groupe de gonzesses qui monte et au nom ô combien classieux ('You Say Party, We Say Die', à découvrir), et parfois même celle de Polly Jean Harvey, la créature la plus sexy que le rock'n'roll ait enfanté.


Je ne ferai croire à personne que je connais vraiment les titres mais un accès visuel à la playlist me permet de flamber quand même : le groupe vient se frotter au public dans cette lumière rouge (qui les caractérise) sur What do You want Me, la créature et ses sbires mettent le feu aux poudres sur Dégage (un peu Plastiscine style, tiens, non ?) et plus encore sur Conte de Fées, morceau disco-punk carrément enthousiasmant. Et puis, oser chanter du rock en français, c'est l'un des seuls groupes locaux à s'y frotter, alors respect.


Autre morceau tubesque en puissance, l'explosive Happiness Pills où les genoux de Rudy commencent à se toucher, signe chez lui d'un plaisir intense, qui se poursuit sur Borderline, version alternative yéyé-punk à celle de Katerine. Le groupe quitte une salle déjà bien chauffée sur un Warsaw raisonnablement violent, plutôt que de déclencher des échaufourrées. Réponse à la question n° 1 : Oui, Ich bin Dead est encore monté en puissance, en se construisant une identité propre, et il semble même qu'ils en ont encore sous la pédale. Total classe - peu importe la suite, la soirée n'est déjà plus vraiment ratable !

Photos Ich Bin Dead par Céline

Acte II / Plastiscines : du punk-pop acidulé et frais !


Le disque des Ramones étant manifestement coincé dans la machine, on continue à l'écouter pendant une (longue) mise en place par un roadie méthodique, sauf de la batterie installée par sa pratiquante - c'est plutôt bon signe. Mais attention, roulement de tambour, l'heure est grave : il va falloir juger sur pièces, sans le filtre dithyrambique habituel de journalistes parisiens en plein revival des 60's (et de leurs vingt ans), de ce qu'on nous a vendu comme étant un possible renouveau de la scène française. Autrement dit, rédiger le premier décryptage clinique d'un phénomène qui, vu de p------e, parait en partie sur-vendu. Notre réputation est en jeu, c'est décidé, ces jeunes filles de bonne famille n'auront droit à aucune pitié !


Dès leur arrivée (sans façons, c'est déjà ça de pris), les mâles massés devant la scène seront les premiers à constater, pendant une intro instrumentale convaincante (Pop In / Pop out) que oui, Katty, Louise, Marine et la petite dernière, Caroline (on ne connaîtra donc jamais Zazie qui ne leur a laissé que sa bicyclette), les Plastiscines sont plastiquement aussi ravissantes que prévu, toutes franges en avant, dans leurs habits siglés/cintrés de jeunes filles soi-disant sages. Passé ce préambule certes machiste - mais objectivement inévitable, parlons musique voulez-vous ?


Dès Alchimie, on fait une important constat qui restera vrai tout le concert : comme on l'espérait à l'écoute de leur disque, les filles développent un son bien plus rock que pop, flirtant même joyeusement avec le punk, qui multiplie le potentiel de leurs chansons, y compris les plus faibles sur disque. Et il faut bien reconnaître que Shake met d'ores et déjà le feu (en déclenchant un premier slam), ainsi que Rake : Katty et Marine assurent à la guitare des riffs basiques mais maîtrisés, la bassiste est métronomique, la batterie assurée, et en plus le son est très classe.


Certes sur certains points le groupe est encore un peu jeune scéniquement - les enchaînements seront encore à travailler (quelques hésitations cocasses, une chanson démarrée un ton trop haut par exemple) et une chanteuse qui chante parfois un peu loin du micro. Pour tout dire, sans doute, une timidité bien compréhensible ! Petits défauts pardonnables quand on voit à quel point Zazie fait de la Bicyclette, déjà marrante en disque, devient une superbe bombinette garage-pop grâce à un son opportunément plus sale... et l'on y constate que la guitariste assure parfaitement l'intérim vocal.


Même le single B52's-like un peu faible, Loser, passé au filtre du live, réussit son examen (avec un figurant mâle dansant sur scène, ça le fait d'autant plus !), No Way ne me convainc toujours pas mais par contre, l'enchaînement punk-rock Lost in Translation / Under Control est lui tout à fait jubilatoire - une marée de jeunes pogoteurs commence à brasser la salle et je me rends à l'évidence : merde à dieu, tant pis, j'ai ma réponse n° 2 et sans jeu de mots : les Plastiscines sont vraiment bonnes !


Human rights finit de rendre fous les kids tandis que même les plus blasés des poseurs, amis et membres du premier groupe tanqués au bar, sont obligés de trembler significativement du genou ou de la tête : ces gamines savent déjà bien tenir une scène, et une salle ! D'ailleurs la nouvelle chanson qu'elles tentent, en confiance (Another Night d'après la play-list), dialogue énergique entre les chanteuses, est tout à fait enthousiasmante. Une non moins dynamique Hey Mister Driver conclut le set tandis que la jeunesse se frite toujours joyeusement la couenne dans la fosse.


C'est donc du bar que je verrai le rappel, dont elles auraient pu avoir la classe de nous priver puisqu'elles ont déjà joué 45 minutes : une reprise un tout petit peu molle mais sympa d'une chanson de Nancy Sinatra/Lee Hazelwood qui leur va bien (These Boots are made for walking, bien sûr...), un deuxième Loser pour le prix d'un. Alors, conquise la critique rock locale ? Ben ouais, conquise.


Et prête à l'assumer, même : quoi qu'il en soit on ne laissera plus personne dire que ce sont de "piètres musiciennes" : l'auteur de cette phrase malheureuse, un journaliste pourtant respectable, fait d'ailleurs amende honorable dès la fin du concert en reconnaissant qu'il a passé un très bon moment.


On quitte le poste tout à fait euphoriques, tandis que les baby-dolls, pas farouches, tapent la discute avec du public dehors et même, faut bien frimer un peu quand même, signent des autographes contre leur minibus. Bonne route à vous, mesdemoiselles !

Acte III / Hatepinks : Nous sommes (encore) de la baise !


Pas tout ça mais la montre ne ment pas, à 23 h 40 à peine, va bien falloir aller encore rejoindre ce tas de bêtes suantes et fumantes, en train de s'agiter déraisonnablement dans l'infecte Machine à coudre. Et en effet on se retrouve comme on le craignait, à l'arrivée dans la salle, le T-shirt et les lunettes instantanément couvertes de sueur... des autres (beuark).


On la fera courte pour cette fois-ci, ayant déjà bien (trop) souvent chroniqué ce terrifiant et consternant groupe qu'est les Roses Haineuses. Sehr gut rock'n'Roll, braille Olivier quand on arrive enfin à le distinguer, et en effet, très bon est le roule et enroule dans la salle déjà dévastée, tandis que le bien connu pilier Laurent fait le beau dans ses plus beaux atours, torse nu avec cravate et lunettes de rigueur.


On est instantanément pris aux couilles (d'ailleurs les habitués savent que ça peut littéralement arriver avec ce groupe) par We are the Fucks, et plus encore avec l'explosive Fell in Love with a Jpeg file ou la cultissime Boy can I dance good.


Comme un signe du destin notre stylo rend l'âme, donc la play-list aussi, il en reste de mémoire : la tuerie Bored on Pills, la stupide Hey, all right, come on, let' go, reprise par tout le public, ou encore ces histoires fumeuses de parasites dans ton cul et autres cerveaux niqués à la mozarella (et niqué du cerveau, il faut l'être en effet, pour s'entourer toute la tronche de scotch fort comme l'a fait ce crétin de Mr Gasoil). Et bien évidemment, on aura droit à leur chouette reprise de Stephan Eicher (si, si) Ich möchte ein Eisbär sein...


Cependant, le groupe n'assumant pas encore totalement ce virage vers la cold-wave 80's, ni la longueur extrême de la chanson pour leurs facultés de concentration (plus de 3 minutes !), le tout sera abrégé pour se finir dans un capharnaüm invraisemblable.


La stupidissime Sniffin Glass concluant (je crois) le set, il sera facile de constater, réponse n°3, que les Hatepinks sont toujours, et pour longtemps sans doute, le groupe de punqueroque '77 le plus idiot et le plus jouissif de la planète.


Le reste (légèrement dépravatoire il faut l'avouer) de la soirée relevant de notre vie privée, on conclut cette chronique par le constat suivant : ce qui aurait pu être un foirage total s'est transformé en un mini-festival de rock comme seules les salles marseillaises peuvent en concocter : la classe pour commencer, la fraicheur pour suivre, la régression pour finir.


Que du bonheur donc. Alors pour que vive le punk-rock, quand vous aurez dessaoûlé, n'oubliez pas d'aller voter pour que cette vie décadente reste possible !

2-3 petites vidéos (qualité photo) juste pour se faire une idée : par ici

Photos Plasticines et Hatepinks (avec les beaux effets buée) Pirlouiiiit

Bonus video :

> Réponse le 21 avril 2007, par Alex Cyprine

Eh les Vaginal Liquid ?  Réagir

> Réponse le 24 avril 2007, par punkos

On s'en fout des produit manufacturés Rock&Folk/Virgin... Autant faire une chronique sur les dernières céréales Kellog's.. Et les Vaginal Liquid????  Réagir

> Réponse le 25 avril 2007, par Philippe

Comme souvent on confond encore notoriété et talent (deux choses qui peuvent - ou pas - aller de pair). Bon puisque vous insistez... 2 personnes en qui j'ai musicalement toute confiance m'ont dit que Vaginal Liquid c'était pas du tout au point (en employant des termes nettement plus ... entériques, d'ailleurs). Ne les ayant pas vus, je ne voulais pas l'écrire... mais il semble qu'en matière de notoriété et de talent, certains groupes n'aient (pour l'instant) ni l'un, ni l'autre. Alors, heureux ?  Réagir

> Réponse le 05 mai 2007, par Alex Cyprine

Rentrez vos femmes et vos enfants les Vaginal Liquid arrivent... Quel concert...Du grand n'importe quoi,les drogues ont pris le dessus et ça se voit.Je vous laisse juger par vous meme (observez bien le batteur).Une vrai soirée Punk qui change des groupes habtuels! http://www.dailymotion.com/video/x1vqg9_vaginal-liquid Pour en savoir plus sur ce groupe: www.myspace.com/vaginaloliquid  Réagir

> Réponse le 05 mai 2007, par Le pinguin masqué

Un membre d'un groupe qui dit que son groupe est une tuerie, c'est pas très modeste mon cher Alex Cyprine...  Réagir

> Réponse le 05 mai 2007, par le guitariste

C'est vrai que c'était pas au point du tout, ambiance et exitation du premier concert,alcool,speed...n'on pas beaucoup aidé à la réussite du concert.Mais je tiens a dire que la chanteuse a assuré!! On donnera mieux la prochaine fois. Et OUI on est heureux!!  Réagir


Ich Bin Dead : les dernières chroniques concerts

Ich Bin Dead + Vaginal Liquid en concert

Ich Bin Dead + Vaginal Liquid par Pirlouiiiit
Machine à Coudre - Marseille, le 20/02/2010
Ce soir Ich Bin Dead fête la sortie de son premier album Angst Rock enregistré sous la houlette de Lucas Trouble et donc sorti sur Nova Express. Pour l'occasion il m'on demandé... La suite

Cowboys From Outer Space + Ich Bin Dead en concert

Cowboys From Outer Space + Ich Bin Dead par Jacques 2 Chabannes
Poste à Galène - Marseille, le 19/12/2009
" Les Cowboys Viennent de Mars, et les Cowgirls, de l'HyperEspace... (Comme chacun sait !) " (J'l'aime pas ce titre, faudra que j'en trouve d'autres...) " Ich Bin Dead (In The... La suite

Cowboys from outerspace + Ich Bin Dead en concert

Cowboys from outerspace + Ich Bin Dead par Stephane Sarpaux
Poste à Galène, Marseille, le 19/12/2009
Pour fêter la sortie de leur 6e album, "Super wight, Dark wight", les Cowboys from outerspace ont investi samedi soir le Poste à Galène. En première partie, ils avaient invité... La suite

Ich Bin Dead + The A-Phones en concert

Ich Bin Dead + The A-Phones par Philippe
La Machine à Coudre, Marseille, le 24/04/2009
Le marathon rock de la semaine commencé en compagnie, qui de Kid Congo, qui du Legendary Tiger Man, se continue en réconciliant ce soir les factions dissidentes autour du nouveau... La suite

Plastiscines : les dernières chroniques concerts

Wave Machines + Royal Bangs + The Love Me Nots +  Fool's Gold + Ladylike Dragons + Les Plastiscines (Printemps de Bourges 2010) en concert

Wave Machines + Royal Bangs + The Love Me Nots + Fool's Gold + Ladylike Dragons + Les Plastiscines (Printemps de Bourges 2010) par Pierre Andrieu
Le 22, Bourges, le 16/04/2010
Le Printemps de Bourges bat son plein en ce vendredi 16 avril vers 22 heures alors que se profile à l'horizon une très éclectique soirée au 22 d'Auron, la (double)... La suite

Interview des <I>Plastiscines</i> en concert

Interview des Plastiscines par Boby
Marseille, le 10/02/2010
Après avoir fait 32 fois le tour de Marseille sous une pluie battante, s'être trompé de bus pour la quarante douzième fois et avoir arpenté toute la zone commerciale de la... La suite

Plastiscines + Dissonant Nation en concert

Plastiscines + Dissonant Nation par Philippe
Le Poste à Galène, Marseille, le 04/02/2010
Par les temps qui courent il devient trop rare que le Poste à Galène soit complet, on ne peut donc que se réjouir que les jeunes rockeuses et rockers des Plastiscines et de... La suite

Plastiscines + Dissonant Nation en concert

Plastiscines + Dissonant Nation par Sami
Poste à Galene, Marseille, le 04/02/2010
Soirée teenage rue Ferrari avec de jeunes et moins jeunes attendant avec une impatience non feinte les groupes au son du premier album furibard des Horrors. Les Dissonant... La suite

The Hatepinks : les dernières chroniques concerts

Interview d'Olivier Gasoil (ex-Bleifrei, Gasolheads, Hatepinks, Irritones), pour la naissance de 'La Flingue' en concert

Interview d'Olivier Gasoil (ex-Bleifrei, Gasolheads, Hatepinks, Irritones), pour la naissance de 'La Flingue' par Philippe
Mon ordinateur, Marseille, 07/01/2013, le 07/01/2013
... La fin du monde n'a pas eu lieu et donc, l'immarcescible Olivier Gasoil joue encore dans un nouveau groupe, La Flingue. Question par clavier interposé à cet accro des écrans,... La suite

Les Jolis + The Hatepinks en concert

Les Jolis + The Hatepinks par Zhou
La Machine à Coudre - Marseille, le 13/06/2009
Après 6 ans - pile poil - de bons et loyaux services, les Hatepinks ont décidés de s'enterrer. Et pour de bon cette fois. Oublié le pseudo concert d'adieu d'octobre ! Cette fois... La suite

The Hatepinks en concert

The Hatepinks par Mystic Punk Pinguin
La Machine à Coudre - Marseille, le 24/10/2008
Hein, quoi, comme, le dernier concert des hatepinks ? Cette nouvelle traumatique avalée, on se dit que si le groupe le plus barré de la scène punk marseillaise se saborde après... La suite

The Hatepinks en concert

The Hatepinks par piou
l'Unplugged Aix en Provence, le 25/09/2008
Les reflets de cette fin de journée la rendent encore plus belle,unique,presque magique.Et quel caractère,un tempérament de feu. Plus de force dans les bras,je trouve plus mes... La suite

Vaginal Liquid : les dernières chroniques concerts

Ich Bin Dead + Vaginal Liquid en concert

Ich Bin Dead + Vaginal Liquid par Pirlouiiiit
Machine à Coudre - Marseille, le 20/02/2010
Ce soir Ich Bin Dead fête la sortie de son premier album Angst Rock enregistré sous la houlette de Lucas Trouble et donc sorti sur Nova Express. Pour l'occasion il m'on demandé... La suite

Vaginal Liquid en concert

Vaginal Liquid par Mystic Punk Pinguin
Machine à Coudre - Marseille, le 20/02/2009
Trop de choses ce soir mais je ne peux tout de même pas empêcher de prendre ma dose d'électricité à la Machine. Je ne resterais que pour un seul groupe sur les trois mais cela... La suite

Vaginal Liquid + Lover ! + The Gee Strings par Zhou
Machine à Coudre - Marseille, le 01/11/2007
Une escapade en Vélib' depuis l'escale Borely a eu raison de ma motivation pour gravir les 30 mètres séparant le canapé (et une bonne rediffusion de How I met your mother) du Lollipop Store pour assister au showcase de Guerilla Poubelle. D'ailleurs à ce sujet - le Vélib' pas GxP - il est amusant de constater que la semaine tout le monde chercher... La suite

Poste à Galène / Machine à Coudre, Marseille : les dernières chroniques concerts

Sing or Die ! Karaoke (special Halloween), à La Machine à Coudre en concert

Sing or Die ! Karaoke (special Halloween), à La Machine à Coudre par Philippe
La Machine à Coudre, Marseille, le 11/11/2018
Petite chronique-prétexte en forme d'hommage et de soutien, à la Machine à Coudre et à ce qu'elle représente pour tout le public "underground" de Marseille. A l'heure où j'écris,... La suite

Jeffrey Lewis & Los Bolts en concert

Jeffrey Lewis & Los Bolts par Philippe
La Machine à Coudre, Marseille, le 17/09/2018
On devrait toujours faire confiance à ce magnifique outil qu'est le site Concertandco ! Grâce à son agenda bien à jour (et à quelques critiques déjà élogieuses trouvées sur le... La suite

Parade - Welcome to the Parade en concert

Parade - Welcome to the Parade par Catherine B.
La Machine à Coudre Marseille, le 14/09/2018
... Parade. La musique prend tout son sens. Le truc authentique. Je suis simplement conquise pour la deuxième fois. Le meilleur reste à venir et comme me glissait un Pro à... La suite

Stella Pire + Jawohl Mi Amor en concert

Stella Pire + Jawohl Mi Amor par pirlouiiiit
Machine à Coudre, Marseille, le 24/03/2018
Après superbe concert de Bögö au théâtre du Têtard, pas assez de temps pour aller manger un bout, mais largement assez de temps pour repasser à la maison pour raccompagner notre... La suite