Accueil Chronique de concert Imany + Célien Schneider
Samedi 21 octobre 2017 : 13219 concerts, 24657 chroniques de concert, 5179 critiques d'album.

Chronique de Concert

Imany + Célien Schneider

Imany + Célien Schneider en concert

Le Moulin - Marseille 8 Décembre 2012

Critique écrite le par

Ce soir, ce sera un Moulin fraîchement rénové, qui a fait peau neuve ... Rien que pour nous ;) !! Alors, il est tout nouveau, tout beau et très urbain (comme le dirait mon photographe préféré !) La salle est belle, classe et sobre. Pas d'ouverture du balcon ce samedi et un public qui se presse en bas pour voir de plus près la belle Imany qui va encore, sans aucun doute, nous offrir un concert plein de saveurs et de chaleur ...



Mais pour le moment, nous accueillons le duo qui va commencer la soirée : Célien Schneider au piano, accompagné de P.H. à la guitare. Deux jeunes gens From Suisse ma foi plutôt beaux gosses et tout sourires, au look très Dude (à savoir sexy petite barbe de quelques jours et chemise à carreaux) et qui n'hésitent pas à envoyer les pieds sur les transferts franco-suisses.



Côté musique, se sera de la chanson/balade, avec un soupçon de folk. Très entraînant et charmant, même un chouilla girly par moment. Ça parle de la vie, du soleil ... Allez, on va dire un genre de Rock Voisine helvète (tout à fait en adéquation avec ma petite soirée Dirty Dancing d'avant hier soir :P). Ça sifflote, c'est frais et champêtre. Très Suisse finalement !!

Avant de commencer Roselyn, il vient se poster debout devant nous, juste accompagné par la guitare toujours très folk et avec un sourire quasi permanent sur les lèvres. Puis il réclame l'aide de la salle pour faire des drums à la We Will Rock You, pendant qu'il nous sort une voix beaucoup plus puissante et plus grave, agrémentée tout de même par un petit clin d'œil coquin !



Petit parenthèse sur l'historique familiale, avec un papa qui lui cassait les pieds avec les Beatles quand il était petit. Bon, je ne suis pas bien sûre de retrouver leur inspiration dans le quasi coutry endiablé de Lady Madonna, mais il est indéniable que ça réveille comme il faut un public qui semble bien apprécier qu'on lui donne ainsi des fourmis dans les jambes !



Une salle très participative donc et sous le charme. Célien nous donne les consignes pour les chœurs de L.O.V.E (faciles à retenir) et nous fait répéter avec le sourire, comme toujours, nous fait signe pour nous donner le feu vert et nous raconte comme ça de jolies histoires de boys & girls ... "Merci, vous avez été parfaits !" lance-t-il à un public qui a participé de fort bonne grâce.

Jupiter nous embarque à nouveau dans le registre de la balade. Lui semble aux anges avec ces paroles pleines d'étoiles ... Dernière chanson avant Imany ... Et surtout nouveau single : A Better Lie (que j'avais écouté cet après-midi pour me mettre en oreilles). Derniers sifflotages. dernière clappe mains en l'air. Ce n'est peut-être pas révolutionnaire, mais c'est vraiment une musique agréable, bien faite et tout a fait séduisante. Un très joli moment partagé.



Célien Schneider - Clavier & Guitare
P.H - Guitare

Setlist
1 - Week-End
2 - Shiny Afternoon
3 - Roselyn
4 - O'Sailor
5 - Lady Madonna
6 - L.O.V.E
7 - Jupiter
8 - A Better Lie

***************************************************************************



Après le passage de Célien Schneider, qui nous a assuré une très agréable mise en oreilles, tout se met en place pour accueillir la belle Imany. Et, aux vues du nombre des instruments, nous allons bien retrouver la formation entendue aux Docks des Suds en octobre de l'année dernière au grand complet.

Elle fait donc rapidement son entrée, en toute simplicité, comme toujours et commence I Lost My Keys avec peu de lumière, juste éclairée par quelques rayons qui la dardent en arrière plan, faisant apparaitre sa silhouette de façon assez magique. Puis la lumière se fait entière et elle nous apparait tout à fait, toujours aussi pleine de grâce et chaussée de magnifiques Converses léopard (au passage) !



Tout est très intériorisé. Elle est juste magnifique. Les visages au premier rang semblent se laisser porter par la douce musique et, lorsqu'elle a terminé, elle souhaite le bonsoir à Marseille, avec un radieux sourire. La lumière est superbe et Imany la magnifie encore. Sa voix chaude. La musique comme la caresse d'une aile de papillon ... Et lorsque tout cela monte en puissance (surtout avec les cinq cordes), c'est avec une très grande intensité et un rythme qui devient presque envoutant.

Elle parle peu entre les morceaux et le public crie dès les premières notes de quasiment tous les morceaux, tout en la mangeant littéralement des yeux. Alors, quand elle part à capella sur You Will Never Know, avant d'être rattrapée par tous les instruments et de tendre son micro aux premiers rangs sourire aux lèvres, le public part instantanément avec elle et en demande encore et encore ... Elle se met alors à danser de plus en plus fort et de plus en plus vite en tout devant de scène. Ça y est, elle est belle et bien partie !!




Petites apartés toujours un peu pince sans rire, avec une chanson pour tous ceux qui se sont fait plaquer un jour : Donc pour Tout le monde ! "Dans une autre vie, j'exhortais le public à imaginer le meurtre de son conjoint. Mais c'était dans une autre vie. Maintenant ce n'est plus la chanson de la rage, mais de la liberté !" Joli non ?!! Mais pour moi, c'est surtout une version beaucoup plus rock, avec une grosse présence de la batterie, symbole peut-être de ce vent de liberté, et qu'elle va terminer dans un rayon de lune.

Reprise ensuite de Bohemian Rhapsody. Ce n'est pas la première fois que je l'entends et pourtant je la trouve encore plus aboutie, avec toujours ce magnifique mélange de guitares et de violoncelles. Tout y est : un peu de soul, du pep's et du grandiose, avec un rythme qui s'accélère comme les battements de nos cœurs. Elle se met alors à danser au milieu et à faire les palmas. Et quand elle sort quelques instants de scène, les instruments s'en donnent à cœur joie, se répondant en rigolant. Puis elle revient, les regarde en chef d'orchestre attendri et plein de grâce, un œil levé vers les cintres.



Elle revient pour Slow Down, comme une apparition au milieu des lumières descendantes et de la fumée. Cette artiste offre définitivement des moments de pure magie ou tout est parfait : la voix, la gestuelle, l'élégance ... Elle n'oublie pas non plus de s'amuser avec son public, avec clappe et danse chorégraphiées, sur des airs qui prennent de légers accents d'Afrique. "Marseille, est-ce que vous êtes là ? C'est bizarre, parce que je ne vous entends pas !!" C'est toujours extrêmement bossé musicalement parlant et les adaptations Live sont définitivement très classes.

La salle se met à crier son nom, ce qui la fait rire, une main posée sur le cœur et elle annonce une chanson particulière, unique chaque soir, puisque c'est le public qui en fait l'arrangement : "Alors, chantez comme vous voulez !" Bon, ça parait sympa comme ça, mais c'est ballez ce qu'il faut faire quand même ! Mais pas de souci, c'est elle qui va diriger le chœur de Marseille, comme elle dit. Et c'est assez impressionnant d'entendre ainsi toute une salle reprendre Pray For Help. Pour tout dire, perso, ça me donne même des frissons.



S'en suit un petit Medley, dont une savoureuse reprise de Sign Your Name (Terence Trent D'Arby), voluptueuse et lascive à souhait au début, mais qu'elle fait exploser en la prenant à contre pied et par surprise ! Elle te la démonte, puis remonte le tout avec un incroyable talent, prend la pose et attend le public pour reprendre de plus belle, en faisant tout péter pour finir, avec un Marseille qui hurle pour lui assurer qu'il est bien là ce soir !

Le set reprend son souffle quand elle part s'assoir à la place du violoncelliste, dans le noir. Elle reste là pour chanter avec les guitares et une batterie "balayée" façon Jazz, pour ce moment un peu plus intimiste, mais bien pêchu tout de même.



"Ce soir, je suis obligée de poser la question : 315 concerts en un an et demi (et je ne suis pas loin des 300 vents) ... Y-a-t-il des comoriens dans la salle ?!! Et il y en a qui lèvent la main alors qu'ils ne le sont pas ... Merci, c'est gentil !!"

Elle se poste face à face avec le batteur, tout en hauteur, et le public reprend le refrain de Take Care à sa place. Alors, face aux essais de voix de certains, elle sourit et nous murmure : "N' game handzo ... ça veut dire je t'aime en comorien ..." Puis elle se retrouve avec tout le monde autour d'elle. "Marseille, maintenant que je sais que vous savez chanter et que vous êtes tous comoriens ce soir ... Est-ce que vous avez le groove ?! Le groupe est derrière moi pour juger (parce qu'on écrit un bouquin là-dessus). Et on est pas là pour rigoler Marseille. Faut faire mieux qu'hier à Draguignan !!" Ce sera donc un petit cours de groove qui semble plutôt concluant, trop même pour elle d'ailleurs, puisqu'elle lance : "C'est pas mal, mais ça a l'air trop simple pour vous, donc il faut plier les genoux maintenant !" Elle tire la langue avec espièglerie, en nous gratifiant d'un "C'est beau !" à chaque difficulté qu'elle ajoute. Puis le batteur part en courant, en faisant le couillon pour reprendre sa place et on termine avec toutes nos petites mains en l'air et tremblant vers le ciel.



"Merci beaucoup, on reviendra cet été. Et maintenant, est-ce qu'il y a des filles à Marseille ?!! C'est une chanson spécialement écrite pour vous". Un problème, une solution : Il faut arrêter de vouloir changer son mec, alors que le plus simple c'est de changer de mec, ça va plus vite ! Elle vient alors nous chanter Please & Change tout devant, rien que pour nous les filles. Et je peux vous assurer que ça les fait crier et chanter les filles de Marseille !!

La fin du set approche et tout le monde y va de son petit solo, très dance-floor pour le clavier et avec pirouette du batteur, qui préfère nous en faire un à la flûte. Elle rit. Elle danse. Et elle termine en sautant partout, à la manière d'un marsupilami.

"Marseille, c'est pas fini !" Une dernière pour la route donc, avec un titre prédestiné : I've Gotta Go. Elle nous remercie et quitte la scène sur la musique qui continue. Fin du set. Début des rappels ... Elle revient donc pour prendre place sur un haut tabouret et nous chante la très belle chanson de Pauline Croze : T'es Beau. Elle, elle est carrément belle comme une madone, de profil dans la lumière tamisée et une légère fumée.

Mais elle ne peut partir sans nous chanter Shape Of A Broken Hart, pour cette Afrique qu'elle a voulu dessiner et qui lui est apparue comme un cœur brisé. Belle inspiration qui l'a conduite à écrire cette chanson en pensant à tous les cœurs brisés qu'elle connaissait, comme ça grand-mère mariée à l'âge de 9 ans et qui a perdu tous ses enfants entre 0 et 6 ans, sauf sa maman qui est dans la salle ce soir. Alors elle essaie de la faire revivre ainsi à chacun de ses concerts. Et c'est ce qu'elle fait, sous les rayons d'un soleil brûlant et avec vraiment beaucoup d'émotion. Je crois même qu'elle en essuie une larme sur sa joue.

Et puis, comme c'est la fin de la tournée, elle n'a pas envie de partir si vite "Sauf si vous voulez rentrer chez vous !" Mais non, bien sûr que non ! Alors Marseille va profiter d'un You Will Never Know avec de la basse et du groove, comme il se doit. A tel point qu'elle va en tirer la langue de plaisir ! Elle saute sur les blocs de la crash barrière et reprend de plus belle. Regagne la scène. Arrache son foulard noué sur la tête, laissant échapper ses longs cheveux nattés. Elle est magnifique, lançant sa tête d'avant en arrière, à genoux par terre, pour une incroyable fin et un salut sous les cris d'un public ravi !!



Nadia Mladjao - Chant
Taofik Farah - Guitare Acoustique
Stéphane Goldman - Guitare Electrique
Stéphane Castry - Basse
Chloé Girodon - Violoncelle
Julien Grattard - Violoncelle
Xavier Tribolet - Clavier
Romain Joutard - Batterie

Setlist
1 - I Lost My Keys
2 - Kisses In The Dark
3 - You Will Never Know
4 - Where Have You Been
5 - Bohemian Rhapsody
6 - Lately
7 - Slow Down
8 - Grey Monday
9 - Pray For Help
10 - Medley
11- Seat With Me
12 - Spinning Around
13 - Take Care
14 - Mercedes Benz
15 - Please & Change
16 - I've Gotta Go
------------------------------
17 - T'es Beau (Pauline Croze)
18 - Shape Of A Broken Hart
19 - You Will Never Know

Chronique réalisée par l'équipe de Concerts en Boîte

Célien Schneider : les dernières chroniques concerts

Caribana Festival 2013 : Célien Schneider + Zaz + Imagine Dragons + FUN. + The Jim Jones Revue en concert

Caribana Festival 2013 : Célien Schneider + Zaz + Imagine Dragons + FUN. + The Jim Jones Revue par Mkhelif
Crans-sur-Nyon - Suisse, le 08/06/2013
Dernier soirée de concerts du festival Caribana, le dimanche étant une journée pour les jeunes artistes locaux : Caribateens (anciennement Caribakids). Le soleil était présent pour... La suite

Imany : les dernières chroniques concerts

Imany / George Benson (Festival Jazz des Cinq Continents) en concert

Imany / George Benson (Festival Jazz des Cinq Continents) par Zulone
Parc Longchamp, Marseille , le 27/07/2017
La nuit tombe sur le Palais Lomgchamp, le ciel laisse place à un petit coucher de soleil venté. Dans tout le parc raison les premiers échos de la voix chaude et berçante de la... La suite

Manu Chao, Imany, Keny Arkana, KT Gorique, Professor Wouassa, Orchestre de chambre de Genève,  (Paléo Festival 2017) en concert

Manu Chao, Imany, Keny Arkana, KT Gorique, Professor Wouassa, Orchestre de chambre de Genève, (Paléo Festival 2017) par Lionel Degiovanni
Paléo Festival , Nyon, le 23/07/2017
Pour démarrer ce dimanche au Paléo festival de Nyon, je découvre un groupe qui se nomme Professor Wouassa. ce groupe fait une sorte d'afro beat solaire si on peut dire. ... La suite

Interview avec Imany à l'occasion de la sortie de l'album <i>The wrong kind of war</i> en concert

Interview avec Imany à l'occasion de la sortie de l'album The wrong kind of war par Lily Rosana
Paris, le 11/04/2017
La Foi : c'est l'attente d'une réalité que l'on espère. Elle apporte l'idée de confiance et de ferme conviction, de fidélité aussi. En Swahili, la foi se dit "Imany". C'est le nom... La suite

Imany + Cheick Tidiane Seck + Mélissa Laveaux (Festival Chorus des Hauts de Seine 2013) en concert

Imany + Cheick Tidiane Seck + Mélissa Laveaux (Festival Chorus des Hauts de Seine 2013) par marieperriere
Magic Mirror, La Défense, le 10/04/2013
Pour ce 5ème jour de concerts, le Festival Chorus nous a plongé dans une ambiance à mi-chemin entre folk et soul pour une soirée aux rythmes métissés. Au programme : Mélissa... La suite

Le Moulin - Marseille : les dernières chroniques concerts

Don Choa + Dj Djel + Melan en concert

Don Choa + Dj Djel + Melan par Sami
Moulin Club, Marseille, le 05/05/2017
C'est dans un moulin club quasi complet que la première partie du soir avait déjà commencé à notre arrivée. Il s'agit du jeune Toulousain Melan autour du crew Omerta Muzik.... La suite

Eths // Aqme // Babylon Pression en concert

Eths // Aqme // Babylon Pression par Zulone
Marseille - Le Moulin, le 08/04/2017
Ce soir tous les enfants du Collectif Coriace et de la Team Nowhere sont réunis ! Ça fait un paquet d'année que l'on a plus eu un line-up de cet ordre : Babylon-Pression, Aqme et... La suite

Magma en concert

Magma par Philippe
Le Moulin, Marseille, le 10/03/2017
Les Parisiens disent : "Il y a un temps pour prendre ses aises, et un temps pour prendre sur soi...". Les Marseillais traduisent la même idée par "Amendonné, faut pas déconner... La suite

Sonata Arctica + Triosphere + Striker en concert

Sonata Arctica + Triosphere + Striker par Gandalf
Le Moulin à Marseille, le 03/03/2017
17 ans après leur premier passage au Moulin en compagnie de Stratovarius et de Rhapsody, revoici Sonata Arctica, dont on aurait pas beaucoup parié sur la longévité à l'époque !... La suite