Accueil Chronique de concert Massive Attack + James Vincent Mc Morrow + Alifib (Les Voix Du Gaou 2014)
Lundi 22 juillet 2019 : 11480 concerts, 25587 chroniques de concert, 5260 critiques d'album.

Chronique de Concert

Massive Attack + James Vincent Mc Morrow + Alifib (Les Voix Du Gaou 2014)

Massive Attack + James Vincent Mc Morrow + Alifib (Les Voix Du Gaou 2014) en concert

Voix du Gaou 23 juillet 2014

Critique écrite le par

Le festival Les Voix du Gaou se déroule dans un lieu magique, perché sur une butte. Au bord de l'eau, sous des pins, une immense scène dans un cadre surréaliste. Le soleil nous brûle, les pieds dans le sable, une vue imprenable, quoi qu'il en soit, on se sent forcément en vacances ! Le décor est planté et quoi de mieux pour savourer des concerts ! Des échassiers errent autour de nous en faisant des bulles, l'atmosphère est détendue, on y est bien.



La tête d'affiche ce soir c'est Massive attack et on se languissait de leur absence scénique... beaucoup trop longue ! En première partie, deux découvertes plutôt éclectiques ! Alifib nous fera vivre un moment Rock et doux suivi de James Vincent Mc Morrow, qu'on est pressé de connaître, tant cet ovni musical est intriguant !





Alifib

19h50, un violoncelliste entre en scène et se met à jouer, le silence se fait. Rejoint par 3 autres jeunes musiciens, c'est Alifib. Qualifié de Rock aphrodisiaque par son propre public, le groupe attire la curiosité.



Du rock pur, qui laisse la place à des moments de mélancolie au violoncelle, ils allient très bien leurs instruments (violoncelle, batterie, basse, guitares, synthé). Leurs influences ? Radiohead, Portishead, Sigur Ros et bien d'autres. Le chanteur, Renaud Conti, a un physique de Beatles jeune et une belle prestance scénique.



Alifib alterne sans cesse entre moments de poésie et solo de guitare électrique, du rock psychédélique et accessible. Sur shoot me down le public, même s'il est peu nombreux, se déchaîne, la soirée commence bien. Des rythmes puissants, un univers planant, des mélodies aériennes, Alifib nous fait voyager dans un décor de rêve.





James Vincent Mc Morrow

21h06 c'est James Vincent Mc Morrow qui nous emmène dans son univers. Cet auteur compositeur interprète d'origine irlandaise à la voix cristalline est d'une sérénité déconcertante. Une guitare électrique, une basse, une batterie, un synthé, JVM , pourtant peu connu en France, fait une belle carrière aux Etats-Unis.



Etant fan absolue de Patrick Watson , la comparaison, souvent faite, avait tendance à m'agacer. J'ai du me raviser tant la voix, forte, intense, et les arrangements voluptueux sont semblables. Ce songwriter irlandais créer l'harmonie et nous fait voyager avec des mélodies et des balades aériennes. La choriste et musicienne qui l'accompagne alterne entre les instruments avec aisance, tantôt basse, tantôt guitare, tantôt mandoline.



JVM , totalement habité, nous offre un solo au piano très émouvant. Mélancolie, espoir, la foule est réceptive et se laisse embarquer. Une constance dans l'interprétation, il est précis, juste et nous fait évoluer dans une folk douce et entraînante, un beau moment de douceur et de poésie.



Le genre d'artiste à découvrir sur scène, afin d'y percevoir tout ce qui se construit autour ! A écouter chez soi, des mélodies un peu répétitives et l'impression que spotify est resté bloqué sur "repeat", dommage !





Massive Attack

23 heures. C'est avec du retard que Massive Attack arrive sur scène. Je suis surprise par la ferveur de la foule, impatiente, hurlante face aux précurseurs du trip hop ! Le public du groupe britannique est plutôt âgé, des cinquantenaires qui ont fait visiblement le déplacement uniquement pour eux. 3D et Martina Topley Bird apparaissent en contre jour.



Des lumières tamisées, une ambiance intimiste, je suis aux premières loges. En arrière plan, un écran géant nous balance des " trust total care" et nous passera des messages tout au long du concert. Martina Topley Bird , ex-femme de Tricky, n'a pas besoin de lumières tant elle est fascinante, voluptueuse ! Une voix grave et suave et un look improbable !



Un son aérien, on commence en douceur et c'est parti pour l'attaque massive ! Massive Attack c'est d'abord des basses qui font trembler les tripes ! Deux batteries impressionnantes, des guitares électriques, un set de DJ, des synthés, on est impressionné par tout cet attirail sorti de nulle part ! Sur le 2ème morceau, on est abreuvé d'images publicitaires, des lumières vives et plutôt agressives, je découvre alors un groupe plutôt engagé. Enfin un mot à la foule, en français s'il vous plait, et on aime ça !! Daddy G entre en scène et on se souvient de Tricky , la ressemblance physique et vocale est frappante !



Une atmosphère aérienne, du groove, des rythmes frappants, des mélodies entêtantes, on ne peut qu'être dedans et se laisser porter !
Des vas et viens constants entre les 3 protagonistes, le show est cadré, minuté, exponentiel ! Peu de regards entre eux, le groupe donne l'impression de ne jamais s'écouter les uns et les autres et pourtant c'est la véritable symbiose, est ce l'expérience ? La "salle" est plongée dans le noir entre chaque performance, une ambiance mystérieuse, étrange... 3D nous annonce la venue de "the legend" et c'est Horace Andy qui avance doucement face à nous. L'image est belle, Massive Attack représente bien sa diversité, plus qu'un groupe musical, un collectif éclectique, un concept. Sur l'écran, des messages en surbrillance nous aveuglent "des nations libres sont des nations en paix". S'ensuit une réelle prise de position concernant le conflit Israëlo-Palestinien, le discours est clair et engagé. Les mots sont forts, difficiles. Je suis d'abord surprise que des musiciens affichent leurs idées, pour le coup, tel un étendard. Mais une question se pose, est-ce que ça a sa place ici ? La foule ne semble pas être surprise et le show reste intense !



Concernant ce conflit, le collectif ne s'en tient pas aux mots, mais agit. On saura quelques jours plus tard qu'ils se sont déplacés au Liban pour un concert caritatif auprès de réfugiés palestiniens. Un réel engagement politique donc. La tant attendue Teardrop est impeccable, frissonnante. Martina Topley Bird reprend à merveille ce tube qui les a fait exploser. L'intro est modifiée, des rythmes semblables à des battements de cœur, une lumière tamisée, c'est l'ivresse musicale ! La guitare électrique reprend la mélodie avec des rythmes arabisants, la magie opère !



Horace Andy revient nous chanter Angel et la foule vibre aux rythmes des basses. Les 3 autres chanteurs le rejoignent et la communion se fait sur le love you, love you, love you.... si aérien, suivi DU solo de guitare au son si particulier... on est transporté ! Le public est attentif, plutôt calme mais on ne supporterait pas qu'un mec se déchaîne devant nous tant la mélodie nous installe dans une bulle. Le collectif nous présente un nouveau morceau. De l'électro bien trop pop à mon goût, c'est lorsque je pense à Avicci que la peur me prend ! Sur l'écran géant des textes en français peu compréhensibles, une histoire racontée... Là, on décroche un peu... Globalement le son du concert est mauvais ... je suis obligé de partir du devant de scène tellement les basses sont fortes et agressives, bouffant tout le spectre sonore... Difficile de comprendre un morceau que l'on ne connaît pas...



Sur la prochaine, Massive Attack montre encore une fois son engagement en affichant "le Gaou si aujourd'hui on se tire une balle dans le pied en annulant des concerts, c'est pour éviter de se tirer une balle dans la tête". Je comprends alors que je suis face à des musiciens réellement engagés, se servant de leur place pour faire passer leurs opinions. Si on y réfléchie bien, rarissime dans ce milieu !



C'est presque la fin, j'assiste alors à "my favorite song" Splitting the atom , tirée de l'album Heligoland merveilleusement interprétée par Horace Andy, 3D et Daddy G et c'est là, enfin, que je vais sentir une réelle communication entre ces 3 artistes !



C'est sur Unfinished sympathy que le groupe nous quitte et choisit de nous dire une dernière fois qu'il soutient la Palestine. (la peine de le redire ? C'est lourd mais en même temps c'était lourd aussi pendant le concert !). Le show, plutôt court, aura duré 1 heure 30. On s'assoit sur les rappels mais on n'est pas déçu du voyage ! Une véritable immersion dans leur univers mystérieux et étrange. Du trip hop accessible, de l'électro différente, Massive Attack c'est à faire, oui ! Un collectif qui utilise tout ce qu'il a en sa possession pour transmettre, dénoncer, oser dire et c'est à saluer ! Une performance scénique, visuelle et auditive. Des sensations extraordinaires, on est plongé dans une ambiance qu'on ne rencontre nulle part ailleurs !


Set list Massive Attack :

1. Battlebox 001
2. United Snakes
3. Risingson
4. Paradise Circus
5. Girl I Love You
6. Psyche
7. Future Proof
8. Teardrop
9. Angel
10. Jupiter
11. Safe From Harm
12. Inertia Creeps
13. Everywhen
14. Splitting the Atom
15. Unfinished Sympathy

Massive Attack : les dernières chroniques concerts

Massive Attack + Young Fathers (Nuits de Fourvière 2018)  en concert

Massive Attack + Young Fathers (Nuits de Fourvière 2018) par Kx Santos
Théâtre Antique de Fourvière, Lyon, le 01/07/2018
2018. 1er Juillet. Dimanche. Grande Joie dans nos oreilles tirée de ce fort instant passé au théâtre antique de Fourvière en présence des Youngs Fathers et de Massive Attack.... La suite

Iggy Pop, Foals, The Last Shadow Puppets, Massive Attack, Casseurs Flowters, Sigur Rós, Brian Jonestown Massacre, Kaviar Special, Bring Me The Horizon, Kevin Morby, Sum 41, Two Door Cinema Club, Clutch  (Rock en Seine 2016) en concert

Iggy Pop, Foals, The Last Shadow Puppets, Massive Attack, Casseurs Flowters, Sigur Rós, Brian Jonestown Massacre, Kaviar Special, Bring Me The Horizon, Kevin Morby, Sum 41, Two Door Cinema Club, Clutch (Rock en Seine 2016) par Stéphane Pinguet
Domaine de Saint-Cloud, le 28/08/2016
ROCK EN SEINE 2016, UNE ÉDITION CANICULAIRE ! Si cette quatorzième édition du festival parisien Rock en Seine affichait à première vue une programmation pas très excitante,... La suite

(mon) Rock en Seine 2016, 1/2 : Wolfmother, Casseurs Flowters, Grand Blanc, La Femme, L7, Sigur Ròs, Massive Attack en concert

(mon) Rock en Seine 2016, 1/2 : Wolfmother, Casseurs Flowters, Grand Blanc, La Femme, L7, Sigur Ròs, Massive Attack par Philippe
Saint-Cloud, Parc de Saint-Cloud, le 27/08/2016
Quand l'été est presque enfui, comme chacun sait, il n'y a qu'une seule solution pour le clôturer dignement : Back to Rock en Seine ! Bon, on pourrait nous accuser légitimement... La suite

Massive Attack, Birdy Nam Nam, Marina Kaye, Francis Cabrel, Jain, Stephan Eicher, Le Roi Angus, Tatum Rush, Alex Beaupain, The Two (Paléo Festival 2016) en concert

Massive Attack, Birdy Nam Nam, Marina Kaye, Francis Cabrel, Jain, Stephan Eicher, Le Roi Angus, Tatum Rush, Alex Beaupain, The Two (Paléo Festival 2016) par Lionel Degiovanni
Nyon, le 21/07/2016
Le Roi Angus Pour le jeudi, on démarre toujours tranquillement avec le rituel du show case et là je découvre Le Roi Angus. Les 5 musiciens, bien dans leurs baskets... La suite

Voix du Gaou : les dernières chroniques concerts

Thee Oh Sees - The Soft Moon - Deap Vally - Fidlar - Carpenter Brut (Pointu Festival 2018) en concert

Thee Oh Sees - The Soft Moon - Deap Vally - Fidlar - Carpenter Brut (Pointu Festival 2018) par Phil2guy
Presqu'île du Gaou- Six-Fours-les-plages, le 07/07/2018
Le Pointu Festival est en train de devenir un de ces festivals d'été réellement incontournables qui contraste avec les grosses machines habituelles aux programmations... La suite

Pointu Festival 2017 :  Dinosaur Jr. - Slowdive - Ride - Ryan Adams - Kurt Vile - Hanni El Khatib - Red Fang - The Spitters en concert

Pointu Festival 2017 : Dinosaur Jr. - Slowdive - Ride - Ryan Adams - Kurt Vile - Hanni El Khatib - Red Fang - The Spitters par Phil2guy
Six-Fours-Les-Plages, Presqu'île du Gaou, le 08/07/2017
C'est la deuxième édition du Pointu Festival qui a lieu pendant deux jours sur le magnifique site de la presqu'île du Gaou à Six Fours-les Plages. L'affiche est réellement... La suite

Fauve + Woodkid (Voix du Gaou) en concert

Fauve + Woodkid (Voix du Gaou) par Calie Coto
Six Fours les Plages, le 16/07/2014
Voilà, l'heure a bientôt sonné. La fosse commence à se remplir, les mots se perdent dans le vent, le soleil diffuse ses derniers rayons, le ciel s'embrase et se fond sur le bleu... La suite

Entretien avec le groupe Fauve à l'occasion du festival Les Voix du Gaou en concert

Entretien avec le groupe Fauve à l'occasion du festival Les Voix du Gaou par Caroline CAMPO
Six Fours les Plages, le 16/07/2014
" Ils ne savaient pas que c'était impossible, alors ils l'ont fait " MarK Twain Imaginez une plage posée délicatement dans un écrin de verdure, bercée par le chant des... La suite