Accueil Chronique de concert Madness
Samedi 16 décembre 2017 : 10872 concerts, 24778 chroniques de concert, 5189 critiques d'album.

Chronique de Concert

Madness

Madness en concert

Salle Pleyel, Paris 11 novembre 2017

Critique écrite le par

C'est la première fois que j'allais à la salle Pleyel pour un concert de rock, ou plutôt de ska... C'est une très belle salle, bien refaite, avec une très bonne acoustique mais assez feutrée et des places au ¾ assises. Si cela ne poserait aucun problème pour des artistes comme Alain Souchon, Agnès Obel ou King Crimson, il parait quelque peu incongru de programmer des têtes d'affiches comme Alice Cooper, ou Madness que nous allons voir ce samedi 11 novembre 2017. Madness, c'est ce groupe de Ska Pop survolté, dont la discographie est une succession de tubes et dont la popularité en Angleterre est difficilement imaginable de ce côté du Channel, où l'on a vite fait de résumer leurs 40 années de carrière au tube "One step beyond" et au générique de l'émission d'ameublement de l'épouvantable Valérie Damido. Pour les initiés français, dont la moyenne d'âge tourne désormais allègrement autour de la cinquantaine, Madness rime avec "harrigton", "cravate à damier", "creps", lunette noires et chapeau de feutre mais surtout avec des concerts explosifs, drôles, ou toute la salle chante et danse emporté par le rythme, l'euphorie, les refrains fédérateurs et la générosité propre à ce gang de Camden town.



Malheureusement, en ce 99ème anniversaire de l'armistice de 1918, on ne peut pas franchement dire que Madness ait donné un concert digne de sa réputation ou de ses précédentes escales parisiennes. Mais était-ce vraiment Madness qui arpentait les planches de la salle Pleyel ? Un seul être vous manque et tout est dépeuplé ! C'est au final cette citation qui explique le mieux ce qui s'est passé lors de ce concert. Comme pour les Specials avec Terry Hall et Neville Staples, l'équilibre de Madness sur scène repose essentiellement sur le duo que forment Suggs, le chanteur principal, avec Chas Smash, le deuxième chanteur qui vient lui prêter main forte pour faire claquer tous les refrains, qui harangue la foule en dansant ou en envoyant des solos de trompettes. Comme lors du dernier concert parisien des Specials, où Neville Staples manquait à l'appel, c'est un Madness amputé de Chas Smash qui se présentait sur la scène de la salle Pleyel. Du coup, malgré les pitreries de Suggs et l'énergie du saxophoniste Kix, la scène semblait bien grande pour les vétérans de Camden town. C'est un peu comme s'il manquait 50% de l'énergie légendaire du Groupe. Sans Chas Smash, les refrains n'explosent plus et n'ont plus l'ampleur qu'ils devraient avoir. Le concert ne décolle pas et ce qu'il reste de Madness peine à trouver un second souffle et à faire danser la salle, alors qu'un concert du combo anglais au complet ne connait pas le moindre temps mort. Pourtant, la set list est en or massif ! Avec la traditionnelle entrée sur "One step beyond" , c'est une avalanche de tubes qui s'enchainent. "Embarassement", "The prince", "Baggy trousers", "It must be love"... Les titres du nouvel album "Mr Apples" et "Herbert" se fondent sans peine parmi les standards du groupe car l'esprit, l'écriture et le savoir-faire sont bien là.

Pourtant, rien n'y fait, Madness n'atteindra jamais son rythme habituel ! Bien sur ce n'était pas mauvais ! "House of Fun", "Night Boat to cairo" restent de très très bonnes chansons et emmènent aisément le public avec elles. Un néophyte qui verrait le groupe sur scène pour la première fois trouverait même le concert hyper sympa, mais ce n'était pas Madness... Quand il manque un frère Gallagher dans Oasis, Keith Richards dans les Rolling Stones ou John Lennon dans les Beatles, cela devient une performance solo. Au final c'est donc d'avantage à un concert solo de Suggs qu'à un concert de Madness auquel nous avons assisté en ce 11 novembre 2017. Cette version Canada dry de Madness souffrait des mêmes maux que les Specials lors de leur escale au Bataclan il y a quelques années. Il y avait beaucoup plus de soda que d'alcool dans le verre pour que ce soit explosif comme se doit de l'être un show de ces deux groupes. Alcool frelaté, mèche mouillée, performance solo, ce ne sont pas les mots que l'on aime employer quand on parle de Madness ou des Specials...


Madness : les dernières chroniques concerts

Madness + Les Wampas  en concert

Madness + Les Wampas par lol
Zenith Paris, le 14/05/2010
Angleterre, début des années 80, l'Angleterre est encore une ile sans tunnel. Une ile plongée dans la pire crise économique de son histoire. La dés-industrialisation fait rage .Les... La suite

(mon) Rock en Seine 2009, 1/3 : Keane, Gush, Yeah Yeah Yeahs, Passion Pit, Madness, Vampire Weekend, Bloc Party, Oasis (annulation de), Vitalic en concert

(mon) Rock en Seine 2009, 1/3 : Keane, Gush, Yeah Yeah Yeahs, Passion Pit, Madness, Vampire Weekend, Bloc Party, Oasis (annulation de), Vitalic par Philippe
Saint-Cloud, Parc de Saint-Cloud, le 28/08/2009
Retour à Saint-Cloud, pour la 5ème fois déjà alors qu'on aurait pas forcément parié sur l'espérance de vie d'un tel événement, pour une dernière communion en plein air, sur la... La suite

Bombay Bicycle Club - Starlight Girls - Terakaft - Madness (Sziget Festival 2014) en concert

Bombay Bicycle Club - Starlight Girls - Terakaft - Madness (Sziget Festival 2014) par Peribrux
Budapest en Hongrie, le 16/08/2014
Sixième jour du Sziget Festival... Le samedi 16 août 2014, Main Stage. L'après-midi a débuté avec le groupe londonien BOMBAY BICYCLE CLUB, composé de JACK STEADMAN, JEAMIE... La suite

Salle Pleyel, Paris : les dernières chroniques concerts

Alice Cooper en concert

Alice Cooper par Samuel C
Salle Pleyel - Paris, le 03/12/2017
Pleyel, temple de la musique symphonique et de la variété : son marbre, son style art déco et ses fauteuils rouges. Un lieu classé monument historique au coeur du triangle... La suite

Benjamin Biolay en concert

Benjamin Biolay par Xavier Averlant
Salle Pleyel, Paris, le 25/09/2016
Après le concert du mois de juin à Lyon, c'est dans une Salle Pleyel toute rénovée que Benjamin Biolay est venu présenter son nouvel album "Palermo Hollywood". Depuis sa... La suite

Agnes Obel + St. Vincent + Kurt Vile And The Violators (Festival Days Off 2012)  en concert

Agnes Obel + St. Vincent + Kurt Vile And The Violators (Festival Days Off 2012) par Pierre Andrieu
Salle Pleyel, Paris, le 09/07/2012
Alors que restent en mémoire les prestations mémorables d'Antony And the Johnsons et Sufjan Stevens, Bryce Dessner & Nico Mulhy, c'est déjà le dernier soir du Festival Days... La suite

Sufjan Stevens, Bryce Dessner et Nico Muhly, Planetarium (avec New Trombone Collective et Navarra String Quartet) (Festival Days Off 2012) en concert

Sufjan Stevens, Bryce Dessner et Nico Muhly, Planetarium (avec New Trombone Collective et Navarra String Quartet) (Festival Days Off 2012) par Pierre Andrieu
Salle Pleyel, Paris, le 06/07/2012
Orgasmique et cosmique le rendez-vous avec Sufjan Stevens, Bryce Dessner et Nico Muhly, de passage à la Salle Pleyel, à Paris, pour présenter à l'occasion du festival... La suite