Accueil Chronique de concert Jehro + Ayo + Banda Santiago de Cuba + Estrella Morente + Corinne Sauvage (Fiesta des Suds 2006)
Dimanche 19 janvier 2020 : 11252 concerts, 25884 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Jehro + Ayo + Banda Santiago de Cuba + Estrella Morente + Corinne Sauvage (Fiesta des Suds 2006)

Jehro + Ayo + Banda Santiago de Cuba + Estrella Morente + Corinne Sauvage (Fiesta des Suds 2006) en concert

Dock des Suds 21 octobre 2006

Critique écrite le par

Ayant raté (pour cause de thèse à Grenoble) l'ouverture de la Fiesta (avec Cesaria Evora et Gotan Project et parce qu'on m'avait dit beaucoup de bien de Ayo et Jehro je me suis d'abord rendu à la Fiesta (comptant ensuite aller à la Friche voir Poni Hoax et finir à l'Intermédiaire avec Shaggy Dog Story).


Sachant que la veille les invitations ont été refusées à partir de 20h (complet !) on ne part pas trop tard mais d'un autre côté les têtes d'affiches de ce soir sont quand même moins prestigieuses. Pourtant en arrivant nous avons bien du mal à nous trouver une place (même interdite) à proximité du Dock. En arrivant enfin devant l'entrée on constate que c'est au même endroit que l'année dernière avec la grande scène sous la passerelle et le reste restau, bar et la deuxième scène (dite "cabaret") dans un nouveau entrepôt en dur.


Sur la grande scène Estrella Morente est en train de chanter. Je serais bien allé jeter un œil à son flamenco habité et donc un peu théâtral, mais impossible de s'approcher suffisamment ne serait ce que pour apercevoir un bout de la scène. Les gens sont très serrés et il n'y a pourtant pas la moitié des gens présents ce soir devant la scène. Je commence à comprendre la réaction de certains certains spectateurs qui ont payé leur place et ne peuvent rien voir du spectacle.


Je me contenterai de suivre une partie de son set via les quelques écrans géants sur le site, dont celui sur situé tout prêt de la scène "cabaret". La bas aussi trop de monde pour essayer de m'approcher de Corinne Sauvage qui a l'air de chanter des reprises.


La foule commence à m'énerver, impossible d'aller où l'on veut, ni même de s'arrêter quand on en a envie. Bref il y a trop de monde et musicalement ça ne me plait pas assez pour que j'ai envie de faire un effort. Je me dirige alors à nouveau de la grande scène en me disant que je profiterai de la fin du set de l'étoile.


Lorsque son set prend fin, les gens commencent lentement à sortit mais je ne suis pas le seul à avoir eu cette idée. Si bien que je réalise vite que si j'attends que les gens sortent du cul de sac constitué par les barrières qui encadrent la scène je vais rester au fond ; donc à contre cœur je me lance ... on s'écrase, on se bouscule un peu, certains râlent. Et la je me rends compte que tout le devant est couvert de chaises !?!? Tu m'étonnes qu'il n'y ait pas assez de place pour tout le monde. S'en suit une absurde séance ou les gens essaient de se presser devant pendant que les autres sortent et au milieu de tout ça le staff technique débordé qui essaie d'extraire les chaises du public (je m'en prendrai une dans le genou). Lorsque tout s'équilibre on commence à attendre, serrés. J'ai réussi à m'approcher à une grosse vingtaine de mètres de la scène, sur la gauche de celle-ci. Cela a beau être en plein air beaucoup (trop) de gens fument, n'ayant d'autre possibilité que de vous cracher leur fumée dessus et j'en prends plein les poumons (je ne vais pas tarder à devenir intolérant je le crains).


Les gens sont clairement là pour Ayo. Ils sont venus voir la nouvelle sensation télévisuelle en live. La télé a vraiment sur les carrières un effet magique. Ayo, comme Grand Corps Malade et bien d'autres est sortie de l'anonymat du jour au lendemain grâce à quelques passages clés dans des émissions comme Taratata (sans parler du matraquage actuel sur France Inter et Nova selon des sources sures). C'est semble-t-il au cours de cette émission que tout le monde l'a vu et est tombé sous le charme de cette grande nigérienne au sourire (gêné mais touchant). Du coup elle se retrouve propulsée au rang de superstar devant un public d'ors et déjà conquis. Elle sera d'ailleurs visiblement impressionnée par le public, avouant à qui voulait bien la croire qu'elle n'avait jamais joué devant autant de monde jusqu'ici.


Ce genre de situation a aussi son revers de la médaille. Car du coup les gens qui ne l'ont jamais entendu/vu (et c'est mon cas) s'attendent à un truc fabuleux et ont de grande chance d'être déçus, voire carrément énervés de s'être fait une nouvelle fois bernés par une campagne de promotion réussie. Dans certains cas c'est même pire car l'artiste (prenons à nouveau le cas de GCM) se retrouve érigé en porte drapeau d'un style entier, s'attirant du coup les foudres des puristes, voire la rancœur des gens qui se battent depuis longtemps pour faire connaître des groupes tout aussi talentueux évoluant dans la même discipline.


Bref, je m'étais déjà fait avoir comme ça, lorsque après avoir vu Bloc Party dans l'émission l'album de la semaine je m'étais ennuyé comme rarement lors de leur passage au Moulin. Ce soir la hype portait sur Ayo (et aussi sur Jehro sur lequel je reviendrai plus bas). Après que ses trois musiciens aient pris place sur la grande scène (guitare, basse et batterie), elle est rentrée toute timide (faisant mine de se cacher derrière un baffle) et s'est assise sur la grande chaise en bois qui l'attendait au centre, à côté des deux guitares électroacoustiques. Elle a commencé à jouer sous les acclamations du public des morceaux sympathiques mais un peu sans relief. Elle a une belle voix (parfois proche de celle de Sade ou Susheela Raman), les musiciens qui l'accompagnent jouent bien mais je trouve que ça ne décolle jamais vraiment.


Elle a joué quelques nouveaux morceaux comme celui où elle fait participer le public demandant aux filles de crier "gilrs !" a son signal et aux garçons "boys !" (sympa) ou celui intitulé Africa qui se voulait profonde et engagée mais dont je trouverai les textes affreusement bateaux. Au bout d'un moment j'ai commencé à trouver cela carrément long et j'ai eu énormément de mal à m'extirper de la foule toujours aussi dense et admirative ("devine où je suis ? à la fiesta devant Ayo, c'est trop méchant ! Vraiment trop bon .. ; tu sais pas ce que tu rates !"). Moi je suis serré, j'en ai plein les pattes et je trouve ça sympa mais vraiment sans plus. En plus elle est assise sur scène (comme Ben Harper et ça m'énerve). Cela dit je suis content d'être venu, sinon j'aurais pu croire que j'avais raté quelque chose de vraiment bien. A revoir éventuellement mais dans un cadre plus intimiste et en espérant qu'elle aura des choses plus prenantes/touchantes à faire passer.


Du coup je me redirige vers le cabaret en me demandant ce que je vais pouvoir faire pour attendre jusqu'au passage de Jehro et là je tombe (après avoir bataillé pour rejoindre Cédric qui lui a craqué bien avant moi) devant un orchestre de pas moins de 40 musiciens qui joue de la salsa !


Assez impressionnant (même de loin), la Banda Santiago de Cuba se dégage quelque chose de fort. Dirigé par un chef d'orchestre et animé par un chanteur ils mettent une sacrée ambiance. Le côté intemporel de cette musique me rend légèrement mélancolique mais je ne peux qu'apprécier ces standards jouer avec autant de cœur.


Le chanteur animateur parle pas mal entre les morceaux, bouge beaucoup pendant, invitant le public à participer plus en chantant ou tapant des mains, à coup de "Marseille plus fort, je n'écoute rien !".


Alors que Ayo est encore en train de sourire sur l'écran géant devant le ballet de camera télécommandées qui volent des le ciel autour de la grande scène, dans l'ambiance surchauffée du cabaret, ceux qui arrivent à trouver quelques mètres carrés dansent en couple, les autre gigotent en rythme.


Quand arrive l'heure de Jehro je me redirige vers la grande scène. Entre temps j'ai compris qu'en tant que photographe j'avais accès aux places sur les côtés sur les estrades de part et d'autre du public (ça fait un peu arène). Du coup je peux aller prendre tranquillement des photos de Jehro au pied de la très haute scène (je mettrai un moment à réaliser qu'il est accompagné de choristes).


Jérôme Cotta est un marseillais qui avait sorti un disque en français il y a quelques années. Je me souviens que je n'avais pas accroché (trop variété et un peu cucul a mon goût). Depuis qu'il a changé de nom et de style par contre il cartonne.


Première parties remarquées aux Voix du Gaou notamment, tous les gens qui ont écouté son disque (qui s'est vendu à 40000 ex déjà) semblent aimer. Comme il n'a jamais joué à Marseille sous ce nom, je n'ai pas encore eu l'occasion de l'écouter.


Il arrive donc accompagné de ses musiciens dont un autre guitariste (le seul que je verrai vraiment bien de la ou je suis) qui joue aussi du clavier. Il se présentera rapidement avouant que c'est la première fois qu'il joue à Marseille bien qu'étant marseillais.


Sa musique n'est pas désagréable, il chante en anglais et en espagnol, mais franchement je trouve cela assez quelconque. De la variété internationale qui s'écoute facilement mais qui manque de titres accrocheurs.


C'est d'ailleurs assez paradoxal de voir qu'il aura percé en chantant en anglais alors qu'en français (là où les quotas etc aident) ça n'avait pas marché. Je ne resterai pas très longtemps, pressé d'aller à la Friche où j'espérais voir un bout de Poni Hoax dont le disque a l'air vraiment très bon.


Pour conclure sur cette soirée. Artistiquement en dehors du groupe de salsa j'ai été déçu, mais cela reflète assez l'impression que j'ai les rares fois où j'écoute la radio. Au niveau affluence la Fiesta semble battre de nouveaux records, aussi si vous venez pour voir un artiste (et non pas uniquement pour profiter de l'ambiance) vous avez intérêt à venir très tôt. Sinon vous serez contraint de suivre le concert sur un écran.


Je ne suis pas un parano niveau sécurité mais franchement par endroits il y a beaucoup beaucoup de monde, il doit y avoir les sorties de secours prévues mais je ne peux m'empêcher de penser qu'en cas de bousculade ça risque de mal se passer (devant les scène on est forcement coincés entre 2 murs sur les côtés, la scène et le reste du public qui presse derrière. Sinon sans aller imaginer le pire on a quand même beaucoup de mal à se déplacer confortablement.


Site de la Fiesta : http://www.dock-des-suds.org/
Site de Ayo : http://www.myspace.com/ayosound
Site de Jehro : http://www.jehro.com/
Site de Estrella Morente : http://www.estrellamorente.es/

Fiesta des Suds : les dernières chroniques concerts

Catherine Ringer chante Les Rita Mitsouko + Sovox + Fred Nevché (Fiesta des Suds 2019) en concert

Catherine Ringer chante Les Rita Mitsouko + Sovox + Fred Nevché (Fiesta des Suds 2019) par Sami
J4, Marseille, le 10/10/2019
C'est parti pour la 28ème édition de la Fiesta des Suds, encore une fois au J4 pour trois soirées évidemment toujours très courues. L'endroit est plus visuellement beau que les... La suite

Moussu T e lei Joventz + Girls in Hawaii (Fiesta des Suds 2018) en concert

Moussu T e lei Joventz + Girls in Hawaii (Fiesta des Suds 2018) par pirlouiiiit
J4, Marseille, le 13/10/2018
Première année depuis longtemps que la Fiesta avait lieu ailleurs qu'au Dock des Suds. Retour au J4 donc avec une édition qui renoue avec les groupes du coin et même s'il y a pas... La suite

General Elektriks, Hyphen Hyphen, Siska (Fiesta des suds 2018) en concert

General Elektriks, Hyphen Hyphen, Siska (Fiesta des suds 2018) par Lumak
Esplanade J4, Marseille, le 13/10/2018
Pour ce samedi soir à la Fiesta des Suds, encore beaucoup de monde grâce à la belle programmation du jour ! J'arrive sur la scène Mer pour le début des français de General... La suite

Massilia Sound System, Jeanne Added (Fiesta des Suds 2018)  en concert

Massilia Sound System, Jeanne Added (Fiesta des Suds 2018) par Lumak
Esplanade J4, le 11/10/2018
Après avoir quitté le J4 et ses hangars il y a plus de 20 ans, la Fiesta des Suds y revient en 2018. L'esplanade est aménagée avec une très grande scène (scène Mer) et une de... La suite

Ayo : les dernières chroniques concerts

Ayo + Citizen Cope en concert

Ayo + Citizen Cope par Julyzz
La Cigale, Paris, le 20/11/2013
3 dates à La Cigale, à Paris, pour Ayo et toujours le même engouement du public ! La première partie, Citizen Cope, donne le ton. Malgré la douceur et le groove de sa... La suite

Festival Aluna 2012 : Manu Chao, Arthur H, Hubert-Félix Thiéfaine, Lou Reed, Dionysos, Thomas Dutronc, Ayo, Shaka Ponk, The Elderberries, Izia, Caravan Palace, Julian Perretta, La Cafetera Roja, Inna Modja, Axel  en concert

Festival Aluna 2012 : Manu Chao, Arthur H, Hubert-Félix Thiéfaine, Lou Reed, Dionysos, Thomas Dutronc, Ayo, Shaka Ponk, The Elderberries, Izia, Caravan Palace, Julian Perretta, La Cafetera Roja, Inna Modja, Axel par Galoubet
Ruoms, le 22/06/2012
Festival Aluna : 22 Juin C'est la cinquième édition de ce festival qui se niche dans un grand camping ardéchois. La capacité a été portée à 20 000 festivaliers maximum par soir... La suite

Ayo en concert

Ayo par Adeline F.
Dock des Suds - Marseille, le 20/01/2009
Mais quelle belle journée ce 20 janvier 2009. Ce jour où Barack Obama devenait président des Etats-Unis et renvoyait G.W.Bush au fin fond du Texas... Et comme si ce n'était pas... La suite

SEAL et AYO par Claude
Arènes de Nimes dans le Gard, le 22/07/2009
Concert exceptionnel, AYO est à découvrir et même à aimer.... SEAL est sublime : voix magnifique, musiques superbes, présence extraordinaire sur scène... A voir et à revoir... La suite

Jehro : les dernières chroniques concerts

Jehro + Ezra Hesper en concert

Jehro + Ezra Hesper par Lumak
Le moulin - Marseille, le 11/03/2016
On arrive tout juste au début de la première partie, Ezra Hesper est sur la scène et c'est déjà bien rempli dans la petite salle du Moulin. Je ne connais pas, mais dès la... La suite

Festival du Bout du Monde : Fanfare Ciocarlia + Moriarty + Staff Benda Bilili + Marcio Faraco + Gaetan Roussel + Jehro + Katzenjammer + Catherine Ringer en concert

Festival du Bout du Monde : Fanfare Ciocarlia + Moriarty + Staff Benda Bilili + Marcio Faraco + Gaetan Roussel + Jehro + Katzenjammer + Catherine Ringer par Flag
Presqu'île de Crozon, le 05/08/2011
Le Festival du Bout du Monde - Jour 1 A peine quitte-t-on la terre ferme (enfin, la terre intérieure), cap plein Ouest, longeant les méandres de l'Aulne, franchissant le superbe... La suite

Jehro + Mardi Gras Brass Band + the Shoes + Nasser + Tambour Battant (Nuits Zebrées de Radio Nova) en concert

Jehro + Mardi Gras Brass Band + the Shoes + Nasser + Tambour Battant (Nuits Zebrées de Radio Nova) par roul
Espace Julien - Marseille, le 26/03/2011
Gracieusement invité par un ami, j'ai pu me rendre à l'une des tant vantées Nuits Zébrées de l'excellente radio Nova. L'édition marseillaise était franchement attirante, avec une... La suite

Ayo + Jehro en concert

Ayo + Jehro par Pirlouiiiit
Plages du Prado - Marseille, le 17/08/2007
Quelques jours après la très bonne surprise Fantazio au Paradox, me voila parti en direction de plages du Prado pour le concert offert par Orange qui regroupe Ayo , Jehro et... La suite

Dock des Suds : les dernières chroniques concerts

Alt-J + Holy Two en concert

Alt-J + Holy Two par Sami
Dock des suds, Marseille, le 15/05/2018
Du rock au Dock des suds ? Ça se compte en années en ce qui me concerne, Rodrigo y Gabriela en 2014, hormis quelques souvenirs de festival Marsatac (un peu), fiesta des suds et... La suite

Fiesta des Suds : Amadou et Mariam + Labess + Big Flo et Oli + Mat Bastard + Puerto Candelaria  en concert

Fiesta des Suds : Amadou et Mariam + Labess + Big Flo et Oli + Mat Bastard + Puerto Candelaria par Lsl
Dock des suds Marseille , le 19/10/2017
La Fiesta est là depuis plus de deux décennies pour nous rappeler de continuer à aimer, rêver, danser et faire la fête ensemble et cette année tous les artistes conviés nous l'ont... La suite

Global Local #5 (La Chica, K.O.G and the Zongo Brigade, BCUC) en concert

Global Local #5 (La Chica, K.O.G and the Zongo Brigade, BCUC) par Lumak
Docks des Suds, Marseille, le 07/10/2017
J'arrive sur le dernier morceau de la franco-vénézuélienne La Chica, c'est dommage car j'avais envie de l'écouter, heureusement après quelques hésitations elle fait un rappel en... La suite

Uéi + Maarja Nuut & Hendrick Kaljujärv + Pachibaba + Walkabout Sound System (Babel Med 2017) en concert

Uéi + Maarja Nuut & Hendrick Kaljujärv + Pachibaba + Walkabout Sound System (Babel Med 2017) par Pirlouiiiit
Dock des Suds, Marseille, le 17/03/2017
En complément de la chronique de cette deuxième soirée du Babel Med par Sami qui a déjà parlé de Rachid Taha, Dj Djel Mars Band, A Filetta, Vocal Sampling, One Foot et... La suite