Accueil Chronique de concert Boy and the Echo Choir + Laetitia Sheriff + Elysian Fields
Vendredi 19 octobre 2018 : 14180 concerts, 25203 chroniques de concert, 5229 critiques d'album.

Chronique de Concert

Boy and the Echo Choir + Laetitia Sheriff + Elysian Fields

Boy and the Echo Choir + Laetitia Sheriff + Elysian Fields en concert

Espace Doun - Rognes 23 Octobre 2010

Critique écrite le par

Les concerts de l'espace Doun sont de plus en plus rares, mais comme beaucoup de choses rares (pas toutes, mais là, oui), ces concerts ont tendance à devenir de plus en plus précieux... Il est loin en effet le temps où cette salle magique, perchée au dessus de la vallée de la Durance accueillait des artistes tous les deux ou trois mois, attirant les fans de musique live de toute la région. Il est loin, aussi, le temps où chaque automne un festival dans ce caveau magique nous faisait faire deux allez-retour à Rognes dans le week-end... Oui, je suis un peu nostalgique de ce temps là, oui, je regrette de ne pas avoir l'occasion de faire plus souvent le trajet pour monter là-haut... Mais si je suis nostalgique, c'est qu'il y a une bonne raison : on ne revient jamais déçu de Doun. Et ce 23 Octobre 2010 ne fera pas exception à la règle. Depuis 2005 (date de mon premier concert là-bas), l'espace Doun a accueilli des groupes de grande classe. Connus ou pas, en formation restreinte ou pas, en acoustique ou pas, je suis revenu à chaque fois avec de la musique plein les oreilles et des émotions plein la tête.

L'année dernière, en Février, il y avait eu une soirée avec Elysian Fields et Thousand and Bramier, soirée à laquelle je n'avait pas pu aller, et j'avais la haine parce que j'adore ce que fait (faisait ?) Thousand and Bramier ! Oui, je sais, tout le monde y était allé pour voir Elysian Fields, mais je dois avouer qu'à l'époque, je ne connaissait ce groupe que par la prestation de Jennifer Charles sur l'album de l'auvergnat grognon (A bird on a Poire), et bien que piqué de curiosité par la sensualité de cette voix, je n'avais jamais fait l'effort d'écouter très attentivement ce que faisait Elysian Fields. Bref, un an plus tard, voilà que l'espace Doun m'offre une scéance de rattrapage et remet le couvert avec les new-yorkais. Bon cette année, il n'y a ni Thousand (qui continue à faire de sublimes albums en solo), ni Bramier, mais deux premières parties. Pour l'ouverture, c'est un groupe de l'ouest qui est annoncé : Boy & The Echo Choir. Je ne connais pas du tout, mais un tour rapide sur leur page myspace me dit que ça peut ne pas être désagréable. Pour la suite, que vois-je sur l'annonce du concert ? LAETITIA SHERIFF !!! Ok, c'est décidé, je refais le coup de l'année dernière : j'y vais encore une fois non pas pour le groupe principal, mais pour une des deux premières parties ! Voir le sourire de Laetitia Sheriff en vrai, l'entendre chanter Let's Party, et Black Dog en vrai suffiront à justifier 2 heures de route, même en pleine période de pénurie d'essence !

Ça commence à l'heure : trois groupes dans la soirée, il faut les caser ! Les atlantico-ligériens (ils viennent de Loire-Atlantique, un département à l'identité tellement galvaudée qu'on est obligé d'inventer un nom pour leurs habitants !) de Boy and the Echo Choir entrent en scène. Ils sont trois. Deux filles, un garçon. La première (Caroline a.k.a. Boy, la chanteuse) s'installe derrière un clavier ; la seconde (Rachel) attrape un accordéon, et le dernier (Little John, dit "le tatoué") se campe derrière une batterie sise sur le côté de la scène.



En général, je n'aime pas trop bien quand il n'y a pas de guitare, mais j'aime bien quand les batteurs ne sont pas au fond. Un partout, la balle au centre, on peut donc commencer à se mettre into the Light. La voix de Caroline est chaude, les harmonies sont belles. Le jeu de Little John est subtil et l'accordéon n'est pas envahissant. Alors ok, ça manque de guitare à mon goût, mais ça le fait... et puis ce groupe qui m'était totalement inconnu me semble familier, tout en réussissant à ne pas être la pâle copie d'un autre groupe. Des faux airs de Mansfield Tya (en moins rugueux) ou de Cocorosie (des débuts, et en plus rugueux), une pincée de Volume Courbe, tout cela n'est pas fait pour me déplaire.



Et puis les guitares, on s'en fout en fait (il y en aura une sur un titre quand même), quand les mélodies sont réussies, que les arrangements sont propres et recherchés sans être artificiels (Little john massacrant sa batterie avec les feuilles d'un livre qu'il déchire soigneusement au début d'un morceau), on se laisse emporter sans problème dans leur univers sombre et doux... Je me surprends même à supporter la scie musicale de Rachel (instrument qui me fait généralement fuir) et je repars avec And Night Arrives In One Gigantic Step, le premier album très réussi de Boy and
the Echo Choir
.



Cerise sur le gâteau, j'apprends un peu plus tard dans la soirée que Boy (donc Caroline) chante sur le dernier album de Thousand (que j'avais donc loupé en concert ici même il y a un peu plus d'un and) ! Je sais que c'est peut-être un détail pour vous, mais pour moi, ça veut dire beaucoup... Bref, une chouette entrée en matière pour cette soirée "spéciale filles" à Doun.



Et donc, la deuxième des trois chanteuses de la soirée n'est autre que la charmante et envoutante Laetitia Sheriff. La dernière fois qu'elle avait foulé le plancher des salles de concert du sud-est, c'était il y a un an et demi en tant que bassiste de Piers Faccini pour trois concerts très réussis à Arles, Marseille et Cavaillon, presque dans l'anonymat (à l'époque, le tout jeune Boby de Live In Marseille était tombé sous le charme sans l'avoir reconnue). Mais ça faisait bien longtemps qu'on n'avait pas vu Laetitia Sheriff interpréter son répertoire à elle dans le coin. Elle s'installe seule sur scène. Pédales d'effets et de samples multiples pour sa guitare et sa voix, une robe noire, des collants rouges et des rangers aux pieds. Le charme agit instantanément.



Le fait que Laetitia Sheriff soit en solo pourrait en rebuter quelques-uns. Personnellement, j'adore, surtout quand c'est bien fait, comme ce soir là : la précision d'un Dominique A, l'énergie d'un Joseph Arthur (les deux meilleurs que j'avais vu dans cet exercice), une voix à tomber par terre, et des chansons entêtantes.



Que ce soit avec ses textes (YES ! Elle a chanté Let's Party, et Black Dog), ou ceux des autres (la sublime That Lover d'après William Yeats), Laetitia Sheriff nous emporte loin, mélangeant le feu (sa voix et son jeu de guitare, qui rappelle parfois que son autre instrument est la basse) et la glace (les thèmes abordés dans ses chansons). Simplement sublime !



La mise en place ne sera pas beaucoup plus longue pour la tête d'affiche de ce soir là : Elysian Fields est réduit à son minimum. Jennifer Charles (châle noir, robe chamarrée) et Oren Bloedow (t-shirt noir estampillé Elysian Fields, casquette claire et Gibson ES-335 rouge) font leur entrée avec le sourire. Dans Les Champs Élysées, la chanson de Joe Dassin, ce dernier chante : Tu m'as dit "J'ai rendez-vous dans un sous-sol avec des fous qui vivent la guitare à la main du soir au matin". Bah... on y est Joe dans le caveau ! Ils sont là les dingos !



Malgré cette prophétie trentenaire éclairée, je crois bien que le nom Elysian Fields ne doit absolument rien à ce bon vieux Joe, ni à notre plus grande avenue du monde, mais plutôt à la mythologie grecque dans laquelle les champs Élysées sont l'endroit de l'enfer où les poètes se reposent tranquillement après leur mort... Un mini Elysian Fields dans une mini salle de concert comme l'espace Doun... ça ressemble peut être à ça une miniature de ces champs Élysées de la Grèce Antique ? Par rapport à leur prestations précédentes, certain pourront regretter l'absence d'un batteur, d'un bassiste, ou la maigre utilisation du piano (sur un seul morceau, je crois).



Personnellement, une fois de plus, je trouve que ces formations réduites en concerts peuvent avoir du bon. Avant le concert, j'avais un peu peur du qualificatif "jazzy" souvent utilisé à propos d'Elysian Fields, et peut-être grâce au côté plus roots de ce duo, c'était beaucoup plus blues-folk-pop. La voix de la dame est assez incroyable, sensuelle voire torride. Sa voix me rappelle celle de Hope Sandoval (Mazzy Star), en plus langoureuse (oui, c'est possible !). Son chant fait monter la température de la salle de quelques degrés et le public, tassé vers la scène, est assez rapidement conquis par ses chassons sombre et oniriques. Assez difficile de vous donnez une set liste complète. Il me semble pourtant qu'ils ont chanté des titres assez anciens comme Black Acres, mais ont surtout fait la part belle à leur dernier album avec Where Can We Go But Nowhere, How we Die ou encore Only for tonight. A noter une reprise assez surprenante (et très réussie) : la géniale All Apologies de Nirvana !



Elysian Fields tient la route en duo, Laetitia Sheriff est superbe en solo et Boy and the Echo Choir est une très belle découverte : une soirée de grande classe de plus à l'espace Doun ! Un seul regret : il n'y a décidément pas assez de concerts dans cette salle !



Boy and the Echo Choir : www.myspace.com/boysbook
Laetitia Sheriff : www.myspace.com/laetitiasheriff
Elysian Fields : www.myspace.com/elysianfieldsnyc

Des photos (et des vidéos) de Pirlouiiiit : ICI

> Réponse le 28 octobre 2010, par Videodrome

Nous sommes arrivés à la fin de boy and the ecochoir, dommage, cela avait l'air trés bien. J'ai donc acheté leur album (je ne me suis pas trompé, c'est trés bon). Ensuite, il y a eu la prestation de Laetitia Chariff, style Bat for lashes, belle prestation : seule avec une guitare. Mais j'avais tendance à "piquer du nez". Puis Elysian Fields, en couple avec une seule guitare, maniée de main de maitre. C'était trés agréable, musique trés dépouillée, peut être un peu trop pour moi, mais nous avons passé une trés bonne soirée. Je ne connaissais pas l'espace Doun : trés belle cave voûtée, pouvant contenir 200 personnes, ce soir là: 150 personnes. Petite remarque: il faut que le public s'assoit parterre sinon on ne voit pas les artistes!   La suite | Réagir


Elysian Fields : les dernières chroniques concerts

Elysian Fields  en concert

Elysian Fields par pirlouiiiit
Poste à Galène, Marseille, le 25/10/2016
Si je n'ai pas écrit sur ce joli concert c'est parce qu'initialement quelqu'un d'autre avait prévu de le faire ... mais vu qu'il a l'air tout aussi débordé qu'alors ... je vais... La suite

Elysian Fields en concert

Elysian Fields par Pierre Andrieu
Le Tremplin, Beaumont, le 26/05/2016
Deux ans à peine après son mémorable précédent passage au Tremplin, Elysian Fields était de retour en Auvergne pour présenter son tout dernier opus, le très beau Ghosts Of... La suite

Elysian Fields + Françoiz Breut en concert

Elysian Fields + Françoiz Breut par Karen Solvery
Épicerie Moderne, Feyzin, le 25/05/2016
Ce samedi 25 mai, c'est à l'Epicerie Moderne qu'avait lieu le concert de deux groupes palpitants (et c'est peu dire!!) : Françoiz Breut et son équipe, suivies par Elysian... La suite

Elysian Fields + Jólaköttur en concert

Elysian Fields + Jólaköttur par Pierre Andrieu
Le Tremplin, Beaumont, le 15/04/2014
" Mais oui, on t'aime, Jennifer ! " Moment privilégié en compagnie du groupe américain Elysian Fields au Tremplin, à Beaumont, le 15 avril 2014, avec en première... La suite

Laetitia Sheriff : les dernières chroniques concerts

Laetitia Sheriff - Pierre Bondu - Mobiil en concert

Laetitia Sheriff - Pierre Bondu - Mobiil par Philippe
Espace Julien, Marseille, le 26/11/2004
Gentiment invité à ce concert, j'y suis allé sans connaître ces artistes autrement que de nom. Pas de chance pour eux, dans le registre chanson française, le père Miossec est de... La suite

Feist + An Pierlé + Laetitia Shériff + Nouvelle Vague + OMR (Festival de Sédières 2004) par Pierre Andrieu
Grange du château de Sédières, le 22/07/2004
Le festival de Sédières 2002 et particulièrement les prestations réussies de Joseph Arthur, Hawksley Workman, Tindersticks, The Notwist, Miossec et Dominique A nous laisse un souvenir impérissable, celui de 2003 (annulé à cause du conflit des intermittents) est déjà oublié, place au festival 2004 et à son affiche de qualité et très fournie (7... La suite

Jeanne Balibar + Laetitia Shériff (Printemps de Bourges 2004) par Pierre Andrieu
Théâtre Jacques Coeur, Bourges, le 22/04/2004
Quand les femmes s'en mêlent, on ressort tout "chose" du Théâtre Jacques Cœur... Laetitia Shériff et Jeanne Balibar, les deux charmantes chanteuses qui se sont succédées sur les planches au cours de cette soirée ont séduit par leur beauté et par leur musique, pourtant assez différentes. Avec Codification, son premier album qui vient tout... La suite

Les EffervEssonne 2003 (et 2002) par Pierre Andrieu
Le Grand Dôme, Magic Mirrors à Villebon-sur-Yvette (91), le 25/12/2003
Retour sur les éditions 2003 et 2002 du festival Les Efferv'Essonne à Villebon-sur-Yvette... L'année 2003 a vu le festival prendre une dimension supplémentaire grâce à une programmation axée sur les qualités artistiques plutôt que sur les ventes d'albums. Le public a donc pu communier avec des artistes établis mais pas putassiers (Bashung,... La suite

Espace Doun - Rognes : les dernières chroniques concerts

Narrow Terrence / Mansfield Tya en concert

Narrow Terrence / Mansfield Tya par Jacques 2 Chabannes
Espace Doun Rognes, le 05/09/2009
" Deux Garçons, Trois Filles : 5(0000) Possibilités... " " Préquelle... " Le temps de glisser son blaze au sein du cadre de bois pendu à cet effet, et voici le Professeur... La suite

Interview d' <i></b>Elysian fields</b></i> en concert

Interview d' Elysian fields par Jacques 2 Chabannes
l'espace Doun Rognes, le 28/02/2009
"Un Duo Nommé Désir...". Immédiatement, elle se dirige vers-moi et m'interroge du regard, sourcils aux aguets. Une interrogation doublée immédiatement d'une question un poil... La suite

Elysian Fields + Thousand and Bramier en concert

Elysian Fields + Thousand and Bramier par stéphane Sarpaux
Espace Doun, Rognes (13), le 28/02/2009
L'espace Doun affiche ce soir complet pour la seconde date en France de la nouvelle tournée d'Elysian Fields, le groupe de la troublante Jennifer Charles et Oren Bloedow. Le... La suite

Giant Sand feat. The Desoto Caucus, Lucie Idlout & Lonna Kelley en concert

Giant Sand feat. The Desoto Caucus, Lucie Idlout & Lonna Kelley par Chlorophil
Espace Doun - Rognes, le 03/12/2008
Howe Gelb fait partie des musiciens pour qui j'ai le plus profond respect. De ceux qui ont accompagné ma vie depuis l'adolescence. De ceux qui font que la musique typiquement... La suite