Accueil Chronique de concert Kid Congo & The Pink Monkey Birds, Flat Worms, Bench Press, Omni, XYZ, The Druids Of The Gué Charette, Ben Salter, Escape-Ism, Digger & The Pussycats (Binic Folks Blues Festival 2018)
Jeudi 15 novembre 2018 : 12603 concerts, 25245 chroniques de concert, 5234 critiques d'album.

Chronique de Concert

Kid Congo & The Pink Monkey Birds, Flat Worms, Bench Press, Omni, XYZ, The Druids Of The Gué Charette, Ben Salter, Escape-Ism, Digger & The Pussycats (Binic Folks Blues Festival 2018)

Kid Congo & The Pink Monkey Birds, Flat Worms, Bench Press, Omni, XYZ, The Druids Of The Gué Charette, Ben Salter, Escape-Ism, Digger & The Pussycats (Binic Folks Blues Festival 2018) en concert

Sur les quais, Binic 29 juillet 2018

Critique écrite le par



L'édition 2018 de l'incontournable (si l'on aime le rock, le roll et caetera) Binic Folks Blues Festival a pris fin le dimanche 29 juillet avec une dernière tournée de shows mémorables, parmi lesquels nous citerons Flat Worms, Bench Press, Kid Congo ou encore Omni. Il a énormément plu toute la matinée (ce qui doit rendre la pratique du camping assez sportive), les organismes commencent à demander grâce après deux jours de fêtes diverses et variées, le public est donc un peu moins nombreux que la veille (où c'était un véritable marée humaine) pour assister à un final jouissif sur le port du grain de beauté des Côtes d'Armor.



Oui, le "grain de beauté des Côtes d'Armor", c'est le surnom assez osé de Binic, il a été trouvé par des communicants pour promouvoir une ville, certes magnifique, mais qui a surtout un beau grain de folie. Qui se matérialise tout particulièrement pendant les trois jours de son festival (qui existe depuis 10 ans) proposant un accès gratuit à 3 scènes, sur lesquelles ont eu lieu fin juillet 2018 pas moins de 52 concerts offerts par 34 artistes triés sur le volet ! Le paradis sur Terre en quelque sorte...



Escape-Ism

Histoire de se remettre dans le bain et de confirmer ce que l'on sait déjà (Ian Svenonius a la grande classe, américaine de surcroît), on attaque notre journée avec un concert du même groupe que celui qui a conclu notre soirée d'hier : Escape-Ism. Un peu dur pour le public d'appréhender à l'heure du thé ce genre d'ovni electro rock 'n roll assez pointu. Et donc le duo, malgré les efforts de Svenonius au chant et à la guitare, semble peiner à convaincre le public de la scène de La Cloche. Dommage car en faisant un petit pas vers l'univers givré d'Escape-Ism, on arrive très facilement à se laisser emporter par des titres où l'économie de moyens permet de mettre en exergue les textes de Mister Ian. S, toujours savoureux, et le niveau élevé de ses compositions. On pense en particulier à "Nothing Personal", "Exorcist Stairs" et "Bodysnatcher". A tout à l'heure avec XYZ !



Ben Salter

Belle rencontre scénique ensuite avec le songwriter folk rock 'n pop Ben Salter, qui vient tout droit d'Australie pour délivrer la bonne parole aux disciples de musique à la fois sensible, épique et racée... Accompagné par un groupe sachant être discret tout en étant bien présent, Mister Salter arrive sans problème à se faire entendre (et même écouter, ce qui est cool) dans une atmosphère hautement festive, la qualité des morceaux et de la voix imposant le respect et donc le silence. A suivre...



Bench Press

Gros choc ensuite sur la scène de la Banche avec d'autres Australiens, les dénommés Bench Press, chantres d'un post punk carrément électrisant. Et ce en un demi morceau (même si on ne connaît le groupe ni d'Eve ni d'Adam), ce combo remonté à bloc ayant la particularité d'avoir un frontman à la fois inarrêtable (il arpente la scène de droite à gauche comme un lion en cage) et délivrant des parties vocales hurlées vraiment tétanisantes. Le mec s'appelle Jack Stavrakis, a de faux airs de J. Mascis (Dinosaur Jr) et booste des morceaux déjà imparables (le guitariste et la section rythmique sont des killers) grâce à une énergie hallucinante et une volonté de faire monter la sauce assez miraculeuse.



Ce post punk venu des antipodes est clairement viscéral, il fait penser au groupe anglais Art Brut, au Shellac de Steve Albini mais également au meilleur du punk dégainé avec une volonté d'écrire de vraies chansons. Et oui, car en plus d'être un groupe de scène qui casse la baraque (sur une grande scène comme ici, ou un endroit minuscule comme au Chaland Qui Passe le lendemain), Bench Press vient de publier chez Poison City Records un premier album éponyme méritant toutes les louanges tant il est truffé de tubes montés sur ressorts. Quand est-ce qu'on se revoit en France messieurs ?



Omni

Après un passage au stand pour éponger les pintes de Coreff IPA (très gouleyant brevage !) en mangeant une galette saucisse frites (roborative), on assiste à un très bon concert des Américains d'Omni sur la scène de La Cloche. Le post punk à la fois anguleux, intense et très pop du trio basé à Atlanta, Georgia est de nature à donner envie de se dégourdir les jambes en dansant avec frénésie. C'est d'ailleurs ce que fait la plupart du nombreux public, pas douché par les problèmes techniques qui coupent le set en deux. Il faut dire qu'on a clairement affaire à un jeune trio en pleine possession de ses moyens : hyper soudé, ravi de jouer en live devant des gens plutôt chauds et jamais à court de titres pour faire se trémousser ses fans. En plus, les membres d'Omni sont visiblement très "choupi", puisqu'il font passer un petit message au micro pour dédicacer un morceau (tubesque) à une certaine Ludmilla, sémillante bénévole ayant conduit le groupe en voiture lors de ses pérégrinations à Binic.



Kid Congo & The Pink Monkey Birds

Il est maintenant temps d'aller communier avec une légende vivante du rock 'n' roll, Kid Congo, qui a joué avec le Gun Club de Jeffrey Lee Pierce, les Cramps et Nick Cave And The Bad Seeds, rien que ça ! Le Monsieur se produit sur la scène de La Banche devant une foule aussi enthousiaste que compacte et ce avec ses très bons hommes de main, les Pink Monkey Birds. Un jeune Breton du nom de Titouan, photographe de son état, nous fait passer par l'entrée des artistes et nous permet d'accéder à une plate-forme avec vue imprenable sur la scène, le public et l'enchanteresse baie de Binic baignée par le soleil couchant. C'est BEAU et c'est un peu la classe !



A l'image de Kid Congo & The Pink Monkey Birds d'ailleurs, qui déroule un set tendu et stimulant provoquant le désir de remuer son corps dans tous les sens (et toutes les positions, hum hum). Le Kid n'est pas loin des 70 printemps, mais il est encore bougrement vert le petit salopiaud ! Le point final de son show arrive avec la très attendue et ô combien cultissime chanson "Sex Beat", qui contribue à exciter encore un peu plus tout le monde ! Un dernier remerciement aux "sexy people of Binic", un salut aux Flat Worms qui jouent après sur la même scène et hop, l'oiseau s'est envolé....
 


Digger & The Pussycats

Très en joie, on en profite pour voir Digger & The Pussycats en live pour la troisième fois en trois jours, ce qui permet de constater qu'en un week-end l'infernal groupe australien s'est déjà constitué une conséquente base de fans. Qui ne ménagent pas leur peine pour péter les plombs et pogoter avec en bande son le punk rock garage sous haute tension ourdi par Sam Agostino et Andy Moore, toujours en forme olympique ! La preuve, alors que le public joue avec un ballon de foot rouge et fait n'importe quoi avec, le batteur Andy Moore s'en empare et l'envoie d'un monumental coup de pied tout au bout de la place où est située la scène Pommelec. Tout ça pour dire que le but est atteint pour Digger & The Pussycats, avec trois concerts de feu sur trois.



XYZ

Sur notre lancée, on refait un petit tour en compagnie de Ian Svenonius and Co, cette fois avec XYZ, un duo formé avec le très bon guitariste français de garage Didier Balducci, une boite à rythmes flinguée à la Suicide et une choriste/danseuse. Verdict : c'est toujours aussi bien, et on n'est pas près de se lasser ! Espérons une nouvelle tournée française du groupe franco américain de garage synthético rock 'n' roll pour défendre en live le très bon album "Artificial Flavoring", serti de titres qui restent en tête, comme "Let Me Try Love" (une bonne idée) et consorts.



The Druids Of The Gué Charette

Oui, vous n'avez pas rêvé, c'est bien le nom du groupe : The Druids Of The Gué Charette ! Avec un blaze pareil, on s'attendait à un truc de rock celtique super pète couilles. Que nenni messieurs dames, c'est en fait une sorte de secte satanique lorgnant vers le heavy rock, le rock pyché, voire le stoner garage. Au début, ça peut faire peur ce gang de mecs en toges et capuches vociférant des trucs chelous avec une voix d'outre-tombe, on se dit qu'on s'est trompé, qu'on a atterri en enfer, au terrifiant Hellfest. Pourtant, assez rapidement, on se laisse embarquer par cet étrange vaisseau. Plusieurs raisons à cela : les morceaux sont foutrement bien branlés, d'humeurs très variées et souvent ultra trippants. C'est clair, avec son gros potentiel "trip", The Druids Of The Gué Charette pourrait sans problème jouer à Levitation France ou dans tout festival orienté psyché. Donc, n'ayez pas peur braves gens, laissez-vous tenter par le premier recueil complet d'incantations électriques dégénérées signé par les druides du Gué Charette, " All The Darkness Looks Alive " (disponible via Beast Records et Mauvaise Foi Records). Déconseillé par le Pape, certes, mais recommandé par Satan, ce qui est bien évidement ultra coolos.



Flat Worms

Avant de quitter (à regret) le festival et sa géniale cuvée 2018, on prend en pleine face une magistrale explosion de décibels finale, avec les extraordinaires Flat Worms, from Los Angeles, USA. Signé sur Castle Face Records et composé des redoutables Will Ivy (chant et guitare), Tim Hellman (chant et basse, actuel titulaire chez Thee Oh Sees, ancien Sic Alps) et Justin Sullivan (batterie, anciennement Kevin Morby et The Babies), ce trio pas très à l'aise pour faire sa promo sur les internets (pas de facebook, pas de twitter, pas d'instagram, c'est lamentable !), maîtrise l'essentiel pour faire parler de lui : l'art (bruitiste) et la manière (sauvage) de donner des concerts scotchants ! Après plusieurs rendez-vous manqués (dont un à TINALS 2018 pour assister à un concert inepte de Beck au même horaire, la honte... ), voir enfin Flat Worms en live est une putain de révélation.



Ce groupe a tout : un chanteur/guitariste ultra nerveux et bruyant mais pas que, un bassiste démoniaque, un batteur machiavélique et des morceaux qui tuent leur mère, en toute simplicité. Car c'est punk, c'est noise et c'est intelligemment influencé par les mythiques guitares en liberté de Sonic Youth. Bref, c'est un régal pour tout fan de punk rock attiré par le côté barré de la force. Mais attention, si ça ne passera probablement jamais sur les grandes ondes de France Inter, il y a sur le premier album du combo ricain (enregistré et produit par Ty Segall) des pelletées de tubes pour les gens aux oreilles curieuses : "Question", "Motorbike", "Pearl", "Goodbye Texas", "11816" etc.

Pour ce concert d'anthologie en forme d'orgie sonique de riffs noisy, comme pour tous les autres, on ne peut que dire un grand merci au Binic Folks Blues Festival, à qui l'on souhaite une très longue vie ! A l'année prochaine !


Ludovic Lorre, le programmateur du festival, au milieu de deux Flat Worms

Chronique du premier jour à Binic (avec Digger & The Pussycats, XYZ, Les Lullies, Rhyece O'Neill & The Narodnicks, Endless Boogie, Dirty Deep, Carambolage) en un clic ici et compte rendu du deuxième soir (avec Escape-Ism, Magnetix, Big Mountain County, Digger & The Pussycats, Les Lullies, Catl, Black Boys On Moped, White Cowbell Oklahoma) en cliquant ...



Photos : Titouan Massé www.facebook.com/titouanmassephoto, titouanmasse.tumblr.com, www.flickr.com/photos/titouanbzh, twitter.com/titouanbzh et Cyrille Bellec www.facebook.com/cyrille.bellec (Photos de Ben Salter et XYZ)





Liens : www.binic-folks-blues-festival.com, www.facebook.com/LaNefDFous, twitter.com/LaNefDFous, www.instagram.com/binicfolksbluesfestival





Affiche du festival : Cyrille Rousseau www.facebook.com/CyrilleRousseauFrenchSerigraphie




Binic Folks Blues Festival : les dernières chroniques concerts

Escape-Ism, Magnetix, Big Mountain County, Digger & The Pussycats, Les Lullies, Catl, Black Boys On Moped, White Cowbell Oklahoma (Binic Folks Blues Festival 2018) en concert

Escape-Ism, Magnetix, Big Mountain County, Digger & The Pussycats, Les Lullies, Catl, Black Boys On Moped, White Cowbell Oklahoma (Binic Folks Blues Festival 2018) par Pierre Andrieu
Sur les quais, Binic, le 28/07/2018
Toujours vivant après le déluge d'émoustillants concerts du premier jour au Binic Folks Blues Festival (Digger & The Pussycats, XYZ, Les Lullies, Rhyece O'Neill & The... La suite

Digger & The Pussycats, XYZ, Les Lullies, Rhyece O'Neill & The Narodnicks, Endless Boogie, Dirty Deep, Carambolage (Binic Folks Blues Festival 2018) en concert

Digger & The Pussycats, XYZ, Les Lullies, Rhyece O'Neill & The Narodnicks, Endless Boogie, Dirty Deep, Carambolage (Binic Folks Blues Festival 2018) par Pierre Andrieu
Sur les quais, Binic, le 27/07/2018
Trois jours de rock 'n roll et de liberté Proposant dans un cadre idyllique (une petite station balnéaire à côté de Saint-Brieuc) et pour la modique somme de zéro euro trois... La suite

Binic Folk Blues Festival 2014 : Cheveu, Reverend Beat Man, Mr Quintron and Miss Pussycat...  en concert

Binic Folk Blues Festival 2014 : Cheveu, Reverend Beat Man, Mr Quintron and Miss Pussycat... par le marquis de Jonard
Binic, le 03/08/2014
De passage l'an dernier dans les côtes d'Armor, l'ami Pierre Andrieu m'invite à découvrir ce festival lors d'une très bonne soirée... Conquis, je m'organise cette année... La suite

Binic Folks Blues Festival : Burn in Hell, Ben Salter, Waves of Fury, Shannon & the Clams, Mikal Cronin, the Feeling of Love, Libido Fuzz, David Evans, Mississipi Gabe Carter en concert

Binic Folks Blues Festival : Burn in Hell, Ben Salter, Waves of Fury, Shannon & the Clams, Mikal Cronin, the Feeling of Love, Libido Fuzz, David Evans, Mississipi Gabe Carter par pirlouiiiit
Port de Binic, le 04/08/2013
Lorsque Pierre m'a parlé de ce festival où il allait à Binic je me suis dit que ça pourrait être amusant de s'y croiser. Les arguments ne manquaient pas : à une heure de là où... La suite

Chain And The Gang : les dernières chroniques concerts

Escape-Ism, Magnetix, Big Mountain County, Digger & The Pussycats, Les Lullies, Catl, Black Boys On Moped, White Cowbell Oklahoma (Binic Folks Blues Festival 2018) en concert

Escape-Ism, Magnetix, Big Mountain County, Digger & The Pussycats, Les Lullies, Catl, Black Boys On Moped, White Cowbell Oklahoma (Binic Folks Blues Festival 2018) par Pierre Andrieu
Sur les quais, Binic, le 28/07/2018
Toujours vivant après le déluge d'émoustillants concerts du premier jour au Binic Folks Blues Festival (Digger & The Pussycats, XYZ, Les Lullies, Rhyece O'Neill & The... La suite

Digger & The Pussycats, XYZ, Les Lullies, Rhyece O'Neill & The Narodnicks, Endless Boogie, Dirty Deep, Carambolage (Binic Folks Blues Festival 2018) en concert

Digger & The Pussycats, XYZ, Les Lullies, Rhyece O'Neill & The Narodnicks, Endless Boogie, Dirty Deep, Carambolage (Binic Folks Blues Festival 2018) par Pierre Andrieu
Sur les quais, Binic, le 27/07/2018
Trois jours de rock 'n roll et de liberté Proposant dans un cadre idyllique (une petite station balnéaire à côté de Saint-Brieuc) et pour la modique somme de zéro euro trois... La suite

Baxter Dury + Chain And The Gang + The Go! Team + Montero + Insecure Men (La Route du Rock Collection Hiver 2018) en concert

Baxter Dury + Chain And The Gang + The Go! Team + Montero + Insecure Men (La Route du Rock Collection Hiver 2018) par Pierre Andrieu
La Nouvelle Vague, Saint-Malo, le 24/02/2018
Dernier jour de la très réjouissante Route du Rock Collection Hiver édition 2018 à La Nouvelle Vague de Saint-Malo, avec au programme un grand final en forme de boulet de... La suite

Interview de Ian Svenonius (leader de Chain And The Gang, The Make-Up et Escape-ism, auteur du livre <i>Stratégies occultes pour monter un groupe de rock</i>... ) lors de son passage au This Is Not A Love Song Festival en 2017 en concert

Interview de Ian Svenonius (leader de Chain And The Gang, The Make-Up et Escape-ism, auteur du livre Stratégies occultes pour monter un groupe de rock... ) lors de son passage au This Is Not A Love Song Festival en 2017 par Pierre Andrieu
Nîmes, le 20/11/2017
A peine arrivé à Nîmes pour passer trois jours de rêve au This Is Not A Love Song Festival du 9 au 11 juin, on a rendez-vous à 16h à l'Hôtel Ibis Styles avec le leader de The... La suite

Digger & the Pussycats : les dernières chroniques concerts

Escape-Ism, Magnetix, Big Mountain County, Digger & The Pussycats, Les Lullies, Catl, Black Boys On Moped, White Cowbell Oklahoma (Binic Folks Blues Festival 2018) en concert

Escape-Ism, Magnetix, Big Mountain County, Digger & The Pussycats, Les Lullies, Catl, Black Boys On Moped, White Cowbell Oklahoma (Binic Folks Blues Festival 2018) par Pierre Andrieu
Sur les quais, Binic, le 28/07/2018
Toujours vivant après le déluge d'émoustillants concerts du premier jour au Binic Folks Blues Festival (Digger & The Pussycats, XYZ, Les Lullies, Rhyece O'Neill & The... La suite

Digger & The Pussycats, XYZ, Les Lullies, Rhyece O'Neill & The Narodnicks, Endless Boogie, Dirty Deep, Carambolage (Binic Folks Blues Festival 2018) en concert

Digger & The Pussycats, XYZ, Les Lullies, Rhyece O'Neill & The Narodnicks, Endless Boogie, Dirty Deep, Carambolage (Binic Folks Blues Festival 2018) par Pierre Andrieu
Sur les quais, Binic, le 27/07/2018
Trois jours de rock 'n roll et de liberté Proposant dans un cadre idyllique (une petite station balnéaire à côté de Saint-Brieuc) et pour la modique somme de zéro euro trois... La suite

Flat Worms : les dernières chroniques concerts

(my) This Is Not a Love Song (TINALS) Festival 2018, 1-3 : Mummy's Gone, Peter Perrett, DYGL, Nick Hakim, Sparks, Flat Worms, Les Rustyn's, Moaning, The Jesus & Mary Chain en concert

(my) This Is Not a Love Song (TINALS) Festival 2018, 1-3 : Mummy's Gone, Peter Perrett, DYGL, Nick Hakim, Sparks, Flat Worms, Les Rustyn's, Moaning, The Jesus & Mary Chain par Philippe
Paloma, Nîmes, le 01/06/2018
Quatrième venue d'affilée à This is Not a Love Song, devenu un rendez-vous tout à fait inratable à notre agenda. Ambiance, météo, cadre, programmation au poil (La Route du Rock... La suite

Kid Congo & The Pink Monkey Birds : les dernières chroniques concerts

Kid Congo and The Pink Monkey Birds en concert

Kid Congo and The Pink Monkey Birds par Pierre Andrieu
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 11/04/2013
Le 11 Avril 2013, les excellentissimes Kid Congo and The Pink Monkey Birds jouaient dans le club de la Coopérative de Mai, à Clermont-Ferrand... Et c'était très, très bien !... La suite

Kid Congo + Non! en concert

Kid Congo + Non! par Mystic Punk Pinguin
Embobineuse - Marseille, le 04/04/2011
En route pour l'Embobineuse pour le dernier concert du Dépanneur. je parle d'un temps que les moins de 20 ans tout çaaa mais cette asso a quand même entretenu, voir allumée, la... La suite

Kid Congo en concert

Kid Congo par Vilay
Secret Place - Saint Jean de Vedas, le 19/12/2009
C'est à la Secret Place que Brian Tristan aka Kid Congo avait choisi de donner le dernier concert de sa tournée française promotionnelle pour l'album Dracula Boots. C'était aussi... La suite

Kid Congo Powers and the pink monkeys birds en concert

Kid Congo Powers and the pink monkeys birds par Stéphane Sarpaux
L'Embobineuse -Marseille, le 21/04/2009
Pour faire venir une légende underground comme Kid Congo (président du fan club des Ramones, fondateur de Gun Club, guitariste, entre autres de The Cramps et de Nick Cave and the... La suite

Sur les quais, Binic : les dernières chroniques concerts

Escape-Ism, Magnetix, Big Mountain County, Digger & The Pussycats, Les Lullies, Catl, Black Boys On Moped, White Cowbell Oklahoma (Binic Folks Blues Festival 2018) en concert

Escape-Ism, Magnetix, Big Mountain County, Digger & The Pussycats, Les Lullies, Catl, Black Boys On Moped, White Cowbell Oklahoma (Binic Folks Blues Festival 2018) par Pierre Andrieu
Sur les quais, Binic, le 28/07/2018
Toujours vivant après le déluge d'émoustillants concerts du premier jour au Binic Folks Blues Festival (Digger & The Pussycats, XYZ, Les Lullies, Rhyece O'Neill & The... La suite

Digger & The Pussycats, XYZ, Les Lullies, Rhyece O'Neill & The Narodnicks, Endless Boogie, Dirty Deep, Carambolage (Binic Folks Blues Festival 2018) en concert

Digger & The Pussycats, XYZ, Les Lullies, Rhyece O'Neill & The Narodnicks, Endless Boogie, Dirty Deep, Carambolage (Binic Folks Blues Festival 2018) par Pierre Andrieu
Sur les quais, Binic, le 27/07/2018
Trois jours de rock 'n roll et de liberté Proposant dans un cadre idyllique (une petite station balnéaire à côté de Saint-Brieuc) et pour la modique somme de zéro euro trois... La suite

Binic Folk Blues Festival 2014 : Cheveu, Reverend Beat Man, Mr Quintron and Miss Pussycat...  en concert

Binic Folk Blues Festival 2014 : Cheveu, Reverend Beat Man, Mr Quintron and Miss Pussycat... par le marquis de Jonard
Binic, le 03/08/2014
De passage l'an dernier dans les côtes d'Armor, l'ami Pierre Andrieu m'invite à découvrir ce festival lors d'une très bonne soirée... Conquis, je m'organise cette année... La suite

Movie Star Junkies + Laneway + Suzie Stapleton (Binic Folks Blues Festival 2013) en concert

Movie Star Junkies + Laneway + Suzie Stapleton (Binic Folks Blues Festival 2013) par Pierre Andrieu
Esplanade de la Banche, Binic, le 02/08/2013
Juste avant le show formidablement roboratif et extraordinairement puissant de Thee Oh Sees, la première journée du Binic Folks Blues Festival avait réservé quelques belles... La suite