Accueil Chronique de concert Ladies Ballbreakers + Rocket Queens + Motörqueens (tribute bands AC/DC, Guns N' Roses et Motorhead)
Dimanche 19 janvier 2020 : 11254 concerts, 25884 chroniques de concert, 5284 critiques d'album.

Chronique de Concert

Ladies Ballbreakers + Rocket Queens + Motörqueens (tribute bands AC/DC, Guns N' Roses et Motorhead)

Ladies Ballbreakers + Rocket Queens + Motörqueens (tribute bands AC/DC, Guns N' Roses et Motorhead) en concert

La Puce à l'Oreille (salle Dumoulin), Riom 14 décembre 2019

Critique écrite le par

Tout juste un an après la réussite d'une première édition qui avait vu les performances des Into the Deep, Zep Set, et Iron Troopers, en ce samedi 14 décembre 2019, Rock the Night et La Puce à l'Oreille relèvent, sans trembler (ou alors très discrètement) le défi d'une seconde édition sous la thématique " bad girls play rock n roll " ! Dans un monde musical rock 'n rollien bien encombré par des mâles blancs quinquagénaires chauves et bedonnants, le pari est tout autant osé qu'émoustillant. La question est donc la suivante : quelle place pour des jeunes et jolies filles dans l'artisanat difficile du cover band ? Question essentielle d'autant plus que ce soir on s'attaque à des groupes sévèrement burnés, si je peux me permettre cette expression autant imagée que triviale. Parce que dans le genre groupes autant chargés en testostérone qu'un cycliste en EPO, on ne fait guère mieux que Motörhead, Guns n' Roses et AC/DC !!


Motörqueens

Alors ce soir de samedi de l'Avent, on sort la veste à patchs pour accueillir comme il se doit les Italiennes de Motörqueens représentant Lemmy et sa bande, les re-Italiennes de Rocket Queens pour figurer les Guns n' Roses et enfin les Françaises de Ladies Ballbreakers dans le rôle des Australiens en tenues d'écoliers. On est pas là pour rigoler, soirée cuir et rock n roll sur la ligne de départ. 5, 4, 3, 2, 1, c'est parti...



Près de 700 personnes sont attendues ce soir, et dès 19h on se bouscule gentiment aux portes. C'est qu'on veut être en bord de scène pour mieux voir, hein, bande de petits coquins ! Ayant assisté aux balances, je sais ce qui nous attend et je suis assez impatient de voir ce que ça va donner en live. L'honneur est fait aux Motörqueens d'ouvrir la soirée, de lustrer les tympans du public, d'ébaucher l'acouphène. A 19h30 quasi pétante, elles entrent en scène, tout de noir court vêtues, accaparant la grande scène de la salle Dumoulin, sur laquelle il y a fort fort longtemps les Motörhead et les AC/DC ont lancé leur doux babils. Jenny à la basse Rickenbaker (natürlich) et aux lunettes aviateurs en bout de nez, Elisa à la guitare et aux longues jambes, et Veronica aux martèlemente de fûts vont rendre un très bel hommage au meilleur groupe de rock de tout les temps. Quoi, je ne suis pas impartial ? Non, et alors ? J'assume ! Elles assurent vraiment bien les trois miss. Le son est là, même si le pantalon ne tremble pas devant un mur de Marshall.



Même si elles sont un peu statiques, les trois motörheadbangueuses envoient du bois sans état d'âme. Avec une classe et un look qui j'en suis sûr n'auraient pas déplu au Lemmy, elles proposent une set list composée de titres indispensables et d'autres morceaux plus rares sur scène : "Bomber", "Stay clean", "The Game", "Born to Raised Hell", "Rock Out", "Hell Raiser", "I'll be your Sister", "Love me like a Reptile", "Iron Fist", "Motörhead", "Going to Brazil", "Orgasmastron" (et quelques soucis d'accordages !), "Ace of Spades", "Killed by Death"... et le "Please don't Touch" joué à l'époque avec Wendy O Williams. Avec tout ça, l'heure de jeu passe vite, bien trop vite. Les éternels endeuillés de mister Kilmister s'en vont vider des fûts, heureux de ce moment passé, et je les accompagne en attendant la suite.


Rocket Queens

Aux alentours de 21h, montent sur scène Hell-Ena au chant, Beatrix à la guitare rythmique, Clea à la basse, Ari au haut de forme Slashesque, et Ale à la batterie pour nous concocter des reprises des Guns n' Roses bien mitonnées aux petits oignons. Commençant à l'heure (c'est pas fidèle aux habitudes des Guns ça!!), et avec le sourire, les cinq Italiennes vont nous faire la démonstrations de ce que rock 'n roll, énergie, agressivité, boulot veulent dire. Attaquant bille en tête par le titre "Nightrain", le quintet affiche une volonté d'en découdre évident. Elles vont jouer comme si leur vie en dépendait, se défendant autour des deux Gibson marshalisées et d'une section basse/batterie hyper en place.



Et quelle présence sur scène, mes aïeux ! A droite, à gauche, devant, derrière, elles sont partout à la fois. Elles prennent du plaisir sur scène, c'est évident, et elles nous en donnent tout autant. Et puis un enchaînement de titres comme "Outta Get me", "Civil War", "Paradise City", "Patience", "I Used to love her", "Don't Cry" ne peut laisser indifférent quand on aime les Guns n' Roses. Quand en plus, ces titres sont entrecoupés de solo de batterie avec un faux malaise, d'un solo de basse, d'un moment acoustique floydien, d'un solo de guitare mafieux que vouloir de plus. C'est aussi bien qu'en vrai, peut-être même mieux. Pour finir le set, en liaison avec le groupe suivant et en rapport avec le dépannage du rouquin boudiné à AC/DC, les Rocket Queens nous posent dans les gencives un : "Shoot to Thrill" et un "Let there be Rock" d'anthologie. Mission accomplie pour ces demoiselles, et pour cette prestation exceptionnelle et ce professionnalisme, un énorme BRAVO à vous.


Ladies Ballbreakers

Comme il fait dans la salle une chaleur digne de finir en slip, je file avec les copains du soir m'en mettre une autre bien fraîche et mousseuse derrière la cravate. Rien de mieux qu'une petite "Levrette" bien tirée pour se requinquer et hop, je regrimpe dans les étages, pour prendre position pour écouter et shooter les casses-couilles de la soirée ! Car la soirée est loin d'être finie. Même si elles sont arrivées bien fatiguées de la Rochelle, les Ladies Ballbreakers ont eu le temps, après les balances d'une sieste réparatrice. Et effectivement, on sent que, dès leur entrée sur scène au son d'un "Highway to Hell" de cabaret, les batteries sont tellement rechargées qu'elles sont prêtes à fondre .




L'intro passée, les Ladies appuient sur accélérateur. Menées de main de maître par Céline au chant, Anaïs dans le rôle d'Angus, Cerise dans le rôle du regretté Malcolm, Laëza en charge de groover comme Phill Rudd et Blandine bassant tel Cliff Williams, les Ladies BallBreakers vont nous régaler pendant 1h30 d'un show mêlant humour, grande maîtrise musicale, folie et énergie, headbanging, solos de guitares sur épaules, remuage de popotin et tapage de pieds, Bref du bon vieux rock n roll de kangourous. La set list est en plus composée de ce qui est pour moi la meilleure partie de la vie des Australiens, celle avec Bon Scott au chant, ce qui du coup frôle la perfection.



Joués avec beaucoup d'élégance et de talent, parfois revisités, comme ce "Hell Bells" acoustique ou ce "Thunderstruck" bluesy, les morceaux s'enchaînent sans temps mort, avec une patate communicative. La salle est entièrement aux genoux des Ladies, sous le charme, sous la coupe. On en voudrait encore plus, même si avec "TNT", "Whole Lotta Rosie", "The Jack" (hyper sexy), "Dirty " oï " Deeds", "High Voltage", "Bad Boys Boogie", "Back in Black", "If you want blood", "Highway to Hell" et "Riff Raff", on n'est pas malheureux, mais hélas c'est déjà la fin. La fin ? Humm, pas tout à fait, car le gynécée complet revient sur scène pour nous achever avec un "For Those about to rock" orgiaque. Alors pour cette vraiment belle soirée, je pense que on peut vous répondre ceci : "We Salute You" !

> Réponse le 18 décembre 2019, par philippe

[salle dumoulin riom - 14 décembre 2019] Motörqueens et Rocket Queens, c'est super Top ! Ladies Ballbreakers, j'ai trouvé la chanteuse moyenne, très, très moyenne, mais musicalement c'est excellent !  Réagir


AC / DC : les dernières chroniques concerts

The Chris Slade Timeline + Ashram Anova en concert

The Chris Slade Timeline + Ashram Anova par Jarame Justine
La Puce à L'Oreille, Riom, le 22/09/2017
Pour cette nouvelle saison de Rock the Night, à la Puce à l'Oreille, ce sont les jeunes vainqueurs du tremplin Rock the Night 2017, Ashram Anova, qui auront le plaisir d'ouvrir... La suite

AC/DC (feat. Axl Rose) + The Limiñanas en concert

AC/DC (feat. Axl Rose) + The Limiñanas par Philippe
Stade Vélodrôme - Poste à Galène, le 13/05/2016
Le programme de cette soirée m'avait d'abord jeté dans les affres. A ma gauche, AC/DC déjà vu 3 fois mais repassant à 3 km à vol d'oiseau de chez moi - par définition immanquable... La suite

AC/DC en concert

AC/DC par Gandalf
Nouveau Stade Vélodrome à Marseille, le 13/05/2016
Et dire qu'on pensait que la fantastique date du Stade de France il y a un an (à 10 jours près) serait la dernière... Je vous laisse imaginer ma joie lorsqu'ils ont annoncé en... La suite

AC/DC en concert

AC/DC par Philippe
Stade de France, Saint-Denis, le 26/05/2015
C'est en ayant plus ou moins volontairement raté les premières parties que j'entre dans le mythique Stade de France pour la première fois, guidé par ma soeur qui y a déjà ses... La suite

Guns N' Roses : les dernières chroniques concerts

Guns n' Roses en concert

Guns n' Roses par lol
Stade de France, Paris, le 07/07/2017
6 juin 1992, les Guns N' Roses débarquaient pour la première fois en France pour soutenir leur Nouvel album : "Use Your Illusion (I et II)". La tournée s'appelait "Get in The... La suite

Guns n' Roses en concert

Guns n' Roses par Gandalf
Stade de France, Paris, le 07/07/2017
Et la magie opéra. En cette très chaude soirée d'été, dans un Stade de France quasi plein, la magie Guns n' Roses, celle là même qui m'a accompagné depuis la sortie des "Use you... La suite

AC/DC (feat. Axl Rose) + The Limiñanas en concert

AC/DC (feat. Axl Rose) + The Limiñanas par Philippe
Stade Vélodrôme - Poste à Galène, le 13/05/2016
Le programme de cette soirée m'avait d'abord jeté dans les affres. A ma gauche, AC/DC déjà vu 3 fois mais repassant à 3 km à vol d'oiseau de chez moi - par définition immanquable... La suite

Guns'n Roses en concert

Guns'n Roses par Gandalf
L'Arena à Montpellier, le 18/06/2012
Guns'n Roses en 2012, c'est, comme en 2006 et en 2010, Axl aux commandes, avec de super zicos, mais sans Slash. Qui lui, tourne de son coté en incluant forcement des titres des... La suite

Motörhead : les dernières chroniques concerts

Phil Campbell And The Bastard Sons + 4Links en concert

Phil Campbell And The Bastard Sons + 4Links par Jérôme Justine
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 23/03/2017
Il y a parfois des reconversions difficiles. C'est le triste constat que nous allons vivre au concert de Phil Campbell ce jeudi 23 mars à la Coopérative de Mai. Il ne suffit pas... La suite

Nous avons décidément une chance incroyable (ou une petite épitaphe pour Lemmy & David)           <i>[Bowie / Motörhead]</i> en concert

Nous avons décidément une chance incroyable (ou une petite épitaphe pour Lemmy & David) [Bowie / Motörhead] par Philippe
11/01/2016
Nous avons décidément une chance incroyable ! Et d'ailleurs des milliards de gens pourraient, non, devraient nous envier, à s'en rouler par terre de dépit et de jalousie !...... La suite

Kill it Kid + Motörhead + The Animen + Skunk Anansie + The Coronas en concert

Kill it Kid + Motörhead + The Animen + Skunk Anansie + The Coronas par Mkhelif
Festival Caribana - Crans-sur-Nyon Suisse, le 05/06/2013
Première soirée de la 23ème édition du festival Caribana. Un festival à la programmation très éclectique : rock, pop, hip-hop. Situé dans le petit village de Crans-sur-Nyon, les... La suite

Motörhead + No One is Innocent en concert

Motörhead + No One is Innocent par Lebonair
Zénith, Paris, le 21/11/2011
J'avais déjà vu Motörhead il y a 5 ans pour leur premier passage dans cette salle du Zénith parisien. Un petit événement à l'époque car il faut quand même le rappeler, Lemmy... La suite

La Puce à l'Oreille (salle Dumoulin), Riom : les dernières chroniques concerts

The Iron Troopers + Into the Deep + Zepset en concert

The Iron Troopers + Into the Deep + Zepset par Jérôme Justine
Salle Dumoulin, Riom, le 08/12/2018
En ce samedi 8 décembre 2018, c'est vers la belle ville d'Auvergne nommée Riom le Beau, et plus exactement vers une Puce à l'Oreille délocalisée dans la Salle Dumoulin que je me... La suite