Accueil Chronique de concert Lilly Wood & the Prick
Mercredi 1er avril 2020 : 10066 concerts, 25961 chroniques de concert, 5290 critiques d'album.

Chronique de Concert

Lilly Wood & the Prick

Lilly Wood & the Prick en concert

Le Silo 18 mars 2016

Critique écrite le par

Cool ! Lilly Wood & the Prick au Silo. J'ai adoré les deux premiers albums du duo, et n'ai entendu que du bien de la salle.


Je commence par présenter mes excuses au groupe de première partie (Holy days) : j'ai fini tard, et un concert avec deux groupes qui démarre un vendredi soir à... 20h, ça a un léger goût de boum pour préadolescents. J'espère que d'autres ont su venir à l'heure. Bon son, beau volume, un décor atypique, j'ai commencé par être séduit par le Silo. J'ai ensuite perdu ma foi en voyant des armées de jeunes et jolies hôtesses sonder les foules pour des enquêtes de satisfaction sur la salle (ce bon vieux sexisme : aucune nana ne dépassant 25 ans, aucun mec, taille fine only). On est bien dans une salle issue du règne Gaudin, le progrès ne passera pas.


21h pile, le duo accompagné de trois musiciens débarque dans une salle bien remplie, ça glousse, ça crie " ouaaaaaaais !!! ", je respire un grand coup, ça va bien se passer. Je ne me souviens plus bien de l'ordre où ont été joués les morceaux, mais voici ce qu'il en ressort dans ma mémoire :


Le live confirme que le nouvel album est globalement pourri. Un seul titre a trouvé grâce à mes oreilles (Le chant des sirènes si ma mémoire est bonne ?), renforcé par de fabuleux effets de lumière, qui te collent une atmosphère de dingue. I Love You, N'importe quoi et Shadows m'ont donné envie de me pendre de nullité, le reste étant totalement anecdotique, et pas au quart du niveau des tueries des deux premiers albums.


En fait, ce qui me plaisait tant dans les deux premiers albums, c'était ce subtil équilibre entre musique finement composée et chant touchant, sans jamais sombrer dans la mièvrerie. Dans Shadows, le château de cartes s'effondre. Les compos s'essoufflent, les parties chant sont pauvres, l'alchimie n'est plus. Ils expliquaient s'être isolés (au Sénégal me semble-t-il) pour composer, je me demande s'ils n'ont pas eu l'effet pervers de la chose : devoir absolument pondre  un truc pour rentabiliser le séjour...


Sur les titres plus anciens, je n'ai été convaincu que deux fois. Le fait de jouer dans une grande salle doit -à mon avis- pousser le groupe à gonfler son set, le rendre plus rock, plus pêchu. La dimension intimiste ne peut pas prendre quand tu as des milliers de personnes en face (ou alors sur un ou deux morceaux). Et ça n'a été le cas qu'à deux petites reprises, lorsque les morceaux se sont allongés, et que leur (chouette) gratteux a enfin pu envoyer les watts. C'est d'ailleurs là que le public jubilait.


Enfin, chouette initiative de la part du groupe que de descendre au beau milieu du public pour interpréter deux morceaux comme ça, le plus simplement du monde. J'avais la chance d'être nez à nez avec eux, je trouvais l'idée vraiment cool...

...jusqu'à ce que tous les consanguins débarquent avec leurs smartphones.
J'étais face au groupe, personne entre eux et moi, et trois truffes (âges estimés à 25 ans quand même !), sont venues foutre leurs écrans en plein devant ma gueule, si bien que je ne pouvais presque plus rien voir... Autour du groupe se dressait un mur de smartphones.


Alors à vous tous, qui me lirez et qui avez filmé, un petit mot d'amour.

Vous êtes des tâches. De jeunes (et moins jeunes) UMPistes : vous faites votre propre kiffe au détriment des autres, avec vos écrans de merde, pour des vidéos à la résolution de merde, enregistrées avec une qualité sonore digne du fond de mes chiottes. Vous ne regarderez qu'une fois ces vidéos minables, les posterez sur vos pages Fb de mes deux, pour qu'aucune de vos connaissances ne clique dessus. Pourquoi ? Parce que s'ils veulent de la qualité, ils sauront se rappeler qu'il y a de vrais photographes accrédités, proposant des photos -voire des vidéos- mille fois mieux réalisées que vos conneries floues et cadrées à la mords moi le noeud. MAIS, puisque vous vous contrebalancez du vivre ensemble, vous continuerez à déranger l'ensemble des gens de façon éhontée, sans jamais parvenir à une remise en question. Vous êtes l'un des cancers du live, la raison pour laquelle je fuis les grandes salles.

BREF !


Au final donc, la mention "Peut mieux faire" : puisque le groupe cartonne désormais, j'espère qu'il gonflera ses prochains sets, histoire d'en donner pour les 30€ (!!!) qu'ont payé les gens dans le public. Et j'espère qu'ils reprendront les compositions sur une base saine, pour éviter une carrière à la Muse : deux premiers albums fantastiques, puis le reste façon " MH370 "...



photos validés par le groupe avant publication ...

 Critique écrite le 23 mars 2016 par Vand


Lilly Wood And The Prick : les dernières chroniques concerts

Les Insus, Lilly Wood And The Prick, The Avener, Deluxe, Caribbean Dandee, Giedré, Bastille, Pandour (Paleo Festival 2016) en concert

Les Insus, Lilly Wood And The Prick, The Avener, Deluxe, Caribbean Dandee, Giedré, Bastille, Pandour (Paleo Festival 2016) par Lionel Degiovanni
Nyon, le 22/07/2016
Paléo Festival de Nyon 2016, dernier jour... Pandour Pour ce dernier jour moi, je démarre la journée avec le show case de Pandour, qui est un jeune groupe Suisse... La suite

Festival Aluna 2013 : -M-, Tryo, Cali, Olivia Ruiz, Mika, Christophe Maé, BB Brunes, Lilly Wood And The Prick, Breakbot, Colours in the Street, Olivia Dorato, Gribz, La Ruelle en chantier, Camping de Luxe en concert

Festival Aluna 2013 : -M-, Tryo, Cali, Olivia Ruiz, Mika, Christophe Maé, BB Brunes, Lilly Wood And The Prick, Breakbot, Colours in the Street, Olivia Dorato, Gribz, La Ruelle en chantier, Camping de Luxe par Lionel Degiovanni
Ruoms, le 15/06/2013
Le festival Aluna se veut un savant mélange entre programmation d'artistes locaux et artistes à la hauteur nationale, et même internationale. Cette année est la 6ième édition et... La suite

Owlle + Lilly Wood and the Pricks en concert

Owlle + Lilly Wood and the Pricks par Agent Massy
Le Moulin - Marseille, le 01/02/2013
C'était une soirée avec deux filles qui chantent en anglais. La chanteuse de Owlle est sexy comme une femme chimique et malade des années 80. Il y a une filiation hype avec Mylène... La suite

Lilly Wood & the Prick + Owlle en concert

Lilly Wood & the Prick + Owlle par Ysabel
Moulin - Marseille, le 01/02/2013
Retour au Moulin, mais cette fois avec le balcon ouvert ... Et ça fait du monde !! Un public plutôt jeune d'ailleurs pour cette salle donc bien remplie, ce qui ne m'étonne pas... La suite

Le Silo : les dernières chroniques concerts

Philippe Katerine (featuring Lomepal) en concert

Philippe Katerine (featuring Lomepal) par Moog Arnoux
Le Silo - Marseille, le 13/12/2019
Bonjour. Vendredi 13 décembre 2019 je suis allée au concert de Philippe Katerine et je suis mandatée pour écrire une chronique. Je ne me sens pas d'écrire ça hors l'abyssal... La suite

Max & Igor Cavalera en concert

Max & Igor Cavalera par Rich
Le Silo - Marseille, le 03/12/2019
Les frères Cavalera étaient de passage à Marseille ce mardi 3 décembre dans le cadre de leur tournée "Beneath/Arise", 2 albums cultes de leur ancien groupe Sepultura dont il furent... La suite

Oxmo Puccino + Col En Fleurs en concert

Oxmo Puccino + Col En Fleurs par Sami
Le Cepac Silo, Marseille, le 27/11/2019
Coïncidence ou pas, cette semaine est placée sur le rap des années 90 avec la sortie d'un album d'IAM (dont le concert au Silo prévu en mars est déjà complet), les adieux de... La suite

Joey Starr en concert

Joey Starr par Agent Massy
le Silo, Marseille, le 19/03/2019
Il s'agit d'un one-man show avec un pupitre et un canapé club sur scène. Public assez homogène, blanc, classe moyenne supérieure, 40 ans. Il s'agit de dire des textes classiques... La suite