Accueil Chronique de concert Indochine
Mercredi 26 juillet 2017 : 11816 concerts, 24543 chroniques de concert, 5165 critiques d'album.

Chronique de Concert

Indochine

Indochine en concert

Stade de France, Saint-Denis (Paris) 27 juin 2014

Critique écrite le 06 juillet 2014 par Lebonair



Indochine a rempli deux Stades de France les 27 et 28 juin 2014... En préambule de ces deux soirs, j'avais reçu une rapide présentation par mail de cet évènement : "Dans moins de 3 jours, Indochine donnera deux concerts incroyables et exceptionnels dans l'enceinte du Stade de France. Pas moins de 130 000 personnes sont attendues les 27 et 28 juin à Paris pour ces Black City concerts.
 57 semi-remorques qui achemineront les décors et la technique, plus de 700 techniciens mobilisés, 550 m2 d'écrans, 450 m2 de surface mapping et 25 000 Watt de puissance de son. Sans oublier une scène inédite de 80m de large et pénétrant sur la pelouse sur 50 m, ainsi qu'une cascade d'effets spéciaux, ce qui laisse définitivement présager une fête énorme et deux nuits inoubliables." Nicola Sirkis a déclaré : "Avec le public que l'on a et ce qui s'est passé lors de notre premier stade en 2010, oui, on peut rendre des concerts dans un stade incroyablement émouvants et forts. Depuis un an nous préparons ces deux concerts, et que l'on soit sur la pelouse derrière devant près ou loin, le public entier du stade sera en communion."



Forcément, à la lecture de ce projet ambitieux, cela a immanquablement suscité mon envie d'y aller, de voir, de comprendre les raisons qui font d'Indochine un groupe énorme en France et qui compte de très nombreux fans passionnés et totalement dévoués à la cause du groupe. Vous connaissez des formations ou artistes français qui remplissent des zénith à la pelle en France et qui se permettent de jouer deux soirs de suite au Stade de France en guise de conclusion de leur tournée "Black City Tour", moi pas. D'autant plus, qu'ils écrivent de bonnes chansons même si c'est loin d'être ma tasse de thé. Faut avouer, Indochine, je n'ai pas écouté pendant près de 25 ans et je suis resté bloqué sur mes souvenirs de jeunesse, sur les années 80 et sur le fait qu'Indochine représente mon premier 45 tours acheté avec mon argent de poche. C'était "l'Aventurier", j'avais 10 ans.
Depuis, j'avais sévèrement décroché car leur musique ne me parle pas mais j'ai beaucoup de respect pour Nicola Sirkis, pour sa carrière immense et ce qui se dégage de lui. Pour moi c'est un type bien et de plus, je trouve qu'il est très respectueux de son public, qu'il en est même amoureux et très reconnaissant. Bref, un homme qui dégage de bonnes ondes. Ce vendredi 27 juin 2014, c'est mon anniversaire alors quoi de plus chouette que d'aller faire la fête au Stade de France avec ce fameux spectacle qui nous attend ce soir ?



C'est vrai, pour ma part, c'est moins un concert que je vais aller voir mais plutôt un spectacle, un show, un événement car à la lecture du mail que je vous ai fait lire, ça va aller au-delà de la musique ce soir, un truc unique,magique et mémorable je pense nous allons vivre. Jour j, enfin, l'attente fut longue pour certains fans, les plus accros, pour qui Indochine, c'est toute leur vie. Des passionnés qui ont campé depuis mardi soir au pied du Stade de France sous la tente, un truc de fou, improbable situation pour ma part mais la jeunesse peut générer des passions totalement incroyables, les plus folles. Entre deux répétitions, Nicola va les voir à la grille ou dans les tentes. Il n'oublie jamais les fans. C'est d'ailleurs une vraie communauté ses fans qui n'hésiteront pas à venir les deux soirs de suite et ils sont très nombreux dans ce cas.



C'est très rare d'ailleurs de voir un public aussi inter-générationnel. Nous sommes placés dans la fosse dans le 1er quart donc plutôt près et on est super-bien là. On a l'impression d'être au coeur du volcan qui va se réveiller dans quelques instants. Nous sommes 60 000 personnes ce soir mais on n'est pas serrés ni collés, on est bien tout simplement. C'est seulement devant que les gens sont vraiment tassés, c'est là que se trouvent les plus passionnés dont certains ont dormi sous la tente. On voit des personnes de tout âge, des gens de 7 à 77 ans. D'ailleurs, Nicola Sirkis nous dira au beau milieu du set ces mots-là " Que vous nous suiviez depuis 30, 20, 10, 5 ans ou depuis hier, merci ! " Le groupe a choisi pour mieux communier avec son public de faire son entrée au milieu des spectateurs, fendant la foule à pied, le visage fermé, au milieu des encouragements des fans, comme des boxeurs montant sur le ring.



Le stade de France, Indochine est le seul groupe français capable de venir ici et en 2010, il avait déjà joué dans ce stade, ce qui avait donner naissance à un dvd et un cd live "Putain de Stade de France". Ce soir, Sirkis est tellement heureux qu'il nous dira "En 2010, c'était un putain de Stade de France mais ce soir, c'est un putain, putain de Stade de France". Tout ceci dit avec une émotion palpable. Il est 21 heures, il fait encore jour et Indochine a vraiment mis les moyens (on parle de 6 millions d'euros de budget) . Une scène impressionnante qui s'avance jusqu'au milieu de la fosse, encadrée de marionnettes gonflables, trois écrans semi-circulaires, des effets pyrotechniques dès la première chanson, une pluie de confettis pour la deuxième...



Nous, clairement, on est comme des enfants, émerveillés totalement et ça sera encore plus beau à la tombée de la nuit. Nicola Sirkis remercie encore et encore son public, fait monter une fan sur scène pour un moment qui restera inoubliable pour cette demoiselle. Il descend dans la fosse pour prendre de longs bains de foule, serre des mains, fait la bise, chante, se retrouve à l'opposé de la scène dans les tribunes. Nicola est partout, heureux , très heureux et en profite un max, 55 ans et en pleine forme Monsieur Nicola, chapeau.
La première partie du concert très rock peine tout de même à décoller vraiment, la voix de Nicola Sirkis est noyé par la musique. De plus, ce n'est pas quand même pas un grand chanteur notre Nicola et le groupe a du mal à capter l'attention.



Au bout d'une heure, quand la nuit commencera à tomber, le show finit par décoller totalement et nous passons dans la seconde dimension, la plus brillante, la plus magique. Il se retrouve seul sur la petite scène circulaire au milieu de la foule et amène un peu de spontanéité à un show hyper pensé, millimétré, soigné jusqu'alors. Il se met à chanter a capella un extrait d'Hexagone pour son auteur Renaud, venu assister au concert. Sirkis enchaîne les classiques : J'ai demandé la lune, puis Tes Yeux Noirs, il se lâche, est plus désinvolte. Les gens sont heureux, dansent, c'est vraiment un merveilleux moment que l'on vit là.



En comparaison avec le concert des Rolling Stones, 15 jours auparavant, il n'y a pas photo entre le plus connu des groupes français et le plus connu des groupes au monde. Musicalement, je préfère les vieux mais sur ce que je vois ce soir, Indochine bat les Rolling Stones en terme de show, de moyen mis en oeuvre pour rendre heureux son public. C'est même par ko qu'Indochine bat les anciens. De plus, les places sont deux à trois fois moins chères, les tee-shirts sont vendus 25 euros ici alors avec les Stones, c'est 35 euros et fabriqué au Bangladesh sans grande qualité. J'arrête là, Les Stones étant devenu une machine pompe à fric depuis 30 ans et Indochine est devenu qu'en à lui une pompe à plaisir.



Le visage de Christine Boutin apparait sur les écrans géants et la sono crache ses propos sur les homosexuels sous les huées avant College Boy. Nicola en profite pour faire un petit doigt au CSA qui avait censuré le clip pendant que des extraits de la vidéo sur un collégien lynché par ses camarades sont diffusés en arrière-plan.
Il fait nuit noir et la scène est devenue exceptionnellement belle, le volcan bat son plein.



Une tour de télévision rappelant Berlin et de hauts buildings figurent une métropole nocturne, reprenant le thème du dernier album du groupe Black City Parade. Elle se transformera en club pour une troisième partie nettement plus électro, qui débute avec Canary Bay. Nous sommes totalement plongés dans une nostalgie new-wave avec de bons moments et d'autres plus plats, enfin plus faibles pour ma part. Une danseuse de l'Opéra de Paris viendra danser au milieu de nous pour un moment magnifique et un peu décalé sur le titre "Wuppertal", chanson hommage à Pina Bausch.



Il est bientôt minuit et nous terminerons sur le titre du premier 45 tours que j'ai acheté l'Aventurier. Tout le monde saute et chante à l'unisson et personne n'est fatigué, comme si le concert venait de commencer. On ressort de là très heureux de cette soirée d'anniversaire, Nicola Sirkis et son équipe ont réussi leur impossible mission, rendre le Stade de France intime. Pas le meilleur concert de ma vie évidemment d'un point de vue musical, ce n'est pas mon style, mais assurément le plus beau spectacle/concert que j'ai vu de ma vie !
Chapeau bas les garçons, signé l'Aventurier.


Set List du 1er soir : 31 titres avec le beau temps
durée 2h45

intro: Trashmen et une vidéo sur les écrans qui fait défiler les musiciens mais en beaucoup plus âgés qu'ils ne sont.

Electrastar
Traffic Girl
Belfast
Alice & June
Kissing My Song
Atomic Sky
Memoria
Stef II
Miss Paramount
Hexagone 
(Renaud cover)
Mao Boy 
(piano voix)
Le Grand Secret 
(piano voix)
J'ai demandé à la lune
Tes yeux noirs
College boy
Black City Parade
Le fond de l'air est rouge

Black city Club
Trashmen
Canary Bay
Des Fleurs pour Salinger
Paradize
Satellite
Play Boy
3ème sexe

Rappel:

Wuppertal 
(ft. Alice Renavand)
Marilyn
Trois nuits par semaine
Acoustique
Dunkerque
À l'assaut (Des ombres sur l'O)

Rappel 2:
L'Aventurier

le 28 juin 2014 pour le second soir, 28 titres sous la pluie... c'est sûr, que nous le premier soir, on a été gâtés par le temps, du coup ça a dû être un ton en dessous le second soir, la faute au temps gris et pluvieux...

Indochine : les dernières chroniques concerts

Indochine  en concert

Indochine par Xavier Averlant
Le Trianon, Paris, le 09/12/2015
Pour la fin de l'année 2015, Indochine a décidé d'offrir à ses fans un concert gratuit "sur invitations" mais retransmis sur la nouvelle plateforme de streaming TIDAL. Ce... La suite

Indochine + Klink Clock (Black City Tour 2) en concert

Indochine + Klink Clock (Black City Tour 2) par Pirlouiiiit
Dome, Marseille, le 30/11/2013
Me voici dans la délicate situation de devoir faire la chronique en n'ayant vu que 3 morceaux. En effet je comptais rester aussi longtemps que possible pour remplacer le... La suite

Indochine + The Buns en concert

Indochine + The Buns par coco
Parks&Suite Arena - Montpellier, le 09/11/2013
Je pourrais commencer par parler du temps qu'il a fallu pour que quelqu'un ouvre le guichet des pass presse, ou de la sécurité. Oui j'ai eu une remarque sur un petit paquet de... La suite

Indochine - Black City Tour 2 en concert

Indochine - Black City Tour 2 par Rémy B
Zénith de Caen, le 21/10/2013
21 octobre 2013, ambiance rock devant le Zénith de Caen pour le concert d'Indochine. Une foule attend devant les portes d'entrée... Et devra patienter plus longtemps que... La suite

Stade de France, Saint-Denis (Paris) : les dernières chroniques concerts

Guns n' Roses en concert

Guns n' Roses par lol
Stade de France, Paris, le 07/07/2017
6 juin 1992, les Guns N' Roses débarquaient pour la première fois en France pour soutenir leur Nouvel album : "Use Your Illusion (I et II)". La tournée s'appelait "Get in The... La suite

Guns n' Roses en concert

Guns n' Roses par Gandalf
Stade de France, Paris, le 07/07/2017
Et la magie opéra. En cette très chaude soirée d'été, dans un Stade de France quasi plein, la magie Guns n' Roses, celle là même qui m'a accompagné depuis la sortie des "Use you... La suite

Paul McCartney en concert

Paul McCartney par Pierre Andrieu
Stade de France, Saint-Denis, le 11/06/2015
Etait-ce une bonne idée de se rendre au concert de Paul McCartney au Stade de France le 11 juin ? Oui... et non. Oui, parce qu'à 72 ans l'homme est en forme et en voix... La suite

AC/DC en concert

AC/DC par Matninatphotography
Stade de France, Saint-Denis, le 23/05/2015
AC/DC enflamme deux soirs le stade de France le 23 mai 2015 ! Du début à la fin du concert, pas de relâche, le groupe AC/DC, créé en 1973, a enchaîné tous ses meilleurs... La suite