Accueil Chronique de concert (mes) Eurockéennes 2014, 1/2 : Pegase, Jungle, Jagwar Ma, Circa Waves, Franz Ferdinand, Parov Stelar Band, Shaka Ponk, M.I.A.
Dimanche 19 août 2018 : 11647 concerts, 25130 chroniques de concert, 5221 critiques d'album.

Chronique de Concert

(mes) Eurockéennes 2014, 1/2 : Pegase, Jungle, Jagwar Ma, Circa Waves, Franz Ferdinand, Parov Stelar Band, Shaka Ponk, M.I.A.

(mes) Eurockéennes 2014, 1/2 :  Pegase, Jungle, Jagwar Ma, Circa Waves, Franz Ferdinand, Parov Stelar Band, Shaka Ponk, M.I.A. en concert

Presqu'île du Malsaucy, Evette Salbert 05 juillet 2014

Critique écrite le par


"Etre rock en 2014", comme ont dit dans Rock & Folk, c'est peut-être écouter le concert de Metronomy en direct des Eurocks sur Inter, un vendredi soir dans sa cuisine, en nourrissant un petit bonhomme aux yeux qui piquent (épuisé par des galopades intenses de début de soirée...), et se dire que merde, c'était quand même un des groupes qui nous tentaient le plus cette année, vu le merveilleux set aquatique donné en 2010 à Belfort. C'est être quand même fier comme un bar-tabac de se dire que, non seulement on va y aller demain pour la 21ième année d'affilée, aux Eurockéennes, mais qu'en plus on a chroniqué les 20 putains d'années précédentes et que ça, bordel de Zeus, c'est quand même sans doute plus solide, voire intéressant, que 3 mots et 155 "likes" monosyllabiques sous 2 photos prises au smartphone que tout le monde, leur auteur y compris, aura oublié dans un quart d'heure.


Que cette chronique détaillée sur deux décennies - et même si elle n'était lue que par quelques dizaines de personnes - devient aussi à force la chronique d'une vie : celle d'un festivalier dans son festival préféré... Etre rock en 2014, c'est regretter aussi, enfin un peu, de ne pas revoir les Pixies cette fois, mais se consoler en se disant que Kim Deal n'y est plus, que c'était déjà le juke-box vivant mais amorphe de notre adolescence lointaine il y a 10 ans, et que ça n'a pas du s'arranger depuis... Etre rock en 2014, c'est regretter enfin de ne pas pouvoir revoir tout de suite le Detroit de Cantat mais se dire que peu importe, puisque c'est surement le même (super) concert vu à Marseille il y a peu. Et se dire que de toutes façons, on ne voudrait être nulle part ailleurs au monde que face à cette petite frimousse qui baille en s'endormant dans son dessert au chocolat... Etre rock en 2014 c'est peut-être rater chaque année un jour aux Eurocks, parce qu'on est papa. Et s'en foutre.


Et y retourner malgré tout, sur le Malsaucy, avec la même excitation teintée de légères angoisses météorologiques, entouré de kids dont les plus vieux (ceux qui étaient déjà nés...) salissaient leurs couches avec entrain en 1994, quand on y vint pour la première fois, se faire ramoner les écoutilles par Rage Against the Machine, entre autres. C'est se dire que cette année on est particulièrement insensible à la programmation (les têtes d'affiches ayant déjà été vues et revues, les découvertes nous laissant un peu de marbre, et le Festival de Beauregard nous ayant à nouveau piqué quelques beaux concerts). Mais que ça n'altère en rien le plaisir de s'élancer, une fois encore, sur la Presqu'Ile du Malsaucy d'Evette-Salbert, à l'assaut de l'été - en espérant qu'il y soit bien arrivé avant nous, l'été ! Il est néanmoins permis d'en douter en posant le pied à 12 h 27, en tenue légère et manifestement inappropriée, sur le quai trempé de la gare Belfort-Montbéliard TGV, sous une vilaine petite pluie froide...


Heureusement, quelques heures plus tard, le risque de pluie s'est éloigné quand on pénètre sur le site, copieusement labouré par les spectateurs d'hier, qui se sont pris une rincée de plusieurs heures. La boue rouge si typique des Eurockéennes a donc tout recouvert, et le cocktail tout frais et luisant est joyeusement casse-gueule, d'autant qu'il n'y a pas encore grand-monde à qui se rattraper en dernier recours, en fin de dérapage. On ne passera donc pas loin de la glissade-cul-rouge à plusieurs reprises... Mais on sait par expérience qu'après un ou deux litres de bière, le corps trouve son propre équilibre dans cet écosystème et que, curieusement, le risque de chute diminue. On commence par quelques minutes devant la pop à mèches de Pegase, aussi enthousiastes sur scène (mention spéciale au bassiste) que parfaitement anodins, en tout cas pour le moment. D'autant que leur rythme général est assez pépère, à mille lieux par exemple du faramineux poussage de cul que nous avaient donné les Von Pariahs au même endroit il y a pile un an.


Un beau soleil enfin estival a fait son apparition sur la plage (de plus en plus arasée et donc plus accessible chaque année) quand on rejoint Jungle, combo de pop funky ultra-efficace composé de 5 musiciens et 2 choristes aux voix incendiaires, dignes de Twenty Feet From Stardom. Ca groove donc sévèrement dans les t-shirts, dans les maillots, au son de la basse salace et du clavier festif des deux chanteurs aux avant-postes (micros vintage en bonus), de percussions qui tapent dans les genoux comme le marteau du docteur, et de choeurs sexy en diable. Les titres sont de facture très classique mais on en redemande, en sautillant joyeusement. Dans le style, on avait pas revu de truc aussi bon depuis General Elektriks. Qui a dit que les blancs ne savaient pas groover ? Ben, Sharon Jones et ses potes des Daptones hier peut-être, mais on y était pas ! Voilà en tout cas qui nous a mis la banane... et la dalle en pente.


Jagwar Ma est typiquement le groupe qu'on arrive pas à juger sur disque, trop protéiforme : doit faire ses preuves sur scène... Et ce ne sera pas complètement réussi. Non pas parce que le chanteur a une casquette rouge et le mécano une moustache abominable, même pas parce que toutes les parties de batterie sont enregistrées (rien de tout ça n'est éliminatoire séparément, bien sûr). Non, juste parce que ça n'est d'abord pas très dansant, pas même sur Uncertainty ou The Throw, parce que ça ne décolle pas vraiment les pieds de la glaise, pas même sur Come & Save Me. Heureusement, après quelques grandes rasades de pastis glacé, ça sonne tout de suite mieux (That Loneliness, sympa). A noter que notre section adolescente a repéré son proviseur adjoint dans le public, se trémoussant avec enthousiasme sur Four, avec camelbak apparent... Ca c'est rock'n'roll, ou plutôt ça c'est électro ! Et finalement c'est quand ils poussent le plus dans cette direction-là que ça fonctionne le mieux (citons encore Man I Need, plaisante). Un tout petit peu décevant, quand même au final : qui trop embrasse, mal étreint. Dans cette même veine néo-psyché australienne, les Tame Impala qui ont choisi le rock ont plusieurs longueurs d'avance.


Rien contre Gaétan Roussel, déjà souvent croisé et de loin pas désagréable en live, ni contre Kaytranada, au nom en possible contrepèterie nord-américaine, qui se contente manifestement de pousser des disques sur la plage. Mais il en faudrait plus pour repousser davantage la traditionnelle visite au stand des flammekueche, avant de retrouver les Circa Waves, combo de jeunes gens propres sur eux et à peine majeurs, pur produit de la pop britannique, qui arrive à sonner comme du early Arctic Monkeys, et parfois aussi comme les Strokes. Pas franchement déshonorant, comme comparaison ! Pop rock pétillante avec son nickel, compositions fraiches, enthousiasme communicatif malgré une prestation assez prévisible. Le tout est très plaisante quand on commence à envisager sérieusement d'être un petit peu éméché(e), ce qui est notre cas, puisqu'on a fini le pastis. Quoi qu'il en soit, premier passage réussi pour eux, et sans oral de rattrapage : vivement un album qu'ils n'ont même pas encore publié, avec un répertoire qui reste à renforcer d'un tube potentiel... Jolie découverte des programmateurs donc, dont le flair ne se dément pas ! Par contre, on a pas pu ni voulu partir avant la fin : dommage pour l'électro-cool et plutôt gracieux de Little Dragon, pile sur ce créneau...


On avait découvert et aimé les Franz Ferdinand ici-même, au top de leur hype en 2004, techniciens limités mais mélodistes doués et entertainers de choc, qui ont aussi enflammé Rock en Seine en 2005 dans un concert mémorable, en noir et blanc. Mais il faut bien constater que leurs derniers albums n'ont plus révolutionné grand-chose. Et pourtant ce soir-là sur scène, les 4 écossais semblent bien décidés à renvoyer à la niche les trois millions de boys bands bien coiffés arrivés après eux. 10 ans d'expérience de la scène leur ont permis de dépasser leurs faiblesses initiales (manque de précision dans le chant notamment) : désormais ce sont des tueurs. Et en outre, ils savent très bien ce qui, dans leur discographie, fonctionne le mieux : leur show a été dimensionné précisément pour faire plaisir à un public hédoniste, quitte à finir exclusivement sur leur premier album.


Right thoughts, right words, right action ! et Do You Wanna mettent le feu sans difficulté en ouverture, pendant que nous sommes occupés à quelques problèmes de discipline : d'abord, faire comprendre à des gens que non, ils ne vont pas pouvoir rester en plein milieu du public (et surtout pas devant nous), debout sur un banc ! Ce qui après une poussette un peu appuyée du meuble (un banc pliant est notoirement instable sur un terrain mouillé et en pente...) donnera lieu à une conversation assez animée. Ensuite, essayer de gérer un élément de notre petite bande qui, passé en mode foufou-tout-bourré, distribue un peu trop de mandales et de bisous à tout le monde autour de nous. Tout ça n'empêche pas, évidemment, de profiter de titres irrésistibles comme Love Illumination ou Bullets, servis en costard noir et blanc par Alex Kapranos et son "Gang de Quatre".


Côté "vieilleries", plusieurs titres en forme de oldies but goldies sont devenus insensiblement des classiques que même les plus jeunes semblent avoir parfaitement assimilé. L'incontournable Take Me Out et la non moins stimulante Jacqueline rendent les gens aussi dingues qu'il y a 10 ans et d'ailleurs, l'élément perturbé de notre groupe est officiellement déclaré hors de contrôle, jusqu'à la fin de la soirée. En tout cas il s'amuse beaucoup, même s'il faudra le lui raconter le lendemain... Franz Ferdinand a aussi gardé le même morceau final depuis la dernière fois : la formidable This Fire, qui achève avec tous les potards dans le rouge ("Burn this city ! Burn this city !") ce show parfaitement réussi, notre préféré de cette journée. Curieusement, tout le monde parmi nous s'attendait à être déçu, mais le groupe nous a incontestablement prouvé qu'il en avait encore sous la pédale !


Parov Stelar Band, à l'instar de Caravan Palace, fonctionne sur une bonne idée : combiner deux styles qui font bouger les gambettes, l'électro et le swing. Le cocktail servi frais est très efficace et fait sautiller la carcasse quelques minutes. Mais une seule bonne idée ne fait pas un bon concert entier. De toutes façons c'est l'heure de revoir le barnum des Shaka Ponk, découverts à Marsatac il y a déjà quelques années. On sait qu'ils font une musique épuisante et inécoutable sur disque, mais que leurs concerts sont parfois un déchaînement d'énergie assez irrésistible : leur chanteur dispute à Matthias Malzieu le titre envié de recordman des os fracassés et des muscles déchirés. Mais pas ce soir... il doit avoir la migraine ? Et sans les cascades, on perd plus de 50 % de l'intérêt du truc. Les perpétuels rugissements de la "chanteuse", les visuels toujours aussi chargés, la surdose d'énergie sans mélodies, tout ça nous en touche une sans bouger l'autre. Festif oui, fédérateur sans doute, mais surtout fatigant !


Refuge quelques minutes sur la plage où un dénommé Club Cheval (mais quel nom à la con !) envoie du boum-boum pour la plus grande joie des plus jeunes : rien à signaler. On tente encore M.I.A. qui a quelques titres bien troussés et une très bonne réputation en live : on pensait sincèrement qu'elle pouvait avoir un potentiel sur scène... Mais l'ambiance hurlée-stroboscopique aux couleurs criards n'est plus tout à fait en phase avec nos esprits un peu embrumés, on aura pas la patience d'attendre de reconnaître un titre. A plus forte raison pour Skrillex, grand remixeur à la coupe de cheveux douteuse, qu'une seule de nos deux voitures va rester voir (pour ma part, après avoir hésité, je suis parti dans l'autre...). De ce qu'on nous en a dit, très grand show à l'américaine, plus intéressant et plaisant que prévu. Prochaine fois ? Pour nous, il est temps de rentrer cuver un peu les quantités déraisonnables de bière éclusées, la tête encore farcie de mélodies solidement arrimées dans notre cortex par Franz Ferdinand...

C'est que demain, il faudra être en état de recevoir Son Message : nous ne le savons pas encore, mais nous allons voir le Messie du Rock...

(Photos de scène par Andy Trax, illustrations par Philippe)

Le dimanche, c'est par là !

Les Eurockéennes De Belfort : les dernières chroniques concerts

Alice in Chains - Dead Cross - Seasick Steve (Les Eurockéennes de Belfort 2018) en concert

Alice in Chains - Dead Cross - Seasick Steve (Les Eurockéennes de Belfort 2018) par Lebonair
Presqu'ïle du Malsaucy - Belfort, le 08/07/2018
Les Eurockéennes de Belfort, le 8 juillet 2018 En ce dimanche ensoleillé et dernier jour des Eurockéennes, on est allé chercher le calme dans le coeur de Belfort. La ville... La suite

Queens of the Stone Age - At the Drive-in - BCUC - Chronixx - Juliette Armanet (Les Eurockéennes de Belfort 2018) en concert

Queens of the Stone Age - At the Drive-in - BCUC - Chronixx - Juliette Armanet (Les Eurockéennes de Belfort 2018) par Lebonair
Presqu'île du Malsaucy - Belfort, le 07/07/2018
Les Eurockéennes de Belfort, le 7 juillet 2018 BCUC - Chapiteau Greenroom - 17h30 18h30 Pour notre premier concert de la journée, on a choisi le... La suite

(mes) Eurockéennes 2018, 2/2 : BCUC, Touts, Caroline Rose, At the Drive in, Queens of the Stone Age, Viagra Boys en concert

(mes) Eurockéennes 2018, 2/2 : BCUC, Touts, Caroline Rose, At the Drive in, Queens of the Stone Age, Viagra Boys par Philippe
Presqu'île du Malsaucy, Evette Salbert, le 07/07/2018
Retour en goguette et sans trop de pression, après un délicieux repas entre amis (dont certains ont du repartir élever leurs heureusement adorables enfants), pour un deuxième et... La suite

Prophets Of Rage - Nine Inch Nails - FFF  (Les Eurockéennes de Belfort 2018) en concert

Prophets Of Rage - Nine Inch Nails - FFF (Les Eurockéennes de Belfort 2018) par Lebonair
Presqu'ïle du Malsaucy - Belfort, le 06/07/2018
La 30ème édition des Eurockéennes de Belfort s'est clôturée nous concernant le dimanche peu avant minuit par la magnifique et chaleureuse prestation du vieux bluesman... La suite

Franz Ferdinand : les dernières chroniques concerts

Franz Ferdinand + Frànçois & The Atlas Mountains en concert

Franz Ferdinand + Frànçois & The Atlas Mountains par Nwmb
Zénith de Montpellier, le 20/03/2018
Apéro français Groupe franco-britannique faisant partie du label Domino Records (tout comme Franz Ferdinand), nous avons eu le droit à la poésie envoûtante et... La suite

Franz Ferdinand en concert

Franz Ferdinand par lol
Zénith de Paris, le 27/02/2018
Franz Ferdinand est assurément l'un des meilleurs groupes, si ce n'est le meilleur groupe, apparus depuis le début de ce siècle. Bien sûr, la concurrence n'a rien à voir avec celle... La suite

FFS (Franz Ferdinand + Sparks) (Festival Rock en Seine 2015) en concert

FFS (Franz Ferdinand + Sparks) (Festival Rock en Seine 2015) par lol
Domaine national de Saint-Cloud, le 28/08/2015
Il est d'usage de penser que les fruits d'une collaboration entre deux groupes, ne surpassent jamais ce que chacun d'eux aurait pu faire seul. Pour autant, la réunion... La suite

(mon) Rock en Seine 2015, 1/2 : Ghost, Jeanne Added, Benjamin Clementine, Jacco Gardner, FFS / Franz Ferdinand & Sparks, (Offspring) en concert

(mon) Rock en Seine 2015, 1/2 : Ghost, Jeanne Added, Benjamin Clementine, Jacco Gardner, FFS / Franz Ferdinand & Sparks, (Offspring) par Philippe
Saint-Cloud, Parc de Saint-Cloud, le 28/08/2015
Petit plaisir annuel de fin d'été : venir passer un dernier beau week-end à Paris ... et à Rock en Seine, pour la neuvième fois déjà, en ce qui me concerne - comme le temps passe... La suite

Jagwar Ma : les dernières chroniques concerts

Yo La Tengo, Hot Chip, The Knife, Warpaint, Jagwar Ma, The Haxan Cloak, Savages, Mac Demarco, No Age, Connan Mockasin, Colin Stetson, Panda Bear, Danny Brown, Majical Cloudz, Omar Souleyman, Youth Lagoon, Pegase (Pitchfork Music Festival Paris 2013) en concert

Yo La Tengo, Hot Chip, The Knife, Warpaint, Jagwar Ma, The Haxan Cloak, Savages, Mac Demarco, No Age, Connan Mockasin, Colin Stetson, Panda Bear, Danny Brown, Majical Cloudz, Omar Souleyman, Youth Lagoon, Pegase (Pitchfork Music Festival Paris 2013) par Audreymllr
Grande Halle de La Villette, Paris, le 02/11/2013
Troisième édition du Pitchfork Music Festival Paris, qui a une fois de plus investi la Grande Halle de la Villette pour trois nuits de concerts, du 31 octobre au 2 novembre... La suite

M.I.A. : les dernières chroniques concerts

Janelle Monae + M.I.A. + Salem + Paris Suit Yourself + Madensuyu + Connan Mockasin + Oy (Transmusicales de Rennes 2010) en concert

Janelle Monae + M.I.A. + Salem + Paris Suit Yourself + Madensuyu + Connan Mockasin + Oy (Transmusicales de Rennes 2010) par Pierre Andrieu
Parc Expo, Rennes, le 10/12/2010
Après un jeudi 9 décembre bien rempli aux Transmusicales de Rennes, place à une autre chaude soirée (c'est archi complet !) au Parc Expo le vendredi 10, avant le bouquet... La suite

M.I.A. (Transmusicales de Rennes 2010) en concert

M.I.A. (Transmusicales de Rennes 2010) par Pierre Andrieu
Parc Expo, Rennes, le 10/12/2010
Gros morceau des Transmusicales de Rennes 2010, le concert de M.I.A. dans l'immense Hall 9 du Parc Expo a fait l'effet d'une bombe à déflagration sonique pour la foule... La suite

Arcade Fire + The Hives + The Shins + Dinosaur Jr + Hey Hey My My + Rodeo Massacre + Dizzee Rascal + M. I. A. + Rock & Roll (Rock en Seine 2007)  en concert

Arcade Fire + The Hives + The Shins + Dinosaur Jr + Hey Hey My My + Rodeo Massacre + Dizzee Rascal + M. I. A. + Rock & Roll (Rock en Seine 2007) par Pierre Andrieu
Parc de Saint-Cloud, Paris, le 24/08/2007
Première journée très réussie pour la cinquième édition du festival Rock en Seine, dans le toujours magnifique Parc National de Saint-Cloud... De 15h à 23h15 (transports en... La suite

Parov Stelar : les dernières chroniques concerts

Interview de Parov Stelar en 5 questions en concert

Interview de Parov Stelar en 5 questions par Lily Rosana
Summum de Grenoble, le 29/11/2016
L'authenticité avant tout À l'occasion de la venue sur Grenoble du fameux Parov Stelar, on a tenu à en savoir plus sur son nom, ses débuts, son style, ses préférences, ses... La suite

Festival Paléo : Verveine + Grand corps malade + Murmures Barbares + Lisa Leblanc + Elton John + Klô Pelgag + La Rue Ketanou + Oy + The Parov Stelar band  en concert

Festival Paléo : Verveine + Grand corps malade + Murmures Barbares + Lisa Leblanc + Elton John + Klô Pelgag + La Rue Ketanou + Oy + The Parov Stelar band par Lionel Degiovanni
Nyons ( suisse ) , le 24/07/2014
Pour ce début de jeudi, nous assistons au showcase de Verveine. Cette jeune Veveysane a eu bien du mal à être à l'aise lors de ce show case. En effet, elle était toute... La suite

Parov Stelar en concert

Parov Stelar par Fredc
Cabaret Sauvage, Paris, le 06/03/2012
Parov Stelar s'est forgé en quelques années une réputation internationale de maître de l'électro-swing. En France, sa notoriété est notamment passée par sa présence sur... La suite

Solidays 2013 / Jour 2 : The Hives, Parov Stelar, Asian Dub Foundation, Deluxe, Juveniles, Mai Lan en concert

Solidays 2013 / Jour 2 : The Hives, Parov Stelar, Asian Dub Foundation, Deluxe, Juveniles, Mai Lan par Fredc
Hippodrome de Longchamp, Paris, le 29/06/2013
SOLIDAYS / JOUR 2 Météo : Ciel clair et températures très douces en journée, froid sitôt le soleil couché, glacial la nuit. On a vu : Une casquette en canettes... La suite

Pégase : les dernières chroniques concerts

Pegase (Le Printemps de Bourges 2014) en concert

Pegase (Le Printemps de Bourges 2014) par Pierre Andrieu
Le 22, Bourges, le 25/04/2014
Juste après le très beau cadeau offert au Printemps de Bourges 2014 par les Tindersticks - un concert divin à la Cathédrale de Bourges -, direction le 22 pour assister à la... La suite

Pégase + Boreal Wood en concert

Pégase + Boreal Wood par Kristhelheim
Le Moulin, Marseille, le 28/02/2014
Une petite soirée pleine de nappes et vagues synthétiques ça ne se refuse pas. C'est ainsi que nous prenons le chemin du Moulin, en configuration club, pour une petite ambiance... La suite

Pegase + Boreal Wood en concert

Pegase + Boreal Wood par Kris Tian
Le Moulin - Marseille, le 28/02/2014
Ce soir c'est direction Le Moulin à Marseille... mais sans mon sac photo, juste pour le plaisir des oreilles ! Deux groupes de pop-électro vont nous faire leur prestation dans une... La suite

Yo La Tengo, Hot Chip, The Knife, Warpaint, Jagwar Ma, The Haxan Cloak, Savages, Mac Demarco, No Age, Connan Mockasin, Colin Stetson, Panda Bear, Danny Brown, Majical Cloudz, Omar Souleyman, Youth Lagoon, Pegase (Pitchfork Music Festival Paris 2013) en concert

Yo La Tengo, Hot Chip, The Knife, Warpaint, Jagwar Ma, The Haxan Cloak, Savages, Mac Demarco, No Age, Connan Mockasin, Colin Stetson, Panda Bear, Danny Brown, Majical Cloudz, Omar Souleyman, Youth Lagoon, Pegase (Pitchfork Music Festival Paris 2013) par Audreymllr
Grande Halle de La Villette, Paris, le 02/11/2013
Troisième édition du Pitchfork Music Festival Paris, qui a une fois de plus investi la Grande Halle de la Villette pour trois nuits de concerts, du 31 octobre au 2 novembre... La suite

Shaka Ponk : les dernières chroniques concerts

Shaka Ponk + ALB (The Monkadelic Tour 2018) en concert

Shaka Ponk + ALB (The Monkadelic Tour 2018) par Lsl
Le Dôme - Marseille, le 09/02/2018
Shaka Ponk ! Que dire d'eux qui n'a pas déjà été dit ? Toute la difficulté de cette chronique réside dans cette question. Ce groupe vous fait voyager dans un univers unique,... La suite

Shaka Ponk (feat. Bertrand Cantat) en concert

Shaka Ponk (feat. Bertrand Cantat) par Cedmcvsdiego
Patinoire Meriadeck, Bordeaux, le 16/11/2014
Le show que propose le groupe d'electro-rock Shaka Ponk est radicalement différent de toutes les prestations musicales... Outre une puissance de feu hors norme, Goz et ses... La suite

 Festival Paléo : Pablo nouvelle +  Skip the Use + Maxime Le Forestier + Shaka Ponk + Salut C'est Cool + Carbon Airways en concert

Festival Paléo : Pablo nouvelle + Skip the Use + Maxime Le Forestier + Shaka Ponk + Salut C'est Cool + Carbon Airways par Lionel Degiovanni
Nyons ( suisse ) , le 25/07/2014
La journée de concert du vendredi commence avec le show case de Pablo nouvelle, au cosmos. Donc juste ok pour démarrer la journée avec un bon concert et un bon apéro ! Et quel... La suite

Shaka Ponk en concert

Shaka Ponk par Eddie
Bataclan, Paris, le 18/03/2014
J'avais quitté Shaka Ponk le 5 janvier 2013 à l'issue d'un concert surréaliste à Bercy. J'avais donc hâte de les retrouver et me faisais une joie à l'idée de les voir dans... La suite

Presqu'île du Malsaucy, Evette Salbert : les dernières chroniques concerts

Alice in Chains - Dead Cross - Seasick Steve (Les Eurockéennes de Belfort 2018) en concert

Alice in Chains - Dead Cross - Seasick Steve (Les Eurockéennes de Belfort 2018) par Lebonair
Presqu'ïle du Malsaucy - Belfort, le 08/07/2018
Les Eurockéennes de Belfort, le 8 juillet 2018 En ce dimanche ensoleillé et dernier jour des Eurockéennes, on est allé chercher le calme dans le coeur de Belfort. La ville... La suite

Queens of the Stone Age - At the Drive-in - BCUC - Chronixx - Juliette Armanet (Les Eurockéennes de Belfort 2018) en concert

Queens of the Stone Age - At the Drive-in - BCUC - Chronixx - Juliette Armanet (Les Eurockéennes de Belfort 2018) par Lebonair
Presqu'île du Malsaucy - Belfort, le 07/07/2018
Les Eurockéennes de Belfort, le 7 juillet 2018 BCUC - Chapiteau Greenroom - 17h30 18h30 Pour notre premier concert de la journée, on a choisi le... La suite

Prophets Of Rage - Nine Inch Nails - FFF  (Les Eurockéennes de Belfort 2018) en concert

Prophets Of Rage - Nine Inch Nails - FFF (Les Eurockéennes de Belfort 2018) par Lebonair
Presqu'ïle du Malsaucy - Belfort, le 06/07/2018
La 30ème édition des Eurockéennes de Belfort s'est clôturée nous concernant le dimanche peu avant minuit par la magnifique et chaleureuse prestation du vieux bluesman... La suite

Prophets Of Rage, Nine Inch Nails, Beth Ditto... (Les Eurockéennes de Belfort 2018) en concert

Prophets Of Rage, Nine Inch Nails, Beth Ditto... (Les Eurockéennes de Belfort 2018) par Samuel C
Presqu'ïle du Malsaucy - Belfort, le 06/07/2018
Les Eurockéennes célébraient leur 30ème édition du 5 au 8 juillet derniers. Un événement incontournable en France où s'est produite la très grande majorité des artistes en... La suite