Accueil Chronique de concert Iggy Pop (Festival des Vieilles Charrues 2019)
Lundi 27 janvier 2020 : 11181 concerts, 25891 chroniques de concert, 5285 critiques d'album.

Chronique de Concert

Iggy Pop (Festival des Vieilles Charrues 2019)

Iggy Pop (Festival des Vieilles Charrues 2019) en concert

Carhaix 19 juillet 2019

Critique écrite le par

C'est la quatrième fois en 21 ans que l'Iguane venait arpenter les scènes du festival des Vieilles Charrues. Inconditionnel et fanatique ultime, c'était mon 21ème concert d'Iggy Pop depuis 1992. Pourtant, cette fois ci, j'avais une certaine forme d'anxiété en plus de l'excitation caractéristique qui me saisit avant qu'Iggy n'entre sur scène. A désormais 72 ans, le monstre sacré n'allait-il pas être atteint par la limite d'âge et un déficit d'énergie ? N'allait-il pas faire le concert de trop en se transformant en une parodie de lui-même ? Pour cette 28ème édition des Vieilles Charrues, il était programmé en tête d'affiche sur la grande scène Glenmor pour sa seule performance dans l'hexagone pour cette année 2019, devant près de 70 000 personnes. Contrairement au concert de Tears For Fears qui précédait celui-ci, le public n'était pas uniquement composé d'anciens. Même si ceux-ci jouaient des coudes pour s'approcher au plus près de la scène, la réputation et l'aura légendaire de l'icone de Détroit intriguait probablement la jeune génération, qui s'était déplacé en nombre pour se rendre compte par elle -même de la portée du phénomène. La tension montait lorsque la sono se mit à charrier des aboiements canins, alors que les musiciens prenaient place sur scène. C'est d'ailleurs une formation atypique puisqu'en plus de l'inévitable quintet (basse, 2 guitares, batteries, clavier), elle comportait une section cuivre de 3 musiciens.



Alor que les aboiements redoublaient d'agressivité, le riff d'"I wanna be Your Dog" se fit entendre. C'est le moment que le maitre de cérémonie choisit pour faire son entrée sur scène alors qu'une clameur empreinte d'admiration et de respect envahit la foule.
Torse nu, buriné, les cheveux mi longs, claudiquant, l'iguane de 2019 ressemble d'avantage à un vieux chaman qu'au gladiateur rageux et survolté qu'il était encore il y a une dizaine d'années. Pour autant, il emporte le public avec lui sans difficulté par une première salve de titres qui mettent tout le monde d'accord : "I wanna be your dog", "Gimme Danger", "The Passenger" et "Lust For life"( dans une des meilleures version que j'ai entendue). Le groupe ne joue pas comme par le passé en mode punk rock, mais en mode rock seventies, presque glam comme l'étaient les Spiders from mars de Bowie. Ultra précis, avec un tempo légèrement ralenti, il offre des plages pour des solos de guitares inspirés et des crescendos qui finissent par par l'envol de la section de cuivre au moment opportun pour terrasser le public. C'est ultra efficace et particulièrement jouissif ! L'Iguane, quant à lui, occupe la scène en mode patron et n'a probablement jamais aussi bien chanté. Sa voix n'a jamais été aussi grave et groovy qu'elle ne l'est aujourd'hui, et son charisme reste entier. Il sait mieux que personne occuper l'espace, et emmener le public avec lui, tout en imposant le tempo nécessaire à son groupe au bon moment. Bref c'est du lourd ! Du très très lourd même !

Après un "Skull Ring" bien exécuté, mais qui restera toujours à mes yeux une chanson mineure de son répertoire, des sommets himalayens sont atteints avec la meilleure version qu'il m'ait été donné d'entendre de "I'm sick of You". Ce titre co-écrit et enregistré malheureusement à la va-vite avec James Williamson après les sessions de "Raw power" commence comme une longue ballade désespérée. La voix grave, pleine de groove de l'iguane septuagénaire transfigure littéralement ce morceau sur cette première partie, avant que le tempo ne change, que les guitares explosent et qu'il devienne un brulot punk et rageux duquel s'échappera un formidable solo de guitare acide et seventies qui m'emportera, ainsi qu'une bonne partie du public, vers une extase "nirvanesque" comme on en ressent peu dans une vie de concerts. Puis, lorsque la fureur du morceau atteint son paroxysme, le Boss reprend la main et vient le faire atterrir la chanson doucement tout en groove et en subtilité. Exceptionnel !!!! Après un tel morceau de bravoure, le public est conquis, et ne redescendra plus. Quand bien même il l'aurait voulu, les versions jouées par la suite de "Some Weird Skin", "Search and destroy" et "TV eye" ont tous les arguments nécessaires pour le maintenir sur un orbite que seuls les très grands peuvent atteindre.

C'est d'ailleurs à un autre très grand, David Bowie, dont l'empreinte est indélébile dans son parcours, que l'iguane rendit hommage avec une version étincelante et furieusement glam de "Jean Genie". Telle une machine à remonter le temps, le concert se poursuivra par une poignée de titres écrits et enregistrés il y a plus de 50 ans en 1969 avec les Stooges. En dépit de son âge qui le rend éligible à la carte vermeil de la SNCF, Iggy incarne toujours sans peine et de manière crédible en live l'ennui rageux du post adolescent des faubourgs de Détroit qu'il était lorsqu'il enregistra, avec les frères Asheton, les chansons fondatrices que sont "1969" et "No Fun" dans son tout premier album avec les Stooges.

Puis, c'est dans la furie de fuzz, et de larsen des riffs historiques de "Down on the street "et "Real cool time", dopés par la section cuivre d'un soir, que le septuagénaire le plus vivant de la galaxie quitta la scène sous les vivas d'un public encore sous le choc de l'intensité de la prestation offerte par cette légende vivante. Malgré les excès et le poids des années, l'iguane a toujours su se réinventer ou s'adapter afin de ne jamais décevoir son public. Pour en arriver là, il y a un mix entre le talent, le génie, le charisme et un professionnalisme exacerbé par 50 ans d'expérience. Iggy Pop est avec les Stones, qui sont faits du même bois, le dernier des Mohicans de l'âge d'or du rock. Profitons-en car la fin n'a malheureusement jamais été aussi proche...

Photo : Rob Baker Ashton


Festival des Vieilles Charrues : les dernières chroniques concerts

Tears For Fears (Festival des Vieilles Charrues 2019) en concert

Tears For Fears (Festival des Vieilles Charrues 2019) par lol
Carhaix, le 19/07/2019
Carhaix, 19 août 2019, la moyenne d'âge des festivaliers se situe quelque part entre 20 et 24 ans. Leur enthousiasme et leur ferveur lors des concerts d'Aya Nakamura et de... La suite

Miles Kane (Festival des Vieilles Charrues 2011) en concert

Miles Kane (Festival des Vieilles Charrues 2011) par Phil22
Carhaix - Bretagne, le 15/07/2011
22h45, 50 000 personnes attendent devant la grande scène des Vieilles Charrues. Miles Kane arrive et là... le choc, 45mn de concert dont je vais avoir du mal à me remettre... La suite

Springsteen par nathalex04
festival des Vieilles Charrues à Carhaix, le 16/07/2009
Que dire ? juste un régal ! nous étions juste devant avec nos enfants, il a choisi notre pancarte (tenth avenue ) ! à chaque concert, Bruce donne toujours le maximum... je l'adore ! vivement le prochain concert ! La suite

Iggy Pop : les dernières chroniques concerts

Interview du groupe L'Epée (Emmanuelle Seigner + The Liminanas + Anton Newcombe) lors de son passage à Levitation France en concert

Interview du groupe L'Epée (Emmanuelle Seigner + The Liminanas + Anton Newcombe) lors de son passage à Levitation France par Pierre Andrieu
Le Quai, Angers, le 26/12/2019
Samedi 21 septembre, 16 heures, L'Épée, supergroupe composé d'Emmanuelle Seigner, The Limiñanas et Anton Newcombe, s'apprête à donner le soir même son premier concert officiel... La suite

Iggy Pop + Julien Doré + Matmatah (Aluna Festival 2017) en concert

Iggy Pop + Julien Doré + Matmatah (Aluna Festival 2017) par fred
Ruoms, le 15/06/2017
Premier jour de la dixième édition du Festival Aluna à Ruoms. Nous débarquons au fin fond de l'Ardèche (et installons notre tente dans un camping à proximité) principalement pour... La suite

Iggy Pop, Foals, The Last Shadow Puppets, Massive Attack, Casseurs Flowters, Sigur Rós, Brian Jonestown Massacre, Kaviar Special, Bring Me The Horizon, Kevin Morby, Sum 41, Two Door Cinema Club, Clutch  (Rock en Seine 2016) en concert

Iggy Pop, Foals, The Last Shadow Puppets, Massive Attack, Casseurs Flowters, Sigur Rós, Brian Jonestown Massacre, Kaviar Special, Bring Me The Horizon, Kevin Morby, Sum 41, Two Door Cinema Club, Clutch (Rock en Seine 2016) par Stéphane Pinguet
Domaine de Saint-Cloud, le 28/08/2016
ROCK EN SEINE 2016, UNE ÉDITION CANICULAIRE ! Si cette quatorzième édition du festival parisien Rock en Seine affichait à première vue une programmation pas très excitante,... La suite

(mon) Rock en Seine 2016, 2/2 : Imarhan, Killason, Gregory Porter, Sum 41, Ghinzu, Iggy Pop en concert

(mon) Rock en Seine 2016, 2/2 : Imarhan, Killason, Gregory Porter, Sum 41, Ghinzu, Iggy Pop par Philippe
Saint-Cloud, Parc de Saint-Cloud, le 28/08/2016
Le samedi, c'était par ici ! On commence (mal) notre journée clodoaldienne en ratant (la faute à un repas en terrasse bien trop sympa) les Blues Pills hélas programmés à une... La suite

Carhaix : les dernières chroniques concerts

Tears For Fears (Festival des Vieilles Charrues 2019) en concert

Tears For Fears (Festival des Vieilles Charrues 2019) par lol
Carhaix, le 19/07/2019
Carhaix, 19 août 2019, la moyenne d'âge des festivaliers se situe quelque part entre 20 et 24 ans. Leur enthousiasme et leur ferveur lors des concerts d'Aya Nakamura et de... La suite

Miles Kane (Festival des Vieilles Charrues 2011) en concert

Miles Kane (Festival des Vieilles Charrues 2011) par Phil22
Carhaix - Bretagne, le 15/07/2011
22h45, 50 000 personnes attendent devant la grande scène des Vieilles Charrues. Miles Kane arrive et là... le choc, 45mn de concert dont je vais avoir du mal à me remettre... La suite

Springsteen par nathalex04
festival des Vieilles Charrues à Carhaix, le 16/07/2009
Que dire ? juste un régal ! nous étions juste devant avec nos enfants, il a choisi notre pancarte (tenth avenue ) ! à chaque concert, Bruce donne toujours le maximum... je l'adore ! vivement le prochain concert ! La suite