Accueil Chronique de concert Marianne Faithfull
Vendredi 23 juin 2017 : 10614 concerts, 24480 chroniques de concert, 5162 critiques d'album.

Chronique de Concert

Marianne Faithfull

Marianne Faithfull en concert

Théatre du Gymnase, Marseille 7 octobre 2005

Critique écrite le 08 octobre 2005 par Philippe


Photo de Flore-Anne Roth piquée à Pierre Andrieu (qui voudra bien me pardonner)


J'avais déjà vu la légendaire revenante des 60's, Marianne Faithfull il y a quelques années à Istres, sans être tout à fait bouleversé malgré une présence et un charisme indéniable. Je ne pensais donc pas y aller cette fois-ci, jusqu'à avoir été pris d'une pensée coupable... "Comment ? Une diva du rock passe 4 jours d'affilée en concert à 200 mètres de chez toi ! Qui es-tu donc, misérable vermisseau, pour oser ne pas te déplacer ??"

Tiraillé par le remords, j'y fus donc, au Théatre du Gymnase et pour assez cher, poser mes fesses sur un strapontin pour ne pas rater l'événement. Après tout outre l'ensemble de son oeuvre dont je ne suis pas forcément fan, la Dame a commis l'an passé un très bel album co-écrit par PJ Harvey, Nick Cave et Damon Albarn. Before the Poison est son nom... c'est aussi celui du spectacle. La salle est pleine - la dame fait donc du sold out encore le troisième soir, ça prouve que ce n'est pas n'importe qui même s'il doit y avoir pas mal d'abonnés au théatre aussi !

Aïe, une première partie... Pas de panique, ce n'est que le guitariste de la Dame (plus tard, il sera présenté par elle : Fernando Saunders) qui vient faire ses gammes : 3 chansons pas désagréables (il a une belle voix soul) et l'occasion pour lui de montrer sa belle guitare moderne (genre où il ne reste que le manche et un fil qui en part). Par contre qu'on nous le présente comme étant un artiste de chez Sony, alors là j'en ai vraiment rien à foutre. Comme si c'était un gage de qualité... on vit une triste époque staracadémique, j'vous jure...

Bref. Court entracte où un roadie vient disposer une tasse, un cendrier, un paquet de clopes ouvert et un briquet. On a beau être rock star, à un certain âge (59 ans) on a droit à son petit confort !! Et voici la dame qui entre en scène et entame son concert par un blues assez sympa. Sa voix inimitable est toujours sur le fil du rasoir, flirtant avec la fausse note, menaçant l'extinction imminente : on a toujours l'impression que le précieux organe est en train de chanter pour la dernière fois (et c'est bien ce qui le rend poignant d'ailleurs !).

J'avais lu que les arrangements de son groupe étaient un peu too much... ça ne m'a pas gêné tant que ça à part quelques nappes de synthé intempestives, et un batteur qui jouait trop fort (mais pas tout le temps). Avec ses chansons, Marianne égrène son carnet d'adresses : Mystery of Love, la fascinante "No child of Mine" et la très, très belle Last Song offertes par son amie PJ Harvey, Crazy Love écrite par Nick Cave (ainsi que l'étrange Don't Forget me je crois), l'émouvante complainte Strange Weather composée par Tom Waits, Time Square écrite par John Barry... et son premier tube d'il y a quarante ans au son délicieusement 60's, As Tears go by écrite par Mick Jagger pour sa copine d'alors.

La dame est classieuse et souriante, et semble contente d'être encore là (elle incarne, par excellence, la survivante des 60's) même si ses déhanchés sont un peu timides (n'allons pas nous faire un tour de rein quand même - oui je suis un mufle, je sais) et qu'elle va parfois curieusement s'asseoir au fond de la scène. Le groupe est à son service et joue bien, sans frime inutile mis à par un vague solo de ci de là. Evidemment on est assis comme au Tremplin Milonga, je n'en suis pas fan mais bon, deux concerts de rock au théatre en moins d'un mois c'est déjà pas mal. Il est vrai que ce théatre est un ancien music-hall, paraît-il le premier où des sièges furent arrachés à la glorieuse époque des yé-yé !...

Hélas, on a été privés de There is a ghost et Before the Poison, deux chansons bouleversantes du dernier opus qui donnent le frisson, et je n'espérais même pas la mythique Who will take my dreams away pour laquelle je me serais pourtant arraché le coeur pour le déposer, encore fumant, aux pieds de la Dame... Cela étant j'ai été assez remué par Workin Class Hero, par Sister Morphine... et par le final où toute la salle debout a reçu un Broken English de grande classe et enthousiasmant !

Au final un beau concert qu'il aurait été dommage de rater. A la prochaine, c'est promis, Marianne... je sais bien que vous ne le ferez pas hélas, mais j'ose rêver d'un concert de vous, où PJ Harvey serait à la guitare, Nick Cave à la basse et Tom Waits aux fûts... Mais vous avez raison, ce ne serait pas raisonnable, ce serait de la concurrence déloyale pour nombre de petites frappes d'aujourd'hui qui essayent désespérément d'incarner le rock anglais aussi bien que vous...

Marianne Faithfull : les dernières chroniques concerts

Marianne Faithfull + Fernando Saunders en concert

Marianne Faithfull + Fernando Saunders par Pirlouiiiit
Theatre du Gymnase - Marseille, le 03/10/2005
Hier soir j'avais (enfin nous avions) rendez vous avec la grande Marianne Faithfull dans le très approprié cadre du Théâtre du Gymnase ... Marianne Faithfull c'est l'une des... La suite

Marianne Faithfull + Françoiz Breut (Printemps de Bourges 2005) par Pierre Andrieu
La Hune, Bourges, le 20/04/2005
La ballade de Marianne et Françoiz. A des années-lumière des découvertes du Printemps de Bourges (excellentes cette année) qui débutent leur carrière dans le Berry, Marianne Faithfull - qui a poussé la chansonnette pour la première fois il y a 41 ans ! - a surpris par la qualité de sa prestation vocale, une set list s'autorisant... La suite

Marianne Faithfull par Jean-Baptiste
Olympia, Paris, le 21/10/2002
La rencontre avec une icône du rock reste un moment privilégié et Marianne Faithfull sait s'y prendre pour que le public en profite le plus possible, en lui témoignant attention et chaleur. Accompagnée d'un batteur (très appliqué), d'un bassiste (tout aussi appliqué), d'un clavier (rarement vu plus appliqué) et deux guitaristes (au réel talent),... La suite

Marianne Faithfull + Christina Rosmini (Fiesta des suds 2002) par Sami
Dock des suds (Marseille), le 18/10/2002
Soirée speciale voix feminine avec une icone des 60's et une marseillaise étonnante, bien belle affiche que ce "nord-sud au féminin". En ouverture donc, la belle Christina Rosmini qui n'est pas impressionnée de jouer devant autant de monde et met le public dans sa poche avec une choregraphie très sensuelle et des chansons flamenco-pop en français... La suite

Théatre du Gymnase, Marseille : les dernières chroniques concerts

Vincent Delerm + Adrien Soleiman (Festival Avec le Temps) en concert

Vincent Delerm + Adrien Soleiman (Festival Avec le Temps) par Fred Boyer
Théatre du Gymnase - Marseille, le 07/03/2017
En tant qu'abonné de longue date à Télérama, nous ne pouvions pas, quelques semaines après le concert de Benjamin Biolay, résister à l'appel du cliché, et ne pas aller voir... La suite

Blues & Jazz Masters : Archie Sheep, Under Kontrol, Compagnie Nine Spirit (Carte Blanche à Raphaël Imbert) en concert

Blues & Jazz Masters : Archie Sheep, Under Kontrol, Compagnie Nine Spirit (Carte Blanche à Raphaël Imbert) par Pirlouiiiit
théâtre du Gymnase, Marseille, le 07/12/2013
Il y a quelques mois j'en prenais plein la vue à ce même théâtre du Gymnase pour Heavens qui regroupait l(a quasi) intégralité de la Compagnie Nine Spirit et le Manfred quartet.... La suite

Heavens en concert

Heavens par pirlouiiiit
théâtre du Gymnase - Marseille, le 15/06/2013
On continue la chronique de la soirée de samedi 15 juin ... après M-Jo et Flop à La Criée, puis le duo Al et Cyril B(enson) au Roll'Studio, me voici au théâtre du Gymnase pour... La suite

Le Livre d'Or de Jan (feat. Oh! Tiger Mountain) en concert

Le Livre d'Or de Jan (feat. Oh! Tiger Mountain) par the VaccuoPilot
Théâtre du Gymnase - Marseille, le 10/12/2010
Hubert Colas est-il Belge ? En 2002, je me retrouvais en plein cœur de la Vieille Charité, premier gradin, face à "Blush", dernière création de l'Ultima Vez, la compagnie... La suite