Accueil Chronique de concert J.C. Satàn + Frustration (10 ans Born Bad Records)
Mercredi 26 juillet 2017 : 11814 concerts, 24543 chroniques de concert, 5165 critiques d'album.

Chronique de Concert

J.C. Satàn + Frustration (10 ans Born Bad Records)

J.C. Satàn + Frustration (10 ans Born Bad Records) en concert

Le Cabaret Aléatoire, Marseile 13 mai 2017

Critique écrite le 15 mai 2017 par Philippe



Anniversaire immanquable des 10 ans de Born Bad Records, écurie (entre autres) des deux meilleurs groupes de rock de France en activité, et tous deux sur scène aujourd'hui ! On les a déjà vus environ 4 fois chacun mais bon, quand on aime... Bêtement, on pensait que 21 h 30 était une heure parfaite pour arriver au Cabaret Aléatoire (sur la base de 2 décennies de pratiques de cette salle habituellement peu ponctuelle où il a parfois fallu attendre que les biquettes de l'OM finissent de jouer pour que les concerts commencent, si, si). Mais les Parisiens invités ce soir sont décidés à faire tourner la boutique au carré : on a donc raté Usé, pourtant complimenté par des personnes de confiance mais qui n'a eu que, paraît-il, 37 minutes pour jouer.


Et les J.C. Satàn sont déjà sur scène depuis 3 chansons... Tout fout le camp ! Bon, concert en affluence curieusement limitée mais au moins personne n'est là par hasard : il fait 47 ° C dans le Cabaret et les J.C. Satàn sont de plus en plus belles et beaux (mention spéciale à la chanteuse, ravissante en robe de soirée), depuis maintenant quelques années que la scène leur tanne le cuir, leur concert monte en puissance et le public d'abord assez apathique passé les 2 premiers rangs, va finir par les suivre dans leur montagnes russes de rock noisy, grosso modo à partir de Satan II, le merveilleux et jouissif mur de son qui ouvre leur deuxième album. En parlant de mur de son, l'acoustique du lieu est ce qu'elle est, la copie n'est pas trop salopée et en tout cas pas au delà de la soufrance. Bien au contraire, c'est d'ondes de plaisir dont on parle ici : beats névrotiques + riffs metal basiques et parfaits + ligne de basse roborative + hurlements de "screaming queen" en goguette, c'est un peu notre addition du bonheur !

Comme toujours ils sont aussi détendus que leur musique est tendue, se marrent et ne se prennent pour personne d'autre : là où beaucoup s'énerveraient, la chanteuse s'amuse d'un long problème de micro sans laisser paraître le moindre agacement... Sauf erreur, ils ont joué au moins un titre inédit sur disque et, comme toujours pour ce genre de groupe qui s'écoute d'une traite, on est bien emmerdé pour dresser une set-list. Disons qu'elle était plutôt portée sur le deuxième album, et globalement jouissive ! Avec quand même des classiques comme Dragons (dont j'adore le clip gore/rigolo). Ce groupe qu'on a notamment vu hanter l'Embobineuse, ouvrir courageusement Marsatac devant presque degun, tenter de réveiller un après-midi aux Eurocks ou encore, tenter de contenir une foule en rut avant Ty Segall à Paris, touche peut-être enfin à une reconnaissance qu'il aura sacrément mérité, au delà des cercles de fan de rock noisy déjà convaincus depuis longtemps... Je reste convaincu qu'avec leurs looks atypiques, ils feraient un merveilleux dessin de Jamie Hewlett (le graphiste de Gorillaz) - couverture d'un espéré troisième album ?


Concert trop court donc mais, restons calme et buvons frais, les Frustration arrivent derrière ! Si la fonction copier/coller n'était pas prohibée dans la pratique de la chronique de concert (juste sur le présent site, hein, pas dans la presse nationale !), on aurait qu'à bricoler un peu les précédentes... Par ailleurs on voulait cette fois sincèrement écrire une chronique sans utiliser les termes "post-punk", "cold" et "joydivisionesque" mais ça paraît un peu compliqué... Alors rappelons simplement que si ce ne fut par leur meilleur concert (que j'aie vu), c'est quand même le meilleur groupe de rock français du monde (eh non, ce n'est pas Téléphone... et comme on est sérieux on a vérifié l'an dernier, voir chronique des Insus ? par ailleurs, si besoin).

Et que du coup ce fut tout de même sacrément jouissif, le groupe n'oubliant aucun de ses anciens et glorieux albums, et passant en revue une bonne partie de ses "classiques" (It's gonna be the same, Miss You, No Trouble, Uncivilized, Two Many questions, We have some...), tout en présentant évidemment leur tout aussi enthousiasmante dernière livrée : la très industrielle et froide (puisqu'on ne dit pas joydiv...) Empires of Shame, la presque rigolote Minimal Wife, la pétaradante et jouissive Excess - notre climax du concert, ou encore la frappadingue et obsédante Mother Earth in rags. Ce concert-ci a bien duré 1 h 15, durée à peu près suffisante pour apprécier la verve des Frustration. On a bien volontiers participé au portage du crowd-surfing final du clavier, qui l'avait bien mérité...


Setlist :
Insane
Dreams...Duties
Midlife Crisis
It's gonne be the same
Miss You
No Trouble
Uncivilized
Even with the pills
Cause you ran away
Empires of shame
Excess
Angle Grinder
Minimal Wife
Assassination
Too many questions
Mother Earth
We have some
Drawback
Blind / No place to go


Sur l'ensemble de la soirée on aurait néanmoins pu espérer plus de générosité de la part d'un label dont de nombreux vinyles garnissent pourtant nos étagères. Faire venir 3 groupes et en frustrer au moins 2 de durée de concert (chez J.C. Satàn, c'était palpable...), reste une bien étrange démarche. Le tour-bus de Born Bad Records menaçait-il de se transformer en citrouille passé minuit ? Le chanteur nous a pourtant dit que le groupe rentrerait seulement le lendemain... Il est vrai que la salle aussi était compressée (raccourcie sur les côtés) et même, faut le faire, la cour Jobin devant la salle, avec un barriérage qui parvenait à donner l'illusion que l'endroit était bondé - or, on peut le regretter mais il ne l'était pas du tout ! ... Compresser le temps pour les artistes et l'espace pour le public, au moins il y a une cohérence dans le concept, nous direz-vous...

Pour finir on constate que le Cabaret Aléatoire a recruté des videurs bien trop zélés (ou modifié sa politique d'accueil) ! Se faire virer manu militari alors qu'on est en train de féliciter des membres du groupe, 3 minutes après la fin du set, c'est une première en 25 ans de concert... De jeunes gens bien intentionnés nous rassurent : "les pauvres, il faut les comprendre, ils en ont marre !". Il est vrai qu'on affleure l'heure proprement indécente de minuit... Ils ne doivent pas savoir qu'il y a encore 5 ans dans cette salle, on attendait fréquemment 2 à 3 heures que les concerts commencent, et qu'ils finissaient presque au petit matin. Mais évidemment, si les videurs d'aujourd'hui sont payés au forfait horaire, faudrait voir à pas déconner... En tout cas on a pu constater que la jeune génération, bien docile aux ordres les plus imbéciles, promet sans doute de riches heures au(x) gouvernement(s) à venir...

PS : on s'était promis de le noter quelque part et on a failli oublier : contrairement à l'usage dans ce genre de concerts (généralement plutôt très masculins), il y avait vraiment plein de filles ce soir-là ! C'est un symbole d'espoir pour la survie du rock... Note pour les garçons dans la fosse : elles sont généralement plus faciles à porter (mais leurs docks dans la tête font mal pareil). Notes pour les filles qui volent par dessus : prévoir des sous-vêtements blindés pour éviter les mauvaises surprises, l'une de vous a bien failli finir sans eux. Ne pas donner des coups de pied, même de joie. Aïe ! Sans rancune.

Frustration : les dernières chroniques concerts

Shame + Frustration + The Noise Figures (Festival Europavox 2017) en concert

Shame + Frustration + The Noise Figures (Festival Europavox 2017) par Pierre Andrieu
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 01/07/2017
Excellente soirée dans le club de La Coopé à Clermont-Fd dans le cadre du festival Europavox, avec par ordre de passage le sympathique grunge 'n roll des Grecs de The Noise... La suite

Frustration + Cheveu + Cannibale + Orval Carlos Sibelius (Printemps de Bourges 2017 / 10 ans du label Born Bad Records) en concert

Frustration + Cheveu + Cannibale + Orval Carlos Sibelius (Printemps de Bourges 2017 / 10 ans du label Born Bad Records) par Pierre Andrieu
Le Nadir, Bourges, le 20/04/2017
Grosse soirée au Nadir dans le cadre du Printemps de Bourges (en coproduction avec l'asso Emmetrop) pour célébrer les 10 ans du label Born Bad Records, avec par ordre... La suite

Frustration + Le Villejuif Underground + Cannibale en concert

Frustration + Le Villejuif Underground + Cannibale par Jérémy Guézennec
L'Antipode, Rennes, le 08/04/2017
Tête d'affiche cette soirée Born Bad présentant également Cannibale et Le Villejuif Underground, Frustration fait partie intégrante de ce monde où l'ouverture rencontre la... La suite

Frustration en concert

Frustration par Pierre Andrieu
La Pocoloco, Clermont-Ferrand, le 19/03/2016
Quelle bonne initiative d'Intérieur Cuir prod cette venue du groupe post punk Frustration au Pocoloco, à Clermont-Ferrand ! Pas vu dans le coin depuis un paquet de temps... La suite

J.C. Satàn : les dernières chroniques concerts

J.C. Satàn en concert

J.C. Satàn par Pierre Andrieu
Raymond Bar, Clermont-Ferrand, le 04/05/2017
Lors de son premier concert au Raymond Bar et après avoir écumé toutes les salles de la région, le groupe J.C. Satàn a trouvé la salle idéale pour s'épanouir pleinement. C'est... La suite

J.C. Satàn en concert

J.C. Satàn par Philippe
Le Poste à Galène, Marseille, le 26/02/2016
Autant le dire tout de suite : s'il y avait eu une première partie, même assurée par des chèvres du Rove, ou bien carrément par un groupe local montant comme Quetzal Snakes... La suite

J.C. satan en concert

J.C. satan par odliz
Poste à Galène, Marseille, le 26/02/2016
Une fois n'est pas coutume, c'est tout en prévoyance que je décide de partir le ventre plein au Poste à Galène , flairant avec une intuition peu commune la soirée à rallonge.... La suite

J.C.Satàn + Niandra Lades en concert

J.C.Satàn + Niandra Lades par Pierre Andrieu
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 18/02/2016
Moins de monde que prévu au concert de J.C.Satàn dans le club de La Coopé, à moitié rempli par un public un peu amorphe. Les absents ont vraiment eu tort, c'était une très... La suite

Le Cabaret Aléatoire, Marseile : les dernières chroniques concerts

Rocky + Poni Hoax en concert

Rocky + Poni Hoax par Karlantier
Marseille - Cabaret Aléatoire, le 25/03/2017
Poni Hoax ... Une longue histoire ! Découverts il y a dix ans, alors qu'ils venaient de sortir leur deuxième album "Images of Sigrid", envoûté par le son, le groupe et tout ce qui... La suite

KRS-One (Tighten Up #14) en concert

KRS-One (Tighten Up #14) par Sami
Cabaret Aléatoire, Marseille, le 25/05/2016
Déjà la 14ème édition du festival Tighten Up qui a encore une fois proposé une série éclectique et alléchante de concerts et dj sets, dont le plus attendu était certainement le... La suite

Juniore + Bagarre + L'Imperatrice (Festival Avec Le Temps) en concert

Juniore + Bagarre + L'Imperatrice (Festival Avec Le Temps) par Sami
Cabaret Aléatoire, Marseille, le 05/03/2016
Une bonne surprise que cette affiche en mode découverte, venu à l'origine pour Juniore, le premier des trois groupes programmés, c'est au final l'ensemble du plateau qui s'est... La suite

Birdy Nam Nam en concert

Birdy Nam Nam par odliz
Le Cabaret Aléatoire, le 22/01/2016
C'est dans un Cabaret plein à craquer que les trois acolytes de Birdy Nam Nam enchaînent leur nouvelle tournée marathon pour la sortie de leur quatrième opus, quatre ans... La suite