Accueil Chronique de concert Madrugada + La Grande Sophie
Lundi 18 novembre 2019 : 11327 concerts, 25769 chroniques de concert, 5278 critiques d'album.

Chronique de Concert

Madrugada + La Grande Sophie

la Coopérative de mai Clermont-Ferrand 13 octobre 2001

Critique écrite le par

Tout d'abord, une petite mise au point : La Grande Sophie n'est pas vraiment grande et elle n'a pas les cheveux rouges comme sur les affiches. Elle est passée pas loin de moi, j'ai pu le constater. Elle bénéficie de proportions tout à fait dans la norme et elle est brune. Encore une fois, on nous ment éhontément pour vendre plus de disques ! Si je n'étais pas timide, j'aurai pu lui demander si elle s'appelait réellement Sophie, mes petites névroses et mes phobies m'en ont empêché. Caramba encore raté ! La Grande Sophie est accompagnée par cinq jeunes-hommes qui sentent des dessous de bras en fin de semaine. En tout cas, c'est ce qu'elle nous a dit. Guitare lead, basse, batterie, claviers et trompette soutiennent la voix et la guitare rythmique de la frisée Sophie. De loin, elle ressemble à une P.J. Harvey française et souriante. La musique, plutôt calme, avec quelques moments distordus, n'est pas très originale. Toutefois, le pop-rock à la française de La Grande Sophie emporte l'adhésion grâce à l'humour des textes, au naturel des interventions et à la joie de jouer de tous les musiciens. Elle dédicace la dernière chanson "aux dépressifs du monde entier", "et ils sont nombreux", rajoute son manager. C'est la première fois qu'on me dédicace une chanson, ça me fait bien plaisir que quelqu'un pense à moi ! Après cette chanson enjouée, ils quittent la scène. Le fan club étant bien présent, ils récoltent de nombreux applaudissements enflammés et obtiennent un rappel triomphal. Ils jouent une version rigolote de la chanson "These boots are made for walking", composée par Lee Hazelwood et immortalisée par Nancy Sinatra en 1966. Cette chanson est une merveille de pop song sixties. Cela prouve, s'il était nécessaire, que la Grande Sophie est une femme de goût !
Même s'il n'avait pas drainé les foules en novembre 2000, le premier passage de Madrugada à la Coopé m'avait laissé une excellente impression. Il est sûr que ces quatre norvégiens auraient du mal à éviter les quolibets en première partie de Frankie Vincent lors d'une soirée étudiante comme la Boudu Noche. Ils ne sont pas très fun, ils sont sobres dans leurs prestations et dans l'instrumentation, l'entertainement n'est pas exactement leur tasse de thé. Le début du concert est très calme, presque religieux, on se sent irrémédiablement happé par les atmosphères sombres et ténébreuses de Madrugada. Après le premier titre, "Beautyproof", les morceaux s'enchaînent et gardent ce charme particulier. Extraits du deuxième album, plus calme, "Black Mambo" et "Two black bones" sont très réussis. La voix mâle du chanteur, mise en avant à juste titre, est le point fort du groupe. Loin d'en faire des brouettes, alors qu'avec ses atouts vocaux et physiques, d'autres se la péteraient gravement, il interprète avec ferveur et retenue des compositions simples. De temps en temps, il empoigne une Telecaster, une guitare sèche ou un piano pour enrichir un peu le son. En écoutant Madrugada, on pense aux Doors pour les ambiances et à Neil Young & Crazy Horse pour la guitare incisive mais minimaliste. Le guitariste joue les notes qu'il faut, sans en rajouter. Le bassiste, très présent dans le son du groupe, est parfait. Enfin, le batteur, qui joue sur un tempo assez lent, est aussi à l'aise sur les morceaux calmes que sur ceux qui décapent les tympans. Quand ils le veulent, les quatre Madrugada peuvent produire un mur du son. Le titre "Higher" de l'album "Industrial silence" est un bon exemple de la puissance de feu que le groupe peut atteindre. Grâce à ces changements, le concert n'est pas monotone et quand ils quittent la scène après une heure de concert, les gens demandent un rappel. Ils reviendront deux fois, visiblement sensibles à l'accueil chaleureux qui leur est réservé. Au bout d'une heure trente de concert, ils regagnent définitivement les loges. Revenez dans un an ! Dommage qu'ils n'aient pas joué le titre "The nightly disease part 2", un titre acoustique figurant en bonus track sur le dernier album. Cette démo de 6 minutes, où la guitare frise un peu, est troublante. Trois accords à la guitare (j'arrive à les jouer, c'est fou !), quelques notes de piano et d'harmonica, et on est cloué au sol. Pas besoin de 64 pistes et de tonnes d'effets pour enregistrer une bonne chanson.

La Grande Sophie : les dernières chroniques concerts

Bensé / la Grande Sophie en concert

Bensé / la Grande Sophie par Ysabel
Espace Julien - Marseille, le 22/03/2012
L'Espace Julien a choisi de nous installer en configuration salle assise pour ce double concert de Bensé et de La Grande Sophie, dans le cadre du Festival "Avec Le Temps". Elle... La suite

La Grande Sophie en concert

La Grande Sophie par Lebonair
Le Café de la danse Paris, le 14/03/2012
Pour fêter la sortie de son très réussi nouvel album "La Place du Fantôme" , La Grande Sophie nous recevez dans le cadre intime du Café de la Danse pour 3 soirs archi-complets... La suite

La Grande Sophie en concert

La Grande Sophie par Mcyavell
Fnac Marseille (showcase) , le 30/01/2009
La Grande Sophie en showcase à la Fnac, pourquoi pas ? Elle vient juste à Marseille pour présenter son nouvel album "Des Vagues Et Des Ruisseaux" et éventuellement faire la promo... La suite

la Grande Sophie par franck
chauvigny, le 23/03/2006
Une grande artiste, des rythmes, du rock, une énergie imcroyable bref c'était génial... Une envie de communion avec son public et ce soir,là un public conquis... Cela fait plaisir de voir et entendre une chanteuse française aussi énergique ! La suite

Madrugada : les dernières chroniques concerts

Madrugada par Jm
Divan du Monde, Paris, le 01/04/2003
Un très bon concert, pas trop de monde. Le groupe a vraiment de très belles compositions, mais le concert manque un peu d'impro.... On retrouve tous les morceaux des albums et rien d'autre. Une très bonne soirée en tout cas. La suite

la Coopérative de mai Clermont-Ferrand : les dernières chroniques concerts

Daughters + Untitled With Drums en concert

Daughters + Untitled With Drums par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 08/10/2019
Soirée "noir, c'est noir" à la Coopé début octobre avec en tête d'affiche les Américains noise metal aussi dérangés que suicidaires de Daughters et en ouverture de show les sombres... La suite

Whispering Sons (Club Europavox) en concert

Whispering Sons (Club Europavox) par Pierre Andrieu
La Coopérative de mai, Clermont-Ferrand, le 30/10/2019
Belle découverte que celle de Whispering Sons lors du Club Europavox organisé à La Coopé fin octobre... Emmené par une androgyne chanteuse à la voix magnétique, ce jeune groupe... La suite

Keren Ann en concert

Keren Ann par Pierre Andrieu
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 22/10/2018
De passage dans le club de La Coopé pour présenter son dernier album en date, intitulé "Bleue", Keren Ann a une fois de plus fait montre d'une classe au dessus de la moyenne.... La suite

It It Anita + Lysistrata en concert

It It Anita + Lysistrata par Pierre Andrieu
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 24/10/2019
Plateau noise de haut vol dans le club de La Coopé - très bien rempli, ouf, il n'y a pas que des fans de David Hallyday, Lomepal, Manu Chao et Bilal Hassani à Clermont-Fd ! -... La suite