Accueil Chronique de concert Laibach
Lundi 22 avril 2019 : 9526 concerts, 25454 chroniques de concert, 5249 critiques d'album.

Chronique de Concert

Laibach

Laibach en concert

Trabendo, Paris 25 mars 2019

Critique écrite le par

Incongru ! C'est probablement l'adjectif qui qualifie le mieux, l'étrange prestation donnée par la légendaire formation slovène Laibach au Trabendo en cette fin de mois de mars 2019. Pionnier du rock indus, martial et expérimental, influence majeure de groupes comme Ramnstein et Ministry, ce groupe tourne depuis le début des années 80 et rassemble un public d'initiés plus que fidèles lors de concerts qui sont de véritables performances visuelles, conceptuelles et auditives. L'une des singularités du groupe est la voix plus que grave du chanteur Milan Fras, qui ferait passer l'organe de Barry White pour celui d'un choriste des petits chanteurs à la croix de bois avant sa mue... Depuis de nombreuses années, Laibach a développé une expertise pour les reprises, ou plutôt des relectures de chansons connues, qui leur sont bien propres, puisqu'elles ressemblent souvent d'avantage à des titres de Laibach qu'aux morceaux initiaux. Des albums dédiés aux reprises des Beatles, des Rolling Stones et même des hymnes nationaux européens ont déjà vu le jour, et le morceau phare en tête de liste sur les sites de streaming est une reprise de "Life is life" du groupe Opus.



Mais lors de ce concert, ils sont allés beaucoup plus loin dans cet art de la reprise atypique puisque la première moitié du concert a été consacrée exclusivement à des reprises de la bande originale de "The sound of music". Pour les non-cinéphiles, il s'agit des chansons du film "La mélodie du bonheur" de Robert Wise, une "bleuette" multi oscarisée en 1965 qui mettait en scène une jeune apprenti nonne incarnée par Julie Andrews, chargée de devenir la gouvernante d'une famille nombreuse autrichienne orpheline de leur mère au moment de l'Anschluss dans les alpages autrichiens... Autant dire, que l'on est à des années lumières de l'imagerie martiale, sombre, ponctuée de références totalitaires du groupe... Le résultat est au final assez surprenant et déconcertant puisqu'on navigue entre la kitcherie la plus absolue et certains moments plaisants, voire même assez réussis sur les titres comme "Climb every mountain", et "Do ré Mi". On reste toutefois assez interloqués au moment ou les lumières se rallument pour un interlude de 15 minutes.

La deuxième partie du concert commence sous d'autres auspices avec le titre "Mi kujemo bodočnost" qui nous emmène dans un univers nettement plus en phase avec l'identité du Groupe. Milan Fras éructe ses textes tels des slogans menaçants sur des rythmes martiaux, alors que sont projetés des visuels sombres, guerriers ou totalitaires sur de grands écrans. Il est à noter que le show est extrêmement travaillé, que ce soit par la qualité du son, des lumières ou des animations projetées et particulièrement efficace. Les titres s'enchainent avec le même degré de qualité et une exigence qui pourrait traumatiser les amateurs des Beach Boys, de Simon and Garfunkel et de "La mélodie du bonheur". Les grands moments seront un titre appelé "Ti, Ki Izzivaš" qui sera suivi d'une reprise de "Sympathy for the Devil" des Rolling Stones et d'une relecture de "La Marseillaise" qui se conclura par le slogan "Make France great Again" porté par la voix d'outre-tombe de Milan Fras.

Le concert se conclura par une chanson issue de la bande Originale de la série B "Iron Sky", nettement plus en phase avec l'imagerie du groupe que la mélodie du bonheur, puis d'un dernier rappel incongru dans un registre Country Folk. C'est donc assez décontenancé que nous quittons la salle après cet exercice de style pour le moins iconoclaste, mais dont la qualité et la singularité sont à souligner et même à recommander !





> Réponse le 27 mars 2019, par Chris

[La Laiterie, Strasbourg - 26 mars 2019] Première partie du concert dédiée au dernier album, "The sound of music". Deuxième partie énorme. Industriel. Martial. Excellent ! On a même eu droit à la reprise des Stones, inattendu ! Le son était bon. Les lights et les vidéos efficaces. Vraiment un bon concert...   Réagir


Laibach : les dernières chroniques concerts

Laibach par Gandalf EinZweiDrei
Poste à Galène à Marseille, le 30/03/2008
Un petit tour et puis s'en va ! C'est un peu comme ça que l'on pourrait résumer la prestation du groupe slovène Laibach, qui faisait halte en province (chose assez rare par ailleurs), dans un Poste à Galène quasi plein. L'occasion de revoir des anciennes têtes du Trolley Bus, du 116 ou du Poste tout simplement. Car si j'allais voir ce... La suite

Laibach par Bruno
havana à Toulouse, le 27/03/2008
Terrible, ce groupe à un charisme et une présence sur scène assez impressionnants. Le chanteur et la chanteuse ont une voix au delà du réel, et même dans une petite salle comme le Havana ils arrivent à dégager des sensations peu banales. Concert génial, leurs morceaux sont encore mieux en concert ! La suite

Trabendo, Paris : les dernières chroniques concerts

John Garcia and the Band of Gold + Dead Quiet en concert

John Garcia and the Band of Gold + Dead Quiet par Lebonair
Le Trabendo - Paris, le 23/01/2019
Pour notre premier concert de l'année, on marche dans l'allée qui nous amène au Zénith de Paris en plein parc de la Villette et au dernier moment, on bifurque à droite direction la... La suite

Soom T + Omar Perry en concert

Soom T + Omar Perry par Lebonair
Le Trabendo - Paris, le 22/11/2018
C'est un programme haut en couleurs qui se présentait à nous en ce 22 novembre au Trabendo à Paris. A l'affiche, on retrouvait Omar Perry, artiste confirmé et respecté de la scène... La suite

Frank Carter & The Rattlesnakes en concert

Frank Carter & The Rattlesnakes par Samuel C
Le Trabendo - Paris, le 13/03/2018
Trop pop, pas assez hardcore (ou l'inverse), le show de Frank Carter & The Rattlesnakes laisse un goût mitigé à la soirée qui était très attendue. Les filles slamment, les... La suite

Thee Oh Sees en concert

Thee Oh Sees par Coline Magaud
Le Trabendo, Paris, le 14/05/2017
John Dwyer fait partie de ces musiciens qui sortent album sur album, fidèles à eux-mêmes et toujours sur la route pour défendre lesdites galettes. Huit mois jour pour jour... La suite