Accueil Chronique de concert Iggy Pop
Mardi 18 février 2020 : 10757 concerts, 25924 chroniques de concert, 5287 critiques d'album.

Chronique de Concert

Iggy Pop

Iggy Pop en concert

YOYO, Palais de Tokyo, Paris 28 juin 2016

Critique écrite le par




Après avoir donné un concert exceptionnel le 15 mai dernier au Grand Rex pour clôturer la tournée " Post Pop depression", l'iguane faisait de nouveau étape à Paris, mais dans une configuration radicalement différente. Le Palais de Tokyo, haut lieu de l'art contemporain parisien, propose actuellement une exposition thématique sur l'univers de Michel Houellebecq.
L'écrivain est un fan absolu de l'iguane, qui de son côté le lui rend bien, puisqu'il a adapté quelques textes de Houellebecq dans son album "préliminaires". Il paraissait donc logique que l'icône Rock de Détroit ait sa place dans cette exposition. Et c'est tout naturellement avec un concert au YOYO, que l'iguane allait s'inscrire dans cette démarche.



Le YOYO est la salle de spectacle du Palais de Tokyo. Pas plus grande que le Trabendo, mais nettement mieux agencée avec sa déco neo Brooklynienne fantasmée, elle offrait un écrin atypique pour un tel concert. Car Iggy Pop ne se produit quasiment plus que dans les grandes messes des festivals d'été. Les rares concerts qu'il donne encore dans des salles comme le Grand Rex ou le Zénith sont complets en moins de 2 minutes. C'est dire si la perspective de le voir au YOYO au plus près de son public était alléchante.

Pour cela, il fallait avoir de la chance, car au-delà de l'exiguïté de la salle, les quelques places mises en vente l'avaient été très confidentiellement, et la très grande majorité du public était composée de joyeux privilégiés ayant eu accès à des invitations distillées par des canaux improbables. Le public n'était donc pas celui que l'on croise habituellement aux concerts de l'Iguane. Loin de là, il était d'avantage composé de hipsters, de personnalités médiatiques (Manœuvre, le chanteur Raphael, le réalisateur Etienne Chatiliez et même Pierre Moscovici... ) et de noctambules parisiens que de fans hardcore de l'ancien leader des Stooges.



Par un heureux concours de circonstances, alors que je ne suis ni un hipster, ni un noctambule et encore moins un personnage médiatique, j'avais pu bénéficier d'une précieux sésame pour ce concert du YOYO grâce à un bon ami, qui s'était rappelé à juste titre qu'un concert d'Iggy Pop était un cadeau que je ne pouvais qu'accepter avec une reconnaissance quasi éternelle... Il était près de 23 heures quand l'Iguane fit son entrée sur scène.
Le groupe qui l'accompagnait le mois précédent au Grand Rex (Josh Homme, Dean Fertita et Matt Helders) avait laissé sa place au groupe habituel qui accompagne Iggy Pop sur scène dans les festivals depuis la dissolution forcée des Stooges. Clairement moins impressionnant, talentueux et original que Josh homme et ses sbires, il reste toutefois très efficace et s'inscrit dans un répertoire différent.

Si le concert du Rex ne se concentrait que sur 3 albums ("The idiot", "Lust For Life" et "Post pop depression"), l'éventail du répertoire laissait une belle part aux chansons des Stooges. C'est sur " The passanger" que le concert débuta sur les chapeaux de roues avec un iguane qui se lançait dans une première tentative de stage diving avec un succès bien plus mitigé que devant son public habituel... Sans enchaînement, c'est la rythmique de "Lust for Life"qui emmena les quelques sceptiques qui restaient, dans le monde de Monsieur Pop.



Même s'il est moins sauvage qu'il y a une quinzaine d'années, Iggy Pop était en bonne forme vocale, et prenait visiblement beaucoup de plaisir à être sur scène, à distiller les "Fuck You", à adopter ses traditionnelles postures rick 'n roll et à jouer les titres qui ont fait sa légende avec une vraie générosité. Les chansons comme, "Sweet sixteen", "Five foot one", "Real wild child", "Sister midnight", "Some weird skin" s'enchainent dans de bonnes versions, même si certaines mériteraient d'être étirées et de laisser plus de place à des crescendos ou des impros.

La deuxième partie du concert sera plus axée sur les titres des Stooges avec un "I wanna be your dog" de bonne facture, une excellente version de " Search and destroy" et un final réussi avec "Down on the street" et un "No fun" très efficace, qui clôturera un concert d'une heure top chrono.

C'était un bon concert de l'iguane, notamment grâce à l'intimité de la salle qui lui donnait un aspect inédit, à un vrai set list best of, même si on aurait aimé en prendre pour une heure de plus.
Du coup on a l'impression de quitter la salle comme si l'on sortait de table en étant privé de dessert. En mai, en sortant du concert du Rex, même si aucune chansons des Stooges n'avaient été jouées, on ressentait une plénitude nettement plus palpable. Cela ne nous empêchera pas de retrouver l'iguane fin août à Rock en Seine pour de nouvelles aventures...


Photos prises au Grand Rex par Manu Wino manuwino.com www.facebook.com/manuwino

Iggy Pop : les dernières chroniques concerts

Interview du groupe L'Epée (Emmanuelle Seigner + The Liminanas + Anton Newcombe) lors de son passage à Levitation France en concert

Interview du groupe L'Epée (Emmanuelle Seigner + The Liminanas + Anton Newcombe) lors de son passage à Levitation France par Pierre Andrieu
Le Quai, Angers, le 26/12/2019
Samedi 21 septembre, 16 heures, L'Épée, supergroupe composé d'Emmanuelle Seigner, The Limiñanas et Anton Newcombe, s'apprête à donner le soir même son premier concert officiel... La suite

Iggy Pop (Festival des Vieilles Charrues 2019) en concert

Iggy Pop (Festival des Vieilles Charrues 2019) par lol
Carhaix, le 19/07/2019
C'est la quatrième fois en 21 ans que l'Iguane venait arpenter les scènes du festival des Vieilles Charrues. Inconditionnel et fanatique ultime, c'était mon 21ème concert d'Iggy... La suite

Iggy Pop + Julien Doré + Matmatah (Aluna Festival 2017) en concert

Iggy Pop + Julien Doré + Matmatah (Aluna Festival 2017) par fred
Ruoms, le 15/06/2017
Premier jour de la dixième édition du Festival Aluna à Ruoms. Nous débarquons au fin fond de l'Ardèche (et installons notre tente dans un camping à proximité) principalement pour... La suite

Iggy Pop, Foals, The Last Shadow Puppets, Massive Attack, Casseurs Flowters, Sigur Rós, Brian Jonestown Massacre, Kaviar Special, Bring Me The Horizon, Kevin Morby, Sum 41, Two Door Cinema Club, Clutch  (Rock en Seine 2016) en concert

Iggy Pop, Foals, The Last Shadow Puppets, Massive Attack, Casseurs Flowters, Sigur Rós, Brian Jonestown Massacre, Kaviar Special, Bring Me The Horizon, Kevin Morby, Sum 41, Two Door Cinema Club, Clutch (Rock en Seine 2016) par Stéphane Pinguet
Domaine de Saint-Cloud, le 28/08/2016
ROCK EN SEINE 2016, UNE ÉDITION CANICULAIRE ! Si cette quatorzième édition du festival parisien Rock en Seine affichait à première vue une programmation pas très excitante,... La suite