Accueil Chronique de concert Menpenti + Ballroom K + Sheeva + Tagada Jones
Mercredi 18 septembre 2019 : 14411 concerts, 25679 chroniques de concert, 5264 critiques d'album.

Chronique de Concert

Menpenti + Ballroom K + Sheeva + Tagada Jones

Le Trolleybus - Marseille 22 novembre 08

Critique écrite le par

Fidèles jusqu'au bout à notre réputation de branleurs, Zhou, Gas et moi nous pointons au Trolley à presque 22h...
Fidèles à notre timing quasi-chirurgical, nous avons raté Menpenti et un autre groupe (m'enfin on pouvait pas savoir qu'ils jouaient les Menpenti, ils ont rien annoncé, sous le prétexte facile qu'avec leur nouveau batteur, ils sont en rodage...)
Enfin, fidèles à notre standing digne des plus grands, on avait une accrédit' photo, qu'on a honorée de la plus belle des manières, en oubliant l'appareil photo...

Voilà pour le côté pathétique, passons au concert :

Ayant planté les deux premiers groupes, je laisse Odlizz vous raconter si c'était bien ou pas, et j'vais même lui laisser le loin de parler de Sheeva, parce que pour ma part, entendus du comptoir, j'les trouvais moins convaincants qu'à l'époque où je les avais vus ouvrir pour ISP, si ma mémoire est bonne (ah ben ouais, elle est bonne)

Le temps de faire les derniers p'tits réglages, on regarde le public présent, et ma foi pour un concert de punk alterno à Marseille, c'est plus que correctement rempli : la salle est environ à une grosse moitié de sa capacité, et y'a pas de grand espace vide, joli coup réalisé par Chavana, quand on se souvient du dernier passage des Rennais à Marseille, ou encore à Vitrolles...

Là en guise d'ouverture, on aura un brave trentenaire totalement torché qui manquera de peu de se faire péter la tronche par le roadie des Tagada, un ersatz de Roger Miret, bonnet vissé sur la tête, qui n'apprécie pas qu'le gonze bourré braille que 12€ ça fait cher l'entrée... Là où quelqu'un de sensé aurait privilégié le dialogue, notre Ramblers francophone a joué de ses "gros" muscles colorés pour sommer le gars de la fermer... Bref, le batteur a su détendre l'atmosphère, et c'est le cœur léger et l'esprit vaillant que la lumière s'éteint, nous voici partis pour une heure trente de militantisme exacerbé...

Car s'il est une certitude, c'est que les Tagada Jones ont des paroles qui font mouche. Justes, naïves et vindicatives, elles épousent parfaitement le déluge sonore qu'envoie le groupe, avec ses deux grattes qui empruntent nombre de riffs au voisin Metal : le public ne s'y trompe pas, c'est une excellente ambiance qui prend forme, gros gros pogo dès le troisième morceau.
La perte de Gus en deuxième chanteur est -à mon sens- très bien comblée par Nico, qui n'en finit pas de m'impressionner : bon sang mais comment est-ce possible de brailler si fort, si longtemps, en plus en jouant de la guitare ?

Niveau morceaux, je n'ai encore pas entendu le dernier album Les compteurs à zéro, mais ça déferlait très bien sur scène, tout comme les titres des deux albums précédents (en vrac : W, Le feu aux poudres, Ecowar, Pavillon Noir (rhaaaaaa ! ! !), Cauchemar, Cargo, Thérapie...) !
Zhou aura son orgasme mensuel quand résonneront les accords des vieilleries que sont Hold Up et Violence, et Gas aura le sien lorsqu'à la fin du concert il retrouvera sa veste paumée dès l'début dans le pogo... Peuchère.

Pour le rappel, les reprises issues de l'album 6.6.6, Quelle sacrée revanche des OTH(j'ai trouvé Odlizz ! !), Jouer avec le feu des Sheriff et Osmose 99 de Parabellum (me semble-t-il) sont toutes reprises par les keupons de l'assistance, et garantissent une excellente conclusion à ce concert, qui comme à l'accoutumée a tenu toutes ses promesses...

Le temps de me faire chambrer par l'autre chroniqueuse liveinmarsienne présente dans l'assistance sur ma paternité, et on s'rentre vite fait, avec pour ma part en souvenir un sublime nez en compote, pour avoir servi de réception à un costaud en perte d'équilibre dans le pogo...

Encore merci à Chavana pour monter de tels concerts sur Marseille, quand après on lit dans La Provence que les bons concerts deviennent rares et totalement inaccessibles, on ne peut s'empêcher de s'imaginer aller plastiquer le siège à la rue Salengro...

> Réponse le 25 novembre 2008, par sam

Euuh cher Vand, dire que la Provence ne sait pas ce qu'est un bon concert, c'est comme de dire que JC Gaudin ignore ce qu'est un vélo : c'est quasiment une Lapalissade à ce stade...  Réagir


Le Trolleybus - Marseille : les dernières chroniques concerts

Mick Wigfall & The Toxics + Doctor Savage + Carlos & The Bandidos en concert

Mick Wigfall & The Toxics + Doctor Savage + Carlos & The Bandidos par MAX K
Trolleybus - Marseille, le 31/03/2012
La soirée a débuté avec Doctor savage. Tout droit sorti d'un film de Tarantino, il a enchainé seul au piano pendant un peu plus d'une demi heure des morceaux de rhythm & blues très... La suite

Devil Crockett + Mick Wigfall & the Toxics + The Meteors en concert

Devil Crockett + Mick Wigfall & the Toxics + The Meteors par Philippe
Le Trolley-Bus, Marseille, le 17/09/2011
Bien belle soirée au Trolleybus, qui accueillait les mythiques The Meteors (enfin mythiques, pour une frange infime et très pointue de la population, dont je ne fais pas... La suite

Chavana Fest : No Use For A Name + Only Crime + Menpenti + Straighten Things Out en concert

Chavana Fest : No Use For A Name + Only Crime + Menpenti + Straighten Things Out par Vand
Trolleybus - Marseille, le 08/02/2009
À fond dans la réfection de mon appart', je voyais d'un bon oeil ce concert du dimanche soir, histoire de faire une petite pause méritoire. Les légendaires No Use For A Name (dont... La suite

<i>Chavana Fest</i> : Lazybones +  The Real Mc Kenzies + First Part + Burning Heads en concert

Chavana Fest : Lazybones + The Real Mc Kenzies + First Part + Burning Heads par Mystic Punk Pinguin
Trolleybus - Marseille, le 29/01/2009
Deux jours de festival pour les activistes de Chavana, asso qui programment des concerts punk rock de qualité depuis quelques années. Deux soirs, 4 à 5 groupes par concerts, c'est... La suite