Accueil Chronique de concert Melc
Mercredi 24 juillet 2019 : 11688 concerts, 25591 chroniques de concert, 5260 critiques d'album.

Chronique de Concert

Melc

Epicerie - Marseille 21 janvier 2005

Critique écrite le par

Après avoir pris notre carte d'adhèrent qui a la forme d'une magnifique étiquette Soldes et après s'être acquitté du tarif "royal" 14 euros, "normal" 9 euros ou "fauché" 4 euros (à décider en son âme et conscience sans demande de justificatifs), nous voilà assis dans la petite salle de l'Epicerie (ou il vaut mieux avoir réservé si on vuet être sûr de pouvoir entrer) ; quelques rangées de chaises et au fond une scène a peine plus grande que celle de l'Exodus.



Je ne sais pas si c'est le lieu ou le style mais le public me parait un peu plus âgés que dans les autres lieux de musique environnants. A peine plus tard que l'heure annoncée le concert commence. Les 4 musiciens s'installent c'est-à-dire au centre Jeanne Added derrière son violoncelle, au fond Gildas Etevenard que je ne verrai pratiquement plus du concert (caché par Jeanne).



A gauche et à la guitare Thibault Frisoni (déjà croisé à de multiples reprises sur scène, que ce soit en compagnie de Oshen il y a un moment, ou surtout de David Lafore dont il fait partie du Cinq Têtes) et à droite Julien Tamisier coincé entre ses claviers et son piano.



J'ai eu la surprise de découvrir qu'il y avait une fille dans le groupe, car sur la photo que j'avais vu il n'y avait que les 3 garçons. Au début du concert j'ai eu un petit peu peur car c'est parti très jazz (que je qualifierai d') expérimental (mais vu mon manque de culture dans ce style ...).



Au début pour être vraiment honnête je me suis inquiété ... pas spécialement fan de jazz (mes premières vraies expériences sur scène sont assez récentes) je me suis demandé si j'allais resté attentif. En effet lorsque plusieurs musiciens jouent des trucs sans donner l'impression de se soucier de ce que joue l'autre ... j'ai du mal. Je caricature un peu, mais c'est un peu ça que je ressens parfois avec le jazz.



Et puis dès que j'ai vu les lèvres de Jeanne s'approcher du micro jet que j'ai compris qu'il ne servirait pas uniquement a parler entre les morceaux j'ai été rassuré (c'est toujours plus facile avec des paroles). Tout de suite après j'ai été doublement surpris puisque à défaut de paroles j'ai eu le droit à des vocalises qui parfois donnait l'impression de ne (volontairement) pas coller a la musique ; en d'autres termes elle était en train d'utiliser sa voix comme son instruments. Intéressant.



Et puis le véritable déclic s'est produit au 2eme ou 3eme morceau ; un morceau qui s'est rapidement emballé, ou la batterie est devenue presque métal et ou le "chant" après être passé par une phase de petits bruits et couinements retenus (ou comme quelqu'un qui parle dans sa barbe de façon irrégulière) c'est transformé en véritable cri ... superbe. J'ai pensé à Nnecra Packe, j'ai pensé à Shirka deux groupes (ou ex groupes) marseillais de "post rock"



A partir de la je me suis vraiment régalé ... Que ce soit les yeux fermés, bercé par les moments les plus calmes, ou ouvert, à les regarder s'exciter sur leurs instruments je me suis extasié à l'écoute du jeu de chacun et de l'ensemble finalement très harmonieux. Ce son de clavier si particulier, cette guitare toute en finesse, cette batterie entraînante, ce violoncelle magique et cette voix tour à tour torturée ou claire.



Ce groupe fait donc une musique expérimentale entre jazz et musique improvisée avec une touche de (post-)rock aux accents métal tout à fait séduisante qui plaira certainement autant aux fans de rock (expérimental) pour l'énergie qu'ils y mettent mais surtout qui s'en dégage, et qu'aux fans de jazz et autres musiques improvisées qu'on voit rarement en dehors des lieux étiquetés jazz ou musiques improvisées (je parle par exemple du GRIM).



Une vraie belle découverte pour moi. Ce qui fait que, un peu avant (ce que je pense être) la fin, c'est à contre cœur que j'ai quitté la salle pour me rendre au Balthazar ou dans le cadre du Tremplin Emergenza j'avais hâte d'aller découvrir Soleil Noir. Mais en rentrant chez moi je me suis jeté sur le disque et ai pu me rendre compte que tout était déjà dedans et que je n'avais juste pas pris le temps de l'écouter ...

Site de l'Epicerie : http://www.epicerie-marseille.org/

Melc : les dernières chroniques concerts

Jazz Connection 1/2 : Big Four Quartet + melc en concert

Jazz Connection 1/2 : Big Four Quartet + melc par Mardal
Café Julien - Marseille, le 11/05/2011
Sous l'égide du Cri Du Port, le Café Julien accueille ce soir deux groupes, le premier franchement Jazz : Big Four Quartet, vient de Paris, le second, tendance fusion, avec le... La suite

Charlie Jazz Festival 1/3 : Jean-Marie Machado + Melc Invite Denis Jones + La Mécanique Des Fluides en concert

Charlie Jazz Festival 1/3 : Jean-Marie Machado + Melc Invite Denis Jones + La Mécanique Des Fluides par Mcyavell
Domaine de Fontblanche - Vitrolles, le 02/07/2010
Heureux l'amateur de jazz qui passe son été dans le sud ! Les festivals vont s'y suivre et ne pas s'y ressembler. Le Charlie Jazz Festival est le premier d'entre eux. Il fait... La suite

Melc par Christophe R.
Meson - Marseille, le 13/05/2007
Meson assez calme en ce dimanche soir, public chaleureux et discret. Les Melc attaquent un set qui va osciller entre improvisations âpres et fulgurances pop. Un registre qui s'est élargi, en tout cas depuis leur dernier concert ici même, il y un certain temps (années?). Même line-up: Gildas Etevenard (drums), Tibo Frisoni (guitare),... La suite

Epicerie - Marseille : les dernières chroniques concerts

Fire Warriors en concert

Fire Warriors par Philippe
L'Epicerie - Marseille, le 29/05/2004
Les Fire Warriors sont des fous dangereux, qu'on se le dise. Sous prétexte d'un talent insolent de musiciens, il se permettent tous les dérapages scéniques possibles, tous les... La suite

the buck project par Lady in red
L'Epicerie - Marseille, le 27/01/2005
On (moi) ne prêchera pour the Buk project, pas plus que pour Bukowski. On saura apprécier les jambes d'une serveuse, les rues et les hôtels de New Orleans; on aimera les insectes, la boisson; on sera tendre, amoureux et, pour finir en colère, avec les mots beaux de Bukowski, lu sobrement par Yvon Poirrier. la musique signée Christophe Leloil... La suite

HomosuperioR par LNA
L'Epicerie, Marseille, le 16/04/2004
Iah ! Iah ! Shub Niggurat ! HomosuperioR signe un magnifique voyage autour de la peur et de l'attraction du vide. Avec ce nouvel opus, HomosuperioR a réussi à nous surprendre une fois de plus. Flirtant de nouveau avec les ambiances glauques, c'est autour de textes tirés de Ctulhu, le livre mythique de H.P. Lovecraft, que le groupe multifacettes... La suite

Iah ! Iah ! Shub Niggurat !! Un spectacle d'Homosuperior par Mystic Punk Pinguin
L'Epicerie, Marseille, le 15/04/2004
Le rideau se lève. Au centre de la scène on devine un corps sous un drap ensanglanté. De part et d'autres de la litière macabre, 6 silhouettes encapuchonnées sont accroupies. Une voix s'élève. Le corps raconte son agonie. Il s'étouffe, se noie dans un marécage, les algue s'enfonce dans sa gorge. Peu à peu ses souvenirs reviennent. Tout cela a... La suite