Accueil Chronique de concert Joe BONAMASSA
Lundi 15 juillet 2019 : 11074 concerts, 25577 chroniques de concert, 5259 critiques d'album.

Chronique de Concert

Joe BONAMASSA

Joe BONAMASSA en concert

Le Dôme 7 mai 2019

Critique écrite le par



Le dôme accueillait ce soir le talentueux Joe BONAMASSA et sa formation. Après la vérification des sacs au premier contrôle nous sommes bloqués au deuxième contrôle en attendant que le public avance au troisième contrôle. Une fois le passage du portique et la fouille au corps et diverses palpations soient effectués au dernier contrôle nous pouvons rejoindre notre place dans la salle. Il ne fallait surtout pas arriver en retard car le concert était annoncé pour 20h00 et le show commence à 20h01 pétante.

Tout d'abord il faut dire que ce bluesman de 42 ans, guitariste américain de l'état de New York a été précoce dans le monde de la musique car il a commencé à toucher la guitare à 4 ans grâce à papa qui possédait un magasin de musique dans la ville de Utica. Il apprend la guitare sur la musique country, blues et jazz avec Danny Galton. Il fait à 12 ans la première partie de BB KING et celui-ci l'encense car il est doué ce gamin, pour son âge. Il fait dans la continuité les premières parties d'illustres gratteux comme Buddy GUY, Joe Cocker, Gary MOORE et bien d'autres. C'est aujourd'hui un incroyable guitariste reconnu par ses pairs ce Joe BONAMASSA, fort de ses 22 albums studio et ses 13 albums live et sa collection de plusieurs centaines de guitares.

Revenons à ce concert qui démarre sur une intro plutôt planante avant que le maître en personne fasse son apparition guitare aux poings et amplis à donf.

Mais il n'est pas seul sur scène car sept autres artistes vont l'accompagner car à ce niveau on ne parle plus de "simples" musiciens. On découvre deux cuivres avec Lee THORNBURG à la trompette et Paulie CERRA au saxophone dont le style et l'attitude nous plongent dans l'Amérique des années 60. Pour imposer le tempo on retrouve à la batterie le new-yorkais Anton GIF qui excelle dans ce domaine et Michael RHODES à la basse dont on verra tout au long de la soirée un sourire gravé sur ses lèvres montrant son plaisir de jouer avec ces grands de la musique. Le tentaculaire Reese WYNANS nous montre tout son talent aux claviers et n'arrivera pas à enlever ce sourire gravé sur son visage. Mais quel plaisir de voir ces artistes s'éclater sur scène avec une perfection musicale ! Tout est propre, carré, le show est millimétré. Pour accompagner Joe BONAMASSA au chant on aura la joie d'entendre les voix de ses deux choristes Mahalia BARNES et Jade McREA.

Joe Bonamassa entame son set avec Tiger in your tank qui annonce bien le thème de la soirée, du Rock et du Blues. On ne tarde pas à découvrir son talent autant en rythmique qu'en solo. Il est vraiment fort techniquement ce Joe car il cavale sur le manche de la guitare comme un sprinteur à vingt mètres de la ligne d'arrivée, sauf que ça dure plus longtemps. Je pense qu'il faut avoir une oreille avertie pour entendre toutes les notes, tellement ça va vite. Il peut jouer un passage très lent avec de doux slides et d'un coup se farcir une série de Hammer-on à une vitesse incroyable, le tout avec une facilité déconcertante. Presque chaque nouveau morceau est joué avec une guitare différente. Il faut dire que son assistant plateau a du boulot vu le nombre de grattes qu'il lui échange.

Les quatre morceaux suivants sont extraits de son dernier album Redemption dont je regrette que le titre phare qui porte le même nom que l'album ne soit pas joué. Moi qui découvre le talent de ce guitariste en live ce soir il m'impressionne par sa décontraction, mais avec du style, qu'il a sur scène. Cette scène qu'il parcourt pour se rapprocher du public qui, dans un premier temps est assis, mais qu'il fera se lever au premier rappel et qui s'empressera de se coller à cette scène pour approcher cette jeune idole. Je dis jeune car il nous parle de son anniversaire - 42 ans - qu'il fêtera le lendemain (8 mai) dont un timide happy birthday commence à être chantonné par le fond de la salle sans qu'il ne l'entende car il continue son discours et nous rappelle aussi sa joie de revenir à Marseille.
Il est reconnaissant des musiciens qui l'accompagnent et profite après chaque solo de chacun de les faire applaudir, ce qui se fait automatiquement tellement le talent est présent ce soir. Les morceaux s'enchainent, la soirée passe, les guitares défilent autant que les basses. Les échanges entre Michael RHODES et Joe Bonamassa ne sont pas que musicaux à coup de riffs ou de solo mais passent aussi par les regards, les attitudes et toujours ce sourire et cette joie d'être là. Mais Joe ne laisse pas Reese WYNANS seul aux claviers, bien qu'il lui laisse des solos très appréciés et d'une qualité aussi grande que l'expérience de la scène qu'il doit avoir (non je ne dis pas qu'il est d'un certain âge ...) mais c'est en faisant des battles que l'on voit la technique de chacun, que ce soit à la guitare, à la basse ou encore aux claviers.
La puissance des cuivres et la mélodie des chœurs viennent entrecouper les morceaux et permet un peu de calmer le jeu et de laisser le public connaisseur reprendre ses esprits.

La soirée avance et l'on s'étonne encore de la technique de Joe Bonamassa sur l'avant dernier titre Woke up dreaming qu'il joue sur une guitare acoustique. Malgré la rapidité du passage des accords, le son est propre et efficace. On adore tout simplement !

Alors quoi dire d'une soirée comme celle-ci après 2h15 de musique rock-blues ? Qu'on en a pris plein les oreilles, et que sur Terre des hommes et des femmes ont du talent et que c'est un bonheur de venir les voir partager tout cela.

Set list
Tiger in your tank
King Be Shakedown
Evil Mama
Just ‘Cos you can don't mean You Should
Self inflicted Wounds
This train
Blues of desperation
No good place for the lonely
Sloe gin
-----
Well well
Boogie Woogie woman
Nobody loves me but my mother
little girl
Last kiss
-----
Woke up dreaming
Mountain time

Joe Bonamassa : les dernières chroniques concerts

Joe Bonamassa en concert

Joe Bonamassa par Jérôme Justine
Zénith d'Auvergne, Cournon, le 08/05/2019
Joe Bonamassa a eu 42 ans le 8 mai 2019 et comme il avait rien à faire ce soir là, il s'est dit "tiens si je fêtais mes 42 ans à Clermont-Ferrand" ? Comme il est sympa, il nous... La suite

Joe Bonamassa en concert

Joe Bonamassa par Matninatphotography
Le Grand Rex, Paris, le 19/10/2015
J'avais déjà vu Joe Bonamassa il y a un an au Grand Rex, et trouvé son show super bien. Et là, cette année, j'ai trouvé que c'était vraiment exceptionnel, beaucoup plus... La suite

Joe Bonamassa en concert

Joe Bonamassa par jorma
Le Dome, Marseille, le 23/06/2014
Au concert de Joe Bonamassa, ce lundi soir, j'ai pris 20 ans de plus. C'est pas tellement à cause de la musique, mais plutôt dû au fait de me retrouver dans une salle entièrement... La suite

ZZ Top / Joe Bonamassa en concert

ZZ Top / Joe Bonamassa par jorma
Arènes - Nîmes, le 09/07/2010
Retour à Nîmes, ce soir, pour assister au concert de nos chers Barbus customisés, une petite année seulement après leur dernier passage dans le sud. Et quel concert, non d'une... La suite

Le Dôme : les dernières chroniques concerts

Jain en concert

Jain par Zulone
Marseille - Le Dôme, le 08/06/2019
Marseille a la chance d'accueillir la pétillante Jain ce soir. Multi-artiste, la jeune femme originaire de Toulouse a plus d'une corde à son arc. Riche de voyages et... La suite

Chantal Goya (Le Soulier qui Vole)  en concert

Chantal Goya (Le Soulier qui Vole) par Pirlouiiiit
Dome, Marseille, le 12/05/2019
Et de 5 ... autant je ne l'avais jamais vu quand j'étais petit, autant c'est déjà la 4ème fois que je vois Chantal Goya sur scène en 11 ans. D'abord en 2008 sans enfants avec... La suite

Toto en concert

Toto par Gandalf
Dôme de Marseille, le 25/03/2018
Toto c'est pour moi, typiquement le genre de groupe dont je n'ecoute quasiment jamais les albums studio, les trouvant assez inégaux ou mollassons sur la durée, mais qui ne m'a... La suite

Shaka Ponk + ALB (The Monkadelic Tour 2018) en concert

Shaka Ponk + ALB (The Monkadelic Tour 2018) par Lsl
Le Dôme - Marseille, le 09/02/2018
Shaka Ponk ! Que dire d'eux qui n'a pas déjà été dit ? Toute la difficulté de cette chronique réside dans cette question. Ce groupe vous fait voyager dans un univers unique,... La suite