Accueil Chronique de concert Lou Reed
Mercredi 26 février 2020 : 10787 concerts, 25932 chroniques de concert, 5287 critiques d'album.

Chronique de Concert

Lou Reed

Luxembourg, Rockhall 6 juin 2012

Critique écrite le par

Alors pour commencer, Lou n'avait pas une heure de retard il était annonçé à 21h 30 et il a joué à 21h40. Ensuite le groupe est constitué de musiciens de haute volée, Rob Wasserman, bassiste légendaire. Tony "Thunder" Smith est un des meilleurs batteurs du monde il joue avec Lou depuis une quinzaine d'années. Les deux guitaristes Aram et Tony D sont epoustouflants et l'un d'eux (Tony D) joue des parties de violons fantastiques.

Osez dire qu'il est moyen après avoir entendu cette version d'"Heroin" relève de l'aveuglement auditif si j'ose dire. Et Lou a 70 ans, l'époque ou il mettait un collier de chien en se dandinant sur scène est bel et bien fini. Certes il marche difficilement mais Lou n'est pas Mick Jagger, je vais le voir depuis 25 ans et son style ç'est d'être statique devant son micro, l'énergie est dans la musique et la voix, et quelle voix !

Ce soir là sa voix était riche et profonde et la set list s'adressait à des initiés. Seule vrai faute: le morceau "Mistress Dread" tiré de "Lulu" la collaboration médiocre avec Metallica. Trop experimental et brutal à jouer devant un public.
Mais le reste méritait plus que le détour.

1) Brandenburg Gate (Lulu) bien meilleur que sur le disque
2) Heroin (N'importe quel fan rêve de l'entendre sur sçène surtout dans une version aussi inspirée)
3) I'm Waiting For The Man (Un classique absolu interpreté brillamment)
4) Senselessly Cruel (Une pépite datant de 1976 sur l'album Rock And Roll Heart, joué de façon trés rock avec des coeurs presque funk)
5) The View (Lulu) un peu faible dans la compo mais joué très aggressif
6) Misstress Dread (voir au dessus)
7) White Light/White Heat (Irrésistible, toujours aussi impressionant 45 ans après)
8) Street Hassle: morceau historique (dé)composé en trois parties, un long monologue funky et entêtant avec une orchestration brillante. Mon moment preferé de la soirée.
9) Cremation: petit bijou tiré de l'album Magic And Loss (1992) la voix de Lou envoûte sur ce type de chanson.
10) Think It Over: une merveille datant de 1980 sur l'album "Growing Up In Public" qui mérite à elle seule le ticket de la soirée.
11) Walk On The Wild Side: Seule concession "commerciale" accordé ce soir mais reinventé de maniére ébouriffante grâce au saxo frénétique de Urich Krieger et aux riffs brillants de Aram Bajakian.
En Rappel:
12) Junior Dad (encore Lulu): Trop longue intro mais bien meilleur que sur l'album encore une fois
13) Sad Song: tiré du chef d'oeuvre "Berlin" (1973) qui clôture l'album et qui termine le show sur une note grandiose et puissante.
Mais qui donc peut balancer autant de sonorité frontalement rock et agressive à 70 ans ?
Iggy lui, a choisi "les feuiles mortes" tout un programme.

> Réponse le 08 juin 2012, par vicious

Bruno, est-ce que tu travailles à l'agence de communication ou marketing de Lou Reed ? Je ne comprends pas comment tu peux dire que ce soir là, sa voix était "riche et profonde" ou que le programme du concert était pour "initiés". J´ai assisté à plusieurs concerts de Lou Reed et je n´ai jamais vu telle manque de richesse et profondeur. D´ailleurs, le programme ou l´ordre des chansons, c´est le moins important. Je peux écouter "Sister Ray", "Waiting for the man" ou les derniers travaux avec Metalica à condition qu´ils soient bien joués. Malheureusement il me semble qu´il ne s´agit pas d´une mauvaise soirée, mais, comme indiqué ci-dessus, je crois que c´est plutôt une question d´âge ou de fatigue de l´artiste. Quant au reste des musiciens, je ne doute pas qu´ils jouent bien, mais...  La suite | Réagir

> Réponse le 13 juin 2012, par JMA

Vu Lou reed à l'olympia le 11 Juin et c'était bon, vieux et affaibli on le savait déjà et alors ? Un parti pris égalitaire dans l'occupation de la scène : tous alignés, un son pas si fort que ça et plutôt bon, et la voix toujours là ! En plus, il nous évite l'entrée de star et éclairages vulgaires (pour le coup quasi minimaliste) alors bon on pardonne les 2 morceaux métal, reste un Sad song long et bon un Heroin, moins juteux qu'a l'origine mais avec un ressac bien senti et un ensemble trés cohérent, même si un peu doux...  Réagir


Luxembourg, Rockhall : les dernières chroniques concerts

Vianney + Eugénie en concert

Vianney + Eugénie par Fabrice Lmb
La Rockhal - Esch Sur Alzette (Lux), le 26/04/2017
Fort d'un nouvel album éponyme, Vianney était de passage à La Rockhal ce mercredi soir. Seul sur scène, il nous aura présenté les titres extraits de ce deuxième opus. Le public... La suite

Lou Reed en concert

Lou Reed par pierrotpj
Luxembourg, Rockhall, le 06/06/2012
Il faut malheureusement le dire, ce concert commencé avec plus d'une heure de retard au Rockhall au Luxembourg était assez pathétique : Lou Reed avait vraiment l'air d'un... La suite

Smashing Pumpkins en concert

Smashing Pumpkins par Jehuty
Rockhal - Esch-sur-Alzette (Luxembourg), le 03/12/2011
Hey ! C'est peu avant leur reformation de 2007 que j'ai découvert les Smashing Pumpkins et il faut dire que Mellon Collie and the Infinite Sadness avait été pour moi une... La suite

U.D.O. + Sevenfield + Side Winder en concert

U.D.O. + Sevenfield + Side Winder par Abigail Darktrisha
Ampli à Billère, le 30/10/2011
Il m'aura été bien difficile de faire un choix entre la présence de U.D.O. à Billère et celle de Amon Amarth le même soir en Espagne à Barakaldo, lieu quasiment devenu ma... La suite