Accueil Chronique de concert Jonathan Bree + Alex Van Pelt
Mardi 25 juin 2019 : 10307 concerts, 25536 chroniques de concert, 5258 critiques d'album.

Chronique de Concert

Jonathan Bree + Alex Van Pelt

Jonathan Bree + Alex Van Pelt en concert

L'Epicerie Moderne - Feyzin 27 mai 2019

Critique écrite le par

Attirée par une voix envoûtante et chaleureuse, l'ambiance énigmatique façonnée par le personnage et une musique axée sur les sixties, je me décide à aller voir Jonathan Bree en concert. Mais, à quelques heures du concert je commence un peu à flipper : j'ai un peu peur de m'ennuyer car sa musique langoureuse et profondément poétique n'incite pas à s'éclater ni à faire la fête. Des craintes qui semblent se confirmer avec un parking pratiquement vide à notre arrivée et seulement deux trois pèlerins savourant une boisson sur le parvis de la salle. Apparemment Mister Bree n'attire pas les foules. Enfin bref, maintenant que je suis là, j'assume et je m'installe dans les petits gradins face à la scène, dans une salle quasiment déserte.


Alex Van Pelt

20h40 : la première partie commence, assurée par Alex Van Pelt. Seul derrière son synthé et armé de sa guitare, l'artiste lance les premières notes et incite le public, dispersé et toujours aussi peu nombreux (une cinquantaine de personnes), à se rapprocher de la scène. Alex Van Pelt va ainsi enchainer ses morceaux aux mélodies minimalistes et mélancoliques. Pour résumer cette première partie, je ne dirai pas que ses chansons sont soporifiques, car poétiques et distrayantes, mais, avec toutes mes excuses, je n'ai pas réussi à rentrer dans son univers. Ses compositions me semblent plus adaptées pour être jouées comme musique d'ambiance dans un lieu plus intime, mais cela reste un avis très personnel, néanmoins partagé avec ma voisine et mon voisin. Cela dit, il faut bien reconnaitre que ce n'est pas facile de capter l'attention d'un public surtout quand on est seul sur scène.


Jonathan Bree

Mes doutes quant au concert de Jonathan Bree se renforcent après cette mise en bouche, mais je reste zen, la musique apaisante d'Alex Van Pelt entrainant ce genre d'état. La salle se remplit, on doit être pas loin de 200 personnes et la tête d'affiche du jour fait enfin son entrée sur scène. Entouré de deux danseuses-chanteuses, d'un batteur et d'un bassiste, l'énigmatique chanteur nous plonge immédiatement dans son étrange univers. Affublés de masque blanc, on ne peut percevoir aucune expression ou émotion chez les musiciens. Tout se joue dans la musique, l'atmosphère reste étrange et prenante. Bien que son visage soit connu de tous, mis en lumière lorsqu'il officiait dans le groupe The Brunettes, Jonathan B. cultive désormais le mystère. Un mystère qui donne une profondeur à sa musique luxurieuse, voluptueuse et sensuelle.



On se laisse rapidement envahir et envelopper par cette ambiance tout à la fois feutrée, intrigante, psychédélique et apaisante. La voix grave, suave et chaleureuse de Jonathan Bree fini par nous submerger. La présence des deux danseuses, également masquées, crée un tableau insolite accentué par les vidéos, filmées en noir et blanc et diffusées en fond de scène. Les pauses statiques et étudiées de Jonathan Bree accentuent encore le mystère. Tous les codes des sixties sont bien présents, coupe de cheveux, vêtements, bottes, cols roulés, danse, images projetées.



Nous noterons l'absence des violons et du pianiste, qui ne sont malheureusement présents que sur une bande son et dans les clips vidéos. Leur présence aurait certainement sublimé le set imaginé par Jonathan Bree. Le public semble cependant apprécier le show et se laisse envoûter. On ressent un sort de bien être, mais il est difficile de trouver les mots pour décrire exactement les sensations que nous transmettent Jonathan Bree, ses musiciens et ses danseuses. Je ne sais pas ce que ça peut donner dans le cadre d'un festival, dans une ambiance moins intime, mais ce soir l'Epicerie Moderne se prêtait tout à fait à la musique et à l'ambiance que le songwriter souhaite développer.



Jonathan Bree a réussi à m'emmener dans son monde feutré, chaleureux, intimiste, cosy et apaisant. J'ai été submergée par sa musique euphorisante et sa voix enivrante. A aucun moment je me suis ennuyée, et mon acolyte, plus habitué aux concerts plus musclés, est également ressorti de ce concert complètement séduit et surpris. Jonathan Bree est un ovni qui a construit ses morceaux dans une sphère intrigante et élégante, ce qui apporte un brin d'originalité sur la scène musicale.


Jonathan Bree : les dernières chroniques concerts

Patti Smith, Josh T. Pearson, Cut Worms, Jonathan Bree, Nils Frahm, Ariel Pink (La Route du Rock 2018) en concert

Patti Smith, Josh T. Pearson, Cut Worms, Jonathan Bree, Nils Frahm, Ariel Pink (La Route du Rock 2018) par Pierre Andrieu
Fort de Saint-Père, près de Saint-Malo, le 18/08/2018
En ce samedi 18 août où il fait beau et chaud en Bretagne, c'est le cœur léger et gai comme un pinson que l'on se rend au Fort de Saint-Père, où l'on a encore une fois eu... La suite

L'Epicerie Moderne - Feyzin : les dernières chroniques concerts

Peter Hook & The Light en concert

Peter Hook & The Light par Cathy VILLE
L'Epicerie Moderne - Feyzin, le 03/05/2019
Dans le cadre de sa nouvelle tournée, Peter Hook & the Light est de passage du côté de Lyon et plus précisément à l'Epicerie Moderne, à Feyzin. Ce soir, pas de première partie, un... La suite

Johnny Marr en concert

Johnny Marr par Cathy VILLE
L'Epicerie Moderne - Feyzin, le 27/11/2018
Petit concert nostalgique ce soir avec Johnny Marr, le légendaire guitariste et co-fondateur du mythique groupe The Smiths. Après avoir collaboré avec plusieurs groupes, il... La suite

Pogo Car Crash Control + Frustration en concert

Pogo Car Crash Control + Frustration par Cathy VILLE
L'Epicerie Moderne - Feyzin, le 03/11/2018
En ce samedi 3 novembre l'Epicerie Moderne reçoit deux groupes français, Frustration et Pogo Car Crash Control... Si Frustration est déjà bien connu sur la scène post punk pour ses... La suite

Motorama en concert

Motorama par Cathy VILLE
Epicerie Moderne - Feyzin, le 25/10/2018
Régulièrement comparé à Joy Division ou The National voire à New Order, un parallèle indéniable, le groupe Motorama trace sa propre route depuis 2005. Originaire de... La suite