Accueil Chronique de concert Festival Jardin Sonore - L'Impératrice, MNNQNS, DJ Zebra
Vendredi 14 décembre 2018 : 10985 concerts, 25297 chroniques de concert, 5236 critiques d'album.

Chronique de Concert

Festival Jardin Sonore - L'Impératrice, MNNQNS, DJ Zebra

Festival Jardin Sonore - L'Impératrice, MNNQNS, DJ Zebra en concert

Vitrolles Domaine de Fontblanche 22 juillet 2018

Critique écrite le par

Au cœur de l'été, sous les platanes au moins centenaires du domaine de Fontblanche, un nouveau festival vient de voir le jour à Vitrolles. Un de plus, dans une région déjà bien pourvue... le pari était osé. Mais il a été relevé avec brio par les équipes et (on imagine) les bénévoles de ce Jardin Sonore, qui ont réussi le tour de force de frapper un grand coup pour cette première.

Première bonne idée : pour marquer les esprits alors que la tournée estivale de nombreux artistes bat déjà son plein, rendre gratuite la première soirée, histoire d'appâter le chaland et de tâter le terrain. Un modèle de développement économique plutôt gonflé mais pas suicidaire non plus puisqu'après tout le Pointu festival a ouvert la voie il y a un an déjà. Ces exemples feront-ils des émules ? Espèrons le puisqu'ils prouvent que gratuité peut rimer avec qualité.


Deuxième bonne idée, une programmation "éclectique mais pointue" dixit le responsable croisé entre deux concerts, qui aura par ailleurs le bon goût d'intervenir sur scène sans trop en faire pour les traditionnels remerciements. On ne peut que lui donner raison. Ce lundi, avec MNNQNS et L'impératrice, ce sera donc rock et électro/disco pour tout le monde, agrémenté de DJ sets de 45 Live et du mix furieux du collectif Bootleggers United (soit DJ Zebra et Prosper).

Et des bonnes idées, au final, ce festival n'en manque pas : un lieu intimiste et chaleureux qui reste à taille humaine, loin des grosses machines impersonnelles qui fleurissent un peu partout, c'est inestimable... sauf si on préfère voir son concert sur grand écran plutôt que sur scène bien sûr, chacun ses (dé)goûts. On aurait envie de dire familial même puisque des horaires abordables (et respectés, nouveau bon point !) en fin d'après-midi permettent de venir se caler entre amis ou en famille pour profiter des ateliers pour enfant (mais on a aussi vu des moins jeunes au stand tatouage...), d'une table de ping pong et d'un terrain de boules, de DJ sets expérimentés et convaincants entre deux concerts (belle collection de 45 tours les gars !), ou des pelouses qui se partagent entre transats et foodtrucks stylés et goûtus.

Bref, déjà une véritable identité "relax & enjoy" pour ce qui n'est qu'une première ! Certes, tout ne part pas de zéro, l'expérience des précédents festivals à Vitrolles a sans doute permis d'asseoir ce premier Jardin Sonore et les équipes à la manœuvre sont rodées (Marsatac, Escales du Cargo...), mais n'empêche, rien ne garantissait pour autant un sans-faute. Parce que oui, ce premier soir a été une vraie réussite. Même le temps était de la partie puisque artistes et public ont pu profiter d'une température agréable et d'une lumière impeccable pour les photos. Bénis des dieux on vous dit !


Alors certes le volume sonore des cigales pourrait éventuellement nuire à un set intimiste... mais comme ce n'était pas le cas avec les groupes à l'affiche ce 22 juillet on n'aura même pas l'occasion de pinailler. MNNQNS a le redoutable privilège d'ouvrir le bal devant un public encore clairsemé mais vite acquis à la cause et qui n'hésite pas à se rapprocher de la scène à l'invite du chanteur. Le combat avec les cigales est inégal et les décibels qu'ils lâchent l'emportent haut la main. A la différence de MGMT (prononcer management, en anglais si possible), qui pourrait sembler avoir inspiré l'acronyme du groupe, MNNQNS (prononcer mannequins avec l'accent anglais également) envoie un rock basique mais pas surfait dans une formule classique "guitare-basse-batterie". On se rend compte qu'heureusement que !!! (prononcer Tchik Tchik Tchik) n'était pas programmé ce soir-là, sans quoi cette chronique serait vite devenue illisible.

Mais donc le groupe sans voyelles est une très, très, agréable surprise. On se méfiait du buzz qui entoure les 4 depuis quelques temps et on avait trouvé un peu exagéré l'accroche d'un article des inrocks qui les présentait comme "le groupe français qui donne envie d'écouter du rock en 2018", mais ça c'était avant. Avant de les avoir vus en concert. Peut-être aussi parce qu'on n'a jamais cessé d'en écouter, nous, du rock. Ce qui relève d'autant plus la prestation de nos rouennais d'origine. Vraie prestance sur scène malgré une moyenne d'âge qui semble assez jeune, chant en anglais impeccable (ce qui peut, à l'inverse, vite détruire toute crédibilité pour un groupe français), des influences tellement bien digérées que les morceaux sonnent comme neuf, et une envie évidente qui participe à l'efficacité de leur live. Bien que musicalement éloignés de Beachwood, autre groupe qui nous a fait vibrer ces derniers temps, ils semblent partager avec les new-yorkais une vraie passion de la scène. Une affiche commune serait d'ailleurs alléchante...


Si on s'emballait, on aurait presque envie de comparer avec ce que les Arctic Monkeys avaient su faire à leurs débuts, en termes de spontanéité et de renouveau dans le genre. Un vrai sens de la mélodie enrobé dans une énergie brute. Pas de setlist, mais ça doit se trouver sans difficulté sur le web, tout comme leur premier EP, qu'il est possible de découvrir en téléchargement gratuit après leur victoire à l'édition 2018 des Ricard Live Music (il n'y a pas de secret). Puis en achetant le vinyle une fois convaincu, parce qu'un groupe, on le rappelle, vit aussi et accessoirement de sa musique...


Changement de plateau, nouveau décor et nouvelle ambiance pour L'impératrice. Ici encore, un groupe qui buzze et tourne beaucoup, mais dans un style à l'opposé de ce que proposaient les MNNQNS. C'est ça l'éclectisme qu'on nous a promis. Et ça marche, même si on n'est pas fan transi de Giorgio Moroder. Le public répond vite présent aux coups de butoir de la section rythmique : une basse qui claque et une batterie qui n'est pas en reste. Le groupe entier joue le jeu, visiblement surpris et ravi de se trouver dans un plus petit cadre que les habituels festivals, et dont ils vont louer le charme.


Le clavier fou répond à un guitariste qui lâche les chevaux au fur et à mesure et la sauce prend indéniablement. Tout le monde semble heureux sur scène et c'est contagieux. Impossible de ne pas évoquer une chanteuse qui minaude, ondule et donne le rythme aux festivaliers vite conquis. Il n'est ici question que de sa prestation et pas de son charme indéniable... auquel nous avons su rester insensible pour chroniquer en toute objectivité. Ceci étant, il faudra s'y reprendre à plusieurs fois pour se persuader que ce n'est pas Tokyo (aka l'héroïne de la série Netflix La Casa de papel) qu'on a en face de nous, tant la ressemblance est troublante...


Peu importe, le groupe dégage une véritable élégance et une énergie débordante qui se propage à vitesse grand V. La prestation a convaincu, si l'on en croit l'affluence qui va perdurer encore un moment au stand de merchandising et de dédicaces. La nuit est enfin tombée.


DJ Zebra sait qu'il a fort à faire pour rameuter un public qui a la fâcheuse tendance à rapidement quitter les lieux une fois le concert précédent achevé. Mais on parle ici d'un renard des platines qui, tel le JPP de la grande époque, sait convertir la moindre occasion de faire danser en but. Et le projet Bootleggers United, qui voit s'affronter DJ Zebra et DJ Prosper est plutôt du genre à jouer en Premiere League ! Les deux tables de mixage se font face dans la plus pure tradition de battle DJ. Le jeu de scène annonce la couleur, si on peut dire, puisque, à droite du ring se présente Zebra, tout de rouge vêtu, jusqu'aux lunettes de soleil, tandis qu'à gauche son adversaire, Prosper, a lui opté pour un jaune poussin assumé jusqu'à la casquette.


Le succès du concept est généralement garanti. Et ça ne manque pas ce soir, il n'y a pas de raison. Bonne humeur, délire et mashup bien barrés sont de sortie. Ça danse, ça rigole. A l'image de cette première édition finalement. On laisse la place aux jeunes jusqu'au bout de la nuit. On peut rentrer, convaincu et impatient de revenir le lendemain.

Mais le rendez-vous est déjà pris pour l'année prochaine !

Dj Prosper : les dernières chroniques concerts

BRNS, Jahneration, Milky Chance, Macklemore, Shaka Ponk, Bootleggers United en concert

BRNS, Jahneration, Milky Chance, Macklemore, Shaka Ponk, Bootleggers United par Berclic
Festival Fete du Bruit Saint Nolff, le 06/07/2018
Petit roadtrip en terre bretonne pour le festival Fête du bruit à Saint Nolff. La programmation m'a tapé dans l'œil, et c'est l'occasion de se faire un weekend au parfum de... La suite

Bus Driver + Kosh & Dud + Dj Prosper par Superdidiou
Passagers du Zinc - Avignon, le 12/04/2008
A mon arrivée à Avignon je ne pensais pas croiser BUSDRIVER sur un parking de supermarché, c'est pourtant ce qui m'est arrivé. Hé ouais... "les passagers du zinc" la salle où se produit le MC de la scène underground de Los Angeles se trouve dans un centre commercial. Drôle d'endroit pour une salle de concert vous me direz ? Un peu oui , mais... La suite

Dj Zebra : les dernières chroniques concerts

DJ Zebra en concert

DJ Zebra par Pirlouiiiit
Poste à Galène - Marseille, le 21/10/2011
10 jours que le concert a eu lieu et toujours pas de trace sur Concertandco ... c'est trop pour moi, alors même si en effet ça remonte je me sens obligé d'écrire quelque chose... La suite

BRNS, Jahneration, Milky Chance, Macklemore, Shaka Ponk, Bootleggers United en concert

BRNS, Jahneration, Milky Chance, Macklemore, Shaka Ponk, Bootleggers United par Berclic
Festival Fete du Bruit Saint Nolff, le 06/07/2018
Petit roadtrip en terre bretonne pour le festival Fête du bruit à Saint Nolff. La programmation m'a tapé dans l'œil, et c'est l'occasion de se faire un weekend au parfum de... La suite

Cassius, DJ Zebra, Ultra Orange par Joseph
Fiesta des Suds - Marseille, le 26/10/2007
Il fait plutôt frais ce vendredi soir pour un concert en extérieur. On espère tous que les beats de Cassius nous feront oublier que ça pince un peu. La Fiesta des Suds donc, toujours fidèle à elle même, a encore déversé une montagne d'invitation pour cette soirée ou l'on cherche le Sud. Car Ultra Orange, DJ Zebra et Cassius n'ont rien de bodega,... La suite

Cowboys From OuterSpace, Oaï Star, les Wampas, DJ Zebra (Fiesta des Suds 2006) en concert

Cowboys From OuterSpace, Oaï Star, les Wampas, DJ Zebra (Fiesta des Suds 2006) par Philippe
New dock des Suds, Marseille, le 31/10/2006
Affluence raisonnable de 7 à 8000 personnes ce soir pour la fermeture de la Fiesta (soit paraît-il trois fois moins qu'à l'ouverture qui a effectivemet dû être un enfer). Après... La suite

Vitrolles Domaine de Fontblanche : les dernières chroniques concerts

Festival Jardin Sonore : Les Négresses Vertes, Asaf Avidan, Madame Monsieur, Sammy Decoster, Theo Lawrence & The Hearts en concert

Festival Jardin Sonore : Les Négresses Vertes, Asaf Avidan, Madame Monsieur, Sammy Decoster, Theo Lawrence & The Hearts par Sami
Domaine de Fontblanche, Vitrolles, le 23/07/2018
Soirée très variée pour la suite de cette première édition du festival Jardin Sonore avec pas moins de 5 concerts pour ce dernier soir, après une jolie soirée gratuite avec... La suite

Vitrolles Sun Festival : Naâman + Keziah Jones + Cumbia Chicharra + Butacada Cascara  en concert

Vitrolles Sun Festival : Naâman + Keziah Jones + Cumbia Chicharra + Butacada Cascara par Zulone
Domaine de FontBlanche, le 09/07/2016
Le Vitrolles Sun Festival, un air de paix, de vie à l'état pur. C'est des visages et des sourires par centaines qui arpentent le Parc de Font Blanche, Ambiance à la roots, tout le... La suite

Charlie Jazz Festival 2/3 : Dhafer Youssef 4tet + Elina Duni 4tet + Sardar Orkestra + Actuum en concert

Charlie Jazz Festival 2/3 : Dhafer Youssef 4tet + Elina Duni 4tet + Sardar Orkestra + Actuum par Mcyavell
Domaine de Fontblanche - Vitrolles, le 07/07/2012
Après une une première soirée où je n'ai pas ressenti les choses comme Mardal (j'ai pour ma part connu Vertigo Songs beaucoup plus inspiré voilà deux ans et ai été en revanche... La suite

Charlie Jazz Festival 1/3 : Dave Holland Electric Quartet + Perrine Mansuy Quartet + La Nouvelle Collection en concert

Charlie Jazz Festival 1/3 : Dave Holland Electric Quartet + Perrine Mansuy Quartet + La Nouvelle Collection par mardal
Domaine de Fontblanche - Vitrolles, le 06/07/2012
Première soirée du Charlie Jazz Festival, à Vitrolles, dans le très beau Domaine de Fontblanche. La Nouvelle Collection, Perrine Mansuy Quartet et Dave Holland Quartet se... La suite