Accueil Chronique de concert Jello Biafra And the Guantanamo School of Medicine + Sharked
Jeudi 22 février 2018 : 12252 concerts, 24865 chroniques de concert, 5197 critiques d'album.

Chronique de Concert

Jello Biafra And the Guantanamo School of Medicine + Sharked

Jello Biafra And the Guantanamo School of Medicine + Sharked en concert

Ninkasi Kao - Lyon 18 août 2016

Critique écrite le par



Bon voilà je vais enfin voir Jello Biafra (oh what a name!) en concert, malheureusement sans les membres emblématiques des Dead Kennedys. Après avoir découvert le mouvement Punk dans ma jeunesse avec en particulier les Sex Pistols, j'ai cru l'espace d'un instant que le punk se résumait à ce groupe mythique. C'était sans compter sur ce nouvel air venu un peu plus tard de l'autre coté de l'Atlantique, ce mouvement Punk US, qui en a inspiré tant d'autres comme Rancid, Black Flag et plus récemment les Offspring ou les Sum 41 (liste non exhaustive...)



Il fallait donc que je le voie enfin sur scène, ce Jello, non sans un certain scepticisme de base, eh oui autant les vinyles des Dead Kennedys m'ont fait bander, autant les quelques prestations scéniques qu'il est possible de trouver sur le net me laissent une impression de grand bordel, pas franchement organisé. Oui, il y avait la patate, oui, c'était Punk, mais ce n'était pas au top, laissant une impression de grand brouillon. De nos jours, il en faut davantage question qualité...



Bon nous voilà sur place et d'emblée je craque pour un T'shirt de Jello et sa bande sur lequel on peut lire "Nazy Trump, Fuck off !" non sans allusion au fameux morceau quasi homonyme des Dead Kennedys, compte tenu de l'actualité je commence à être sous le charme.




Sharked

Nous nous installons en première ligne, accoudés sur la scène, et avons comme première partie un groupe local, les Sharked, qui nous propose un trash/death, (je ne suis pas certain de la terminologie, n'étant pas spécialiste). Je suis impressionné par le chanteur qui est capable de se détruire la voix avec une détermination assumée et qui dans la foulée se montre capable de parler à son public avec une voix presque douce. Les musicos sont à la hauteur, tous jouent bien, un moment sympa, mais le style est pour le moins décalé au regard de ce que nous sommes venus voir : du Punk, what the Fuck !





Jello Biafra And the Guantanamo School of Medicine

Les choses se mettent en place, les dernières balances se font et c'est là que nous réalisons que ça va envoyer du lourd. Ça y est Jello Biafra And the Guantanamo School of Medicine sont en place, je n'en connais aucun, forcément ce n'est pas les Dead Kennedys, vais-je le regretter ? Un regard furtif entre les musiciens et ... explosion, big badaboom...



Les poils se hérissent, le son est top, quoi que trop fort j'ai malheureusement oublié mes protections auditives et du coup cela n'a pas arrangé mon acouphène. Tant pis, car je retrouve ce style si particulier aux Dead Kennedys et suis aux anges. Et voilà Jello, vêtu d'une redingote plus qu'improbable, je ne vous parle du reste de son accoutrement et de son IMC (Indice de masse corporelle).



De toute évidence le look ne fait pas partie du cahier des charges, ils ne ressemblent pas à grand chose, en tous cas pas à des punks de la première heure (tant pis pour les nostalgiques), le bassiste à la moitié de ses cheveux longs teints en vert, le lead guitar arbore une chemise blanche taguée d'un sigle pouvant ressembler celui de l'€ (en tout cas c'est ce que j'ai imaginé en rapport à leurs fameuses chemises taguées d'un $), le batteur est pour ainsi dire à oilpé, reste le petit jeune de la bande (guitare rythmique) qui, figurez vous, a un look de jeun's.



Peu importe, Jello et les GSM envoient du lourd, les morceaux se suivent tous aussi pêchus les un que les autres, le POGO se met en place rapidement mais avec un certain fairplay. Non sans regrets, je décide de ne pas renter dans la mêlée et d'apprécier le concert d'une autre manière et je ne le regrette pas.



Jello assure carrément, ses dons de mime lui permettent de donner vie à ses chansons et il n'hésite pas à se jeter dans la foule, qui dans l'enthousiasme, ne présente pas de difficulté à le porter à bouts de bras malgré sa silhouette, comment dire, pas du genre wheight watcher.



Petite parenthèse pour les amateurs de basse, le bassiste Andrew Weiss, assure franchement bien, sa basse est omniprésente (bon matos et bons réglages, bravo) tout cela en jouant avec les doigts, il doit avoir de la corne au bout. Seuls quelques morceaux sont exécutés au médiator, mais cela n'apporte ni speed ni puissance supplémentaire, il avait déjà tout. Le batteur Paul Della Pelle se fait également vraiment plaisir et c'est communicatif, la section rythmique est en place et assure grave.



Quant aux gratteux, Ralph Spight et Kimo Ball, ils ne sont pas en reste bien au contraire, ceci dit, il fallait bien deux guitares pour envoyer la sauce. Le petit jeune nous donne une belle rythmique, très bien posée et plutôt bien remplie quoi que, à mon sens, un peu trop étouffée, question de balance je suppose. Quant à la Lead, je me suis posé la question de savoir s'il n'était pas un des Dead Kennedys d'origine. Et bien non, semble-t-il, mais c'est bien lui qui a compris le son originel, ce son si particulier qu'il reproduit à merveille.



Ok, on n'est pas là pour écouter de la grande musique, mais même s'il s'agit de Punk, quant c'est bien fait, cela ne gâche rien et c'était le cas. Je n'ai as pu m'empêcher d'exploser de joie quand ils ont joué "California Uber Alles", dans une version à la fois fidèle et différente de l'originale, ou bien quand ils nous ont fait "Nazi Punk Fuck Off" (quelque peu détourné) ou encore, le fameux, "Holidays in Cambodia".



Désolé, je ne connais pas les titres plus récents, mais c'est clair je vais m'y mettre ! Nous avons eu droit à deux rappels, certes pas vraiment improvisés, mais cela fait toujours plaisir. Finalement Jello, scotché sur un baffle posant tel le penseur de Rodin, a dû être ramené en backstage par l'ange gardien du concert que je remercie également pour son professionnalisme. Oui, Jello est un acteur, mais également un prêcheur.



C'est certainement ce côté précis qui m'a le moins enthousiasmé, même si fondamentalement on ne peut pas réfuter ses idées, nous ne sommes pas venus pour cela. On se serait crus à un cours de catéchisme, avec grande explication du bien et du mal, je n'irai pas plus loin sur ce sujet car la politique n'a pas sa place ici, restons en au concert et donc à la Musique ! Vivement qu'ils reviennent nous voir en cette vielle Europe !

> Réponse le 02 septembre 2016, par ibro dirka

Le bassiste est Larry Boothroyd (sur tes photos en tous cas) qui faisait partie avec le guitariste Ralph Spight l'ossature du mythique groupe Victims Family, distribué par le label de Jello. Espérons qu'un jour ils puissent revenir en live... Concernant la politique, elle est indissociable de la musique et de la vie de Jello Biafra. Et c'est ça qui est bien avec ce mec, c'est qu'il est resté fidèle à ses idées toute sa vie. D'ailleurs il s'est faché avec les DK originels à cause d'une pub et d'une marque à laquelle il ne voulait pas prêter sa musique. Authentique jusqu'au bout!  Réagir


Jello Biafra : les dernières chroniques concerts

Jello Biafra & the Guantanamo School of Medecine + Dot Dash en concert

Jello Biafra & the Guantanamo School of Medecine + Dot Dash par Gandalf
Poste à Galène, Marseille, le 03/09/2015
Il a fait chaud au Poste à Galène ce jeudi soir de rentrée... Très chaud même, dans ce Poste rempli ras la gueule pour la venue d'une légende vivante du Punk, à savoir Jello... La suite

Jello Biafra and the Guantanamo School of Medicine en concert

Jello Biafra and the Guantanamo School of Medicine par Lebonair
Glaz'art - Paris, le 13/08/2013
Jello Biafra, fer de lance du mouvement punk et ex-leader des Dead Kennedys, a débarqué à Paris au Glaz'art en plein mois d'Août accompagné de sa dernière formation en date "the... La suite

Jello Biafra & The Guantanamo School Of Medicine + Sofy Major en concert

Jello Biafra & The Guantanamo School Of Medicine + Sofy Major par Pierre Andrieu
Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 13/06/2011
Grosse soirée énervée lundi 13 juin 2011 dans le club de la Coopérative de Mai à Clermont-Ferrand avec le métal hardcore ultra agressif - pourquoi sont-ils si méchants ?... La suite

Queens Of The Stone Age + Jello Biafra + Lcd Soundsystem + Jonsi + Martina Topley Bird + Two Door Cinema Club (Rock en Seine 2010) en concert

Queens Of The Stone Age + Jello Biafra + Lcd Soundsystem + Jonsi + Martina Topley Bird + Two Door Cinema Club (Rock en Seine 2010) par Pierre Andrieu
Parc de Saint-Cloud, le 28/08/2010
La deuxième journée du festival Rock en Seine 2010 au Parc de Saint-Cloud a tenu toutes ses - nombreuses ! - promesses avec une infernale spirale vers le bonheur sonique... La suite

Ninkasi Kao - Lyon : les dernières chroniques concerts

Crest Of Darkness + Sterbhaus + Shining  en concert

Crest Of Darkness + Sterbhaus + Shining par Ylxao
Le Ninkasi Kao à Lyon, le 28/11/2013
Ce soir-là, j'incarne la joie car c'est une date qui ne peut que me ravir : Shining est de passage dans le comté lyonnais ! Ayant découvert un ou deux ans auparavant je n'attendais... La suite

Biga Ranx en concert

Biga Ranx par A.Ville
Ninkasi Kao - Lyon, le 22/11/2013
Le 22 novembre 2013 a donc eu lieu le concert de Biga*Ranx, au Ninkasi Kao de Lyon. Biga Ranx n'en est pas à sa première, car, malgré son jeune âge, le chanteur de 25 ans... La suite

Gotthard par Rama
Ninkasi Kao - Lyon, le 16/10/2012
"Ce qui ne tue pas rend plus fort" : cet adage résume à lui seul l'évolution de Gotthard. Un groupe qui, malgré le décès soudain de Steve Lee, membre fondateur et chanteur de la formation depuis vingt ans, a su poursuivre sa carrière en recrutant le talentueux Nic Maeder. Il suffit de voir la longue file d'attente devant le Ninkasi Kao pour... La suite

AqME + Black Bomb A + Eths en concert

AqME + Black Bomb A + Eths par Ylxao
Ninkasi Kao - Lyon, le 10/04/2013
20h : Alors que j'arrive devant le Ninkasi, une queue s'est déjà constituée pour ne pas manquer une miette du concert. Une demi-heure s'écoule. Les portes s'ouvrent, on entre tous.... La suite