Accueil Chronique de concert Lo Cor de la Plana, Vibrion, Moussu T, Grand Corps Malade (Fiesta des Suds 2006)
Dimanche 8 décembre 2019 : 10066 concerts, 25828 chroniques de concert, 5280 critiques d'album.

Chronique de Concert

Lo Cor de la Plana, Vibrion, Moussu T, Grand Corps Malade (Fiesta des Suds 2006)

Lo Cor de la Plana, Vibrion, Moussu T, Grand Corps Malade (Fiesta des Suds 2006) en concert

New Dock des Suds 26 octobre 2006

Critique écrite le par

Comme toujours c'est avec réticence que je vais à la Fiesta des Suds, faux festival (pas de pass = pas de festival), vraie pompe à subventions, "fête populaire" du moins quand les invitations peuvent rentrer, tarifs des consos souvent prohibitifs et surtout, jauge trop élevée, depuis à peu près toujours : serrés de partout, tout le temps. Quand le Dock a brûlé, on a parlé de malchance ? Bonne blague, moi j'ai parlé de chance : chance que ça ne soit pas arrivé un soir de concert, chance que ce soit arrivé avant qu'un jour un mouvement de panique quelconque ait fait des morts dans ce lieu dramatiquement mal fichu, mal ventilé, mal sécurisé.

Bon, en tout cas autant la soirée d'ouverture à eu l'air surpeuplée, autant ce soir on circule tranquille. Et puis les scènes sont placées si haut que même les handicapés en fauteuil y verront peut-être presque quelque chose, et par exemple celui avec la béquille qui va y slammer ce soir. Bon, ils verront moins bien que des 2 tribunes VIP bien sûr, faut pas déconner, les potos du Conseil Général, on va pas les mettre dans la fosse quand même... Autres détails qui fâchent, la bière en alu à 5 euros ou l'eau chaude dans les cabinets rappellent rapidement où l'on est. Et bien sûr on ricane comme toujours de voir les guignols d'Attac se fourvoyer dans ce temple de la consommation.

Mais Lo Cor de la Plana me rappelle à l'ordre : arrête de râler, c'est pour la programmation que t'es venu ! Le chant polyphonique bien connu de ces 6 gaillards déclenche rapidement des farandoles effrénées. Tout ça a capella, avec seulement quelques tambourins, le talent de Manu Théron pour tout mettre en musique (ah, la voix de ce type ...). Ils remettent au goût du jour des airs traditionnels parfois tristes, souvent rigolos (Fais le cocu ma fille, ton père l'était bien), on se retrouve à danser et à taper des mains naturellement. Une fanfare de cuivres au look très 'Royal de Luxe' vient leur prêter main-forte, talentueuse et cacophonique à la fois, le mélange est très sympa aussi. On s'éloigne quand même pour ne pas rater le thème de la soirée : le slam.


En chroniquant le disque sympa de Grand Corps Malade, j'avais été un poil énervé qu'on le présente comme le "premier", puisque par ici on suit la carrière de vibrion depuis bien longtemps. Ce soir, réconciliation : les deux vont pouvoir discourir, et dans le bon ordre ! C'est donc sur une très belle scène (non je ne dirai pas que du mal de l'organisation) sous l'autoroute, qu'on rejoint Fred, Eric et leurs musiciens célestes, en train de Décliner les Bleus. Il y a pas mal de monde par rapport à certaines programmations difficiles du groupe (comme l'ouverture de Marsatac en 2005) même si le public semble, comme à l'accoutumée, un peu désarçonné par cette musique.

Car au fond, pourquoi ne pas danser comme des fous sur Fusées (Kadish) et son rythme techno ? Nous on ne s'est pas gênés. Car ceux qui en attendaient une plus dansante seront déçus, ici on est d'abord politique : J'ai 8 ans, texte horrible décliné avec un petit sourire, L'Amérique, slam a capella foudroyant et texte fabuleux (malgré un petit bug de transmission neuronale après Gorge, bouche, gorge, bouche !), le public devient plus attentif. Une nouveauté (Dans le Stade ?) assez lancinante, à réécouter, ça semble se moquer des supporters - vibrion sait comment se faire des amis. Et puis la difficile Khora, à la musique crypto-industrielle puis percutante, celle qui m'avait fait aimer le groupe à la base. Au rappel, tout le monde salue et en bonus, Ce mec s'effrite c'est sûr, très hip hop, classe. Comme prévu donc, excellente prestation !

En attendant la suite du slam, on s'autorise un petit tour à Moussu T e lei Jovents : un groupe de reggae avec des bouts de Massilia dedans : le Tatou et son célèbre bleu de travail chantent de gentilles comptines occitanes d'un ton désinvolte, les deux musiciens sont en place, c'est assez sympa mais... c'est du reggae, je ne suis pas fan. Et pas question de rater celui que j'ai vu dans un contexte complètement différent : perdu parmi les rockeurs, Grand Corps Malade nous avait surpris et enchantés à Rock en Seine l'été dernier, alors cette fois-ci on est là pour lui !


A 22 h 30 pétantes, le Grand Corps Malade débarque sous l'autoroute ! Le public est conquis d'avance et le premier texte plante le décor : être handicapé en France (à plus forte raison, à la Fiesta), c'est d'abord se forger un Mental de résistant. Sa grosse voix grave nous enveloppe, il enchaîne avec la combattante Le Jour se lève et présente son percussioniste, Mr Feedback. Puis l'optimiste Sur mes deux oreilles. Il prend par la main un public très attentif (et qui semble pour pas mal d'entre eux découvrir le texte, je les envie) pour visiter 93200 Saint-Denis (ça tombe bien, cette petite moquerie vis à vis des parisiens, ça marche bien par ici). Après le bien qu'il en a dit, comparer Marseille à un grand Saint Denis au bord de la mer mettra définitivement le public dans sa poche ! Il en profite pour présenter son trio gagnant et drôle : ma Tête, mon coeur et mes couilles, qui fait toujours son effet...

Mais voici Midi 20, l'un de ses meilleurs textes ; le public scandera 'Appelez-moi GCM' avec lui. Ensuite, ça déroule et tout est agréable : Paris le Matin où le plaisir d'être chomeur volontaire, 6e sens où la difficulté d'être regardé par les autres quand on est handicapé. La faussement méchante Attentat Verbal, et par contre la vraiment détestable et hilarante J'aime pas les gens (bonne surprise, elle est sur son site web ici mais je pensais pas qu'il oserait). Il continue sur la chanson Chercheur de Phase au final musical enchanteur, J'ai oublié combattante et presque rap, puis un joli texte d'amour à sa béquille, et l'inévitable et un peu balourde Voyages en Train, sauvée par son duo piano-violon.

Bonne chose de faite, on peut passer à l'autre texte marrant : L'appart de célibataire. Puis il invite son pote John Pucc'chocolat à faire le duo Ca peu chémar où il feront participer la foule. Son collègue très doué mettra une gros ambiance en slammant quelques instants en ricain. Un autre texte d'amour assez joli (j'ai pensé à Renaud, dans le temps), cette fois à une fille, et puis la superbe Toucher l'instant. Le concert est déjà fini, mais le public lui fait un juste triomphe et le grand gaillard ne tarde pas à ramener sa carcasse et ses jolies musiciennes !

Il dit alors un texte technique (non de dieu, ça n'a pas du être facile à mémoriser) où revient sans cesse la syllabe "vers". Il enchaîne avec Vu de ma fenêtre et finit sur la chouette Les Rencontres. Il pensera à remercier tout le monde et faire saluer son groupe sous un tonnerre d'applaudissements. Si l'effet de surprise n'a pas joué comme la première fois (découvrant ses meilleurs textes et sa voix, j'en avais eu la chair de poule), j'ai tout de même apprécié de revoir tout ça, et ce très charismatique slammeur, tout en enviant les gens qui l'ont découvert ce soir. Une très bonne soirée donc, et à la Fiesta des suds ? Ma foi, tout arrive !

PS 1 : exceptionnellement pas de photos hélas, Pirlouiiiit a été empêché - ces photos prises ailleurs (par votre serviteur) à la place...
PS 2 : en bonus, ouais tout ça c'est un peu de la triche mais au moins la maison ne recule devant aucun sacrifice :
3 petites vidéos de vibrion au Cabaret Aléatoire par ici et une de Grand Corps Malade à Paris par !

Grand Corps Malade : les dernières chroniques concerts

Festival Paléo : Verveine + Grand corps malade + Murmures Barbares + Lisa Leblanc + Elton John + Klô Pelgag + La Rue Ketanou + Oy + The Parov Stelar band  en concert

Festival Paléo : Verveine + Grand corps malade + Murmures Barbares + Lisa Leblanc + Elton John + Klô Pelgag + La Rue Ketanou + Oy + The Parov Stelar band par Lionel Degiovanni
Nyons ( suisse ) , le 24/07/2014
Pour ce début de jeudi, nous assistons au showcase de Verveine. Cette jeune Veveysane a eu bien du mal à être à l'aise lors de ce show case. En effet, elle était toute... La suite

Les Francofolies de La Rochelle 2014 : Grand Corps Malade en concert

Les Francofolies de La Rochelle 2014 : Grand Corps Malade par Lebonair
La Coursive-Grand Théâtre, La Rochelle, le 13/07/2014
Juste après la prestation de La Maison Tellier à la Salle Bleue, je reste à la Coursive mais je file juste à côté au Grand théâtre pour ne rien rater de la prestation de... La suite

Grand Corps Malade + Sourire à la Vie en concert

Grand Corps Malade + Sourire à la Vie par Ysabel
Le Silo - Marseille, le 22/01/2014
Ce soir, Le Silo a revêtu sa configuration assise pour recevoir Grand Corps Malade, un artiste hors norme, tant par sa taille que par son talent. Nous prenons donc place sagement,... La suite

Grand Corps Malade en concert

Grand Corps Malade par audrey
Pasino (Aix en provence), le 21/01/2011
Ambiance slam au Pasino (Aix en provence) en ce début d'année avec Grand Corps Malade. Étant fan du premier album "midi 20" et ayant été plutôt déçue par le second "enfant de la... La suite

Lo Cor de la Plana : les dernières chroniques concerts

Sam Karpienia + Lo Cor de la Plana + Oncle Bo  en concert

Sam Karpienia + Lo Cor de la Plana + Oncle Bo par Pirlouiiiit
Chez la Fée Zoé, Marseille, le 26/07/2019
J'avais vu passé l'info sur Concertandco et ça me tenter bien ... Apero du Lamparo du côté de la rue Thubaneau avec showcase du Cor de la Plana (pas vus depuis ....) et Sam... La suite

Lo Cor de la Plana feat. Aime Brees et Henri Maquet (Noel des Pays dOc) en concert

Lo Cor de la Plana feat. Aime Brees et Henri Maquet (Noel des Pays dOc) par Pirlouiiiit
Eglise Saint Just, Marseille, le 23/12/2015
Philippe ayant, par sa récente chronique, attiré mon attention sur le passage du Cor de la Plana à l'Église Saint Just à l'occasion de cette 23ème édition des (désormais quasi... La suite

Noël des Pays d'Oc - Lo Cor de la Plana en concert

Noël des Pays d'Oc - Lo Cor de la Plana par Philippe
Salle polyvalente, Mallemort (13), le 20/12/2015
Aucun habitant du quartier dit de la Plaine de Marseille n'ignore plus, espérons-le, l'existence d'un choeur masculin en occitan(s), qui rayonne bien au delà de notre bonne ville... La suite

Lo Cor de La Plana en concert

Lo Cor de La Plana par Sebsousladeferlante
J1 - Marseille, le 17/03/2013
En l'occasion de la Saint Patrick j'entre pour la première fois au J1. A l'ouverture des grilles il faut gravir des escaliers métalliques qui donnent sur une plate forme dix... La suite

Vibrion : les dernières chroniques concerts

Vibrion + Daffysam en concert

Vibrion + Daffysam par Pirlouiiiit
Nomad Café - Marseille, le 09/05/2008
Un petit mot vite fait à propos du concert de vendredi dernier (alors que personne n'a encore laissé de trace des concerts de Elektrolux, Spleen + Yael Naim , Massilia Sound... La suite

Nawal, Bains Douches & guests, Anita & Trio Fernandez, Musard, Anaïs, Vibrion (Marseille Solidarité Liban) en concert

Nawal, Bains Douches & guests, Anita & Trio Fernandez, Musard, Anaïs, Vibrion (Marseille Solidarité Liban) par Philippe
Cabaret Aléatoire, Marseille, le 22/09/2006
Bien belle initiative ce soir, organisée par un collectif formé pendant l'été et manifestation placée fort intelligemment (pour éviter tout blabla sur une possible dérive... La suite

Vibrion par Delphine
Théatre des Salins - Martigues, le 25/11/2005
La voûte de la salle s'étoile, les lumières diminuent et c'est dans la chambre noire de la petite salle des Salins qu'apparaissent cinq silhouettes voilées voilant les volutes de la scène naissante : les membres du groupe Vibrion. Guitare et violoncelle initient les premières mesures. Le temps s'écorche, se libère. Suspension. Et chacun de se... La suite

Kid Koala / The Herbaliser / X-Ecutioners / Vibrion / Birdy Nam Nam / Busdriver (Festival Marsatac) par Ultrateckel
J4 - Marseille, le 23/09/2005
Bon, puisque je n'ai pas vu les mêmes groupes que Philippe et qu'en plus je n'ai pas forcément le même avis sur ceux qu'on a vu tous les 2, je fais ma petite chronique... Tout d'abord et définitivement, la place où il fallait être hier soir pour tout fana de hiphop (genre dont je suis complètement fan que depuis quelques années, mais maintenant... La suite

New Dock des Suds : les dernières chroniques concerts

Alt-J + Holy Two en concert

Alt-J + Holy Two par Sami
Dock des suds, Marseille, le 15/05/2018
Du rock au Dock des suds ? Ça se compte en années en ce qui me concerne, Rodrigo y Gabriela en 2014, hormis quelques souvenirs de festival Marsatac (un peu), fiesta des suds et... La suite

Fiesta des Suds : Amadou et Mariam + Labess + Big Flo et Oli + Mat Bastard + Puerto Candelaria  en concert

Fiesta des Suds : Amadou et Mariam + Labess + Big Flo et Oli + Mat Bastard + Puerto Candelaria par Lsl
Dock des suds Marseille , le 19/10/2017
La Fiesta est là depuis plus de deux décennies pour nous rappeler de continuer à aimer, rêver, danser et faire la fête ensemble et cette année tous les artistes conviés nous l'ont... La suite

Global Local #5 (La Chica, K.O.G and the Zongo Brigade, BCUC) en concert

Global Local #5 (La Chica, K.O.G and the Zongo Brigade, BCUC) par Lumak
Docks des Suds, Marseille, le 07/10/2017
J'arrive sur le dernier morceau de la franco-vénézuélienne La Chica, c'est dommage car j'avais envie de l'écouter, heureusement après quelques hésitations elle fait un rappel en... La suite

Uéi + Maarja Nuut & Hendrick Kaljujärv + Pachibaba + Walkabout Sound System (Babel Med 2017) en concert

Uéi + Maarja Nuut & Hendrick Kaljujärv + Pachibaba + Walkabout Sound System (Babel Med 2017) par Pirlouiiiit
Dock des Suds, Marseille, le 17/03/2017
En complément de la chronique de cette deuxième soirée du Babel Med par Sami qui a déjà parlé de Rachid Taha, Dj Djel Mars Band, A Filetta, Vocal Sampling, One Foot et... La suite