Accueil Chronique de concert Manu Chao
Mardi 14 août 2018 : 11816 concerts, 25128 chroniques de concert, 5221 critiques d'album.

Chronique de Concert

Manu Chao

Manu Chao  en concert

la Boule Noire, Paris 14 octobre 2017

Critique écrite le par

Manu Chao n'a pas sorti d'album depuis "La radiolina", paru il y a près de 10 ans. A l'époque, il avait expliqué que le format album était mort et ne convenait plus aux supports actuels et qu'il publierait ses nouvelles chansons sur internet au compte goutte. S'il en a publié quelques-unes depuis un an, ces dernières années ont plutôt été marquées par différentes collaborations (Amadou et Mariam, Calypso Rose, Smod) et par de nombreux concerts donnés à travers le monde dans de multiples festivals avec son groupe actuel, La Ventura, devant des foules immenses.



La légende veut que Manu Chao se produise aussi dans des bars ou des petites salles de manière spontanée en donnant des concerts avec la même fièvre que lors des grands festivals. Par le passé, j'avais pu me rendre compte que cela était bien réel en assistant à des concerts à la Cigale, dans une salle des fêtes à Etampes ou en première partie d'Amadou et Mariam. Sans la moindre publicité et toujours sous le sceau de la surprise la plus totale, Manu Chao a récidivé la semaine dernière à Paris par un concert à la "Pena Festeyre" près de la Villette. Les quelques chroniques discrètes qui se sont faites l'écho de ce concert sur le net en annonçaient un ou plusieurs autres dans les jours à venir. C'est au prix de quelques intuitions, de quelques déductions et d'un mini jeu de piste qu'on apprit samedi matin que L'ancien leader de La Mano Negra se produirait sans tambours ni trompettes le soir même à la Boule Noire, cette petite salle de 150 à 200 places qui jouxte la Cigale. Et en allant sur le site de la salle, les places étaient bien en vente. C'est dire si l'on a sauté sur l'occasion...



C'est donc en tout petit comité que nous nous sommes retrouvés un Mojito à la main en train d'attendre l'entrée sur scène de l'icône de la musique alternative mondiale. C'est en toute simplicité, fidèle à son image, vêtu d'un t-shirt orange et d'un short 3/4 et coiffé d'une casquette, et avec un sourire radieux que Manu débarqua sur scène avec sa guitare sèche. Accompagné seulement par son jeune fils à la mandoline, c'est bien un concert 100% acoustique, comme à la Pena festeyre, qu'il avait décidé de nous offrir. Le mois d'octobre avançant, c'est sur le répertoire de son album automnal et hivernal " Sibérie m'était contée" que la première partie du concert s'est concentré. Ce sont donc des versions dépouillés à l'extrême, mais au combien vivantes de "Dans mon jardin" et de la "Petite blonde du boulevard brune" que le concert a commencé en ne laissant aucun temps mort au public pendant les 2 heures et demies qui ont suivi. Sur ce répertoire 100% français pour ne pas dire parigot, Manu Chao s'affirme comme un Gavroche des temps modernes avec des textes empreints d'une poésie simple, mélancolique mais particulièrement bien écrits. Qu'elles parlent de la mort de son pote Helno, de l'automne froid , de distance, d'amour déçu, de banquise, d'hiver ou de Sibérie, chaque chanson est une carte postale hyper vivante qui semble venir d'un voyage, d'un souvenir. Ce qui ressort de ce début de concert c'est la simplicité de la musique et du bonhomme.



Sans le moindre artifice autre que son charisme et son plaisir de jouer communicatif il emmène le public avec lui à peu près où il veut. Le voyage en Sibérie étant terminé, c'est vers des ambiances plus chaudes et ensoleillées que Manu Chao nous invitent désormais. L'ambiance et les chants du public montent alors d'un cran à mesure que nous sommes aspirés dans le tourbillon de ses chansons, qui ne vont jamais plus loin que deux accords, et des refrains fédérateurs qui finissent par être repris en chœur par toutes la salle. On est alors dans immense medley de plus d'une heure ou se croiseront et s'entremêleront les chansons de la Mano Negra ("La ventura", "Mala Vida", "Pas assez de toi"...) , les titres joués avec Amadou et Mariam ("Senegal Fast food", "Politic amagni", "Djanfan"), ou Calypso rose aux titres de ses albums solos ("Clandestino", "Bongo Bong", "Politics kill", "Me llaman calle", "Dia luna dia pena"...) et de nombreux inédits.



Le public reprend en chœur les parties de cuivres qui ne peuvent pas être jouées. Ça danse de partout. Manu est totalement solaire et véhicule une énergie et une gaieté à nulle autre pareille. La notion de complicité avec le public est un euphémisme chez Manu Chao, qui sert les mains de ses potes, qu'il invite ensuite à venir chanter sur scène avec lui entre deux regards complices avec son fils (qui ne doit pas avoir plus de 17 ans). Les versions de "Mister Bobby" et de "La vida tombola" seront magnifiques et finiront avec quelques autres chansons d'achever le public et de laisser exsangue mais comblé après plus de 2h30 intenses sans le moindre temps mort et sans le moindre décrochage. Manu Chao nous aura donc fait passer une fois de plus une grande soirée. Celle-ci nous confortera dans l'idée qu'un vrai concert ne doit pas avoir lieu dans un stade ou une arena car c'est une question de communion avec un artiste et que c'est dans les salles intimes que les grands artistes sortent vraiment du lot. Quand on sait que le prix d'un billet pour ce concert était de 10 euros, on se dit qu'on aura probablement du mal à retrouver un jour un meilleur rapport qualité / prix...

Photo : François Medaerts (à Pena Festayre)


Manu Chao : les dernières chroniques concerts

Manu Chao en concert

Manu Chao par Xavier Averlant
Pena Festayre, Paris, le 12/10/2017
Annoncé 48 heures à l'avance sur les réseaux sociaux, Manu Chao a donné hier soir un concert dans une salle du 19ème arrondissement en mode intimiste. Voire même carrément roots :... La suite

Manu Chao, Imany, Keny Arkana, KT Gorique, Professor Wouassa, Orchestre de chambre de Genève,  (Paléo Festival 2017) en concert

Manu Chao, Imany, Keny Arkana, KT Gorique, Professor Wouassa, Orchestre de chambre de Genève, (Paléo Festival 2017) par Lionel Degiovanni
Paléo Festival , Nyon, le 23/07/2017
Pour démarrer ce dimanche au Paléo festival de Nyon, je découvre un groupe qui se nomme Professor Wouassa. ce groupe fait une sorte d'afro beat solaire si on peut dire. ... La suite

Manu Chao + Koolspeed (Festival de Nîmes 2017) en concert

Manu Chao + Koolspeed (Festival de Nîmes 2017) par olivier
Arènes de Nîmes , le 09/07/2017
Le festival de Nîmes bat son plein, après avoir ouvert avec System of a Down, accueilli les Vieilles Canailles et en attendant Rammstein (pour 3 jours consécutifs !!!), c'est... La suite

Manu Chao (Festival de Nîmes 2012) en concert

Manu Chao (Festival de Nîmes 2012) par Audrey H
Arènes de Nîmes, le 18/07/2012
Direction les arènes de Nîmes pour une soirée qui s'annonce bien festive en compagnie de Manu Chao ! Dans la ville on dirait que tout le monde s'est donné le mot: bouchons,... La suite

la Boule Noire, Paris : les dernières chroniques concerts

The Poodles/C.O.P UK/Maverick en concert

The Poodles/C.O.P UK/Maverick par Gandalf
La Boule Noire à Paris, le 24/10/2015
Ce n'est plus tous les jours que je fais des trips à Paris, vu ce que ça peut couter maintenant, mais parfois faut pas réfléchir et foncer pour des combos qu'il est difficile de... La suite

Festival Les Inrocks : Haim + Alt-J en concert

Festival Les Inrocks : Haim + Alt-J par Fredc
La Boule Noire, Paris, le 08/11/2012
"Haim", c'est le nom de famille des trois sœurs qui forment le groupe. Et ce groupe est un des projets dont bruisse le plus le microcosme musical depuis quelques mois.... La suite

Shearwater + Jesca Hoop en concert

Shearwater + Jesca Hoop par Lebonair
La Boule Noire - Paris, le 23/11/2012
Un peu plus de 7 mois après leur dernier passage à Paris à la Maroquinerie, Shearwater est repassé dans notre capitale en cette fin d'année toujours dans le cadre de leur tournée... La suite

Granville + Jesus Christ Fashion Barbe + The Lanskies (Festival les Inrocks 2012) en concert

Granville + Jesus Christ Fashion Barbe + The Lanskies (Festival les Inrocks 2012) par Pierre Andrieu
La Boule Noire, Paris, le 11/11/2012
Dimanche 11 novembre 2012, 15 heures 30, on se rend avec joie et allégresse à un fort sympathique concert à la Boule Noire (Paris) dans le cadre du festival Les Inrocks : une... La suite