Accueil Chronique de concert Mercury Rev plays ''Deserter's Song'' + Low
Vendredi 20 avril 2018 : 10649 concerts, 24950 chroniques de concert, 5210 critiques d'album.

Chronique de Concert

Mercury Rev plays ''Deserter's Song'' + Low

Mercury Rev plays ''Deserter's Song'' + Low en concert

Bataclan, Paris 25 mai 2011

Critique écrite le par


Splendide concert au Bataclan, que celui de Mercury Rev, groupe rare en France qui nous avait fait l'honneur inespéré d'un concert visuellement sublime à l'Espace Julien de Marseille en 2005. Un show total dont le souvenir affectif est encore assez fort pour nous faire traverser la France à leur rencontre, 6 ans plus tard. Deux surprises à l'arrivée : la salle est en configuration assise (ça ne tiendra heureusement pas tout le concert), et elle est à moitié vide (elle se remplira à la fin de la première partie - à croire que les gens étaient mieux informés que nous ?).


Le bal est en effet poussivement ouvert par Low, un groupe de pop lente qui se voudrait atmosphérique, dont les textes de chanson ne dépassent a priori pas 2 lignes : beaucoup de titres consistent à répéter à l'envi une phrase dans une lente progression, qui ne décolle jamais vraiment. On s'amuse d'imaginer l'équivalent en français, d'un groupe qui dirait 50 fois dans une chanson "Mon amour est gratuit" (My love is for free) ou "Bonbons et fleurs" (Sweets and flowers) : ils seraient ridicules et Low n'est pas loin de l'être...


Dommage, parce que le duo de belles voix homme-femme fonctionne assez bien, mais le problème de paroles est aggravé de mélodies plutôt faibles et également répétitives, et une batterie franchement molle du coude. Bref, un looooooong moment d'ennui poli d'une heure entière (étonnamment bien accueilli par le public parisien, qui est décidément très enthousiaste, on le constate à chaque venue à la capitale !). On est finalement bien contents d'être assis, avec une vue imprenable, au troisième rang, pour écluser des bières en attendant que le temps passe...


Heureusement, les stars de la soirée (qu'on a vu traverser la salle sans façon en début de soirée) sont là, à 21 heures pétantes : ce qu'il reste du Mercury Rev original, le très perché Jonathan Donahue et son complice guitariste Grasshopper ! Sauf erreur, les 6 musiciens qui les accompagnent sont tous nouveaux, ou en tout cas ont tous changé depuis 1998, date de la parution de leur album phare, le cultissime Deserter's Song, qu'ils vont interpréter ce soir en entier, pour notre plus grand plaisir. Contrairement au concert de Prague, tel que raconté par Sami dans une chronique récente, le groupe collera assez fidèlement aux chansons, ce qui n'est pas pour nous déplaire : cela démontre en tout cas que même sur une tournée "Group X plays Album Y", par définition très balisée, ce groupe-ci est capable de varier les plaisirs...


Les peu nombreux, mais heureux fans des très précieux Mercury Rev savent en effet que ce disque ouvre une trilogie merveilleuse (et surtout, facilement écoutable !) - par opposition aux albums déconcertants qui l'ont précédé, et aux albums plus pointus qui ont suivi, comme l'étrange diptyque Snowflake Midnight/Strange Attractor. Le monde doit donc à Mercury Rev un revival inattendu du rock psyché-planant des 70's, tombé comme un cheveu sur la soupe à la fin du vingtième siècle, avec un lyrisme romantique et bariolé que peu de groupes sont encore capables d'oser, à l'exception de leurs amis des Flaming Lips.


Avec cet album, qui constitue une set-list de rêve, alternant des morceaux de bravoure aux envolées époustouflantes et de petits intermèdes instrumentaux étranges, le groupe joue sur du velours : le très classe Jonathan Donahue orchestre avec brio le déroulé de l'album, assez fidèlement interprété avec toutefois quelques fins de morceaux légèrement musclées par un groupe de 8 musiciens, contre 4 dans l'effectif l'ayant originalement enregistré. Petit regret, les lumières ne sont de loin pas aussi travaillées que celles de 2005 (qui restent le plus bel éclairage de concert que j'aie vu à ce jour !) : on se contentera d'une alternance rouge/bleu/jaune avec fumigènes, plutôt classique, qu'on oubliera donc vite, emportés par la musique.


C'est une véritable symphonie, à laquelle nous sommes conviés ce soir, et que les fans de l'album connaissent sur le bout des doigts : introïtus en douceur avec Holes ; déclaration d'amour lyrique avec Tonite it shows ; le baume pop apaisant de Endlessly ; le premier interlude mélancolique d'I collect coins ; le tubesque et splendide slow Opus 40 ; un tour guilleret sur la Hudson Line ; le deuxième interlude perturbant The Happy End...


... la formidablement planante et émouvante Goddess on a Hiway (sans doute l'un des plus beaux morceaux de pop américaine du siècle dernier) ; la plus retenue The Funny Bird qui termine toutefois en apocalypse sonique lancinante ; l'inquiète et songeuse Pickup if you're there (la scie musicale étant jouée en live, contrairement aux précédents passages), et pour finir la totalement euphorique Delta Sun, qu'une seule personne au monde peut chanter sans être grotesque - ça tombe bien, elle est là ce soir...


Au fil des points culminants, le public s'enflamme de bon coeur (malgré cette configuration assise dérangeante), le son est bien réglé, fort sans être pénible, et le groupe est élégant et irréprochable. On constate que la voix de Donahue a un tout petit peu perdu en précision et s'est enrichie d'une légère fêlure, la faisant curieusement ressembler au timbre de Marianne Faithfull dans les graves. Grasshopper, par contre, est inchangé dans sa précision, à la guitare comme à l'harmonica.


Dans un joli moment de communion, le chanteur explique, dans un petit speech aux 2/3 du concert, combien cet album lui aurait littéralement sauvé la vie, dans une période très difficile, et a même failli ne jamais sortir, et combien il est donc ému que cette musique nous soit parvenue. On le devine très émotif, et son plaisir de jouer, avec le sourire du début à la fin du concert, est palpable par une salle qui plane donc à l'unisson quand il se met à battre des ailes... Le groupe quitte triomphalement la scène comme convenu, à la fin de l'album : le contrat est rempli mais cela n'a pris qu'une heure, qui aurait malgré tout été un peu frustrante en tant que telle...


Heureusement, le groupe revient sans traîner et se lance dans une inattendue, mais plaisante reprise de Solsburey Hill de ... Peter Gabriel ! On gagne le premier rang pour encore mieux profiter de la fin du concert, comme plusieurs dizaines de personnes... Puis vient un ancien titre, Carwasher (merci à Hervé pour le titre !), suivi de la grandiloquente et superbe The Dark is Rising, incursion inespérée dans All is Dream, avant un final assez déchaîné sur Dark et la très rock Senses on Fire, la seule issue de leur dernier album. 1 h 30 d'un concert maîtrisé, enthousiaste et généreux qui valait bien le déplacement : on ira les où ils voudront et quand ils voudront, les anciens et les nouveaux membres de Mercury Rev, nous interpréter en entier All is Dream ou The Secret Migration !

2 vidéos qualité appareil photo compact, par ici !


---Setlist---
Holes
Tonite it shows
Endlessly
I collect coins
5 Opus 40
6 Hudson Line
7 The Happy End
8 Goddess on a Hiway
9 The Funny Bird
10 Pickup if you're there
11 Delta Sun
***
Solsbury Hill
Carwasher
The Dark is Rising

> Réponse le 26 mai 2011, par Akecoocoo

Petit info fortement rassurante pour l'auteur de cette jolie critique : du groupe originel, oui il ne reste que Donahue et Grasshopper, par contre les membres additionnels ne sont pas étrangers ! Au clavier, il y avait Jeff Marcel, 3eme membre du groupe (en omettant David Friedman qui est le producteur et bassiste studio), qui a joué de la batterie sur Deserter's song, et a participé aux tournées depuis 1998 (tout de même!) à différentes places (batterie, basse puis clavier). Et à la basse, il y avait Carlos Molina, qui tourne avec le groupe depuis 2005. Par ailleurs, le dernier morceau dans la setlist était Senses On Fire, que j'ai hurlé du fond de la salle avec coeur. J'ai adoré les voir jouer dans l'ordre ce fantastique album, mais la grosse crainte étant d'ignorer si ce...  La suite | Réagir

> Réponse le 27 mai 2011, par Xavier-Philippe

Bonjour, Je suis venu de Nantes spécialement pour ce concert et je n'ai pas été déçu sauf par la durée. J'espère, en effet, que ce ne sera pas la dernière car j'adore ce groupe !!! Et je confirme que le basiste et le "2ème" guitare étaient déjà de la tournée de 2005.  Réagir

> Réponse le 31 mai 2011, par M@xxx

C'est "Car Wash Hair" de l'album "Yerself Is Steam" ;)  Réagir

> Réponse le 31 mai 2011, par sam

"On s'amuse d'imaginer l'équivalent en français, d'un groupe qui dirait 50 fois dans une chanson "Mon amour est gratuit" (My love is for free) ou "Bonbons et fleurs" (Sweets and flowers) : ils seraient ridicules et Low n'est pas loin de l'être..." on pourrait aussi s'amuser à traduire les paroles des Beatles ou des Stones et de bien d'autres et ce serait effectivement ridicule, on le sait, ce n'est pas nouveau, aucun intérêt donc de l'écrire. Philippe tu es passé à côté du principal, la musique et tu t'es laissé séduire par un show burlesque et pour le coup franchement ridicule de Mercury Rev ... pour moi Low a sauvé la soirée. Sam  Réagir

> Réponse le 31 mai 2011, par Philippe

Certes ce n'est pas nouveau, cher Sam, les paroles idiotes, mais là l'effet de répétition a atteint pour moi un sommet jamais vu auparavant. Quant à avoir trouvé Mercury Rev trop kitsch, vous avez dû être mal renseigné, cher ami : ils l'ont toujours été, c'est même en partie pour ça que les gens les aiment. En tout cas personne ne m'a abusé en la matière, c'était même largement moins kitsch que la première fois ! ;-)  Réagir


Low : les dernières chroniques concerts

Low en concert

Low par Sandrine Descrulhes
Le Divan du Monde, Paris, le 02/11/2015
Paris, 2/XI'15... Montmartre, le Divan du Monde, extérieur jour, 17 heures environ. Passagère improbable, je m'approche près des portes, et m'autorise ce moment... La suite

Low + L'étrangleuse en concert

Low + L'étrangleuse par Solveyk
L'épicerie Moderne, Feyzin, le 01/12/2011
En première partie, L'Etrangleuse. Un duo s'installe : Mélanie Virot à la Harpe et Maël Salètes à la guitare. Le premier morceau, instrumental est curieux. Il intrigue.... La suite

Low + Ray Lamontagne (Printemps de Bourges 2005) en concert

Low + Ray Lamontagne (Printemps de Bourges 2005) par Pierre Andrieu
La Soute, Bourges, le 22/04/2005
Juste avant la sobre et réussie prestation scénique de Ray Lamontagne, le trio américain Low a offert un concert incroyablement beau au nombreux et attentif public de la... La suite

Radiohead + Low par Zack
Les Arenes de Nimes, le 14/07/2003
Low Low n'avait pas la partie facile en ce 14 juillet à Nîmes. Devant un public acquit à la cause Radiohead dont la moitié au moins ne s'intéressait pas le moins du monde à lui, le quatuor mixte Anglais peinait à emballer les Arénes. La musique de Low (surtout sur scène) s'écoute la nuit, les yeux fermés, pas comme ce fut le cas, en plein jour,... La suite

Mercury Rev : les dernières chroniques concerts

Mercury Rev en concert

Mercury Rev par Philippe
Espace Julien - Marseille, le 31/05/2005
Impossible de dire quoi que ce soit sur Black Fields (l'avant-groupe) : le jour de la Fête des Voisins, bête et discipliné, ben je bois l'apéro avec mes voisins, voilà ! D'autant... La suite

Interview du groupe Mercury Rev à propos des albums Deserter's Songs et All is Dream en concert

Interview du groupe Mercury Rev à propos des albums Deserter's Songs et All is Dream par Pierre Andrieu
La Coopérative de Mai, Clermont-Ferrand, le 10/07/2002
Tout le monde est resté scotché par la performance de Mercury Rev à la Coopérative de Mai : une voix sidérante, des chansons magiques interprétées magistralement, des musiciens... La suite

Mercury Rev Plays Deserter's Songs en concert

Mercury Rev Plays Deserter's Songs par Sami
Roxy Club, Prague, le 10/05/2011
C'est à Prague que commence la tournée 2011 de Mercury Rev à l'occasion de la réédition de leur "Deserter's songs". Gros succès à l'échelle rock indé de 1998 qu'ils joueront... La suite

Bataclan, Paris : les dernières chroniques concerts

King Gizzard And The Lizard Wizard + Mild High Club en concert

King Gizzard And The Lizard Wizard + Mild High Club par Lebonair
Le Bataclan - Paris , le 01/03/2018
Dans le cadre de leur tournée européenne, les ovnis australiens de King Gizzard & The Lizard Wizard passent en France pour quelques dates et notamment à Paris au Bataclan, qui... La suite

Eagles of Death Metal (attentat au Bataclan de Paris) en concert

Eagles of Death Metal (attentat au Bataclan de Paris) par Concertandco
Le Bataclan, Paris, le 13/11/2015
Au lendemain de la tragédie qui a frappé Paris, et plus particulièrement le Bataclan, où au moins 80 personnes ont perdu la vie dans un attentat, Concertandco veut exprimer... La suite

Fauve en concert

Fauve par Xavier Averlant
Le Bataclan, Paris, le 26/09/2015
Dieu que c'était bien ce concert ! Annoncé comme le "pot de départ" de Fauve, chacun comprendra ce qu'il a envie de comprendre : fin de tournée ? split du groupe ? album... La suite

L7 en concert

L7 par Pierre Andrieu
Le Bataclan, Paris, le 17/06/2015
Fraîchement reformé et clairement en pleine bourre, le groupe de punk rock grunge L7 a transformé le Bataclan en antichambre de l'enfer rock 'n roll. Avec un show réjouissant... La suite