Accueil Chronique de concert Jethro Tull
Lundi 17 juin 2019 : 9223 concerts, 25521 chroniques de concert, 5257 critiques d'album.

Chronique de Concert

Jethro Tull

Montreux Jazz Festival - Suisse 4 juillet 2003

Critique écrite le par

37ème édition du Montreux Jazz Festival. Cette année, dans la plus grande salle, les vieilles gloires (Yes, ZZ Top, The Pretenders...) et les plus ou moins nouveaux talents (Radiohead, Morcheeba, Tom McRae...) se partagent les 17 soirées programmées.

Pour l'ouverture, les programmateurs ont choisi de nous "offrir" un groupe légendaire. Après près de 35 ans de carrière, Ian Anderson et sa clique ont-ils toujours le feu ? Rien n'est moins sûr. Ces dernières années, plusieurs dinosaures des 70's ont déçu lors de leur passage à Montreux (Deep Purple étant le 1er exemple qui me vient à l'esprit). Qu'en sera-t-il du Tull ?

Mais n'allons pas trop vite. En première partie, on a pu découvrir la nouvelle protégée d'Anderson. Une certaine Masha. Ce soir, elle nous annonce qu'il s'agit de sa dernière date en ouverture de Jethro Tull après une tournée de 3 semaines en Allemagne et que pour l'occasion, plusieurs membres du groupe la rejoindront sur scène. Pour les premiers titres, elle est seulement accompagnée d'un guitariste. Son style est assez banal, un gentil mélange de pop-rock-folk, efficace mais sans grande inventivité. Un à un, les membres du Tull, à l'exception d'Anderson (qui par contre l'accompagne à la flûte depuis les coulisses sur plusieurs titres), la rejoindront pour jouer un morceau avec elle. Son set a duré une trentaine de minutes.

Le concert de Jethro Tull est annoncé en deux parties. Après une bonne demi-heure de pause, les lumières s'éteignent et un harmonica retentit dans l'Auditorium Stravinsky. Anderson, seul en scène, attaque avec un morceau datant de 68 dont j'ai honteusement oublié le titre. Ses comparses le rejoignent et on se rend déjà compte que malgré les années sur la route et quelques disques inégaux dans les dernières années, Jethro Tull a toujours la flamme sur scène.

Ian nous annonce ensuite qu'après cette vieillerie, ils vont nous interpréter un morceau beaucoup plus récent. Et commence "Life's a long song", un tout nouveau titre de... 1971 !! Décidément, l'humour british... Tout au long du concert, Anderson n'aura de cesse, d'un humour pas toujours très fin mais néanmoins bienvenu, de nous faire sourire entre et même pendant les chansons, souvent aux dépends du guitariste Martin Barre.

Cette première partie de concert, qui durera environ une heure, alternera les compositions récentes (entre autres "Dot Com", sur lequel Masha viendra donner de la voix) et plus anciennes, dont le toujours jouissif "Bourrée", libre adaptation d'un morceau de J.S. Bach. Juste avant le dernier morceau, Anderson nous annonce que la 2ème partie du gig serait résolument rock.

20 minutes de pause et c'est reparti. Cette second set est diffusé en direct sur la télévision suisse et on sent, dans le public comme sur scène, que ce moment doit être mémorable et rendre jaloux tout ceux qui sont restés devant leur poste. Les nantis installés au balcon et sur les sièges devant la scène commencent enfin à faire du bruit et le groupe entame un "Locomotive breath" d'anthologie. Suivront entre autres, dans le désordre et de mémoire : "Too old to rock n' roll, too young to die", "Budapest", "My Sunday feeling" et bien entendu "Aqualung". Lors du dernier titre, deux énormes ballons gonflables sont envoyés dans la salle et ils continueront à rebondir au dessus des têtes bien après que le groupe ait définitivement quitté la scène.

Le cocktail folk-rock mâtiné de classique et de "cheap lounge jazz" (ou quelque chose d'approchant, ce sont les termes d'Anderson lui-même) reste aussi inventif et jubilatoire qu'il y a 35 ans. S'il n'en reste qu'un...

 Critique écrite le 17 juillet 2003 par Eric


Montreux Jazz Festival - Suisse : les dernières chroniques concerts

Van Morrison - The Pretenders par Eric
Montreux Jazz Festival - Suisse, le 19/07/2003
Soirée événement au Montreux Jazz Festival. Pour moi en tout cas. Deux légendes que je n'avais pas encore eu l'occasion de voir sur scène. La soirée débute à 20h30 avec la prestation de Monsieur Van Morrison. Que dire si ce n'est que cet bonhomme est énorme ! La classe à l'état pur. 75 minutes d'un mélange de jazz, de blues et de soul des plus... La suite

radiohead par stephane sarpaux
Auditoire Strawinski, Montreux, Suisse, le 05/07/2003
C'était un concert hallucinant... Radiohead nous a fait vibrer pendant 2 heure, durant lesquelles s'enchaìnèrent presque toutes les chanson de "Hail to the Thief" et d'autre chef-d'oeuvre... Pour ceux qui n'ont pas la chance d'assiter à ce concert, la vidéo complète du concert est sur le site montreuxjazz.com. Les images parlent d'elle-même... La suite