Accueil Chronique de concert Johnny Mafia + Brain Zero
Mardi 21 janvier 2020 : 11471 concerts, 25886 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Johnny Mafia + Brain Zero

Johnny Mafia + Brain Zero en concert

Le Baraka, Clermont-Ferrand 10 novembre 2018

Critique écrite le par

Un concert garage au Baraka, ça faisait un petit moment qu'on avait pas vu ça, la programmation étant plutôt tournée sur la pop electro ces derniers temps. Alors quand un des meilleurs groupes rock français émergents, à l'instar des Toulousains de Cathédrale ou des Rouennais de MNNQNS pour ne citer qu'eux, passe dans le coin, on serait assez idiot de laisser passer cet événement.


Brain Zero

Arrivée en retard, je rate le tout début du set de Brain Zero, des Clermontois dont j'avais beaucoup entendu parler depuis mon arrivée il y a un an dans cette ville, mais l'occasion de les découvrir en live ne s'était pas encore présentée. Une très bonne surprise donc, avec ce trio composé d'un guitariste à la voix incisive, d'une bassiste et d'un batteur, qui décharge un son tout à fait intéressant, aux sonorités indie rock 90's, rappelant parfois Sonic Youth, ou même Chokebore sur des passages plus lents et lancinants, mais intègre aussi un pelletée de titres garage punk plus cinglants. Du chant vrillé, un déferlement de fuzz, une basse sobre mais qui fait le taf et qui aurait mérité un chouïa plus de volume si on voulait chipoter un peu, une batterie tonique, procurent des bases solides sur le fond. La forme, elle, reste encore à mûrir, on verrait bien l'ambiance un peu "répèt" laisser place à plus d'exigence. Vers la fin de set, le groupe offre une reprise bien foutue d'Across The Universe des Beatles à l'interprétation agréable. Un très bon moment passé sans prise de tête avec Brain zero, et donc, à revoir !


Johnny Mafia

Johnny Mafia, tout droit venu de Sens, fièrement renommée capitale du monde (hum hum...quelqu'un d'autre peut confirmer ça ?), quant à eux, ne sont plus une découverte pour moi. Déjà apprécié au festival TINALS (Nimes) et en première partie de Boss Hog à la Petite Coopé l'année dernière, où ils avaient d'ailleurs, selon moi, volé la vedette, en tout bien tout honneur, au groupe de Christina Martinez et Jon Spencer, le quatuor n'a plus rien à prouver pour motiver la foule à se déplacer. On sait ce qui nous attend et on sait que ça va être tout bon. Dès l'entame, pas de chichi, lâchez les jeunes chiens fous (et pas le genre du mignon toutou à mamie exhibé sur le t-shirt du bassiste), c'est une déflagration d'énergie garage slacker'punk qui nous emporte. On remarque immédiatement ce batteur complètement exalté qui se déchaîne sur ses fûts, s'extirpant de son t-shirt au bout de quelques minutes seulement, comme pour justifier de l'intense et soudaine montée en température dans la petite salle conviviale du Baraka. Le bassiste, au centre, n'est pas en reste sur l'énergie déployée, s'entoure à sa gauche du chanteur guitariste, pourvoyeur de chant éperonné, et à sa droite du deuxième gratteux, à l'admirable tignasse sauvage défiant insolemment les lois de l'attraction terrestre, plus posé mais tout aussi percutant. Ça fuzz, ça s'excite (et ça t'excite aussi), ça bondit, ça grimace, ça s'amuse, ça assume, ça explose, et tout ça dans la joie et très bonne humeur.



La setlist invite pour la plupart les titres du dernier album au nom (quand même un peu ridicule, hein, mais pour le coup mémorable, avouons-le) de "Princes de l'amour", sorti la veille du concert et on se délecte ce soir des tubesques "Cristal Clear", "Big Brawl" ou "ACO" mais aussi les anciens comme "Black Shoes" et bien sûr le génial "Sleeping", attendu et approuvé par l'auditoire. Comme pour la première partie, le son est de qualité, et les décibels s'évadent vers des limites brutales ! On se décale alors un peu, en milieu de set, pour épargner nos oreilles vulnérables. Même si tout ça invite bien évidemment au pogo, ici, tout en retenu, le pogo détonne uniquement dans nos têtes. On voit toutefois les premiers rangs qui s'agitent, ça frétille du cheveux et de la cheville, balayé par la fougue de la jeunesse sur scène. Un rappel ? Non, pas besoin, tant le set a été un concentré d'énergie explosive. Les Sénonais n'ont pas la prétention de réinventer le genre, et on s'en fout bigrement ; ce qu'ils font, ils le font très bien, des titres bien fichus qui amènent au défouloir du corps et de l'esprit.

Extrait de la setlist en vrac :

Feel Time Feel Fine
Justify
On The Edge
Kim deal
AcornBlack Shoes
Big Brawl
Sun 41
Cristal Clear
Ride
Sleeping


Johnny Mafia : les dernières chroniques concerts

The Cure, Lomepal, Dead Obies, Charlotte Cardin, Emilie Zoe, Rolling Blackouts Coastal Fever, Johnny Mafia (Paléo Festival de Nyon 2019) en concert

The Cure, Lomepal, Dead Obies, Charlotte Cardin, Emilie Zoe, Rolling Blackouts Coastal Fever, Johnny Mafia (Paléo Festival de Nyon 2019) par Lionel Degiovanni
Nyon, Suisse, le 25/07/2019
Dead Obies Pour démarrer cette troisième journée, toujours placée sous le signe de la canicule, je découvre Dead Obies. Lors du showcase, je découvre un groupe de rap made in... La suite

(my) This Is Not a Love Song (TINALS) Festival 2019, 3-3 : Rocky Controlo, Shonen Knife, Wednesday Campanella, Mormor, Fontaines D.C., Mick Strauss, Warm Drag, Rendez-vous, Shame, Prettiest Eyes, Johnny Mafia  en concert

(my) This Is Not a Love Song (TINALS) Festival 2019, 3-3 : Rocky Controlo, Shonen Knife, Wednesday Campanella, Mormor, Fontaines D.C., Mick Strauss, Warm Drag, Rendez-vous, Shame, Prettiest Eyes, Johnny Mafia par Philippe
Paloma, Nîmes, le 01/06/2019
C'est déjà le troisième jour du This Is Not a Love Song Festival #7, et ni la météo (superbe - tempête de ciel bleu pour tous les Tinaliers), ni l'ambiance (délicieuse - festival... La suite

(mes) Eurockéennes 2017, 1/2 : Thomas Azier, Johnny Mafia, Rei, HMLTD, Killason, Meatbodies, Explosions in the Sky, Dropkick Murphys, Vitalic, Justice en concert

(mes) Eurockéennes 2017, 1/2 : Thomas Azier, Johnny Mafia, Rei, HMLTD, Killason, Meatbodies, Explosions in the Sky, Dropkick Murphys, Vitalic, Justice par Philippe
Presqu'île du Malsaucy, Evette Salbert, le 08/07/2017
Devenir un vieil Eurockéen ? Ce n'est pas être vieux et aller encore au festival, non, c'est juste faire le constat que d'y aller pour la 24 ième p...n d'année d'affilée, donne... La suite

Johnny Mafia + The Rainbones en concert

Johnny Mafia + The Rainbones par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 22/03/2017
Très bonne soirée découverte à La Coopé, avec des concerts de The Rainbones et Johnny Mafia, deux groupes invités par La Vapeur de Dijon dans le cadre d'un échange de bons procédés... La suite

Le Baraka, Clermont-Ferrand : les dernières chroniques concerts

C.A.R. + RROBIN en concert

C.A.R. + RROBIN par Dissy
Baraka - Clermont-Ferrand, le 08/09/2018
Oubliez cartable, mauvaises notes et chamailleries entre camarades de classes ; oubliez les nouveaux objectifs corporate et disruptifs de votre start-up; oubliez ce moment où on... La suite

Volage en concert

Volage par Dissy
Baraka - Clermont-Ferrand, le 13/04/2018
"Tu fais quoi ce soir ?" "Je vais papillonner au Baraka..." "Ah bon, c'est soirée Tinder ?" "Euuuhh non ! Y'a Volage en concert !" Un nom de groupe qui offre des promesses de... La suite

Cannibale + Thee Watched Voyeurs en concert

Cannibale + Thee Watched Voyeurs par Dissy
Baraka - Clermont-Ferrand, le 31/05/2018
On ne voulait pas manquer cette dernière date au Baraka, qui clôt sa saison d'une bien belle manière, avec Thee Watched Voyeurs et Cannibale, dans une atmosphère moite et caliente... La suite

Jo Wedin & Jean Felzine en concert

Jo Wedin & Jean Felzine par Dissy
Le Baraka, Clermont-Ferrand, le 03/03/2018
Après le mouvement interplanétaire #balancetonporc, et le non moins renommé local #balancetonsexe avec le passage de Rocco Siffredi dans notre chère ville il y a 3 semaines, on... La suite